Fronfron55 Proullaud296

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

der grüne Affe

  • ARTICLES

    C O L L I G N O N 1

    A R T I C L E S

    É D I T I O N S D U T I R O I R

    Semper clausus

    LES ÉGRÉGORES - LE MAÎTRE DU JOUIR

     

    Remarquable contrepied conceptuel dans l'utilisation du matériau théâtral : les Ègrégores, dans Le maître du jouir, représenté pour Sigma en fac de Lettres à Talence, se sont livrés à une démonstration particulièrement convaincante de leur capacité à inverser leur projet scénique.

    Alors que dans Jules César de Shakespeare ils avaient servi avec générosité un texte aussi luxuriant dans sa problématique explicative que dans son foisonnement poétique, La Maison du jouir (c'était celle de Gauguin aux Marquises) met en scène une dramaturgie d'où la phrase et le mot ont été aussi délibérément éliminé que dans le cinéma muet.

    Vêtu d'un improbable costume de marin-explorateur fin de siècle à la Francis Garnier, le protagoniste, rompu à la pratique des arts martiaux, construit dans son espace une relation au corps particuiièrement expressive, dans un effarement permanent. Or cet espace est celui d'une Asie fantasmée, avec ses femmes européennes ou indigènes aux faces resserrées dans des bas de soie remaquillés, son étincelant dragon au corps intérieur hérissé de perches, ses béquillards clopinant qui défilent devant la providentielle pharmacie de campagne de l'Homme Blanc – ses marionnettes géantes ou phalliques.

    Qu'il s'agisse ou non de Victor Segalen importe peu, dans la mesure où nous autres Longs-Nez reconnaissons nos fascinations pour l'incompréhensible Asie, nos attirantes frayeurs : l'Asie est une femme qui s'offre et se refuse, une pelote griffue qui s'agrippe et qu'on viole, entre fumerie d'opium et cimetière au sol trop vert, trop fluo, et ineffablement spongieux.

    Nous assistons de l'intérieur, de notre intérieur, au déploiement inévitable et envahissant de notre quincaillerie sexuelle occidentale, sans pouvoir échapper à nos délicieuses terreurs, hétéro- ou homosexuelles, imbibés que nous sommes par les délices du pays de Chine tout autant que pollueurs par le fait même de nos imaginaires projetés comme un venin délétère.

    Ce qui constitue l'originalité de ce spectacle consiste en un remarquable travail d'expression corporelle, à un niveau qui s'apparente à la chorégraphie : ce que l'on appelle "construire un masque", ou une "figure" : chacun maîtrise un répertoire à la fois précis et variable à l 'infini à partir de schémas soigneusement caractérisés.

    Utilisation parfaitement pertinente aussi dans le décor des couleurs flashantes – enfin omniprésence inséparable, consusbstantielle, d'une bande musicale et parlée transportant l'auditeur dans une Asie refantasmée jusque par l'oreille – La maison du jouir présentée par la troupe des Égrégores a su démontrer dans l'irrévérencieuse continuité de son inspiration la capacité de surprendre et de captiver un auditoire, qui exprima in fine sa très vive reconnaissance.

    HARDT VANDEKEEN PARA-CONSPUATION 2043

    Conspuation : beau titre. L'hiatus en [üa] figure si bien le mouvement des lèvres pouor "sputer", pour mollarder, que l'on se prend à regretter la bonne vieille langue des huées : "Cons-puez Tar-dieu ! Cons-puez Tar-dieu !" - dans Les Thibault, je suppose ?

    Beau titre. Mais ensu-ite, bien des choses se gâtent ou s'approfondissent. Les maux sont bien vus, les causes à mon sens mal dégagées.

    Qu'il soit bien vrai que la littérature se meure est à démontrer : la chose se dit depuis qu'il y a des littératures, et Voltaire et Goncourt s'en sont plaints à leur tour et à leur époque ; cependant j'y inclinerais davantage, considérant l'abandon de la lecture, qui n'est pas, comme les commentateurs en chipotent, un phénomène de mode, mais de masse, et sans qu'il soir besoin d'attendre sur x décennies les données de Dieu sait quelle extrapolation statisticienne...

    Rappelont tout de même que Diderot tirait à 700 exemplaires dans un pays d'illettrés... Moi aussi j'ai crue morte la littérature, tant que je n'étais pas publié ; à présent que je le suis, elle me semble se porter beaucoup mieux. Quoique...

    Le fléchissement des mœurs littéraires (et non de la quantité des publications) semble procéder, comme dit Christophe Manon, d'un excès de commentaires ; la littérature étouffe sous la glose. Mais il ne s'agit là que d'un phénomène universitaire ! Quel texte n'a pas été, dès l'origine, glosé ? J'aimerais bien qu'on me glosât... Tout crève plutôt de ce que le critique est aussi, pour sa part, un littérateur – ce qui ne serait encore que moindre mal, si ne venait se greffer là-dessus un jeu de renvois d'ascenseurs...

    Ce qui semble bien plus grave, déjà relevé par Loyen dans La littérature latine tardive, c'est que désormais des professeurs écrivent pour des étudiants et vice-versa, reconstituant le cercle infernal non seulement de la basse latinité, mais de toute la littérature en latin du Moyen Âge. Nous sommes un futur Moyen Âge. Ne l'oublions jamais.

    Le drame est que le peuple, par essence, ne saurait s'intéresser à la littérature. Et qu'il n'existe pas de bon vieux temps – sauf peut-être dans l'Athènes classique. Que celui qui a des yeux, lise, et après nous le Déluge.

    Qu'il nous soit permis pour finir de soigneusement distinguer, chez BHL et chez Sollers, ce qui ressortit au masque médiatique et ce qui relève de la littérature. Que BHL fasse le clown à Sarajevo n'enlève rien à l'excellence de son style oral – Les derniers jours de Baudelaire, sauf le chapitre trois, où la patte du nègre est bien visible, forme un pénible contraste avec les embrouillaminis de je ne sais quoi "à visage humain" et de la Défense des intellectuels. Bizarre, non ? Même observation chez Sollers, bien qu'il crache dans la soupe, c'est-à-dire sur les femmes – quelle platitude... Il n'aurait plus manqué que Duras, pour parfaire la trilogie des Cibles Obligées. Mais ces trois-là ôtés, qui reste-t-il ?

    Car s'il fallait vraiment taper sur les masques médiatiques de Breton, de Sartre ou de Malraux,une bibliothèque n'y suffirait pas...

    C'est tout pour aujourd'hui, Manon, Yann Houry, mais nous aurions tant de choses à nous dire... Poursuivons au marteau-piqueur, pas toujours au même endroit, mais hardi, bicepsons, bicepsons...

    ÉCRIRE ET ÉDITER Février-Mars 2049 LE SINGE VERT ,

    FAIT DU PUBLIPOSTAGE 6

     

     

     

    Le Singe Vert est envoyé 1) aux amis, 2) aux grosses huiles, 3) aux illustres inconnus dont je pêche les augustes patronymes dans l'inépuisable vivier d'É&É justement.

    Les amis, ça passe – mais ils n'ont strictement aucune importance, vous pensez... Les grosses huiles, elles n'en ont rien à b. Mais alors les petits péteux, ceux-là, qu'est-ce qu'ils se croivent ! L'un d'eux : "Pourquoi m'envoyez-vous ça à Moâ, comment pouvez-vous vous permettre de me contacter, comment avez-vous eu "mes coordonnées", quel rapport y a-t-il entre votre connerie à ma Haute intelligence ?" - Putain ! encore un peu il ferait donner les Mounties, ce con ! Du coup je n'écris plus qu'à titre personnel, fini le chef ou le vice-sous-chef-adjoint-auxiliaire-en-stage de ceci ou cela, sinon les voilà tous sur leurs grands chevaux comme si j'avais mollardé dans leur assiette !

    * * * *

    C'est que attention coco, ce n'est plus l'individu qui a le droit de s'exprimer, on communique entre "Hantrreprrises", qui prennent des risques financiers ! (que l'auteur prenne le risque de virer dingue dans son écriture, ils n'en ont strictement rien à foutre, ils sont là, eux, les éditeurs, les publicateurs de revues, pour prendre le train en marche et se faire du pognon, un point c'est tout) (ou en perdre, mais que d'histoires !)

    Il y en a même un, dessinateur "humoristique" belge (un cumulard) qui se demande non seulement air connu pourquoi je lui écris "à lui", mais qui me conseille (quime conseille, le con ! À moi, 56 balais) "de trouver une revue qui veuille m'éditer" (ça ne te ferait rien de t'apercevoir, connard, que je suis une revue ? - sans blague, me soumettre à un comité de lecture ! est-ce que par hasard le Singe Vert prendrait des airs de cabot pleurnichard qui remue la queue pour être publié ?), et qui se demande, le dessinateur, "en quoi [il] pourrai[t] bien [m'] être utile" !

    Mais mon pauvre con, tu lis ou tu ne lis pas, moi je t'envoie ma revue comme tous ceusses qui te bourrent ta boîte aux lettres de pub, tu lis ou tu jettes, qu'est-ce que c'est que cet univers pourri où l'on n'imagine plus s'envoyer quoi que ce soit autrement que pour en retirer une "utilité" ?

    * * * *

    Exemples. J'envoie un manuscrit à un petit éditeur ; il me retourne son catalogue - qu'est-ce quej'en ai à foutre de son catalogue ? Je réponds aussi sec : "Monsieur, vous ne m'avez pas demandé mon manuscrit, vous me le renvoyez : c'est logique. Je ne vous avais pas demandé votre catalogue non plus ; je vous le renvoie aussi : c'est logique.

    Et la Françoise Verny : "Monsieur, votre manuscrit n'apporte pas grand-chose et ce n'est pas très intéressant." Comment est-ce que je te l'ai envoyée dans les cordes, la Verny ! "Madame, j'envoie mes manuscrits comme on joue au loto. Je ne vois pas le directeur de la Française des jeux m'annoncer que j'ai perdu, en me précisant que les numéros que j'ai joués "n'apportent pas grand-chose" et "ne sont pas intéressants". - Comment peut-on à ce point entasser le mépris sur l'arrogance ? Cétait sans doute une immense faveur que de lire les éminents commentaires de Mme Françooise Verny Elle-Même en Personne ?

    Et telle autre qui se croit obligée de préciser qu'elle ne m'a pas lu", n'est-ce pas, "parce qu'elle se consacre exclusivement à Son Œuvre ? -- Allez, je dis le nom : Florence Chapsal.

    Qui d'autre se consacre essentiellement à son Écriture ? Et ne se prend pas non plus pour de la merde ?

    Le Singe Veert.

    ÉCRIRE ET ÉDITER Décembre- Janvier 2049 LE SINGE VERT,

    FAIT LE BOUFFON

     

     

     

    Un Bel Éditeur un jour me confia une commande : à partir d'une vie de papa, fallait se fendre

     

     

     

     

    ÉCRIRE ET ÉDITER Février-Mars 2049 LE SINGE VERT , BRÛLE LES PLANCHES 5

     

    Monsieur Grybouxe,

    Vous me demandez à quel titre vous recevez le Singe vert. Air connu. Je pourrais vous répondre que c'est comme ça, publicitaire. Mais ici vous êtes personnellement visé, mon cher. Vous êtes en effet auteur dramatique. Et franchement, regardez-moi bien dans les yeux, sans rougir : vous ne vous sentez pas un peu, un tantinet gêné, juste un peu à peine, de lire parmi la foule en délire la belle banderole du Théâtre Bordel, l'affiche de la saison de l'année ?

     

    * * *

     

    "Euripide, Claudel, Grybouxe- Corneille et Beckett" ? Ça ne vous choque pas quelque part ? Vous pouvez toujours mettre un pied devant l'autre, avec vos chevilles enflées jusqu'aux couilles ? "M.Grybouxe, hauteur dramatique". Moi non plus, certes ! , je ne me prends pas pour de la Scheiße, mais franchement, là j'aurais ressenti comme une insulte. Qui pourrait penser que je m'estimasse suffisamment niais, sufisamment retors, suffisamment pucelle, pour tolérer que mon nom figurât LÀ, en si prestigieuse compagnie ? Ou alors (car j'ai ma bonne dose d'hypocrisie moi aussi) en petits caractères en bas à droite, pour que ça se détache mieux, que ça fasse bien ressortir mon ignominie minuscule ?

    Et que ça se permet en plus de faire une petite conférence modestissime sur "Grybouxe réunira ses amis et ceux qui l'apprécient sans le connaître, son œuvre et son – attention ne pétez pas s'il vous plaît – son UNIVERS ? Et moi alors, je n'en ai pas un non plus peut-être d'Univers avec mes 30 volumes dans le placard ? Et ça laisse répandre sur son nom qu'"il est la modestie et la gentillesse incarnées " ? Et cet autre qui laisse imprimer dans sa préface qu'il est modeste ? Mais j'ai

    le sens du ridicule Môssieu, j'ai la dignité de mon ridicule, moi, et si quelque thuriféraire poisseux venait à préfacer Mon Œuvre en faisant allusion à ma modestie, je l'attaquerais en diffamation (si j'avais le pognon) mais je ne tolérerais pas qu'un ami me foute le pavé de l'ours à la gueule ( - C'est quoi, le pavé de l'ours ? - Ta gueule, va faire du rap).

    Et que je t'intrigue dans le torchon local, et que je te dégomme une interview dans Bordel-Chieronde, et que cet autre encore fasse sa conférence (encore) sur le thème de l'exclusion et de l'exil, parce que le mot exclusion figure à la page 44 et que tout écrivain vit métaphoriquement en exil... Je vous le répète, il n'y a que les intrigants, que dis-je, les adaptés en société, les gens

    normaux, les gens comme tout le monde qui se font éditer et connaître. Il vendraient des frites ou des capotes en argile (en glaise, waf waf !) que ce serait idem.

     

    ÉCRIRE ET ÉDITER Février-Mars 2049 LE SINGE VERT , BRÛLE LES PLANCHES 6

     

     

     

    * * *

     

    Mort aux faibles, on vous dit. Bien sûr que j'aimerais aussi faire des ronds de jambe sans me casser la gueule, ou bien simplement civilisé en Société, le beurre et l'argent du beurre, mais la logique je l'emmerde, dès que je l'ouvre c'est pour dire une connerie, on me l'dit depuis tout petit ! (remarquez, certains ont l'air con sans même ouvrir la bouche...).

    Marius, le grand général romain ( - C'est qui, ce con ? - Ta gueule, va faire du reggae) n'ayant pu se faire accepter par la noblesse se tourna vers le côté populaire. Le Singe Vert pareil. Putain tu viens encore de fausser la glace...

     

    COLLIGNON ARTICLES

    ÉCRIRE ET ÉDITER Août – Septembre 2049 LE SINGE VERT ET LE BON DIEU PASSE 7

     

     

     

    Pour faire une bonne dame patronesse... chantait Jacques Brel. Et pour faire un bon écrivain à succès, que faut-il ? Caleçon les bons ingrédients ? Je vais vous le dire : il faut être Dieu. Carrément, c'est-à-dire comme chacun sait (il me le disait encore l'autre jour) le point d'intersection où les contraires se résolvent, s'annulent.

    Tout à la fois être superbon et superdégueulasse. Non pas travailler avec acharnement dans son coin, comme essayent de nous le faire croire tous ceux qui veulent engluer les éternels puceaux que nous sommes – "Dix conseils pour éditer", c'est de qui cette rubrique à la con ? Ni "avoir de la chance", ce qui est une explication de mes couilles (le Singe Vert, c'est comme Bigard : c'est pas drôle mais le seul procédé comique consiste à se demander quand est-ce qu'il va enfin lâcher ses couilles ; à ce moment-là toutes les mémés rigolent et c'est parti) du style pourquoi le pavot fait-il dormir – parce qu'il a une vertu dormitive... voilà ce qu'on enseignait en faculté au Moyen Âge, lecteur : la vertu dormitive du pavot – beau titre, d'ailleurs...

     

    X

     

    Non. Il faut pour réussir aimer les gens, passionnément, se fendre en épanchements (ça c'est du Joseph Prudhomme), larmoyer sur l'extraordinaire nature humaine, aimer la vie, les femmes, les cacahuètes et remercier Dieu tous les jours d'exister, le cœur sur la main et la main dans le portefeuille. Et puis constituer autour de soi une petite camarilla. Dire toujours du bien de soi, comme le conseillait Marcel Achard, parce qu'après ça vous revient et qu'on ne sait plus de qui c'est parti.

    Et un petit peu de La Bruyère tant qu'on y est : "Le talent, la vertu, le mérite ? Bah ! soyez d'une coterie." On peut la fabriquer soi-même avec plusieurs spécialistes d'ascenseur. Signature à Paris (le pied-à-terre à Paris est ri-gou-reu-se-ment indispensable) : Oh bonjour Michtroume, comment ça boume ? J'ai lu ta fable, c'est formidable ! Salut Dubreuil, j'ai lu ton recueil, c'est formideuil ! Ave Troudük, j'au lu ton truc, c'est majuscule ! - à grand renfort de moulinets de bras.

    Et par derrière, mon vieux, il faut coucher utile, politiquer utile, se faire des relations utiles ET sincères, perversion suprême exactement semblable à celle des putes qui se mélangent tellement les pinceaux, les pauvres, qu'elles s'imaginent être aimées à proportion de l'argent qu'elles reçoivent...

    Et balancer impitoyablement les gêneurs, les anciennes connaissances, bien leur faire

    COLLIGNON ARTICLES

    ÉCRIRE ET ÉDITER Août – Septembre 2049 LE SINGE VERT ET LE BON DIEU PASSE 8

     

     

     

    comprendre qu'un tel "ne correspond plus à l'esprit de la boîte", mais sans lui dire pourquoi surtout, de sorte qu'il se ronge bien jusqu'à l'os d'autocritique, façon Inquisition, façon Staline : mais qu'est-ce que j'ai bien pu foutre ? Bref, tu dois être un parfait ami de l'homme, à t'embuer lesyeux devant la moindre salade de fruits jolie-jolie-jolie, "une si merveilleuse sensibilité humaine !" et, EN MÊME TEMPS, le plus sincèrement, le plus innocemment, le plus inconsciemment du monde, être le plus parfait des salauds froids.

    C'est pourquoi, en vérité, je vous le dis, pour devenir écrivain (peintre, musicien) à succès, il faut retenir et résoudre à la fois en soi tous les contradictoires, c'est-à-dire être marqué du Signe de Dieu, du Signe Prédestiné de la Gloire de Dieu, ÊTRE Dieu. Sous ce signe tu vaincras. Amen.

    COLLIGNON ARTICLES 12

    ÉCRIRE ET ÉDITER Octobre-Novembre 2049

    LE SINGE VERT POSTULE À L'ACA

     

     

    Je soussigné Singevert, né dans la douleur le 20.10.98 déclare par la présente présenter ma candidature à l'Acadmie Sans-Fraises (avec fraises pour ceux qui les sucrent). D'abord et d'une, je le porte déjà, l'habit vert.

    Ensuite, comme nasillait Hans Dort-Moisson, recevant Madame Marguerite Yourcenar, "nous acceptons par minou une femme, car les règles de l'Académie, comme celles de la grammaire, sont faites pour être violées" - femmes, règles, violées, amis de la vieille galanterie, bonsouaiaiaiaiaire – pas trop dur de ne pas fourcher de la langue, M. le Secrétaire Perpétuel ? surtout sur Yourcenar – bref !

    Eh bien, le Singe Vert hausse son ambition jusqu'aux fonctions de bouffon. L'Acacacadémie française (Godot !) malgré ses appas rances, manque de bouffon. Non pas d'un bouffon métaphorique, ou allégorique, mais d'un véritable bouffon, qui rote qui pète et que rien n'arrête, comme c'est marqué sur la casquette.

     

    À l'heure bénie où Mike Jagger dit Papy Stones, après avoir roulé, rebondi, vessé sur toutes les scènes de London ou d'ailleurs, symbole flamboyant de la contestècheun of the establishment, accepte avec recconnaissance l'anoblissement à lu conféré par Her Gracious Majesty – Lord Mike Jagger ! ; - les Beatles ayant jadis reçu l'ordre de Dieu sait quelle Jarretière ou Bain de la même Queen pouor "services rendus à l'État (ce qui provoqua aussitôt une vague de renvois – de décorations... - de la part de valeureux guerriers qui l'avaient méritée, eux, sur les champs de bataille ) ; sans oublier Sheila et autres valeureux défenseurs de la culture française pourvus de la Légion d'honneur – le Singe Vert, parfaitement, postule.

    Lui aussi lutte vaillamment pour la Défense de la Langue Française, contre ceux qui proposent une "simplification" de la langue; futel ortografic, et qui s'indigneraient qu'on déplaçât la moindre griffure sur un idéogramme chinois. Conseillez donc plutôt à votre nouvelle recrur, M. Chen, d'orthographier son nom à la française, avec un T : Tcheng, comme Djamel, car il n'y a nulle raison pour nous de transcrire les langus à caractères étrangers en suivant, de ce côté-ci de la Manche, cette indigne graphie anglo-saxonne ; et par pitié, rendez-nos édipe, l'ésophage et les édèmes, carà présent nul ne sait plus s'il faut prononcer Cœlio Seulio ou Queulio, pauvre Musset ! puisque Monsieur Teurzieuff lui-même a cédé aus sirènes d'Eueueudipe.

    Et pour en revenir aux règles (confer supra) – ne comptez pas sur moi pour les visites de sollicitation.

    COLLIGNON ARTICLES

    ÉCRIRE ET ÉDITER FÉVRIER – MARS 2050

    LE SINGE VERT ET LE BORDEAUX AMBIANT

     

    Il était une fois au bord de la Garonne (si c’était le Rhône on dirait au bord de lui, pour la Garonne ce sera le bord d’elle, bref, la scène est à Bordeaux) une succession de hangars vétustes, régulièrement à détruire, delenda sunt hangara. Cela coupait la ville de son fleuve, c’éait moche et ça puait. Tout juste bon à y placer le Salon du livre, qui recevait des invités, Hangar Quatorze très précisément. Une des dernières fois, les écrivains du Maroc (tiens, ils ont des écrivains dans ces pays-là ?) repartirent mortifiés par un accueil plutôt frais voire méprisant, en notre beau Sud-Ouest où le magret s’attirera toujours plus de considération que le Maghreb.

    Et le salon marchait Abel-Caha, de visite de Juppé en alerte à la bombe, jusqu’au jour où un trait deplume décida de sa déportation (du salon) vers les zones paludéennes de Bordeaux-Lac. Pour finalement se faire remplacer par un très judicieux éclatement nommé “Carrefour des littératures”, en plusieurs endroits de la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux, ça fait mieux) mais surtout pas au Hangar Quatorze, promis à l’ignomigneuse destruction par Juppé Quatorze, le Roi Soleil.

    Déjà étaient passés à la trappe le Mai musical (ballet classique, musique classique, opéra classique), qui faisaient le délice des rosières et des rombières, l’un n’empêchant pas l’autre, et Sigma, défunt festival des Contestataires off off aussi institutionnalisé il faut bien le dire que le parti révolutionnaire du même nom au Mexique (j’ai déjà vu un Mexicain, mais jamais un mec si con, c’est de l’incontinence, pardon). Bref ! les dépenses à Bordeaux, c’estle tramway, ou train de vay, comme disait monsieur Fenouillard.

     

     

     

    COLLIGNON ARTICLES

    ÉCRIRE ET ÉDITER AVRIL-MAI 2050 “LE SINGE VERT FAIT SON NUMÉRO” 9

     

     

     

    Il était une fois une petite revue ridicule, banale et inutile (c’est fou ce qu’on peut encourager les nouveaux talents) qui aurait bien voulu obtenir son ISSN (International Standard Serial Number) comme tout le monde, comme les grandes. Facile, pensa le dirlo-rédac-chef : puisque c’est obligatoire ! Il demanda donc conseil à un directeur de revue, bien connaisseur, bien docte, qui lui dit doctement qu’[il] ne l‘aura[it] jamais,son ISSN, parce que (moue condescendante, air de s’en foutre, suggestion de s’en foutre également pour soi, tout cela a si peu d’importance, les grands hommes vont chier comme tout le monde) la no

    uvelle revue coûtait zéro balle donc valait peau de balle, traitant de conneries sans rapport avec l’actualité – par exemple les Phâmes, l’Enseignement, le Moyen-Orient, thèmes ringards qui comme chacun sait n’ont aucun, mais alors absolument aucun rapport avec ladite actualité – alors que la Khommission d’Hâttribution n’est-ce pas se montrait très, très, très sévère pour accorder ladite immatriculation.

     

    * * * * *

     

    Moi, impressionné, je gambergeais, me disant qu’il était tout de même bizarre qu’un numéro obligatoire fût si difficile à obtenir ; mon interlocuteur m’exhibait donc TRÈS, TRÈS négligemment des papiers TRÈS, TRÈS sérieux, avec une en-tête sur plusieurs lignes bien bien serrées, pour montrer que lui, n’est-ce pas, Directeur d’une Revue Très Sérieuse (DRTS) n’avait pas obtenu son numéro, de telle sorte que moi, avec ma feuille de chou minable (« mais qui veux-tu que ça intéresse, Toi parlant de Toi, ppfff... »), je ne pouvais tout de même pas envisager d’avoir l’immonde toupet de prétendre à une distinction si abracadabrantesquement honorifique.

    Jusqu’à ce que je consultasse l’Excellent ouvrage de Jean-Jacques (pas Rousseau, l’autre) appelé La Revue mode d’emploi, qui m’apprit que le numéro était effectivement attribué au-to-ma-ti-que-ment, quel que fût son tirage, son intérêt et surtout – ah!surtout ! - l’Hinvestissement Phynancier du Kréateur (je suis lourd, mais je vous emmerde). De fait, en écrivant directement à la Bibliothèque Nationale, tedeguenezdéguévoudougoubiendinguin, j’ai obtenu enfin, au n°49, mon ISSN, de haute lutte par retour du courrier, après avoir croupi quatre ans dans l’illégalité la plus ordurière. Comment se fait-ce comme on dit au club ? Eh bien tout simplement parce que mon interlocuteur m’avait parlé de CPPAP rue St-Dominique, me faisant confondre l’un avec l’autre, pour que je ne reçusse pas l’estampillage.

    Nous appellerons cela de la rétention d’information, ni plus ni moins que dans ces entreprises à la mords-moi l’nœud fustigées par *** - au demeurant le meilleur ami du monde, on s’est encore fait une bouffe dernièrement.

    Ce que je ne suis jamais arrivé à savoir, en revanche, c’est la raison pour laquelle Ma revue (tombons le masque) doit obligatoirement fournir 2 (deux) exemplaires à Môssieur le Procureur de la République et 1 (un) à la Préfecture – avec sec rappel à l’ordre si je m’abstiens – tandis que la Revue de l’Autre n’a jamais eu besoin de ça, pfff… Sans doute y a-t-il d’un côté des revues qui savent se débrouiller, et de l’autre les revues qui ne savent pas se débrouiller – du moins sans le Calcre - « tous des cons ». Mais ça fait longtemps que la France est le pays du « deux poids deux mesures ».

    Le Singe Vert, ISSN : 1638-2625, et toc.

    COLLIGNON ARTICLES

    ÉCRIRE ET ÉDITER JUIN-SEPT. 2003« LE SINGE VERT A SES TÊTES DE TURC » 12

     

     

     

    Traduttore, traditore. Il n’y a pas que les traducteurs pour être des traîtres, comme le dit ce proverbe italien aussi connu qu’intraduisible. Mais aussi les éditeurs (tenez, l’Atelier du Loup, rue du Général Mollard à Luxembourg – bien sûr j’ai tout transformé, eh, pelure!) ici visés en la personne de Mme Vrai-T’as-Faux - « qui se sent morveux qu’il se mouche » (j’adore les vieux proverbes). Vous me direz que les tuiles, je les collectionne. Parfaitement. Tête de con, c’est tout un art, c’est pas tout le monde qui peut se le permettre.

    N’oubliez jamais, éternels blackboulés, que les Aûûûtres, vous savez, ceux dont tous les médias vous disent le plus grand bien – jusqu’à l’excellent Cyrulnik (hélas!) qui vient vendre sa soupe à Tout le monde en parle – les Aûûûtres savent vous jurer leurs grands dieux que vous affabulez. Le parano, c’est toujours vous. Con, baratineur, ridicule… Et aussitôt après, sans s’embarrasser de la contradiction, les Aûûûtres vous avisent que c’est vous (la victime) qui avez tout fait pour que ça arrive, et que franchement, hein, vous avez le plus grand tort de vous plaindre. Mais les Aûûûtres sont des cons. Les éditeurs de textes étrangers en l’occurrence (devise de la môme Vrai-T’as-Faux).

    *

    Bon j’explique. Je confie un texte sur Tchipitoglou Mamatiki (c’est une poétesse turque – eh oui, le Singe Vert, quelque temps résident au bord du Bosphore, a appris le turc). Son nom signifie « confiture dans le vagin », c’est dire le niveau lyrique et loukoum des textes. Je l’ai connue personnellement mais pas bibliquement (y a des limites). Nous échangeâmes six ans (six ans!) de correspondance de retour d’exil (quoique pour moi l’exil fût plutôt de rentrer en France), durant lesquels elle me conseillait sur telle nuance, nous discutions tel sous-entendu, telle ineffable subtilité. Et pas question de traduire « une mer de blé » même de mot à mot, à cause du mot merde si souvent ouï de mes oreilles incrédules place Saint-Sulpice (et en anaphore par-dessus le marché : «Mer de ceci, mer de cela... »).

    Le français est une langue délicate, bande de cuistres sorbonnicoles. Traduire un poème, Grosbœufs, c’est impossible. Ce n’est pas une question de grammerde. Mais de feeling.

    Adonques! J’envoie mon texte. Et, ça vous étonne ? un autre est publié ! Pas pire que moi, mais pas meilleur ! Attends, c’est pas fini ! Je reçois, incroyable mais vrai, un prospectus de lancement ! Avec le prix ! Il faut que je paye l’achat de mon concurrent ! Attends, c’est pas tout ! Avec l’exquise délicatesse qui la caractérise, la Vrai-T’as-Faux m’invite à la petite soirée ! J’espère que tu viendras ! Ben, tu peux te la brosser, ma vieille.

    Tu sais pourquoi tu as publié l’autre ? Parce qu’il porte un costume cravate. Parce qu’il arrive dans les bagages de l’InsTiTuTurk de France. Parce que le monsieur sait téléphoner aux bonnes personnes au bon moment. Parce qu’il ne se laisse pas oublier, lui, il sait maintenir le suivi relationnel. C’est à de semblables expressions que l’on se sent envahi du sentiment sublime d’avoir enfin franchi la Très Sublime Porte de la Khommunication humaine : le « suivi relationnel » !

    J’aime pas les gens. Vous aimez les gens, vous ? « Rats-Porcs-Humains » , franchement…

    COLLIGNON ARTICLES

    ÉCRIRE ET ÉDITER Décembre-Janvier 2051 PRÉFÈRE LE SPLEEN À L'IDÉAL 6

     

     

     

    Il n'y a pas (y a-t-il ?) de sottes lectures ? Le cadre professionnel d'une constante remise à jour – la lecture perpétuelle étant à l 'enseignement (mon métier defainéant) ce que la barre est à la danse – m'amène à découvrir un texte de Sartre sur Baudelaire. Un peu tard "dira quelque sage cervelle" (La Fontaine) mais "la chair est triste, hélas ! Et j[e n]'ai [pas] lu tous les livres".

    J'en profite, tirant tous azimuts, pour clore la gueule à ce ponte qui me prédisait les pires remords sur mon lit d'agonie pour ne m'être occupé, ma vie dupont, que du passé, alors que SKISFÈMAINTENANT a tellement plus d'importance...

    Le passé n'est pas mort... Et j'en apprends bien plus sur le monde actuel en relisant mes vieilles bibles sur la Chute du Monde Romain qu'en oyant les dépêches de FoxTV.

    Bref : Sartre sur Baudelaire, ça te concerne encore, et pour toujours, si tu n'es pas dans le casting de Nice People. Sartre, comme d'hab, se gargarise de sa petite philosophie pour classes de terminales selon laquelle chacun de nous est exactement libre et responsable de son destin : "Nous chercherions en vain une circonstance dont [Baudelaire] ne soit pleinement et lucidement responsable."

    Sur l'excellence poétique, pas un mot. D'ailleurs Flaubert lui aussi n'était qu'un sale bourgeois profiteur qui n'a pu écrire ses petites merdes démodées qu'en se faisant entretenir par sa nièce. Ho Mais ! C'est futé, Jean-Paul, c'est de goche, et sans accent circonflexe. C'est toujours le vieil air ranci, des gauchistes les plus besancenotto-puceautiers aux vieux droitiers les plus goitreux : c'est la faute à çui qui se plaint, c'est la faute à la victime. C'est la faute à Bauelaire si sa mère s'est remariée illico, syphilitique, opiomane (pas tant que ça) ; tourmenté, torturé, bafoué par les bourgeois, spleenétique, et traîné dans la boue pour immoralité (la même année que Flaubert, pour sa Bovary ; encore un qui l'avait fait exprès, pour se faire plaindre). Tout fait pour.

    Sa faute onvous dit, entièremetn sa faute ! Si les juifs etc., ils l'ont bien cherché ! Et allez donc ! "Il a (Baudelaire) refusé l'expérience, rien n'est venu du dehors le changer et il n'a rien appris" – vas-y mon pote !

     

    Parce que d'après Sartre et les sartrillons, votre expérience vous forme, tas de cons ! Vous recevez un choc C, vous devez avoir une réaction R, et plus vite que ça ! Ta femme te trompe, donc tu ne l'aimes plus ! Tu te goures, donc tu laisses tomber ! Évident !

    Enfin ! C'est quand même pas sorcier d'être libre ! Gros malin : "[l]a vérité [que] le choix libre de l’homme fait de soi-même s’identifie absolument avec ce qu’on appelle sa destinée” ! Par-dessus bord Œdipe, par-dessus bord, l’ambiguïté, par-dessus bord, l’impuissance, par-dessus bord, la différence des tempéraments ! Il faut réagir, c’est jeune, c’est obligatoire, c’est moderne, c’est tendance.

    Ça ne t’est jamais arrivé d’être paralysé, pauvre péteux, de savoir très exactement ce que tu aurais dû faire. “Je vois où est le bien, et je ne peux pas m’empêcher de faire le mal”, je ne me souviens plus si c’est Diderot qui l’aurait piqué à saint Augustin, le fils de sainte Monique, trois qui la tiennent, pour devenir un homme libre. Devenir Jean-Paul Sartre par exemple, et tout à fait par hasard ! Sartre a donc démasqué ce planqué de Baudelaire ! Alleluiah ! Il a piétiné son cadavre pour le faire entrer dans son petit cercueil à ses petites mesures philosophiques du Havre à lui, dans son lit de Procuste ! - t’occupe, va faire du rap…

    Baudelaire n’a pas su évoluer, ah le con ! Ben, si vous en connaissez beaucoup, des cons comme Baudelaire, vous m’en remettrez une tonne, je suis preneur.

    COLLIGNON ARTICLES

    ÉCRIRE ET ÉDITER FÉVRIER-MARS 2051 LE SINGE VERT SE BROUILLE L’ÉCOUTE 8

     

     

     

    Pour se promouvoir coco, il ne faut rien négliger : la radio, justement. Tu repères une émission littéraire et tu lui envoies un CD de derrière les fagots, où tu réponds aux questions de ta gentille dadame qu’est ta copine mais que tu vouvoies pour faire sérieux. C’est moi que j’ai recevu le disque, avec le petit laïus introducteur sur « les petits jeunes qu’il faut pousser ». Déjà moi, c’est les vieux que je promeus. Courageux mais pas téméraire, je parle de Molière et du Corps de Roland.

    Imaginons un instant avoir les archives filmées d’un Céline ou d’un Proust interviewés jeunes : mais c’est fini ce temps-là mon pote ! Des Proust et des Céline y en a des paquets, ils encombrent les quais de gare de province. On fait le pari que certains d’entre eux entreront plus tard dans le panthéon des grands écrivains – ce serait dans le pantalon, encore… Mais y en a plus de grands écrivains, et ceux que tu me présentes, plus ils sont raplapla et comme tout le monde, plus ils s’en vantent !

    Et que je te découvre à l’audition une de ces petites paires de prétentieux, tout péteux tout modestes, l’air d’avoir déjà à trente ans passés passé sa courte existence devant les micros, et que je te disserte sur « mon œuvre », et que je m’étale avec énormité : Ma vie ce n’est pas d’écrire ; je mène une vie comme tout le monde, il faut sortir, voir des gens, c’est ça qui l’emporte sur écrire. Cette rage qu’ils ont tous, les homos comme les originaux, d’être à tout pris « comme tout le monde », au cas où la supériorité ferait de l’ombre à Monsieur Dugloupf.

     

    Si c’est pour être comme tout le monde, je ne vois pas la nécessité d’écrire. Attends, autre perle : si je devais souffrir pour écrire, je cesserais d’écrire. Youkaïdi haïdi haïda. C’est aui ces guignols ? Je les ai écoutés tous les deux : parole, ils ont la même voix, les mêmes intonations de premiers de la classe, mêmes protestations de modestie et de conformisme.

    Déjà et d’une ils ont édité chez Galligrasseuil, chez Flammedefion ou chez Juju. Quant tu en es arrivé là, tu peux te reposer, il paraît que non, en tout cas ce n’est pas moi qui vais promouvoir ces intrigants de salon. Tous ceux qui savent vivre, aimer, converser, se trouver à 30 piges un copain cinéaste pour reprendre leurs écrits, je les emmerde.

    Ils aiment leurs éditeurs qui leur dit ce qui correspond à eux-mêmes et ce qui n’y correspond pas, c’est du sous-sartrisme ma parole, les autres vous connaissent mieux que vous-mêmes ; je n’ai jamais pu suivre le quart du huitième du moindre conseil, souple comme un verre de lampe, trop peur de me renier, il faut que ça vienne de moi-même autrement va te faire keuneu, je ne comprends COLLIGNON ARTICLES

    ÉCRIRE ET ÉDITER FÉVRIER-MARS 2051 LE SINGE VERT SE BROUILLE L’ÉCOUTE 9

     

     

     

    pas comment on peut obéir à des injonctions, même amicales, venant d’un éditeur avec une calculette à budget à la place du cervelet.

    Me casser la gueule soit, mais de haut. Et puis je n’aime pas ce qui bouge, ce qui est jeune, ce qui est vivant. Je n’aime que les vieux, les déjà morts, la poussière, et la petite couronne de gloire là-haut dans les cieux. Ridicule. Prétentieux. Original. Narcisse et répulsif. Tant mieux. Moi je ne trouve jamais quoi leur dire aux autres. Au bout de dix minutes je regarde ma montre, c’est quand que tu dégages ?

     

    Le pire c’est qu’ils écrivent bien, qu’ils parlent bien, ces petits gonzes interchangeables et propres sur eux, sûreté de soi, lucidité, maturité, compétence, c’est quoi ces zozos ? Ces préformatés ? Qui ont appris « leur métier »? Alors écrivain c’est un métier comme un autre ? Et les complexés ils font quoi eux ? Ils prennent du Prozac ? Du Viagra ? Quoi les petits nouveaux ? Toujours jeunes et déjà quinqua ? Toutes les cartes en main alors ? Y en a même un qui chante ! Avec une copine qui joue de la guitare! Voulez-vous me cacher cet amour de la vie, avec son bout de queue qui dépasse ?

    Allez les petits jeunes, et bonne galère quand même ! Agagah…

     

    COLLIGNON ARTICLES

    ÉCRIRE ET ÉDITER Février-Mars-Avril 2052 JUSTICE PARTOUT, JUSTICE NULLE PART 9

     

     

     

    C'est facile je vous jure de couler n'importe qui sous n'importe quel prétexte : un prof, un sauvageon, une petite entreprise fraîche et joyeuse. Vous faites valoir que les réunions se font par téléphone, vous montez en épingle les rapports tronqués avec bénéfices quasi nuls, alors que vous savez pertinemment (c'est l'éditeur lui-même qui vous le jubile) que la boîboite sort trois books par mois ; et que vous avez placé une brique dans le capital pouor que ça vous rapporte paraît-il au prorata des bénefs, pour vous ça fera zéro zloty zéro groszy fautilovski vous l'envelopper ?

    ...Sans oublier que le pauvre éditeur vachement à plaindre vous a soigneusement niqué la diffusion sans oublier de promouvoir celle des autres sans un centime de droits d'auteurs (les sept cents premiers exemplaires pour que dalle vous connaissez la chanson) TOUT EN s'offrant des voyages professionnels à Paris ou Verdun "payés par la maison" – je ne suis jamais arrivé à piger comment on peut être à la fois personnellement fauché avec une société prospère yop'là boum – faut croire qu'il y a d'étranges phénomènes de porosité tout de même, malgré les HURLEMENTS vertueux des gestionnaires – tiens t'en v'là du pognon miraculeusement surgi pour les stands au Salon du livre, pour loger les écrivains à l'hôtel – les droits d'auteur que dalle et peau de balle on t'a dit t'es sourdingue ? C'est tout de même un peu fort et si je peu me permettre – un brin mystérieux.

    Je vais t'en couler des boîtes moi, par paquets de dis. Là-dessus interviendra un baveux (avocat...) qui vous démontrera que non seulement vous n'y connaissez rien, mais que vous avez eu tort de poser la question, encore heureux si vous y coupez de la diffamation (en vérité s'il y a une partie des programmes de français dont je me torche, c'est bien leur putain d' "art de convaincre" ; il n'y a si absurde affirmation qui ne puisse se démontrer avec des arguments parfaitement valables, on peut même vous démontrer en agitant les manches que les Juifs ont tué Dieu ou qu'une ligne courbe est droite (il suffit de la considérer point par point, ou vue de haut, ou considérée par rapport à la curvité : elle est courbe par rapport à la curvité, donc elle est droite – tout se démontre.)

    Total c'est la Cour qui se juge, chiche qu'on voie (vers Drancy, ouaf ! L'humour) Papon plaider un de ces quatre devant la Cour des droits de l'Homme, et il se trouve même des pros pour s'apitoyer sur les gencives de Saddam. Et d'ici peu si mon Blair a une tête de nœud et que je ne porte pas de cache-sexe allez hop, attentat à la pudeur, j'ai regardé une meuf avec con-cu-pis-cence : harcèlement, je l'ai bousculée dans le métro sans lui mettre : délit de promesse non tenue ou tentative de viol (à pile ou face) – amis amphibologues bonsoir.

    En Angleterre c'est carrément l'allule suce-pecte qui vous envoie en taule, j'ai intérêt à porter le voile. Je vais vous en foutre, moi, du droit. Justice partout, justice nulle part. Tenez, je connais une boulangerie qui marche du feu de Dieu, elle s'appelle "Le Four". Mais elle est "Rue de la Juiverie" : antisémitisme et incitation àlahaine raciale, vingt mecs dehors dont cinq juifs toujours ça de pris.

    Le dédain, la déconsidération, l'écœurement, ça m'écœure moi-même. C'est malsain, le mépris : ça vous laisse la langue fielleuse et le rectum mélancolique. On a l'impression de se salir. Un peu du même ordre que le sursaut de fierté à considérer les culs d'ours qui ardissonnent avec leurs nègres et leurs euros, alprs qu'on est en train de trimer dans le mépris des autres. On se secoue la merde mais on a marché dedans quand même. Un petie Chateaubriand pour la route : Le mépris est une denrée rare à n'utiliser qu'avec parcimonie, vu le grand nombre de nécessiteux.

    Sans oublier les crocos qui l'avaient bien dit, qui l'avaient bien prévu, qu'il ne fallait pas employer "ce mec" mecki, bizarre ! bizarre ! ...quelques années auparavant disaient pis que pendre de not' fine équipe, nous traitant de cons, comme quoi on excitait les féroces auteurs contre les gentils éditeurs, alors que ces derniers n'est-ce pas prenaient des risques financiers, et que si ma foi telle revue suivez mon regard disparaissait du paysage ce ne serait fin finale pas si mal – dis donc mon p'tit saint ce ne serait pas toi par hasard – "je leur avais bien dit" – qui aurait tiré les ficelles ?

    Allez on m'appelle pour la bouffe, mieux vaut sonner la soupe que soupe sonner, c'et vieux comme Hérode – M'sieur ! Y m'a traité de vieux comérode ! - quand est-ce qu'on crève – mais non Ménon, survivons, gnaquons, cautérisons les décollations d'hydres, ne finissons pas, jamais, ce serait trop répugnant, trop hideux, trop dégoulinant, trop mollardier, trop sanieux, trop charognard, trop dégueulatif, dans un aussi saut caveau (arf...)

     

    COLLIGNON ARTICLES "CRÈVE, LANGUE FRANÇAISE, CRÈVE"

    date imprécise, début 2052

     

     

     

    Plus moyen de lire une copie de seconde sans être assailli de fautes énormes : c'est long ou on c'est le plus battu ("là où l'on c'est", traduction), pygane pour pyjama. Ma dernière (vous n'allez pas me croire) c'est "ils est" pour "ils sont", parole d'honneur, dans le contexte ce ne pouvait être que "ils sont", même plus l'orthographe ou la grammaire, carrément la destructuration, même plus de la conjugaison, mais de l'esprit, de la pensée. J'exagère, j'invente. Toutes proportions gardées, on refusait de croire les rescapés des camps, "allez voir un psychiatre" disaient les médecins, je connais tous vos trucs par cœur, braves couillons.

     

    Alors nous aussi, on se tait, on n'ose plus vous les dire à l'antenne ces perles-là, parce que ça faitmarrer tout le monde, et nous passons pour des vieux cons, des Professeurs Nimbus qui marchent dans la merde parce qu'ils oublient de regarder le trottoir, vous savez, là où se passe "la vraie vie". De toute façon dès qu'on sexe-prime vous pensez bien c'est un journalisse qui intervient, qui interrompt très vite, hilare, il est au courant lui le journalisse, il a tout compris le journalisse, il va tout vous espliqué le journalisse, il fait la pluie et le beau temps, il se croit à la foire aux cancres. Ha ha les profs toujours aussi cons, même qu'on n'a pas le sens de l'humour hein mon con, rigolez, rigolez, ce n'est pas grave, c'est folklorique, rigolez, rigolez, journalistes bourrés de diplômes et prétendant qu'il n'en faut pas.

     

    Ignorance des journalistes, le pathétique Drevet ne sachant même pas localiser Nevers ni Limoges sur une carte de France. La tête à claque de Patrick Pujadas, qui sait toujours tellement tout mieux que tout le monde, et qui pense qu'il suffit d'avoir l'air con et suffisant pour prouver son "esprit d'indépendance" et sa "salutaire insolence" ("c'est moi que je suis le journaliste

    et sans moi t'existerait même pas ") en agitant de part et d'autre son rictus de Pierrot crevard, même que c'est pas la peine de l'entarter vu le kilo de fard qu'il se trimballe sur la gueule, j'ai été obligé d'admirer Sarkozy RIEN QUE pour ça je crève de honte.

     

    Rigole Pivot rigole, qui se marre parce qu'une convocation en anglais à une série de conférences en France en anglais mentionne la charmante locaité de "Gif upon Yvette", Pivot qui se fait vertement engueuler par la môme Bombardier du Québec sous la pression constante de l'anglo-saxon là-bas dans sa colonie, voilà-t-il pas que Le Monde publie des extraits du Daily Mail, j'exige le "Frankfurer Beobachter" et "El País", merde alors, shit, Scheisse, stik, même mon distributeur de billets de banque qui m'annonce que ma transaction is being processed, et si t'es macaroni vaffanculo è chiaro. On les aura bande de parents d'élève, c'est bien la Chrichtine Ockrent qui déplorait que la langue française ne soit pas assez rapide par rapport à l'anglais, tu n'as qu'à te faire engager à NBC, avec ta gueule de French Native no executive woman tu vas te faire virer eh Martienne.

    Et il y a même des salopards qui font leur entretien d'embauche en anglais, c'est interdit, interdit, verboten, verstanden ? Vousne saviez donc pas qu'en Hollande les films anglo-saxons passaient désormais sans sous-titres ? Comment dit-on "T'as qu'à savoir l'anglais connard" en néerlandais ? Les langues c'est pas fait pour communiquer, c'est fait pour refléter l'âme du monde en autant de langues qu'il faut, et moins il y a de langues moins il y a d'âme. Ce pas pour rien si le prof de français c'est la catégorie qu'Allègre blaire le moins, parce que c'est eux qui font réféchir bien plus que les profs de maths je suis désolé. Seulement quand je lis "bien qu'ils eurent disparu" dans la Nouvelle Revue Pédagogique, "j'aimerais mieux des cendres sous la terre" dans un manuel de Sixième, je fais quoi ? ("Oh il exagère ! franchement ! du moment qu'on se comprend ! " mais je les connais par cœur vos conneries je vous dis vos conneries !) - parce que ça gagne les manuels maintenant forcément imprimés par des hommes faut pas demander, ça commence toujours par le sexe faible, celui qui croit comme disait Simone de Beauvoir que le vide de son cerveau lui meuble les couilles. Vous savez les ouvriers qui manipulent les bouquins sur des gros chariots dans les sous-sols de Gallimard "ah non moi hein j'ouv' jamais un liv', on va pas sferchier j'en vois toute la sainte journée des bouquins alors le soir pff merde alors vous allez pas me faire la morale".

    Quand tu vois ce que sont devenues les consignes pour faire un cours de français tu te tape la tête against tht walls, c'est un jargon pas possible, quand tu lis que les interrogations de bac ne doivent pas avoir de "dimension psychologique" autrement dit on ne parle plus de la psychologie des personnages et de ce que ça nous apprend sur la nôtre propre, c'est des histoires de grand-papa ça ne se fait plus, mais que tout doit être considéré sous l'angle technique, tu fais quoi ? "l'espace intersticiel de liberté" pour "cour de récréation", "le référentiel bondissant aléatoire" pour un ballon de rugby, connards ! "devoir tabulaire" pour "devoir sur table" ! Connards ! C'est dans un SKETCH de Guy Bedos, dont je persiste à répéter qu'il est super-excellent : "Les cours de français sont au plaisir de lire ce que la gynécologie est à l'érotisme".

     

    Mais "du moment qu'on se fait comprendre" et quand je te nique du doigt t'as même pas besoin de savoir le kurde. La fameuse question du niveau de langage, "ils correspondent en texto mais savent retrouver le vrai langage français en situation", ouais ben je recopie peut-être le "dictionnaire du français précieux" mais au train où ça va ils ne le sauront peut-être plus très longtemps le français le vrai. Déjà que j'ai corrigé au bac un candidat qui prétendait que le français ça ne servait à rien ("servir ! servir !" disent-ils, du latin "servus", l'esclave), "vu qu'on s'apprend la langue les uns aux autres et que ça sert à rien d'écrire des textes qui prennent la tête et que personne y comprend" – j'ai failli mettre "connard" en marge mais au bac on n'a pas le droit, j'ai juste mis "apologie de l'inculture" et j'ai foutu deux, par chance le mec était entièrement hors sujet parce que sinon j'aurais pu me faire emmerder.

     

    Tenez une fois au brevet des crétins pardon "des collèges" il y en a un autre qui me raconte une histoire d'imagination pleine de rebondissements et tout et tout, mais truffée de "il arrivit", "je m'aperceva", "nous concluâmes" et "il repartut" ; eh bien il y avait pourtant des collègues pour mettre la moyenne à cette merde en raison de l'imagination.Mais bande de nazes tout le monde il en a, de l'imagination, SAUF Pujadas, d'accord pour l'imagination mais pas en grammaire, désolé, je suis un vieux con et j'assume. Comme disait un peintre "je ne vais tout de même pas expliquer chaque travaux" hein j'ai failli dire hein comme on pousse pour chier mais je suis poli, je connais même un éditeur qui m'a traité de puriste et qui trouve qu'après tout c'est logique, bien sûr toute faute a sa logique : "les vachent , broutes" il y a la marque du pluriel donc pas de faute, confusion entre les noms et les verbes on ne va pas se faire chier pour si peu, ça n'a pas d'importance, quand on ne comprendra plus la langue écrite il va pouvoir s'en écrire des conneries sur les tracts tiens donc... Les cours en langues, de géographie, de maths, directement en anglais bien sûr, en allemand, en espagnol, ils vont être chouettes nos élèves, bientôt au point de Pénitzientadgité dans Le nom de la Rose qui a su tellement de langues qu'il n'en sait plus aucune. Babel, et pas Bab-el-Oued hélas. Sans oublier les langues régionales, moi je veux bien qu'elles soient enseignées, mais si l'on supprime l'article de la Constitution précisant que la langue française est la langue de la république, vous ne voyez donc pas bande de péquenots que c'est l'anglais qui va s'engouffrer là-dedans comme dans une brèche hollandaise ?

     

    Le français c'est trop compliqué, parole d'élève. "Ton corps aussi c'est bien compliqié t'as qu'à te couper les bras et les jambes comme ça ce sera plus simple" – il a été cloué l'élève il a fermé sa gueule j'espère qu'il s'en souviendra jusqu'à la fin de sa vie, quand il ne pourra même plus comprendre son petit-fils - déjà que tu ne les comprends plus au téléphone, ah ne faites plus de gosses, j'ai peur, j'ai peur, je vais crever et c'est tout, mais ma langue, ma belle langue, merde, pourquoi est-ce qu'elle doit crever avec moi, moi je veux bien crever, mais ma langue pourquoi ma langue ? C'est ça le comble de l'injustice vous voyez, et de la pourriture la plus dégueulasse.

     

    Mon royaume et ma vie, ma vie pour un imparfait du subjonctif !

     

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite

  • L'anticasanova

    C O L L I G N O N (FIER-CLOPORTE)

     

    L'ANTICASANOVA

    Longtemps j'ai détesté les femmes. Je ne me couchais pas de bonne heure, et je lançais de longs jets de sperme entre les draps en maudissant père et mère. Les femmes fuyaient toutes à mon approche. Tout le contraire des plats froids de Philippe S., qui les tombe toutes, et sarcastise sur leur « chiennerie » et leurs « collages » ; pas question pour moi de cracher dans la soupe, vu que j'en ai eu si peu. Je traiterai donc de ce que je ne connais pas, ou si peu.

    Quant aux rabâchages sur l'infériorité, la supériorité ou non de la couille sur l'ovaire ou vice versa, de leur égalité, complémentarité ou autres ; sur la question de savoir si la femme occupe bien dans la vie sociale ou professionnelle la place qu'elle mérite ; sur l'emploi, les salaires, les responsabilités administratives, directoriales ou politiques, je m'en contrefous : y aurait-il 52 % de femmes aux postes-clés, les choses n'en iraient probablement ni mieux ni pis - ni plus mâle.

    Rien de tout cela.

    Mon propos, c’est le comportement amoureux, ET sexuel. Pas très nouveau tout ça. Bien sûr que les femmes m’ont déçu. À la niche, le psy ! couché… « Ouais, euh, t’es pas le seul... » - ta gueule. Par les hommes aussi. Vous ne vous imaginez tout de même pas que je vais vous pondre du neuf et de l’objectif – et quoi encore… éviter le sexisme tant qu’on y est, le vulgaire, l’odieux… oui que j’oserais ! évidemment ! Ce n’est pas aujourd’hui que les gens vont me croire ! De toute façon plus moyen d’être fanatique maintenant. Plus moyen de dire quoi que ce soit sans se faire traiter de con (pourquoi pas de bites ?) Les fana font pitié aujourd’hui. Ridicules.

    Mais avec la vérité, on ne va jamais bien loin. Bien sûr que si je baisais j’aimerais mieux les femmes. Seulement, je vais vous dire un grand secret : si j’aimais mieux les femmes, je les baiserais. Il est évident, il est lapalissique, il est tautologique, que je deviendrais amoureux, féminise même, des queues j’aurais conquis un nombre de femmes assez con scie des râbles pour me sentir sûr de moi en tant que porte-couilles – mais àpartir de quel nombre de femmes ou de couilles peut-on se sentir sûr de soi comme un sanglier des Ardennes ? Je vois d’ici moutonner à l’infini (tu me chatouilles) le troupeau de culs-terreux bardés jusque dans le cul de « parallèles qualité/quantité », « hêtre ou pas hêtre » (Gotlib) – mais je me les suis déjà faits tout seul, ces trucs-là ! J’ai lu l’Abreuvoir (la Beauvoir, Boris Vian) et son Deuxième Sexe (sous l’homo plate). Adoncques les psy débarquent avec leurs pincettes et leurs grosses pelleteuses : en avant pour la mère castratrice et phallique (au moins), une homosexualité la tante, et tout un arsenal à faire spermer papa Siegmund dans sa barbe. Et voilà pourquoi vote fille est muette. Par ma barbe, nous avons d’habiles gens, et qui se paient le luxe d’avoir raison.

    Mais ça ne m’arrange pas. Pas du tout. Ça ne m’explique pas pourquoi les femmes me font chier (stade anal!), pourquoi je les fais chier (tant qu’à être dans la merde…). Ce qui veut dire qu’il me faudra me coltiner mon livre tout seul, dans l’indifférence générale. En route pour le calvaire : prêcher le vrai, en sachant que c’est faux. Plusieurs émollients s’offrent-t-à moi :

    a) la synthèse dite « à l’eau tiède » : les deux sexes dos à dos ou « l’infranchissable différence si enrichissante » (cf. « Les garçons et les filles » dans le Journal de Mickey »)

    b) « Le mieux » (dira quelque sage cervelle – j’adore cette incise de La Fontaine) « serait que des femmes intervinssent, et pourquoi pas la vôtre » (car je suis marié ne vous en déplaise) « qui vous donnerai(en)t la réplique » (sauce Platon ? non merci), « en dramatisant le discours, mais sans dramatiser n’est-ce pas » - pourquoi ne pas écrire l’histoire d’un couple tant que vous y êtes, le mien par hasard – pour des champions de l’originalité, vous vous posez là…

    c), le plus énorme : « J’ai découvert un manuscrit... » - jouer sur le velours de la 3e personne, avec la mauvaise foi du narrateur – bof…

    Non. Je parle en mon nom.

    Sans croire un mot de ce que je dis

    Devant l’autel des lettres - La main sur la braguette - je déclare ici ma sincérité « des larmes coulent ».

    ...En garde , je baisse la visière... X

     

    Ce n’est pas une visière, c’est toute une armure. Surtout qu’on ne me reconnaisse pas – l’Anticasanova, ça se cache. Irrésistible.

    ...Alors comme ça, les femmes me détestent. Ou l’inverse. Les deux mon adjudant. Des preuves !

    D’abord, de simples constatations : ma vie passée vaudra attestation et justification. Vous voilà fixés : qui n’est pas pour moi, est contre moi. Ma rancœur, ou rien. Il aura bien fallu vingt ans pour me permettre de reconstituer l’objectivité des comportements et préparer le terrain du deuil psychanalytique : sous la pellicule, la lave à 400°.

    Trois périodes sont à distinguer dans le processus moil’nœud d’éducation pardon de démolition sentimentale. Sans remonter au-delà des pubertés (où les enfants, tant garçons que filles, m’auront rejeté, nous auront rejetés, vous auront rejetés, une belle, une magnifique inadaptation sociale originelle, dont la misogynie ultérieure ne sera qu’un montage en épingle, nous distinguerons la période tangéroise, à dispositif contraignant (1958-1962, soit de 14 à 18 ans) – dite aussi Quatorze-Dix-Huit, la période mussidanaise à dispositif libéral (1962-1966 jusqu’aux noces), et la période bordelaise, à dispositif carcéral, qui nous mène, en première rédaction, début 87. Toujours est-il que peu après mes 14 ans, je débarque à Tanger dans les bagages de mes parents. Lycée mixte, donc décontracté, filles libres à gogo, moi bloqué comme un moine. Mais sans le savoir.

    Tout de même, j’ai bien envie d’y goûter, aux filles. Bien mal m’en prend, ou je m’y prends bien mal.

    ...Lecteurs, et trices (pour les filles, le cas est tout à fait différent ; rien ne ressemble moins à une adolescence de fille qu’une adolescence de garçon) – vous avez tous, ou la plupart, tenu votre journal intime. Il ne vous serait jamais venu à l’idée, par exemple, de le laisser traîner. Moi, si. Avec la mention DÉFENSE D’OUVRIR, autrement dit « prière d’ouvrir ». Ma mère a répondu à mes attentes au-delà de toute espérance. Lisant que j’avais touché le genou de la voisine d’en face, âgée de 13ans, avec l’intention bien arrêtée de ne pas m’arrêter là, ma mère exprima bruyamment le désir de montrer ces insanités au médecin de famille « pour [m]e faire soigner ».

    Lorsque ladite voisine est revenue me visiter, elle s’est fait jeter dehors par un père déchaîné. Je me suis rabattu sur une gosse de trois ans. La fille des voisins de palier. Ni exhibition, ni pénétration. Mais quand même. Lorsqu'ils étaient absents, je consultais leur dictionnaire médical, en me branlant sur les croquis médicaux. Rien ne vaut le vif. Merci chers parents. Pour elle et pour moi. Vous aussi, vous avez cru en papa-maman ? "A ton âge, on n'est pas amoureux ! on travaille !" et aussi : "...ça rend fou !" ...ou folle...

    ...Les filles aussi... dit la rumeur... surtout les filles... Alors je m'accoudais au balcon, Anne-Betty s'accoudait au balcon, je lui voyais le cordon du slip sous la jupe vichy, et je tournais ma langue dans la bouche, "tu sais que tu ne devrais pas te... te... on ne pourrait pas le faire ensemble ? " Cela devait m'ouvrir son cœur et sa culotte. Je ne l'ai jamais dit. Sûr que j'ai raté quelque chose. "Et que ferez-vous, le jour où une jeune fille... vous serez impuissant, mon garçon, impuissant !" Merci, Docteur.

    Ce qu'on a besoin d'amour, à 15 ans, ce n'est pas croyable. On idéalise, on diabolise. Celia, Celia shits - la plus belle fille du monde va aux chiottes.

    Choeur des cons disciples :

    "Fringue-toi mieux !

    "Pas d'histoires drôles !

    "Pour draguer, y a qu'à... y a qu'à...

    "...et envoie chier tes vieux !...

    ...Il fallait vraiment que je sois con comme un tonneau pour ne pas avoir baisé comme un chef avec tous ces super-conseils ! seulement, mes rires de malade, mes clavicules au niveau des oreilles et ma gueule de catastrophe naturelle, qui est-ce qui allait me les réparer ?

    Écoutez celle-là (c'est pas vous qui trinquez, vous pouvez rigoler) : un pote sapé aux cheveux plaqués me glisse dans la poche un petit mot d'amour pas mal ficelé, pour une fille que je dois rencontrer. Moi je me pavane chez les Yappi (ce nom-là ou un autre), avec ma lettre en poche. Tous les autres sont au courant et se regardent avec apitoiement. Moi je paradais au baby-foot avant le rendez-vous. Et vous me disiez tous N’y va pas j’y suis allé. Ma môme était là, splendide, mûre, blonde, au courant de tout, « dans le jeu ». Avec bonté, avec sincérité, fallait le dépuceler ce grand niais, tu vas rire, elle m’a baratiné sur le trottoir, moi je courais à toute vitesse, de plus en plus vite !

    J’avais peur. Vous ne pouvez pas comprendre.

    Je haletais Est-ce que tu es une bonne élève bonne élève bonne élève

    sinon mon père voudra jamais je galopais les couilles en dedans elle a lâché prise on a son honneur vous ne trouvez pas ça drôle Au suivant Au suivant :

    J’entre chez ma copine Sarah parfaitement j’avais une copine mais on se touchait pas faut pas déconner On devait réviser le bac. Je trouve Sarah au lit habillée affalée bras ballants cheveux ballants qu’est-ce que tu aurais fait ?

    « Facile mon con je l’aurais redressée – nos deux bouches » e tutti quanti – Non. Non.

    Écoute Écoute – j’ai pensé ELLE EST ENDORMIE curieux non comme position ? -...elle est évanouie elle est morte je vais appeler quelqu’un alors elle s’est redressée

    Tu dormais ?

    - Non.

    - Pourquoi cette position ?

    Pas de réponse les mecs t’es con aussi c’était évident évident quoi tas de cons ça veut dire quoi « évident » ?

    Moi je m’étais forgé une théorie tout seul pour expliquer que les femmes n’avaient pas de désir, ne sentaient rien ne pensaient pas à ces choses-là.Vingt ans vingt ans durant je suis passé à côté des signaux sans les voir, énormes les signaux il paraît, la faute aux femmes la faute aux Autres mais oui j’étais pédé mais oui c’était ça l’évidence tu as gagné une boîte de jeux et ce jour-là, Sarah et moi, nous nous sommes assis côte à côte, j’ai voulu effleurer le petit doigt elle l’a retiré vite vite ha très très vite offusquée QU’EST-CE QUE JE DISAIS qu’est-ce que je disais les hommes tous des cochons JE VEUX REVIVRE JE VEUX REVIVRE Chapitre Relief de l’Asie Centrale Everest 8847m ma pine 0,5cm bon Dieu si t’as pas rigolé c’est que tu es coincé branleur de mes deux.

    De toute façon avec ces Juives Hispano-Marocaines il faut faire attention disait ma mère on ne se méfie jamais assez ils sont capables de te la faire épouser sous le revolver.

    T’as raison la vieille je vais avoir l’œil.

    * * * * * * * * *

     

    Retour en France Périgord exactement 1962, fin d’un monde. Des filles des flirts partout au bord de l’Isle sous les buissons alors moi voyant ça jedizamamaman devant la mère Gauty qui l’a redit partout ça va être facile ici elles sont pas surveillées comme là-bas t’as vu ta gueule non mais t’avais vu ta gueule d’enfariné d’enflé de client de putes ? …Quand tu t’es présenté dans le Groupe « ber-nard » avec le n entre les dents le sourire con et les « r » dans la gorge tu les as repérés les autres qui pouffaient tandis que celle qui semblait être le chef les calmait de la main, tout le monde s’est mêlé sauf un. Au jeu de la vérité, avec qui aimerais-tu sortir ? - Avec Eustache !

    J’étais abasourdi. Une fille voulait de moi ! Je me suis éloigné, j’ai demandé à trois ou quatre « garçons » que je connaissais à peine « ...comment on fait ? » - Débrouille-toi ! » - au fait, croyez-vous que la fille en question se soit hasardée à faire un GESTE envers moi je dis bien UN geste ? - Ah mais non mon pote, elle en a déjà fait beaucoup, c’est à ton tour, t’as rien compris, tu parles d’un con…

    ...Pourquoi m’avez-vous renfoncé dans mon ridicule ? autre sujet - pourquoi vous êtes-vous foutus de moi parce que j’avais un biclou trop petit sans me dire simplement « tu as un biclou trop petit » ? pourquoi vous êtes-vous payé ma gueule parce que je levais les pieds en rentrant la tête sans me dire « tu lèves les pieds et tu rentres la tête » ? Il a fallu que je me surprenne dans une vitrine pour m’en rende compte. Pourquoi en surboum – un Teppaz et deux planches dans un garage - toutes les filles ont-elles trouvé des genoux pour s’assoir sauf les miens ? Oui, c’est rigolo, oui c’est ridicule. Mais pourquoi toutes ces humiliations, ah que je souffre, ah qué yé souis malhéré mon Dié mon Dié !

    C’est alors que j’ai commencé à hhhaïr – tremblez… Quand on m’a traité de prétentieux, d’intel-lectuel (réflexion faite, je l’étais) - de pédé, d’impuissant… la Haine ! la Haine !... tu ne peux pas juger, c’est trop dur pour toi… la haine du pas-comme-tout-le-monde contre les comme-tout-le-monde – Baisers volés j’ai connu ça. Mis à part que chez Truffaut le couillon trouve quelqu’un pour le tirer de là, moi aussi, mais j’aime râler.

    Vi-queue-time desfemems, de la paralysie des femmes sans voir la mienne – quand les bras sont tout raides et le reste tout mou – toi en face, l’autre, tu es un baiseur un vrai, tu fais partie des 2 % que les femmes se repassent entre elles au nom de la liberté sexuelle – non pas toi t’as vu ta gueule ? (rires) ...dégage, baiseur… ici c’est un taré qui te parle, un Rescapé du Périgord. Et j’ai fini par la trouver, l’âme sœur : une fille de flic, avec plein de boutons sur la gueule. Et ces mêmes fleurtouillards qui me chambraient à cause de ma solitude se sont empressés de se payer ma gueule parce qu’on me voyait, cette fois, avec une fille oui mais la plus moche. On touche le fond. Pas le con.

    Mais je me foutais bien d’eux à présent. J’étais accepté. Nous passions à trois des après-midi chez sa mère, au grand dam de mes parents : une Fille de Flic ! Et si je lui racontais que mon père n’avait pas été résistant pendant la guerre, plutôt de l’autre côté ? Et si je faisais un enfant ? Eh bien non : je suis resté très exactement 32 jours, je dis bien trente-deux, sans branlette ! (rires) mon record absolu. Pour la fille, je ne garantis rien. Puis, hélas ! elle a cru que je me moquais d’elle, que je prenais « de [m]es grands airs » (j’en prenais), que j’ «étalais mon instruction » (j’étalais). « À la rentrée tu connaîtras une étudiante et tu m’oublieras » - exactement Maggie : en octobre 10, j’ai rencontré ma femme…

    *

    Mes vieux étaient loin. J’habitais Cité Universitaire, je me payais le bordel tous les 11 jours (on tient ses comptes), je tournais autour d’une étudiante ravagée de branlette comme moi, détraquée jusqu’au trognon comme moi, que je ne devais baiser que le 15 février 02, sans compter six mois de liaison homo (rien ne vous sera épargné) (rires). Un jour j‘ai bu un cognac cul-sec pour oser embrasser ma Future – sur la joue.

    Et à présent Mesdames et Messieurs, Meine Samen und Spermien (lacht) place au délire. Car, « les paranoïaques ont toujours raison » (Anne-Marie M.)

    Chapitre Un : Pourquoi les femmes ne veulent-elles pas coucher avec moi ? (mouchoirs!)

     

    X

     

    Argument n° 1 : Je ne t’aime pas

     

    Parenthèse (cet ouvrage manque de plan) : je dois définir ce ridicule dont je me pare.

    La notion de ridicule participe du passionnel.

    Tout individu traitant de sa passion devient par là même ridicule.

    Et c’est pourquoi (deuxième parenthèse) toute femme qui crie en jouissant excite le mâle par le ridicule qu’elle déploie.

    Il faut châtrer les mâles, afin de les préserver du ridicule de l’excitation.

    ...La femme prétend donc ne pas désirer l’homme si l’amour est absent. Mais elle crie pour jouir (par feinte ? par ordre?) et se ridiculise, disent les connards.

    Seul l’amour lui ouvre les portes du ridicule, alors ressenti comme un don.

    Suivez-moi bien, c’est de plus en plus con.

    Nous en revenons donc à l‘éternel rabâchage : les femmes croient encore dur comme pine (hi ! hi!) que seul l’amour peut déculpabiliser l’acte. Si elles ne devaient baiser qu’amoureuses, la chose ne se produirait pas souvent !

     

    Deuxième hypocrisie

    Lorsqu’elles se branlent, de qui sont-elles amoureuses ? (chœur des vierges indignées : « Ah! mais ce n’est pas du tout la même chose!) - ben si, quoi d’autre ?

     

    Troisième attaque

    « Si je couche avec toi sans t’aimer, tu en souffriras » - variante : « je transpose chez les hommes mes subtilités névrotiques ». Le mâle, sexe dominateur (re-hi ! re-hi!) ne nous sentons pas coupables de faire l’amour. Nous n’avons pas besoin d’un voile. Nous avons séparé depuis longtemps l’Église et l’État, l’Amour et le Zob.

    En revanche, contrairement aux femmes, nous souffrons de l’obligation de nous masturber. Par famine. Car la honte se répartit différemment selon les sexes. Merci de tout cœur, ô Femmes, pour mes branlettes. Pour vous, c’est du sublime, c’est de l’éthéré, chaque tour de doigt vous fait pousser des ailes. Pour nous, c’est sale. Vous m’avez en effet dispensé d’une grande souffrance en vous refusant comme vous l’avez fait. BOUOUOUOUH !!!

    Merci aussi, de tout cœur, pour ma souillure homosexuelle. Une femme est gouine sans même y penser, « On se rend des services entre filles. Qu’est-ce que vous allez penser ? ah ces hommes : ils voient le vice partout ».

    Merci de m’avoir éviter une grande souffrance. Amen.

    Merci enfin pour ma fréquentation des putes. Je n’avais qu’à me branler, voir plus haut.

    Onanisme, pédérastie, putasserie : ça fait tout de même un sacré tiercé d’échecs et de souffrances – croyez-vous donc, ô Modèles de Modestie, qu’il m’importât à ce point d’être aimé de Vous ?

     

    X

     

    Argument n°2 : J’en aime un autre.

    ...Rien ne le prouve. Si d’autre part cet homme profite autant que moi de vos faveurs, car l’amour ne suffit pas pour accéder à Votre Cul, Huitième Merveille du Monde. EN EFFET :

    ...il paraît hautement invraisemblable que le femme, s’estimant si haut, et si comblée par son auto-érotisme, puisse éprouver le besoin d’un amour quelconque ENFERMEZ-LE CE MEC C’EST INTOLÉRABLE (blagadeuballes : « Dieu et mon droit », devise de l’Angleterre. Devise de la Femme : « Moi et mon doigt ».

    Une femme qui dit « J’en aime un autre » veut signifier par-là qu’elle se soumet à une habitude sexuelle. Jamais, ou si peu, elle n’aura franchi le cap du premier homme. Un peu comme si l’on devait s’arrêter au premier livre, au premier film, au premier slip – achevez-le, voyez comme il souffre). Vient-il seulement à l’esprit de ces créatures qu’on puisse aimer deux êtres à la fois, ou une multitude d’êtres ? mais nous traiterons de cela plus tard.

    Voici le moment venu en effet d’aborder le Troisième, dernier et capital Argument de ces pimprenelles (c’est l’un des charmes de l’écriture, ô lectrices, que ce mélange suave des raisonnements les plus subtils et des insultes les plus offensantes ) (ou l’inverse ?) - une seule formule, si délicatement féminine, à prononcer de préférence avec l’accent d’Agen ou de Carcassonne :

    OUAH PUTAING CE QU’IL EST CONG ÇUI-LÀ.

    Sans réplique. Ça vous en bouche un coing. Cette acuité du jugement. Voilà qui est chiadé. Nous tombons en effet droit sur le seul argument : JE SUIS con. Il n’y a plus d’hommes ni de femmes. Il n’y a plus que le Hideux, le Répugnant Rracisme à l’adresse, tenez-vous bien, d’une seule personne : Moa. L’Auteur – on donne à Cet Autre, pas un autre, celui-à, çui-là, l’air con, puis on se moque de son air con. Exactement le coup du Noir qui cire les godasses.

    Pas de pitié pour l’Air Con. Ça te tombe dessus, c’est écrit : l’Air Con. À la trappe. L’air con, ça au moins, c’est un critère. Quel jugement les femmes ! Putain l’intuition je te dis pas ! Juif, arabe, tombé dedans quand t’étais petit. Les femmes (pardon : DES femmes, il paraît qu’il faut dire DES FEMMES) ont raison de se foutre de toi, mais toi, tu as raison – de tirer ta Kalach et de tirer ? non… - mais de gueuler.

     

    X

    X X

     

    ...À présent, l’auteur – est prié d’être objectif, de présenter son mea culpa – j’ai déconné, j’ai agressé, j’ai larmoyé : excusez-moi d’exister.

    Petit a, de fumier :

    Je suis grossier. Tombé dedans tout petit. Oncle Serge : « Répète : Trou du cul ».Je répète. Ça le fait rire ce con. J’ai trois ans. Paix à son âme. À huit ans je me soûlais d’ordures avec Lucien. Là où jene pige pas c’est quand les potes se font interdire de me fréquenter par les parents : « Il est grossier ». Des gosses qui n’avaient que ça à la bouche. « On ne joue pas avec toi, t’es trop grossier » C’est l’histoire du Gabonais qui ne parle pas au Malien parce qu’il est trop noir. Qui est fou ? En vacances, je trouve un groupe. « J’ai un secret. - Lequel ? - Vous ne le saurez pas . » Je finis par me faire coincer sous une tôle et tabasser : « Alors ce secret ? - Je suis grossier. - C’est tout ? - ils m’ont tous laissé tomber à la seconde.

    Pas grossier, con. Nuance.

    On me présente à 13 ans à une fille de 13 ans. Eh bien, dites-vous quelque chose ! - Euh… vous savez, je suis grossier. - C’est tout ce que tu trouves à lui dire ? » - côté connerie j’avais sans doute de qui tenir. Les filles ont peur des mots,pas des choses. Comme il est dit dans l’introuvable Manuel de savoir-vivre à l‘usage des demoiselles : « Dites : « Elle est très sentimentale ». Ne dites pas : « Elle se branle à mort ». « Faites-la rire, c’est gagné » - mon cul ! On s’agglutinait : « Une autre, allez, une autre » - on me disait un mot, j’en disais une bien bonne. J’avais une cour de garçons. Tant que j’en avais dans le sac ça rigolait, de plus en plus mécanique, de plus en plus mou.

    Puis je me retrouvais seul, comme un égoutier. Les autres se poliçaient, ils draguaient (successfully) des filles sans poils ni doigts. Moi je ramenais tout à moi. « Moi aussi » me semblait le meilleur moyen de montrer mon empathie moi aussi je suis comme vous moi aussi ça m’est arrivé les autres voyaient cela autrement – non, je n’étais pas le point de rencontre de toutes les trajectoires humaines. En moi se confrontaient toutes leurs souffrances, de façon tellement plus nette, plus aboutie – eux l’accident, moi l’essence. Pas d’étonnant que le Christ se soit fait tant d’ennemis. « Tous les péchés du monde ». Je vous demande un peu.

    Quand je me suis vu ainsi rejeté, je me suis plaint. Et je me suis fait engueuler de me plaindre. Et comme j’étais amoureux de B. qui se branlait à mort- elles étaient deux – passons – et je ne trouvais rien de mieux que de la suivre en chantant Si tu ne veux pas / De mon amour / Adieu Bonjour / Ma mie – Quatuor de Paris – habile, n’est-ce pas ? Je le faisais exprès pour être repoussé. Les juifs ont tout fait pour se faire cramer. Les communistes ont tout fait pour être pinochés – ça ne vous passe pas, de vous plaindre, savez-vous, le goût de se faire plaindre. Ayant lu dans un livre – on n’apprend rien, dans les livres, tous les cancres vous le diront – que le héros  « avait cet air malheureux qui plaît tant aux femmes », je tirais en pleine rue des gueules sinistres, la bouche en fer à cheval, ce qui les faisait bien rire.

    Au téléphone je demandais pardon, je m’aplatissais, je larmoyais bien fort à travers la vitre du téléphone. Pagnol rapporte ses ridicules d’enfant. Avec un extraordinaire attendrissement. Il a « dépassé », lui. Moi, non. Tout le monde n’est pas Marcel Pagnol.

    ...À 18 ans, à 38 ans, à présent même, il s’en tenait à l’approche « merlan frit » : de grands yeux langoureux d’asthmatique. Les femmes assurément s’y montrent sensibles, pourvu seulement que le soupirant contrôle son sphincter buccal) mais ne croyez pas que l’une ou  l’autre fasse le premier pas. La femme est une moule : un animal fixe, à sang froid. Quand le séducteur a joué le beau ténébreux, celle d’en face attend qu’il se décide enfin, l’animal, qu’il « adresse la parole » ; qu’il prenne la main : elle a lu les mêmes livres que lui. Ayant passé vingt ans à peaufiner les yeux e le sourire, il peut espérer d’avoir maîtrisé l’essentiel vers les années 80. Ne peux-tu pas être naturel, tout simplement ? - Mon naturel fait fuir. - Tu te fais des idées. - Ta gueule.

    Un tel préambule mène presque inévitablement à l’agressivité. Que fais-tu quand tu aimes une femme ? - Je l’engueule de ne pas m’aimer. L’idée regorge de bon sens… Les filles en ce temps-là s’appelaient Monique. C’est extraordinaire quand on y pense. Monique m’aimait bien. Je me serais cru déshonoré de ne pas lui déclarer tout de go que les femmes n’avaient pas de désir, qu’elles étaient toutes lesbiennes : « As-tu déjà vu le sexe d’une femme ? - Oui. - Tu vois bien... » Inutile par conséquent de solliciter « une fille » qui de toute façon « ne voudrait jamais », alors que tous les bordels de France et de Navarre me tendaient les bras,etc. Jamais je n’ai rencontré aucune jeune fille plus désireuse de me convaincre de ma sottise, ni plus tendre dans son expression.

    Elle fut abandonnée à tel petit porc au nez retroussé, puéril, ridicule, qui la poursuivait de ses assiduités. Elle nous a fuis tous les deux et court encore, dans ces plans fixes laissés tout soudain suspendus par le temps. Une toute petite observation cependant : jamais – jamais ! - Monique donc n’avait cherché ne fût-ce qu’à demi à m’effleurer, j’entends physiquement. Une vraie femme…

    Vers la même époque, je me suis égaré dans un bal de village en exhibant un couteau à cran d’arrêt : « Tu l’as vu celui-là ? » Je me suis fait jeter avec mes potes, le bruit en courut je crois jusqu’en gendarmerie. Ne pas oublier ma gifle donnée en pleine rue, l’étudiante traitée de « machine à gosses » et le sigle « ABLF » (« À Bas Les Femmes ») à l’encre sur la main. Ensuite, j’appris que « je faisais peur ». Sans doute étais-je le lièvre, et les femmes, les grenouilles.

     

    Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Tout cela pourrait s’écrire à la troisième personne. Mais c’est la première qui m’importe. Je ne m’épargne guère. À votre tour à présent.

    Il n’y a qu’à leur parler

    J’ai parlé. Des conversations, autant qu’il en est possible, philosophie, sociologie, sentiments et sexe, que dis-je, surtout de sexe. Ma langue fut souvent mon seul organe sexuel.

    Fais-les rire.

    Je les ai fait rire. Avec du sexe. Dans les films, ça marche. Cléo de cinq à sept : un bidasse raconte des sottises à Cléo, elle rit. Une heure plus tard, on se retrouve dans son lit. Moi aussi : dans le mien, en train de me branler. « Femme qui rit... » - eh bien, c’est femme qui rit.

    Touche-les

    Réponses enregistrées : « Écoute… je suis un peu gênée… je ne suis pas venue au cinéma pour ça… » « Ce que je cherche, c’est un camarade… une amitié… ce n’est pas le genre de rapport que... » - ad libitum. Les lèvres qui se dérobent, la joue qui se détourne, l’épaule qui fuit, la main qui fond – le genou qui s’écarte (un seul genou) – tenez, fantasmons : « Un mec, un vrai, c’est celui qui drague une fille dans la rue, et se retrouve une heure plus tard... » (voir plus haut).

    - Oui.

    - Prends ça dans ta gueule » - il lui décharge son 7,35 dans le ventre, parce que le ventre ou la gueule, c’est la même chose. Le tireur s’effondre à son tour : « J’ai tué » qu’il répète à genoux « j’ai tué », il n’en revient pas, il tend la nuque et personne ne l’achève, les flics le relèvent et lui parlent comme à un malade – vous avez l’heure j’ai tué vous habitez chez vos parents j’ai tué c’est à vous tout ça ? - ceux qui siffElaient les filles en groupe je leur dis vous ne voyez pas que vous passez pour des cons ils se sont arrêtés aussitôt.

    Fantasme

    Fuir au Maroc. Se faire passer pour Chleuh à cause des yeux, se faire tringler, casser des gueules pour se venger. « Maintenant tu me procures une pute. - Y’en a pas. - Paie-moi une pute «  fin du fantasme.

     

    ...la drague disparaît. Si tu abordes une femme tu passes pour un détraqué. Marie ouvre son parapluie d’un coup sec devant un type qui lui demande l’heure – genre Félicité devant le taureau ça va pas non ? dégage ! Essayez voir, jeune permissionnaire, d’aborder, poliment, une femme dans la rue – redégage.

    Les femmes essaient de « draguer désagréable » pléonasme – très comique les mecs qui paniquent - « draguer sensible » ? - non – jamais essayé… Juste interdire « drastiquement » toute drague d’hommes (entre femmes, no problem ). Comprenez bien : une femme dragueuse d’hommes avouerait par-là même que ma foi oui, elles pensent à « ces choses-là », et chacun sait la répulsion des femmes pour tout acte sexuel hors mariage (ou hors collage : elles ont fini par admettre le collage – quel progrès!) - et Phâmes de se plaindre : « On ne nous regarde plus ! On ne fait plus attention à nous ! « ils » baissent les yeux ! » - oui, et autre chose aussi. Pas fous. Quand on sait qu’aborder une femme récolte neuf fois sur dix la gueulante ou la main sur la tronche, aux sourires caustiques, on reste sur son strapontin de métro, on serre les fesse et on ne bouge plus.

    Ou bien, la panique vous lâche dessus un gros moellon de mimiques ridicules, j’ai déjà donné merci – merde, pour s’adresser aux femmes faudra bientôt trois ans de cours Simon. Ou des prothèses, un masque blanc, au hasard – les femmes ne se font plus « importuner », tout le monde s’emmerde, on a – ga- gné.

    « Et vous seriez contents, vous les hommes, de vous faire draguer ?

    Chœur des mâles : Oui.

    Laissons- leur la parole. Car les femmes draguent. Elles sont très fermes là-dessus : si si, elles draguent. Et elles baisent quand elles veulent. Dialogue :

    « Ce type n’est pas possible – tu as remarqué le rentre dedans que je lui ai fait ?

    - Raconte…

    - Il n’a pas pu ne pas se rendre compte ! Enfin ! Il était à l’autre bout du bar, et je me refaisais tout le maquillage en lui tournant le dos, mais il a bien dû remarquer mes mouvements de cils, tout de même ! » C’est faux, mais plus vrai que le  vrai. Juste pour montrer. Les femmes « draguent », c’est vrai. Mais si subtilement, si délicatement, avec tellement de « féminité » [sic] qu’elles sont bien les seules à s’en rendre compte. Çà pour vous sourire, elles vous sourient. Ma bouchère sourit. Ma boulangère sourit. Ce qui ne signifie pas qu’on va illico troncher sur les baguettes ou les os de gigot de l’arrière-boutique.

    «  Mais comment donc, Burrougues, tu n’arrives pas à distinguer le sourire de ta bouchère du sourire « qui en veut » ?

    - Ben non.

    - Ben voyons, c’est évident !

    - Ben voyons, pas du tout. »

    ...c’est ma femme qui m’a appris : « Quand elles battent des cils comme ça, tu vois, ce genre de regard » - pour une fois qu’une femme trahit ! Cependant : les femmes sourient. C’est certain. Au passage. Dans la rue. Très vite. Au bras d’un autre homme. Quand il n’y a pas de risque. Et souvenez-vous : on ne touche pas. On se frotte une bonne perle le soir, voire deux. Mais on ne touche pas à un homme quelle horreur !

    Alors, vous, bonne poire, vous répondez au sourire, vous engagez la conversation : « Mais pas du tout monsieur, qu’est-ce que vous allez imaginer, je suis avec mon mari ! (attends, j’explique au lecteur, là, parce qu’il s’y perd un peu : il n’a jamais connu tout ça ; tu accumules toutes les expériences maso possibles pour te donner des raisons de ne pas aborder les femmes : tu serais effrayé de la réussite.)

    C’est ç’laaa, ouiiii.

    Merci Catherine de Toulouse, qui m’as demandé de te raccompagner chez toi à 2h du mat, et qui ne m’as pas laissé monter,mais qui m’as couvert de baisers après que j’ai dit « Bon je pars », si bien que je ne pouvais pas me dédire sans passer pour un con.

    Merci Christine M., qui aurait bien voulu me sauter, mais qui s’est confiée à ma femme qui me l’a révélé un an plus tard, je ne t’ai pas inventée non plus.

    Merci Françoise L., assise à côté de moi sur le canapé cuisse à cuisse sans oser te toucher ; puis quand je me suis décidé (« Il ne faut pas brusquer les femmes ! »), tu m’as rendu le baiser, puis tu t’es écartée parce que je ne te désirais pas assez, qu’on n’avait plus le temps, je ne t’ai pas inventée.

    Merci Nicole, qui as renvoyé tout le monde pour me garder seul, qui m’as fait coucher à l’autre bout de la chambre, et qui n’a pas réagi d’un millimètre quand je suis venu à tâtons te baiser la paupière, pour me virer comme un malpropre le lendemain matin, « cette promiscuité est malsaine », je ne t’ai pas inventée.

    Merci Annick, à poil sur le lit en train de te rendre compte que « non, là, vraiment, c’était trop loin non non je ne veux plus pas maintenant mais cette fois, ce n’était pas moi, tu es tombée sur un homme, un vrai, qui t’a flanqué une baffe en te demandant si tu te foutais du monde, je vais t’apprendre à respecter un homme, et tu y es passée, je ne t’ai peut-être pas inventée, mais j’ai entendu dire, et les hommes se vantent souvent.

    Parler aux femmes, les faire rire, laisser traîner ses mains : à d’autres. Draguer gentiment dans la rue ?à d’autres – mais si tu ne dragues pas, on ne viendra pas te chercher. Et en admettant que tu obtiennes un bout de doigt, il te sera retiré, pour se foutre avec les neuf autres là où tu penses.

    Elle pensera peut-être à toi…

    *

     

    ...À votre tour les mecs… Pas de raison. Qu’est-ce qu’il y a de plus con qu’une femme ? ...un homme.

    Un homme, ça plastronne, ça les tringle toutes… mais quand on délie les langues, on s’aperçoit – comme c’est curieux ! que ces messieurs se départissent de la fameuse solidarité masculine et se tirent dans les pattes comme de véritables clientes de coiffeuse. Ce qui peut laisser sceptiques sur les prouesses des Bites-en-Barres.

    À 42 ans, les hommes ne parlent plus de cul : le rouleau compresseur de la vie les a bien rattrapés derrière les oreilles. Mais entre jeunes, c’est le festival d’arpente-bites. Libre à eux. Mais les voici qui dirigent vers moi leurs grands chevaux. Et je la leur joue Parsifal : je cherche des renseignements : comment faire pour être un homme, aussi beau que vous, séducteurs, ravageurs de croupes. Alors les chevaucheurs rigolent entre eux. Grassement. Ils s’exhibent leurs prouesses, leurs tringlages, se renvoient l’ascenseur, se la passent à la brosse à reluire, avec le coup d’œil supérieur au minable à pied dans le crottin : « Mais c’est facile mon vieux ! ...Tu te débrouilles ! » - leurs rires… surtout leurs rires…

    J’ai envie de tuer.

    Les plus calmes :

    « Mais bien sûr, que je tombe toutes les filles que je veux (bouffée de pipe). Ce n’est pas un problème (bouffée de pipe). Il suffit de savoir s’y prendre. De nos jours les femmes sont libérées. Elles ne pensent qu’à ça, comme nous. Tu n’as qu’à demander. »

    Mon désir de saccage devient frénétique.

    Cette fille de banquier qui déclamait : « Moi j’ai dépassé le problème de l’argent: j’en ai – je le dépense. »

    Ils disent : « Tu devrais te tourner vers d’autres questions maintenant. Tu n’as plus seize ans tout de même. » D’une femme : « Il est un âge où il faut savoir se fixer. Finies les petites aventures à droite à gauche. » L’ennui c’est que ne suis pas une femme, moi. Il ne me suffit pas d’ouvrir les cuisses. « Mais nous voulons choisir ! » ...Parce que vous vous imaginez, mesdames, que nous choisissons, nous,  les hommes ? …on est trop content de prendre ce qui traîne ! ...Et dire qu’il m’a fallu lire dans je ne sais plus quelle enquête bidon cette réponse de je ne sais quelle bite à pattes : « La baise, maintenant, ce n’est plus un problème ! » - on l’a payé combien, celui-là ? Pas besoin de le payer, d’ailleurs : les mecs se vantent comme on pète à table. Mais à 19 ans,j’y croyais dur comme fer. J’aurais bien aimé les avoir près de moi, tiens, quand je parlais à une « fille », pour me conseiller jusqu’au bout, pour me la tenir pendant la baise.

    Je glanais des recettes, j’accueillais tout avec des ferveurs de catéchumènes. On me racontait sans rire et d’un air blasé comment on s’était envoyé une passagère inconnue en cinq-sec, comme ça, dans les chiottes du Paris-Toulouse. On me célébrait une nymphomane arlésienne sans jamais vouloir me la présenter, d’où je conclus rapidement que ce genre de bête de foire n’existait qu’entre les pages des magazines. On me décrivait avec force détails les halètements d’une obsédée de la teub qu’on avait dû shampooiner sous un robinet d’eau froide ; après quoi, la prétendue chaudasse avait soupiré « Merci Léon », dégoulinante de reconnaissance.

    Et je gobais comme Parsifal, les yeux globuleux.

     Merci Bernard B., de m’avoir emmené dans une « partie carrée » après m’avoir en chemin ridiculisé par une série de vannes scatologiques où les trois autres se fendaient la gueule comme des macédoines en boîte – j’aurais pu me méfier : « Ce n’est pas tes blagues qui font rire, mais la tête que tu fais en les racontant ». Quand nous sommes arrivés dans l’appartement de baise, Bernard B . et sa partenaire se sont enfermés dans la pièce voisine pour tirer un coup vite fait à même l’édredon, tandis que je m’indignais de la froideur de l’autre, celle qu’on me laissait, le lot de consolation, perdant tout contrôle au point de l’insulter pour son manque de symétrie, et de vouloir lui arracher les boucles d’oreilles.

    Je me suis même retrouvé les mains autour du cou pour l’étrangler. Merci Bernard B. Tu rigolais bien dans le car du retour. Et je gueulais, je gueulais… Les autres t’ont fait de violents reproches : « « Tu te rends compte de ce que tu as fait ? Tu ne vois pas qu’il est malade ? que tu l’as complètement détraqué ? - Je lui ai même fait raconter l’histoire de la vache ! - Tu te rends compte, espèce de con ? »

    La vie m’a bien vengé, camarade. Tu voulais devenir le comédien, le cinéaste du siècle. Tourner Rabelais. Mais plus jamais je n’ai entendu parler de toi, pas même das le plus minuscule entrefilet de bas de page de la dernière feuille de chou d’Orthez. Tu as dû croupir dans je ne sais quel sous-bled pyrénéen , c’est bien fait pour ta gueule, moi je reçoit des boulettes en classe de 4e, c’est bien fait pour la mienne.

    X

    « Tape-moi dessus ou ça va de rendre malade. Frappe-moi, rends les coups autrement tu ne vas fermer l’œil de la nuit » - Jacques H., tu ne me plaisais pas trop mais tu avais tout compris.

    X

    Quand je les entendais parler l’un de l’autre, Bernard B., Laurent K., j’apprenais que le second ratait toutes les occasions, que le premier n’avait réussi qu’à dégoter une infirmière gélatineuse. Quand Laurent revenait de ses bals, de ses baises, après m’en avoir assené tous les détails, il me demandait de faire la fille, et j’acceptais avec reconnaissance, et puis les soupçons m’étaient venus : d’où lui venait tant de force dans mes boyaux, s’il avait comme-tout-le-monde il s’en vantait « tiré quatre coups dans la soirée » ?

    Il se disait amoureux de Nieves, étudiante espagnole et blafarde. À la cité des filles, elles étaient toutes deux par chambre, et toutes les nuits. Il suffisait que je le rappelle à mon amant (on dit comme ça) pour me faire « besogner séance tenante » (on écrit comme ça). « Mais » disait Nieves en ouvrant de grands yeux, « on fait toutes pareil pour se rendre service ! qu’est-ce que vous y trouvez donc de si extraordinaire ? » Ces propos candides me foutaient hors de moi, à taper sur tout ce qui bouge. Mais je ne bougeais pas. Jeunes étudiants de ces temps reculés !… vous vous montez la bite, vous n’en touchez pas une, vous étranglez le borgne, vous ne baisez pas, votre queue ne vaut pas trois phalanges.

    Vous vous ruez sur les revues porno pour contempler dans la fascination ces vulves béantes que vous ne voyez ni ne verrez jamais. Si vous avez du fric vous montez aux putes, mêmes beaux, mêmes bronzés, vous lâchez vos purées toutes paupières closes, et vous ressortez voûtés par la porte de derrière, car c’est ainsi:la femme se branle et l’homme va aux putes, vous voyez bien mesdames que la prostitution masculine ne fonctionnera jamais. Écoutez tous le long hurlement ridicule des misères du cul. Jeunes gens de mes faux amis, vous cachez vos défaites et vos amours, vos pleurs et vos délaissements, pourquoi nous empoisonnez-vous tous, pourquoi m’avez-vous ruiné, trahi en même temps que vous, sans autre courte échelle que nos obscénités vétustes… Deux pour cent. Deux pour cent de vrais hommes pour 98 % de sous-paumés… Deux pour cent qui se posent en héros.

    X

    X X

     

    Que me reste-t-il à faire ? tomber pédé. Je chialais sur mon volant Place de la Thoire en prenant conscience. « Si tu veux tenter l’expérience je suis à ta disposition une fois pour voir. Coucher avec un homme. On rationalise après-coup. Pour capter la Puissance. Nous étions vierges d’hommes lui et moi. Rudes et désinvoltes. À l’opposé du couple-hétéro-dans-un-cœur rose. Vous saviez tout cela. Vous auriez été Premiers Résistants de Quarante. Nous recommencions la dernière fois juste une fois la dernière Mais s’il me parlait doucement me caressait le cou d’une certaine manière qui étais-je pour résister ?

    S’ouvrir. Les femmes ne riront pas. Elles se souviennent de la première fois. Cœur et cul contigus. Passage droit ouvert au cœur. Foré de l’intérieur, creux jusqu’aux limites de la peau chantourné dit l’ébéniste, le cœur seul point solide, les larmes de bonheur aux yeux dans l’abnégation le don palpable anatomiquement immédiatement vérifiable donner vaut mieux que prendre enfin se sentir exister.

    Et j’ai découvert ce que je bannissais de mon univers à toute force qui avait pour nom fidélité – invention de froideur et d’imagination châtrée que j’ai sentie . . de tout mon être avec le plus grand naturel. Il m’apparut inenvisageable inconcevable de partager le même lit avec un autre homme. Si B. s’allonge un jour près de moi je le repousse en ses avances et B. s’est relevé plein de dégoût « je n’en étais pas dit-il un vrai car les pédés couchent avec n’importe qui – faudrait-il donc pour être une vraie femme céder à n’importe quel homme ? ...tel Athénien m’exprimant le désir d’aimer en moi un « vrai taureau » je m’entendis répondre que je ne pouvais trahir J., que j’étais amoureux de lui et n’en désirais pas d’autre.

    Autre chose encore s’était formé en moi, celle de me croire aimé pendant l’acte. J’imaginais alors dans mon ignorance l’absurdité des femmes insensibles qui devaient s’estimer comblées du seul fait d’être aimées, sans revendication inconvenante : se sentir aimée ! avait-on besoin de plus ? Oui. Je n’éprouvais pas de plaisir génital. Mon excitation tombait dès que mon partenaire avait joui. Je compris qu’une femme, sans ressentir d’orgasme, puisse se satisfaire d’en offrir un à l’homme. Le don total suffisait, me comblant tout entière.

    J ‘appartenais à M. Je lui demeurais fidèle. Tous les archaismes revivaient. Je compris qu’une femme pouvait se sentir la chose d’un homme. Je vécus dans ma chair ce que je réprouvais le plus. Devant cette évidence physique, tout ce que j’ai écrit jusqu’ici, ces torrents de rancœur contre les femmes, deviennent ipso facto lettre morte. Ainsi d’un partisan de l’avortement qui ne peut se résoudre à refuser son premier enfant – ni aucun des suivants…

    JE SOUSCRIS DONC ENTIÈREMENT À TOUT CE QUE JE HAIS CHEZ LES FEMMES : je me montrerais aussi exclusive, aussi traditionnellement fidèle, jalouse et dévouée qu’elles, et complètement gouine. Ce que je leur reproche, c’est d’être différentes. Et si j’étais femme, je n’admettrais à aucun prix cet échangisme forcené des hommes, cette rage de collectionner, je reprendrais à leur encontre les griefs les plus éculés sur l’inconstance, la froideur et l’égoïsme masculins. De quoi refermer ce livre.

    Alors, sombrons. Sombrons dans le physiologisme le plus rebattu sur la différence des organes entraînant celle des mentalités : la femme pénétrée éprouvant le besoin d’une sécurité accrue, et autres couillonnades. La femme livre sans restriction la totalité de son être, et non pas son seul sexe. Cela, je l’ai senti et ressenti, argument particulièrement mesquin.

    La plus belle chanson d’amour, c’est Estelle, de Pierre Perret. On ne l’entend plus. Sur une mélodie répétitive et tourbillonnante, il y proclame sa soumission totale aux charmes et lubies de sa belle ; il fera son ménage, il vivra à ses pieds, passera par toutes ses volontés, acceptera même que sa mère vienne vivre avec eux, même si – révélation canon – c’est un travelo. Je ne l’ai entendue qu’une fois, elle m’a plongé dans un état extatique, et reste pour moi l’expression même de l’amour, la plus exacte, la plus essentielle. L’amour pour moi ne saurait être autre chose qu’une soumission absolue à l’être adoré, ce que j’ai bien trop souvent mis en pratique.

    Après cette déculottade, comme veut-on (car on voudrait!) que je me relançasse dans une relation homosexuelle cette fois caricaturale, où je reprendrais à mon compte les clichés les plus viraux sur la femme soumise et heureuse de l’être ? Si je me laisse de nouveau prendre à un homme, ce sera pour lui obéir comme un chiot. Tant que je confondrai l’amour avec l’abnégation, le sacrifice, le masochisme, dans une telle abnégation de soi, je ne serai pas mûr pour le vivre. Adoncques, croyant, mais non pratiquant.

    Ce n’est pas de mon homosexualité que j’aurais honte, mais bien de ce dévoiement archaïque. De même avec les femmes. Si je ne me révèle capable d’aimer que ratatiné au pied d’un socle, je suis indigne d’aimer. Je me retiendrai donc d’aimer, fabriquant ainsi une autre névrose, la sécheresse intellectualiste, mais : digne. Voilà où m’ont conduit mes lectures ! c’est la découverte de loin la plus navrante que j’aie faite sur mon propre compte : car je considère des Grieux somme le plus grand couillon que la terre ait porté. ; je déteste l’œuvre de l’abbé Prévost, la plus froide et la plus niaise que j’ai lue, et voilà pourquoi je ne me ferai plus entuber, ayant assez de nœuds dans la tête sans en ajouter ailleurs.

    Du coup, je n’aime plus.

     

    X

     

    Sans transition aucune, étudions à présent ce que j’appellerais le non-marché du non-libre échange ; où nous verrons que si l’homme vit seul, il le restera jusqu’à ce qu’il en crève, malgré tous ses efforts, tandis qu’une femme dans la même situation s’obstinera à le rester, malgré toutes ses dénégations. Que s’il existait une prétendue « libéralisation des mœurs » ne passant pas par le mariage, elle est toujours démesurément infinitésimale, en raison de l’indécrottable blocage féminin. Considérons en effet CE mec, mal rasé, voûté, fringué chez La Cloche, quinquagénaire et alcoolisé : ne nous étonnons pas de son manque de partenaire. Il nt faut pas croire aux miracles, sauf evidemment dans les romans ou les films écrits par des hommes. Personne n’ira se demander par exemple pourquoi il en est là, pourquoi son ventre a bidonné, pourquoi il pochtronne. Les femmes ne font pas la charité, qu’on se le dise. Il y a là une légende répugnante, qui veut voir sous chaque jupe un saint-bernard (mis à part l’Armée du Salut).

    Mais n’allons surtout pas nous figurer qu’un bel homme, bien rasé, costaud, maître-nageur – s’en sorte mieux. À l’entendre, oui. Des femmes l’entourent – qui dira le contraire. Elles lui parlent, lui sourient. Mais s’il ne se risque pas lui-même et de sa propre initiative, à saisir une main, une épaule, un coude, au risque neuf fois sur dix de les voir se dérober, il n’obtiendra rien. Kloum. Qu’il n’attende pas de la femme la moindre initiative, la moindre prise – eh oui – de responsabilité.

    Hommes, qu’on se le dise : pour les femmes, vous représentez avant tout un danger, un objet contre-nature. La preuve en est qu’elles compareront toujours la honte d’un viol de femme à celle d’un viol entre hommes : « Et si on vous en faisait autant ? » - permettez : pour un homme, c’est encore PIRE. Mais elles ne voudront jamais admettre l’impossibilité totale d’assimiler le second au premier. Il n’y aura aucune différence, pour elles, entre une violence contre-nature et une violence doublement contre-nature.

    Pour elles, c’est se faire pénétrer qui s’assimile à ce que nous pourrions ressentir, nous, lors d’une pénétration. Il s’agit chez les femmes d’une torsion de raisonnement. Nous sommes répugnants comme un enculage. Nous ne méritons pas un regard. Avez-vous remarqué - « c’est un scélérat qui parle » - comme les femmes détournent le regard, fixent droit devant elles pour ne pas affronter la souillure de vos yeux. Jamais une femme n’aborde un homme (dois-je dire « n’abordait »?) Elles semblent radicalement dépourvues de tout sens du désir gratuit. Les hommes seuls resteront seuls. S’ils ne font pas « le premier pas de l’homme », il seront immanquablement méprisés. Mieux : ignorés.

    Considérons à présent le nombre considérable de femmes qui vivent seules : JJMS, « jeunes, jolies mais seules ». Et de se plaindre. Et de se plaindre. Le propre de la femme est la Plainte, le Gémissement, la Râlerie. Ce qu’elles veulent ? Un Hâmour au minimum inaccessible, afin d’en être les Victimes. Depuis la nuit des temps. Éternellement insatisfaites, à cause des cochons lubriques. Alors, on se marie.

    Les femmes mariées sont des mortes. Mortes à l’amour, mortes à la liberté. Délibérément hors circuit. Sur la touche, intouchables, in(é?)branlables. Pas d’imagination, pas d’infidélités (disent-elles). Inutile d’imaginer l’inquisition infligée aux maris, ligotés sur l’autel des escapades ; un épiage constant, minutieux, morbide. L’épouse devient le pot-pourri puant de toutes les vertus, les os rongés jusqu’aux cartilages. Et cependant la Horde des Mâles s’obstine, tire-langue et pendouillarde, grondant ridicule au pied de ces ferrailles bardées de gros bois.

    Toute personne de sexe féminin qui se hasarde dans la rue se figure immanquablement violée par nos regards. Harcèlement dehors, harcèlement dedans. Par contre, cuisses nues, seins galbés, paupières et lèvres vulvaires – pour elles-mêmes, on vous dit, pour elles-mêmes ! ...qu’ont-elles donc à faire du « désir des hommes », sale et dégradant ? Violées par défaut par ces meubles à pattes, ces hommes trimballant leurs merdes entre les jambes, à qui l’on interdit jusqu’à lever les yeux.

    De toutes celles qui hululent sur leur solitude, il n’en est pas une qui ne pourrait, pour peu qu’elle le veuille, trouver une foultitude d’occasions. Mais ni « volonté » ni « désir » ne font partie de l’inodore et terne domaine féminin. Elles écartent le tout, à pleines brassées. Pas de pitié pour les femmes seules. Qu’elles ne nous en fassent pas accroire. La plus moche d’entre elles reçoit en une demi-journée plus d’œillades et de propositions qu’aucun homme ne puisse oser en recevoir en trois vies terrestres.

    « Vous exagérez, dira-t-on. « Il y a des femmes qui baisent ». Oui, si l’on s’en rapporte aux vantardises pathétiques des hommes. Non, si l’on s’en rapporte aux faits : les femmes se portent, à tout casser, sur 2 % des hommes, toujours les mêmes : les plus beaux, les plus riches, ceux qui réussissent, les virtuoses du zizi. Les autres sont laissés pour compte. Pour l’éternité. Les putes ou le mariage – pas d’issue. 2 % des hommes choisissent 2 % des femmes, ou le contraire, tous et toutes se refilent les mêmes adresses pour l’excellente raison qu’elles sont si rares.

    Les autres sont mariés, ce que je me refuse à qualifier de sexualité (« J’aurais une vie sexuelle assez active, s’il n’y avait pas ma femme » (« Cochrane » - un autre) - ou bien se branlent. Vive la liberté occidentale.

    ...avez-vous donc vu la « révolution sexuelle » ? ...sur vos écrans… Les médias ont tout intérêt à faire croire qu’il se passe quelque chose. Je n’ai pas plus baisé, ni mieux, pendant cette prétendue vague libératrice qu’avant ou après. Entendre sur les disques ou sur les écrans des femmes qui aiment, qui se donnent, « feulent de désir » et autres conneries, et ne rencontrer dans la vie que des onanistes effarouchées ou des matrones à cabas, ça fout la haine. Une intox effrénée nous a fait croire aux femmes faciles. Elles ont en effet toujours existé : à 50 euros la passe.

    Il n’y en a jamais eu d’autres. Faire croire au bon peuple que « c’est arrivé » a toujours été le moyen infaillible d’empêcher à tout jamais que ça arrive.

    C’est ainsi que nous parvenons à la conclusion imparable et suicidogène que les femmes se plaignent au millieu des brioches, tandis que les mecs se rabattent sur leur quignon de vieux pain : la vie conjugale. Tout homme en effet, sollicité par n’importe quelle femme, si le cas purement invraisemblable de la sollicitation pouvait se présenter, accepterait sur-le-champ, éperdu, ridicule de reconnaissance. L’homme affamé accepte tout. Le femme, juchée sur son ridicule piédestal, refuse avec un automatisme mécanique et castrateur. Pas de pitié pour la femme seule : il lui suffit d’ouvrir les cuisses. Il lui suffit de se promener pour ramasser les queues au kilomètre, et l’amour en prime par reconnaisance du ventre. Elles veulent-choisir ?

    Je ne suis jamais choisi. Je suis un con.

    X

     

    X X

     

    ...Et que font donc les femmes qui ne choisissent pas ? ...elles se branlent, bien entendu. Vous vous êtes bien regardés les mecs ? Gauches, moches, ringards et pue-de-la-teub et pas délicats ? Elles font bien mieux toutes seules, et entre femmes… ah, ce pied ! Laissez-moi vous affranchir, petits cons.

    Quand vous vous aspergiez de sperme (pourquoi cet imparfait?) c’était comme un crève un abcès : du pus partout, des taches sur le slip, la cuvette et les murs. On n’était pas fier. Ça rendait sourd, aveugle et fous. Cétait aussi la preuve qu’on n’était pas parvenu à s’en lever une nous-même. Ça rendait impuissant aussi, j’oubliais. Bref, la honte, répandue à pleins bols par les moralistes. Après on s’essuie les doigts et on fait sa prière. On savait se tenir deux jours, dix jours, 23 jours (mon record) et puis on craque.

    Chez les filles, rien de tout ça. D’abord, on ne leur en parle jamais. Ensuite, elles ne savent pas comment elles sont faites : vaguement entendu parler. Ça les démange, elles y portent le doigt, tiens, c’est fait – ou pas tout à fait : à mi-course, elles pensent à autre chose, la souillure retombe.

    Une vraie femme ne te dira jamais qu’elle a fait ça », me disait Mylitsa. Il n’était pas rare de rencontrer des femmes assez connes pour nier je ne dis pas l’acte, mais la question même : « Je ne comprends pas de quoi vous parlez. » Mais ça, c’était avant. De nos jours, le discours est plutôt : « Je ne sais pas, peut-être, pourquoi pas, mais il ne faut pas penser uniquement à ça ». La femme se branle comme elle mange un sandwich. Pas inquiète, pas honteuse, tranquille, sans se demander le moins du monde si elle n’est pas en train de priver un pauvre type – et pourquoi le feraient-elles… « On ne vous empêche pas d’en faire autant.

    - Non. Vous nous y forcez. Quand une femme se branle, c’est aussi anodin que sa crème démaquillante ou son gel de douche. Comme je l’ai entendu dire sur scène, « Je me retiens, tout de même : une fois le matin, une fois le soir. Mais pas plus, ce serait de la gourmandise » - vous en connaissez, vous, des hommes qui tiendraient à ce rythme ? ...la femme a trois pantoufles : une dans le cerveau, une dans le cœur, une dans le cul. La devise de l’Angleterre : DIEU ET MON DROIT. Celle de la femme : MOI ET MON DOIGT.

    Au collège, dans les chiottes, on se coince à 6 ou 7 filles bien tassées, les bras le long du corps et les doigts baladeurs. C’est pas moi c’est les autres. Si une fille refuse, on lui dira Ben quoi, t’es frigide ?

    J’écris sur ordonnance de mon maître.

    Bien que le sexe de la femme soit paraît-il moins accessible que ce lui de l’homme aux mains de sa propriétaire, comment ne pas être bouleversé par cette inégalité fondamentale : la masturbation féminine ne laisse aucune trace. Pas de giclées répugnantes. Toute trace suspecte peut toujours être mise sur le compte d’un de ces mystérieux écoulement qui replacent la femme sur le piédestal de la victime. D’autre part, dit notre malade mal informé, la femme seule s’envoie trois

    troupe,troupeau,vaches

    ou quatre fois de suite en l’air – essayez voir, messieurs : vos laborieux trayages peuvent-ils se mesurer aux gracieux envols manuels si complaisement évoqués dans Les femmes préfèrent les femmes d’Élula Perrin ? laquelle vomit de voir du sperme sur lunette à chiotte…

    Sans vous décrire les désespérantes niaiseries de Finkielkraut sur la supériorité du plaisir féminin...

  • 24 DISSERTATIONS + une

     

    C O L L I G N ON

     

    VINGT-QUATRE DISSERTATIONS

    plus une

     

    I BRANLOMANIE

    Dans les années 2030, en retard déjà sur le bouleversement des mentalités, nous écrivions ce qui suit :

    « Toute vocation pédagogique es d’ordre sexuel. Mais si vous éprouvez la moindre velléité de tentation de passage à l’acte, vous n’êtes pas faits pour ce métier, vous y êtes même diamétralement opposés. Fuyez vite, loin, à tout jamais. Nous ne parlons pas des femmes, dont le contact physique, n’en déplaise aux effarouchés ridicules, n’a jamais fait grand mal ni aux garçons, ni encore moins aux filles. C’est aux hommes que nous nous adressons, qui forment la quasi-totalité de ce genre de malades : messieurs, s’il vous est arrivé de glisser dans cette fosse à merde, sachez que vous n’êtes plus, que non seulement ne compterez jamais plus au nombre des hommes au sens plein et viril de ce terme – mais que vous serez tombés au-dessous même de ce qu’il est convenu d’appeler « l’espèce humaine ».

    Or, l’éducation sexuelle, obligatoire et jamais assumée (chacun se repassant la patate chaude) est un des seuls moyens légaux et propres dont nous disposons pour cimenter les relations humaines dans le cadre pédagogique. Putain c’est bien dit. Mais con ne vienne pas nous parler d’Autorisation Préalable du Principal ou d’Accord des Parent, car à supposer que nous les obtinssions, ces autorisations, elles seraient assorties de clauses tellement restrictives et tellement comminatoires que pratiquement rien ne serait possible. Terreur latente et l’arme de poing dans la poche. Comme me disait Jeune Sépluqui, « quand je fais l’amour avec mes élèves, je ne tiens pas à ce que n’importe qui puisse venir me prendre par derrière » - c’est de l’humour tas de Cosaques. Aborder la pédagogie sous cet angle me semble désormais secondaire, bien qu’une telle approche ait été déterminante, non dans le déclenchement ni dans le déroulement d’une carrière suivie à contrecœur, mais en tant que justification a posteriori d’un comportement verbal plus ou moins obsessionnel – pour la plus grande joie des élèves auditeurs.

    Le jour de la Décision, il convient d’être au top de son honnêteté, en indiquant ses propres blocages, limites et tout ce qui s’ensuit : les vôtres, et pas celles d’une organisation chapeautante quelconque : « Vous me verrez hésiter, balbutier, rougisser. À chacun les séquelles de sa propre éducation. Mais je dirai toujours ce que je pense personnellement. Vous allez donc tous me rédiger vos questions sur un bout de papier anonyme » - si j’ai fait du bien, du mal ? les deux, sans doute. J’ai fortement soulagé le garçon C. en lui révélant que non, les règles ne coulaient pas « à gros bouillons » ; j’ai révélé au garçon O., très étonné, que oui, les femmes aussi éprouvaient du plaisir. Mais le garçon R. se montra profondément écœuré d’apprendre, à quatorze ans, les gestes exacts de ce fameux « acte sexuel » dont on parlait tant. Et toujours, point capital selon moi, je proclamais à la face du monde que les filles, elles aussi, parfaitement, se masturbaient, et comment. Les jeunes garçons ayant bien trop tendance à « idéaliser » leurs « petites amoureuses » - tu parles…

    La chose me semblait essentielle : révélation pour les deux sexes. Soulagement pour les filles qui pensaient être seules, soulagement souvent émerveillé pour les garçons qui s’imaginaient le seul sexe à ce point tourmenté, sale et dégénéré, dans l’opinion générale des années 80. Il semble que désormais les deux sexes connaissent tout des coutumes de l’autre. Il semble aussi que les films dits porno ne soient pas exclusivement pourvoyeurs de techniques agressives inspiratrices de tournantes, chose qu’ils ne montrent pas, mais participent par là à la simple éducation sexuelle. Que si l’on m’objecte les vies amoureuses brisées de tels ou telles à la suite d’une exposition au porno, nous pourrions en montrer bien plus encore, par milliers, brisés encore bien plus sûrement par la répression sexuelle sauvage perpétrée pendant des siècles par la prétendue Église…

    Or, ne trouvant pas dans l’éducation sexuelle proprement dite un exutoire suffisant à ma perversité mentale, je ne le répéterai jamais assez aux punaises, j’ai exploité le filon du rire. Non pas en me bornant aux histoires de dessous de ceinture dites « drôles », hélas réclamées par les élèves (et accordées par moi) aux dernières heures de l’année scolaire, je me suis saisi de toute occasion dans mes cours, dans mon langage, de sexualiser, ouvertement, la relation professeur-élèves : la langue française, comme toutes les autres je suppose, est ainsi faite, que le moindre déplacement de syllabe ou d’intonation déclenchent aussitôt, dans l’esprit de mes branleurs et surtout leuses, toute une série de connotations marquées au coin (cuneus) de la sexualité.

    Pensez seulement aux incongruités qui peuvent résulter de l’intonation d’un groupe de mots comme « l’habitat urbain » ou « le taureau est entré dans l’arène ». Une fois l’attention aspirée par ce terrain, il est impossible de l’en dégager. Au détour d’une phrase sévère de Pascal ou d’un cours sur les participes, le sexe peut même survenir par simple suppression de syllabes : « Il en a pris l’habitude » devient « il en a pris l’ha - üde », suivi ou non d’un fin silence. Se garder, surtout, de prononcer le moindre terme grossier : le sexuel doit venir en quelque sorte s’imprimer en creux dans le discours, au prix d’une certaine attention, d’où une atmosphère constante de complicité dégoûtante.

    Bien entendu, ces plaisanteries sont on ne peut plus stupides et dégradantes, ne me faites pas l’injure de me croire inconscient. S’il existe un Dieu, je me présenterai devant lui : « J’ai fait rire mes élèves », et il me sera beaucoup pardonné, car le temps passé à rire n’est jamais perdu. Ils rient, ils se débloquent (en marge, au crayon : moi non ; qui a écrit cela?). Ils écoutent chaque phrase, où peut se glisser à tout instant un sexe baladeur, et retiennent, prétend-il, le sérieux en compagnie du plaisant. Tout rire est sexuel. Toute subversion du langage abat un interdit, tout calembour abat une chaîne de calendos. S’il est vrai d’après Freud que la délivrance n’est que pour l’auditeur, tandis que le locuteur renforce son blocage (il rit peut, mais voit rire) (voyeur, non actif), nous serions volontiers tenté par ce paradoxe de poser au martyr, sacrifiant son épanouissement personnel sur l’autel de l’abnégation libératrice, comble de la mauvaise foi.

     

    DU VÉRITABLE OBJET DE MON ENSEIGNEMENT

     

    Nous voudrions établir une ligne de démarcation très nette. Creuser avec véhémence un abîme sans fond : il n’est pas question pour moi du sexe masculin. Rien ne nous est plus étranger que les extases sulfureuses d’un Michel Tournier sur les genoux écorchés des garçons, ou le fumet des pissotières d’école, « autel(s) fumant(s) de la garçonnie ». Rien ne me répugne autant qu'un adolescent furonculeux qui se tripote la quéquette derrière la porte entrebâillée des chiottes. Jamais je ne me suis reconnu dans ces individus grossiers, prétentieux, pétant de vulgarité, toujours prêts pour le poing sur la gueule à 5 contre 1 de préférence. Je n'ai jamais voulu, un seul instant, leur ressembler.

    Ce sexe malotru qui fut le mien par les hasards de la génétique, entre le dérisoire et le pathétique, ne me semble tout juste supportable que sur mon propre corps, à force d'à bite hude. Et s'il existe paraît-il un "masochisme féminin", j'en verrais volontiers l'illustration la plus consternante dans son attirance pour cette espèce de cornemuse flasque et baveuse qui sert d'organe érotique à mes cons génères. Ce cou de vautour pelé, maladif et malodorant, cet incongru et vaniteux sac à pus. Dispenser cours à une classe de garçons équivaut à faire un plongeon nauséabond de 45 en en arrière dans une espèce de fosse-cloaque où fermentent en cloques de longs tourbillons d'étrons et de résidus de branlette.

    La lectrice (les hommes ne lisent pas) comprendra sans difficulté notre particulière attirance pour l'onanisme féminin, si dissemblable, dans son élégance, dans son innocence (car la fille et plus tard la femme se branlent dans la plus parfaite bonne conscience voire inconscience), du trayage cradingue et laborieux qu'effectuent les garçons disgraciés. La masturbation, chez la débutante, n'a pas encore acquis ce stade de fixation qu'il atteint irémédiablement plus tard, quand la femme décide de "choisir" et ne choisit personne.

    Donc, tandis que les hommes seraient prêts à se contenter de n'importe quel croûton, les femmes exigent de la brioche. Pour le faire court : le garçon se "tripote" dans la honte la plus totale ; la jeune fille se caresse dans l'incertitude parfois, ce qui est tout de même moins grave, et reste en tout cas entre soi et soi (le garçon fait des taches ; il ne peut rien cacher ; les filles aussi, mais pour d'autres raisons qui n'ont rien à voir). Pour s'absoudre à ses propres yeux, l'homme se trouve ainsi condamné à l'enfournage répétitif et mécanique ; l'adorateur se mue alors s'il le peut en punisseur déespéré, pilant sous ses coups de boutoir ce foutu sexe capable de jouir à lui seul... le plus souvent à lui seul.

    L'objectif serait donc, plus modestement, de transformer ces jeunes oies butées, résolues à se faire hacher menu plutôt que d'avouer leurs pratiques (telles ces connes d'avant-guerre qui répétaient en boucle "je ne comprends pas ce que vous dites", ayant le putain de culot d'aller jusqu'à nier la question posée) en femmes révélées, reconnaissant leur plaisir sans réticence, et le pratiquant le plus possible sous nos yeux. Nous n'avons rien trouvé de plus complet, de plus ingénieux, de plus irrévocable, que le vénérable Manuel du Confesseur : pour amener n'importe quelle femme à reconnaître ses masturbations, il faut lui parler en confesseur d'expérience, à qui "on ne la fait pas".

    Le questionnaire doit donc porter non pas sur l'existence ou non de l'acte, posé comme indubitable, mais sur sa fréquence. Le qualitatif se trouvant éludé au profit du quantitatif, la femme se débat ainsi non plus sur le oui ou le non, mais sur le combien : "Trois fois par semaine ?... vous ne répondez pas ? serait-ce sept fois ? dix fois ? vous gardez le silence ? mon Dieu ! iriez-vous jusqu'à vingt fois ?" "Ne craignez pas, dit le Manuel, "de pousser le nombre aussi loin que possible dans l'absurde.Tôt ou tard il vous sera donné un démenti à partir duquel il sera aisé d'établir la vérité : car si vous ne le faites pas un nombre incalculable de fois, - c'est que vous le faites. C.Q.F.D.

    Dans le cas qui nous préoccucupe, il s’agit avant tout de parvenir à l ‘identité mathématique jeune fille ≡ masturbation. La Masturbation est l’essence même de la Jeune Fille. Au premier regard entendu, elle comprend sur-le-champ de quoi il est question. « Se masturber » se dit, entre elles, « le faire ». « Faire » par excellence, c’est « se masturber ». Au premier regard entendu, elle comprend que c’est de sa masturbation, à elle toute seule, que l’on parle. Elle ne nie jamais. Plus jamais. Le contact ainsi établi au plus intime, la confiance est totale, absolue. Les allusions peuvent alors se multiplier, de part et d’autre, et c’est alors que l’Interlocuteur apprend avec délices toute sorte de précisions voilées parfaitement claires, sur la fréquence, la qualité de plaisir ou de frustration.

    Autre conséquence extraordinaire : la composante masculine du groupe, jusque là sur la réserve indienne, sur la « touche », acquiert une tendresse inconnue. Eux qui se croyaient sales et méprisés découvrent, ô merveille, ô soleil levant, que ces monstres, ces invraisemblances angéliques, les jeunes filles ! se masturbent tout autant qu’eux, voire plus, en haletant tout aussi fort. Il en résulte une saine complicité – et surtout, surtout : une impossibilité radicale de concevoir une de ces atroces passions sado-maso, ver de terre amoureux d’une étoile. Car, Dieu merci, on ne peut plus envisager de se rouler en suppliant aux pieds d’une jeune fille hautaine et glacée, qui, tout bonnement, se branle comme vous et moi.

    Ceux – et surtout celles – qui auront lu jusqu’ici n’auront pas manqué de se répandre en sarcasmes, invectives et menaces. Nous allons leur river leur clou en trois rounds :

    1. a) Les tartufes

    On pourrait croire qu’en ce siècle où la sexologie… où Sigmund Freud… où les sex-shops etc. - eh bien non. Pas du tout. La dose d’insecticide n’a pas été assez massive. « Freud, connais pas. Veux pas le savoir » - argument adventice : « on ne plaisante pas de ces choses-là avec des enfants ». Je refuse cette sacralisation aliénatrice. « L’enfant a besoin d’être sécurisé ». Non. Secouez les enfants. Montrez-lui la vanité des choses. Scandalisez-le. C’est à ce prix que s’accroît la Conscience Humaine. Tout est permis à qui ne fait que parler. « Mais alors, vous avouez que votre système a-pédagogique est essentiellement destiné à assouvir vos propres fantasmes ».

    Écoutez-moi bien : je n’ai pas envie de débrouiller mon écheveau psychanalytique. Je me comporte exactement comme ceux que je viens de blâmer. Les gens de l’art pataugeront avec des lis dans mes refoulements, transferts et autres. Ils concluront que je suis psychopathe comme tout le monde, attardé comme tout le monde, bref, un pauvre type à remettre dans le droit chemin à grands coups de « projecteurs impitoyables ». Ils me trouveront un Ééédipe gros comme une patate et la bite à papa dans le cul. Tant pis. Ce n’est pas mon boulot. « Qu’est-ce que le moi ? » Je n’en sais rien. Je me suis réveillé (nous nous sommes réveillés) un jour sur cette terre, prisonnier d’un corps, d’un caractère, d’une destinée.

    Irais-je (Irions-nous) m’amuser à vouloir les changer, et, en faisant cela, m’abstenir (nous abstenir) de vivre ? Duperie ; je me soumets à leurs défauts » - massacre de Stendhal. Que si d’ailleurs le centième de mes délires se réalisait, je ne bougerais pas d’un cil. Une jeune fille réellement amoureuse me paniquerait, me pétrifierait de respect. Je ne sauterais pas sur l’occasion. Nous parlerions ensemble, nous essaierions l’un et l’autre d’y voir clair. Peut-être que je l’aimerais. Mais ceci est une autre histoire.

     

    * * * * * * * * *

     

    Un jour, à propos de la surpopulation carcérale, nous avions conclu quel ‘on pouvait bien « s’amuser » dans une cellule, à partir de deux... » - « ...et même tout seul », avais-je renchéri. Une petite fille « chaste et pure » fut la seule à s’étonner en toute bonne fois au milieu des rires gras. « Demandez à votre voisine », lui ai-je dit. « Elle a l’air particulièrement au courant » - de fait, ladite voisine, déjà formée, pulpeuse, portait sur son visage, plein et velouté, voluptueusement sournois, les stigmates mêmes et le masque de la masturbation fréquente et accomplie. Elle s’empressa de renseigner sa camarade à l’oreille tandis que l’Interlocuteur poursuivait son discours. Alors ce dernier fut interrompu par une exclamation dont l’indignation révélait le plus ingénu et le plus intense des émerveillements : « Oh ! Monsieur ! Si je disais ça à maman, je ne sais pas ce qu’elle me ferait ! » (braves parents…) - l’Interlocuteur passa outre, les autres pensant déjà à autre chose.

    Je rencontrai ensuite plusieurs fois la même petite jeune fille dans les couloirs. Elle riait, métamorphosée en jeune fille, ouverte, gourmande, heureuse. Tel est le plus grand péché, la plus belle réussite dont l’Intervenant puisse jamais s’accuser...

    Si notre vision est fragmentaire, c’est par déformation professionnelle. Mais l’étroitesse du machisme permet, elle aussi, d’approfondir. Pour la connaissance de la véritén reportez-vous à votre hebdomadaire habituel.

     

    II

    DES AMBIGUÏTÉS DE L’ AMOUR

     

     

     

    Les enfants ne se livrent jamais. Leurs chairs y font encore obstacle : opaques, hors-jeu. Nous parlerons donc de la chair des jeunes filles, origine du monde.

    Certaines, sur lesquelles je ne m’étendrai pas, possèdent des yeux de vaches, où se lit la vaisselle, l’enfant. Le stade ruminant. Vie faite et cercueil vissé.

    D’autres sont des jeunes filles qui s’ignorent. Ont-elles un sexe, rien n’en transpire. « Les jeunes filles bien » travaillent, rient, jouent, mangent. On les rencontre jusqu’à l’âge avancé, sur les bancs de la fac : les « copines », les « chic filles ». Pas un poil d’ambiguïté. Le sexe ? « On n’y pense jamais » disent-elles. Nous éprouvons devant ces absences le même malaise que devant l’abeille, la fourmi, le termite, dépourvus de cerveau sexué. Nos regards se traversent. Castré, je passe outre. En peau de chèvre.

    Devient fille d’Onan toutes celles aux yeux faufilés : paupières en biseaux, cils battants, lèvres mordues. Plus flagrant : la chair grasse et luisante comme d’une constante exsudation de cyprine, les yeux frottés et charbonnés. La bouche et le rire lourds – l’onanisme Dieu merci n’est plus chlorotique, mais insolent. Le point crucial n’est plus focalisé, mais diffusé. Nous pensons aux lourdes femmes de notre enfance, lourdes choses blanches et chaudes, couvertes de bas, de culottes, d’arrière-mondes vaguement grouillants de dentelles et d’étoffes imprécises aux finalités floues.

    Quant aux adolescentes en fin de course, que dire ? ce sont déjà des femmes, avec leur chevelure, leurs seins, leur pubis, leurs flirts. Elles n’appartiennent plus à l ‘univers fantasmiques – et parfois même, elles baisent.

    Ailleurs.

    ...Nous avons connu des élèves attirantes et tourmentées, supérieures, bourrées de recherches. Nous discutions. Leurs yeux fiévreux traquaient ma vérité, sans y trouver vraiment de quoi m’admirer. Un jour d’exposé où je m’étais assis près d’une fille, nos hanches se sont touchées. Elle s’est vivement décalée, le temps d’un regard de flic fou. L’érotisme des filles est intellectuel. Nous en sommes lassés, à tout âge.

    Quelques-unes ont envoyé des lettres, sur leurs élans, leurs vagues confusions… Naïf

    est celui qui verrait dans leurs demi-aveux le signe ineffable d’une aspiration au harem, au vivier de nos vieux jours éventuels - spirituel, spirituel… Mieux vaut alors nager dans le bonheur parfait : l’éréthisme pédagogique, expérimentée le temps d’un trimestre en 2021, dans une classe de filles presque exclusivement. Tout mon répertoire y fut épuisé. Je me fis passer pour homo : elles m’adorèrent. Je fis l’amour avec la classe entière, métaphoriquement parlant – lorsque G. ouvrait la bouche, je pensais voir un fruit fondant, et toutes ces sortes de choses…

    À la rentrée de janvier, tout soudain, je leur dis : « Aujourd’hui, je ne vous « sens » pas. Nous allons faire une dictée ». Je ne les ai jamais plus « senties ». Lorsqu’elles sont revenues me voir l’année suivante, j’ai balbutié. Je me suis très vite enfui aux toilettes, providentiellement proches. Mes troisièmes étaient devenues des jeunes filles, baisables, sans plus.

    ... »Mais », direz-vous, « parlez-nous des garçons ; vous les avez trop durement esquintés pour ne pas avoir été attiré ».

    Exact. Là aussi j’ai connu mes coups de foudre, uni- ou bilatéraux.

    ...Les petits viennent à vous en toute innocence : leurs yeux clairs et confiants, et toute la panoplie – l’horrible T., aux grandes oreilles rouges, avec sa mine d’assassin au nez plongeant, dissimulant derrière sa bosse la bouteille de grand cru ; le blond B., sa course en va-et-vient dans l’allée centrale : « Monsieur, vous êtes bon ; vous êtes trop bon ; pourquoi êtes-vous si bon ; vous ne devriez pas être si bon ». M., noir de cheveux, blanc de peau, vif-argent, sa main sur mon cul et ma BAFFE immédiate ; Jd., les yeux ronds, la bouche en cerise, la brosse de jais – pour cause d’indiscipline, je l’avais enfermé dans un réduit d’1m² entre deux salles ; les autres élèves avaient remarqué ma rougeur extrême lorsque je l’avais saisi à l’épaule…

    Plus complexes : les collants. Celui qui me montre ses dessins à la fin du cours ; ceux à qui j’ai précisé que je n’avais pas besoin de cirage… Le plus attachant fut encore un certain Holf, capable de me lire Tacite dans le texte, pauvre rejeton d’un attaché militaire belge, fils définitivement noué (sa sœur ôtée à ma section pour ne plus entendre mes allusions nocives à l’impureté des jeunes filles) – Hol me confie, un jour de printemps : « Je n’aime pas toute cette matière qui fermente, ça fait trop « vivant » - pauvre diable morose…

    Certaines conquêtes masculines exigent en revanche une efficacité foudroyante : ceux dont la tête à claques est en elle-même un explosif à désamorcer d’urgence. Ils traînent des pieds comme un yakuza, balancent leurs cartables dans les coins, critiquent bruyamment (maussade et agressif, le ton) – DONC, leur donner raison, leur donner la parole. D’urgence. Que le jeu soit truqué, ils n’en ont aucun soupçon. Vous connaissez d’avance les positions qu’ils vont attaquer – n’ayez crainte : ils se contrediront, ils s’embrouilleront avant vous. Le seul grief cohérent qu’ils pourraient avancer, s’ils avaient la moindre parcelle de conscience, c’est qu’ils sont jeunes, et que vous êtes vieux. Ça ne va pas plus loin. Avouez à fond vos insuffisances, arborez un puissant sourire, affirmez haut et fort que mieux vaut un contact rugueux que pas de contact du tout : « Nous verrons bien comment cela marchera ».

    ...Et tout en professant, clignez de l’œil entre complices, par dessus le marais. Il vous admirera peut-être, du moins vous respectera. Si de surcroît le garçon est beau, s’il vient vous voir chez vous, vous aurez gagné un ami. Et des ragots…

    Si le coup rate, l’Opposant, n’ayant pu séduire le Chef, séduira immanquablement la Masse : un caïd… car ils auront vu dans l’œil vaincu de l’enseignant l’admiration soumise. Je me suis laissé entraver dans la bande d’un store, ligoté, incapable de maîtriser un rire convulsif… « La seule présence de l’élève D. empêche à la lettre le cours d’avoir lieu – comment voulez-vous, madame, que j’accepte votre fils dans mon école avec un dossier pareil ? - ne vous affligez pas : il a sûrement gagné plus que moi.

    Mais dans le meilleur des cas, l’insolence et la vulgarité vous laisseront sans armes, comme si vous aviez douze ans. Vous pouvez gueuler , engueuler, votre caid va se marrer. Vous n’aurez pu mater personne. Tôt ou tard, le « copain » jouera pour son propre compte : « Puisque ça t’emmerde tant prof, ...ne me punis pas pour ce que tu as envie de faire toi-même » - au mieux il se détache, et dort. L’humanité n’a pas besoin d’avenir.

    Pourtant si j’ai devant moi de braves petits bûcheurs aux yeux candides, je vais les trouver ternes, trop sages – et dangereux : « Ma mère ne veut plus que j’aille avec monsieur D. l’année prochaine : elle le trouve idiot ». Ça fait plaisir. Mais qu’une autre « tête blonde », toujours au premier rang, gavée de recommandations, de renseignements, de timbres-poste, rentre ensuite se plaindre à son papa de l’inconvenance de mes propos et parvienne à me faire jeter sur un score de 3 lettres défavorables sur 23 de soutien, c’est intolérable.

     

    III

    LE COURS – SPECTACLE

     

    « Mossou le Proufessour,

    Vous cultivez l’utopie et le flou en chambre : d’abord ce sexe que vous faufilez, puis ces prurits affectifs… Mais nous ignorons toujours le contenu proprement dit de vos cours... »

    Réponse : « La Peur ».

    Seule façon de l’affronter : Le Cours-Spectacle.

    Peur tricéphale : fonctionnelle, bordélique, textuelle.

    Fonctionnellement : la première fois, devant la classe, on se sent con. Je le jure.

    « Faites-leur donc faire des exercices ! »

    Bien sûr mon brave. On peut dicter, aussi.

    En sixième, on m’a collé des cours d’histoire. Je ne savais plus rien des pharaons. Il a bien fallu que je m’y remisse : dictée… Les pauvres ne se rendaient même pas compte qu’ils recopiaient leur livre, phrase après phrase.

    Autre truc génial : la remise des devoirs. Prendre un paquet de copies, et, l’une après l’autre, dans l’anonymat, éplucher toutes les notes marginales. Ça peut durer deux heures quand on est doué.

    Le fin du fin: le cours par cœur. Tout noté. Jusqu’au moindre mot – en tout petit, pour qu’on ne me voie pas compulser. Technique à vrai dire extraordinaire du doigt sur la ligne et du battement de paupières – sans oublier la modulation phonique – mais quel épuisement : avant pour préparer, pendant, et après pour récupérer. Très, très vite, la peur cruciale : celle du bordel.

     

    - T’arrives, tu fais ton cours et tu repars.

    - ...Essaye, pour voir…

    ...Faire avec ce qu’on a – l’humour, la névrose.

    Le bordel est inévitable ? Organisons-le. Et ça donne :

    1) Un cours sur les sangliers. À deux pattes, à roulettes, à feu rouge incorporé, à queue traînante, avec questions véhémentes, interpellations drôlatiques aux moindres velléités d’initiative potachière : comment faire tourner à gauche un sanglier qui veut tourner à droite ; mœurs familiales des sangliers à éoliennes – et toujours : l’amour chez les sangliers.

    2) Un cours sur Le Cid en western comique : « Don Diègue a un pied dans la tombe et l’autre qui glisse », « Monsieur le Comte a eu son compte »… Une dizaine de joyeuses facéties de cet acabite et le cours vire au bordel, mais c’est vous qui l’organisez – à condition de ne plus faillir ; car de ramener le calme, il n’y faudra plus songer.

    3) La lecture à contre-sens, à contrepets, à syllabes retrancher (dont l’absence fait ressentir l’obscénité : «  - jugaison », «  -ré », « mauvaise ré - … -ation », «  - riosité ») ; lectures à imitations successives et rapides d’accents allemand, arabe, anglais, espagnol – bref, les élèves n’ont rien compris, même avec le texte sous les yeux – mais ils ont rigolé, et vu que l’on pouvait cracher sur la littérature, ce qui n’est pas rien. Le texte théâtral se prête particulièrement à ce genre d’exercice : je vous recommande les rôles de fem-mes et d’hommes à voix interverties, le débile mental, Hitler (sur Lamartine, impayable), et mon chef-d’œuvre, le Bègue-Belge-Pédé.

    ...Blâme de l’administration ? Cette injustice m’ulcère.

    Comme il est difficile de se renouveler, il faut faire de répétition vertu. Si vous avez des tics, signalés par les élèves d’ailleurs, incluez-les dans vos fantasmes à tics. Enfin, poussez la mauvaise foi jusqu’à l’extrême : « Je ne cherche pas à vous faire rire, mais à découvrir sous le rire le tragique de l’existence ». Mouchoir.

     

    ...La Troisième Peur est celle de l’effort. Ce texte ne vous dit rien. Vous ne pouvez pas en choisir d’autre, pour l’excellente raison que vous êtes persuadé que tous les textes se valent, et équivalent à zéro – dans ce cas, on se cramponne au texte. À sa première phrase. Elle contient toutes les autres : chaque mot fait l’objet d’une question, qui renvoie à d’autres mots du texte. À la fin de la phrase, virgules comprises, vous pouvez avoir traité le texte entier. Cette première phrase, vous aurez pu la tordre comme un drap qu’on essore : soit un ensemble calembour – explication dudit calembour – assorti du temps de à la rigolade, et vous serez parvenu au bout des longues 55 minutes de cours.

    Petite remarque cependant : pour éviter l’effort de préparer le cours,  vous aurez dû vous dépenser trois fois plus pendant le cours. Pour les économies d’énergie, c’est raté.

    Pourtant, de temps en temps, le hasard, et non pas vous, permet d’accéder à la catégorie des Bons Profs : tout a été fait dans les règles : lecture expressive, avis général de la classe, plan au tableau, remarques fines et profondes. Quand vous ressortez de là, vous bombez du ventre et du cerveau. Vous avez enseigné, formé les esprits. Misère de nous ! Tenez, je ne peux plus y tenir : je vais vous en exhiber deux, d’états de grâce. Les fleurs ne son pas chères. Soit Horace, de Corneille. Un truc hyperchiant. « Lisez ». (L’élève ânonne le premier vers :

    « Je comprends rien !

    Moi : « Normal, c’est de la langue poétique du XVIIe siècle ».

    Soulagement sur les bancs.

    Épluchage : versification, grammaire, sens – ce qui permet (voir plus haut) de potasser, mine de rien, toute l’expression. Relecture des premiers vers. Exercices de diction, d’intonation. Résumer la fin de la scène, truffer de brefs dialogues sur l’État, la Famille, l’Amoir (avec références à l’époque contemporaine), sans oublier le texte, le tour est joué : « Vous avez réussi à intéresser mon fils à Horace ? ...un véritable exploit ! »

    Second triomphe : 75 collégiens dans une même salle pour une « Conférence sur la musique ». Préparation minimum : 1/4 d’h pour l’idée, 1/4 d’h. pour le choix des disques. Au lieu de faire chier le peuple avec du Haydn, je commence par Sylvie Vartan. Jeu : retrouver, en s’y mettant tous, les paroles de la chanson. Elles sont débiles, tout le monde rigole. Un cran au-dessus, Aznavour : même exercice. Barbara : ça marche encore, mais juste. Changement de vitesse : du rock, impeccable. Du pop : ça passe. Attention, premier tilt, confluent rock-pop-chanson-jazz : Pierre Henry, Messe pour le temps présent : « Orphée, tu m’aimes ? Orphée, tu m’aimes ? ».

    Deux filles de 16 ans reprenaient côte à côte ces paroles sur leurs lèvres, les larmes aux yeux. Un crochet vers le jazz, que je n’apprécie pas, mais indispensable pour aborder Stravinsky : la danse de l’Élue dans Le sacre – j’ai bondi la-dessus, tout seul dans ma chambre, à dix-sept ans ! Avec Stravinsky, le poisson était ferré : 9è de Bruckner (5 mn du deuxième mouvement, là où ça balance, là où ça cogne), puis la Cinquième de Beethoven – au bout de 120 minutes, les 75 élèves écoutaient religieusement une sonate de Bach… Si j’avais commencé par Jean-Sébastien, c’était le bordel dans les trente secondes… Tous piégés !

    ...Mais vous ne ferez de bons cours, en vérité je vous le dis, vous ne réussirez quoi que ce soit que par la Grâce. Même la Volonté - est une Grâce.

     

    IV

    BORDEL, CÔTÉ POTACHE

     

    S’il est vrai que le mal se guérit par le mal…

     

    Il n’existe pas de « section calme » ni de « section agitée » ; chacune secrète ses déconneurs attitrés : virez-les, il en repoussera d’autres.

    « Repérez-les dès la première heure ! Matez-les ! » disaient à peu près les manuels dit pédagogiques. Ils oublient, nos braves gens ! que l’on met plusieurs semaines avant de mettre un nom sur un visage ou le contraire. Ils oublient tout autant que tout élève, pris la maîn dans le sac, niera systématiquement, entraînant dans son sillage d’une cohorte de petits Zorros justiciers et catégoriques. Ils oublient enfin que tout élève, par définition, refuse l’école, et s’en trouve très fier, point à la ligne. Au point que d’aucuns, d’emblée, se mettent à déconner dès la première minute de la première heure. Un sot trouve toujours un plus sot qui l’admire : l’opposant tire les sots comme la corde sur le puits.

    À quoi reconnaît-on un sot ? à ses lèvres épaisses ? à son front bas ? à ses intonations de harengère ? discutable. Mais si vous commettez l’erreur de l’isoler, il ne vous faudra pas une semaine pour vous retrouver avec deux, puis trois, puis une demi-douzaine de petits cons fermement décidés à ne pas s’apercevoir que votre cours… est en cours. Ils n’ont d’ailleurs pas le moindre grief encore contre vous.

    Cependant le bordel s’invite, sournois, dès que vous poussez la porte. Sortez-vous, il disparaît : il est bien connu que ce sont les flics, n’est-ce pas, qui excitent les manifestants. À partir de là vous êtes tenté, malheureux ! d’intervenir. La non-intervention est aussi une intervention : piégé. Vous. Et c’est la cacastrophe.

    Comportement a)

    Compréhensif. Les collégiens s’ennuient. Voix posée, raisonnable : sympa. Vous avez la paix. 30 secondes. Pas 31. À refaire, un peu plus ferme. 25 secondes. Vous voici donc par la force des chose au

    Comportement b)

    la gueulante

    Réponses :

    1) c’est pas moi, c’est l’autre.

    2) « Y a pas que moi » - réponse archiconne, mais archicourante, même chez les adultes:pas le droit d’arrêter le petit revendeur tant qu’on n’a pas débusqué le commanditaire… ben voyons…

    3) « Vous nous avez laissé faire au début »

    4) « Vous n’avez qu’à ne pas écouter nos conversations » [sic]

    et pour finir

    5) c’est vous qui avez commencé

    et si bas qu’ils soient descendus, il s’en trouvera toujours pour descendre d’un étage. Rappelez-vous toujours que chez les élèves, la parole est très exactement la seule chose qui les distingue (à peu près) des bêtes. Vous n’en croyez rien ? … Effectuons la manœuvre la plus quotidienne, puante, vicelarde :

    1) L’élève déconne : sarbacane, bordée de jurons.

    2) Vous faites semblant de ne pas entendre : pas que ça à foutre, le cours à poursuivre, etc.

    3) Vous intervenez.

    4) Même et surtout pris sur le fait, l’élève nie farouchement, ôte sa sarbacane de sa bouche pour jurer qu’il ne lance pas de boulettes avant de vous en recracher une sur la chemise. Il gueule, il ameute, il prend à témoin – que dis-je ? il répète et fait croire que c’est vous, le prof, qui avez sorti la bordée de jurons, et même, que c’est vous qui les lui avez appris. Il en répand le bruit à l’extérieur. Il trouve chez les adultes un terrain tout ensemencé. Il est cru, chers conseilleurs de mes fesses. Il est cru. Vous n’avez plus qu’à attendre le 30 juin.

    Pourquoi ?

    La réponse est d’une simplicité atroce : vous n’avez pas le don, le rayonnement, l’aura – le sharisme, pour prononcer à la Busnel – votre gentillesse ? elle cache la peur ; votre sévérité ? elle cache la peur. Ça se sent comme le gibier. Les conseils? Laissez-moi rigoler. Notre métier ne s’apprend pas.

    S’abstraire ?

    Chiche.

    Votre cours préparé, faites votre entrée, dans le vacarme. Disposez vos affaires sur le bureau. Le cours commence. Personne pour écouter, sauf au premier rang. Votre voix ne porte pas plus loin… Parlez pour ce premier rang. Au milieu de la tempête, quelques autres se rendent compte qu’il se passe quelque chose. Encouragez-les à se rapprocher. J’ai réussi ainsi à faire apprécier à cinq ou six élèves, au milieu d’un bordel gigantesque, tenez-vous bien, les Stances du Cid.

    Un craquage :

    « Qu’est-ce qui pue, qui est con, et qui remue ?

    - C’est vous, m’sieur !

    - Non. C’est une classe de sixième.

    Vous n’akJ’ai pleuré un jour, moi, un mâle, ridicule (pléonasme) devant une classe rigolarde : « Il a des complex- es ! Il a des complex-es ! » J’ai hurlé que j’allais devenir fou, que j ‘allais mourir, j’ai crié « je veux qu’on me respecte », j’ai frappé, insulté, « vous êtes des poubelles ! » - tout ce qu’il ne faut pas faire, Monsieur le Conseiller Pédagogique, je l’ai fait, collègues humiliés, je me la suis jouée Jésus-Christ, Les parents d’élèves commencent à se plaindre : « Vous aller tâcher de corriger votre langage. Plus une grossièreté. Plus une ambiguïté ». Le Directeur : « S’il y en a un qui bouge, vous me l’envoyez » - par paquets de dix ? « Vous n’allez pas vous laisser marcher sur les pieds ».

    Traduction : « Mon cher cul-de-jatte,

    Votre caisse, vos fers à repasser, ce n’est pas ça du tout. Vous allez me faire le plaisir de mettre un pied devant l’autre, de courir un peu pour vous réchauffer, de sauter quelques haies. Et pour voler, rien de plus simple : vous étendez les ailes, comme ça, un peu d’élan, et hop ! » - et hop ! on se casse la gueule. Et surtout, surtout, ne pas se plaindre d’une classe. Le coupable, bon sang, mais c’est bien sûr ! C’est vous !

    - Mais alors,vos solutions ?

    - Aucune.

    Quand on n’a pas la Grâce, c’est cuit. On peut jouer les Sauveurs, les Rédempteurs, on se retrouve tout seul devant sa glace. La Grâce, et la Glace. La vérité n’est pas une aiguille dans une botte de foin, mais une savonnette dans une décharge. Reste la littérature. Le blabla.

     

    V

    L’ÉLÈVE DOIT PAR-TI-CI-PER

     

     

    « M’sieur ! Pourquoi qu’on ferait pas un débat sur quelque chose d’intéressant ?

    Excellente idée : un camarade, on l’écoute. Effort restreint du professeur… Travail collectif… le Saint du Saint...

    C’est un beau moment, certes, quand la salle entière s’arrache les sujets d’exposé : « Moi ! Moi ! » - ou bien qu’elle baisse la tête comme un seul homme pour « passer entre les gouttes ». Cependant, je n’ai jamais connu de dérobade, même des plus timides. Les élèves ont même souvent proposé les sujets. De plus, l’exposé se prépare en commun. Et le débat qui s’ensuivra va permettre à chacun de s’extérioriser.

    Que c’est beau.

    En fait, les élèves repèrent surtout une chose : la suppression du cours. Malheur au prof qui demande à ce qu’on prenne des notes : un exposé, c’est la récré. On y vient les mains dans les fouilles. On pourra même 1) roupiller pendant l’expo, 2) s’engueuler pendant le débat.

    Le prétendu « groupe de travail », en effet, se compose la plupart du temps d’individus sans contact hors de la classe (le téléphone, c’est pour le fun ). Chacun fera donc sont travail dans son coin. Affinons l’analyse : le crac bossera tout seul. Les autres empocheront la note collective.

    Devant la classe, aucun compte n’aura été tenu des recommandations antérieures : ânonnage et bredouillage, transformation (par exemple) de Venise en catalogue de chiffres (dates de construction et dimensions de tous les palais…)

    ...L’exposé, conçu pour bousculer vers la haut, par la prise d’initiative, la collaboration, précipite dans la passivité ou l’embrouillamini. Sa réalisation est rendue quasiment inopérante par le manque de concertation préalable réelle des participants, et le manque d’expérience de l’exposant. Pour éviter ça : c’est vous qui devez choisir le sujet. Mais soyez bien persuadé que tout sujet, choisi par le prof, sera de ce fait même indifférent : « On s’en fout » - tout est dit. Quant aux sujets choisis par les élèves, ce seront toujours les mêmes : les groupes de rock, la moto, la planche à voile. Encore une fois : assez de monde extérieur. Secouez-vos, petits vieux de quatorze ans.

    Surtout n’écoutez pas ce con qui vous suggère de tout mettre à plat, de discuter de touot ce qui ne va pas dans la classe ! un prof lavette ! Quelle aubaine ! ...comment d’ailleurs le professeur pourrait-il tenir le moindre compte des revendications, ces dernières impliquant l’abolition de tout système scolaire ? ...si le prof cédait, il serait immanquablement méprisé.

    *

    Il ne faut pas endoctriner les enfants- très bien ! - l’ennui, c’est que d’autres s’en sont chargés avant vous. Que le débat porte sur la peine de mort, le féminisme – l’impressionnisme (déjà mieux) – le rap – démagogie quand tu nous tiens – vous aurez toujours affaire aux grandes gueules de la classe, ceux qui gueulent le plus, donc sans aucun respect pour l’opinion des autres : ils seront toujours pour la peine de mort, pour Horace Vernet (« avec lui au moins on voit ce que ça représente « ) - contre les immigrés, contre les femmes. J’en ai même vu faire de l’obstruction systématique : ils agitaient tout simplement

    les bras en criant (aaaah ! aaah!) pour empêcher les filles de parler.

    . En un mot vous aurez droit à toutes les beaufitudes de beaufs. Come ce sont eux qui font le plus de bruit, ce sont leurs conneries qu’on aura le plus entendues, le plus retenues. Vous avez gagné : ça vient des parents.

    « ...Eh bien moi, je suis intervenu, j’ai rectifié le tir, dérouillé les timides, guéri les muets, ressuscité les morts et l’Esterel…

    - Vous avez de la veine. Moi j’ai plutôt vu l’élève défendre sa merde comme un chien son os, soutenu par le chœur hargneux de tous ses sectataires… enfin, admettons – que vous ayez insufflé à votre classe l’esprit « démocratique » : on discute entre jeunes gens de bonne compagnie, on apaise les exaltés, on suspend les conclusions – tout est dans tout et réciproquement – le Café du Commerce – qu’est-ce qu’y a à la télé…

    Je crois bien, Docteur, que j’éprouve la violente tentation de supprimer tout débat, l’enseignant enchaînant lui-même les questions et les réponses, le procédé permettant d’une part de camoufler son incapacité à suivre une discussion en prétextant de l’imbécilité des élèves, d’autre part de se livrer à la propagande. Ce serait plus franc, l’élève choisirait comme au supermarché, mais je suis en plein délire

    VI

    TEXTES ET CONS TEXTES

     

     

     

    La matière, c’est le texte.

    Son support, c’est le livre.

    « Nos enfants ne lisent plus »
    - OK chialards. Encore faut-il voir de près ce qu’on leur propose – et ce qu’ils proposent eux-mêmes, les pauvres…

    Car malgré tous les efforts, les thèmes des manuels sont restés identiques. Vous ne trouverez plus la rentrée, ni l’automne, ni la chasse. Mais l’imagination des pédagogues se déchaîne sur le camouflage des anciens. Ce qui donne « les copains », « le jeu » - en avant pour Le grand Meaulnes (oui, ça m’a plu, mais je ne le prostitue pas dans les classes), La guerre des boutons- soit. L’élève qui-ne-paie-pas-de-mine et qui se retrouve premier, ou du souffre-douleur (Charles Bovary ; Bamban ; Silbermann), les ambiances de collège ; les histoires de profs ; sans oublier les subtils distinguos entre « camarade », « copain », «ami » - m’sieur ! c’est pas pareil ! m’sieur ! - ta gueule connard tu vois pas qu’euj lèv’le doigt ? Les belles leçons de morale sur la délation, la triche – les profs rigolos ou terroristes, les farces, les entraides…

    L’univers des enfants… j’ai pressé le citron… les élèves intéressés : ça leur permet ç chacun de placer dans le bordel général son brevet démocratique d’intelligence : trois-quatre

    ah ben ouais… ah trop pas… pour venir réclamer au prof, à l’animateur, l’insulte et la bave aux lèvres, la bonne note de participation.

    Camaraderie, copinage, amitié – je n’ai jamais connu ça. Exclus. Concours de quéquettes, toujours bon dernier – humour. Pour moi la rentrée, « les autres », c’est la trouille : passer inaperçu, ou faire chier tout le monde ?. Et passer pour dingue, puisque je suis dingue : « T’es trop con, on joue pas avec toi » - ça n’est pas dans les livres – on n’en parle pas. Dans les textes, il y a toujours un camarade généreux pour rétablir la Justice – pas pour moi.

    Eh bien évadons-nous ! ...le sport, l’aventure, la Frique, la Mérique, la Zie – le Maine-et-Loire (coups d’épée, gros bras, sexe fort, vent debout, les Noirs, le 100m, le 500m il court, elle accélère, elle remonte, il se décourage clameur de la foule – poumons qui brûlent – pets qui s’empilent – mais dans un formidable élan de volonté hhhan ! Il (ou elle) arrache la victoire (le stade en délire, pipi, la douche euch(tâcherai d’faire mieux la prochaine fois victoire sur soi e tutti quanti.

    Quant à vos Récits d’aventure, je n’en ai rien à battre. Mes élèves n’auront jamais les couilles de les vivre, ils en seront gavés sur l’écran. Ils n’auront jamais le premier pognon pour voir l’Amérique voir plus haut – ou alors en Thaïlande pour les gosses et les dos d’éléphants – où ça, l’aventure -

    Là où tu cherchais des perles rares

    Des ploucs installent

    Leur planche à voile

    Pour faire un p’tit tour dans les étoiles

    Manset

     

    Et pour ce qui est des jeunes spéléos, exploro, ethnolo – c’est au détour du réel, d’un mec, d’une pineco,qu’ils ont pris le virus – pas en classe, qui est à l’aventure ce que le Caprice des dieux est au rugby.

    Allons ! qu’est-ce qui pourrait bien intéresser nos petites têtes creuses ? La LIBÉRATION de la FEMME ? quoi, encore ! ont crié toutes les filles comme un seul homme – en revanche, la drogue, la prostitution, le terrorisme – inconnu aux manuels : AT – tention : l’extérieur soit, mais à la sauce gamin : fade et chiante… sécuriser… comme ils en voient cinq fois plus à la télé, ils trouvent l’école bébé boy-scout.

    « Les Djeunnz, ça s’intéresse au polar, à la science-fiction – plus maintenant – mais qu’il y ait des bons, des méchants, des poulets, des gangsters (pas iraniens), d’un côté les vivants, les cadavres de l’autre – les extra-terrestres, et moi et moi et moi. La brave petite intrigue d’enfant, un gosse tombé du ciel qui fait le détective (« ...mène l’enquête »), que ça à foutre, pas d’école pas de parents, découverte des vilains messieurs, un peu Gitans un peu racistes, tous au trou, pouf ! - ou alors, de l’audace : un jeune délinquant, qui s’est fait entraîner, qui se dégonfle, qu’on oblige, drame psycho, bons sentiments, à la cuillè-reu ou bien dans un ve- rreu, les larmes coulent et glou et glou.

    Les adultes non plus ne veulent pas le savoir : la balance enfonce largement le détective, les délinquants pas de quartier ben si justement, quartiers au pluriel, coupables de quoi ?… d’avoir voulu se désennuyer ?

    Pour la science-fiction qu’ils vivront : tant que l’homme s’emmerdera autant sur cette terre ou une autre, tant qu’il devra crever et qu’il le saura, je me contrefous de tous les gadgets qu’on pourra lui fourrer entre les mains ou entre les jambes.

    À présent fonçons sur les bédés.

    D’abord bravo pour l’opération commerciale.

    Madame Bovary en BD avec 1/100 du texte.

    La philosophie en B.D.

    Je rêve.

    Le LATIN – non, pas de fachos chez nous.

    L’Histoire de la musique en BD, toujours aussi chiant, de plus en plus plat.

    Mentionnons par acquit de conscience le roman-photo, pour godichonnes en mal de branlette. Le porno, ça c’est net. Limite préférable.

    Vous qui avez bossé sur le tas. Les Utiles, les Saute-au-Paf de l’Action, vous publicateurs de livres didactiques, genre « J’intéresse ma classe en dix leçons » - c’est précisément votre foix épaisse . Allez,je m’en sers, de vos manuels. Et même,jem’y accroche. Je ne travaille qu’avec ça. Et je démonte la connerie de tous les textes, la moraline de tous les textes, le passage au moule par les textes. Toutes les lectures du Premier Cycle devraient être signées Moulinex. Poil aux oreilles.

    De mon vivant, chaque texte se voyait proprement étrillé, étripé, désossé, on riait bien fort.

    On peut aussi choisir ses textes à soi. En parler avec sa classe, dans la langue de sa classe. Avec leur vocabulaire, et non pas en édulcoré. Ça réagit, car les enfants sont toujours prêts à soutenir toute subversion. À manier le Fouet à parents (ils le deviendront à leur tour).

    Surtout bien les pénétrer de ceci : tous les textes sans exception, de Corneille à la boîte à conserve, de la copie de sixième à Pascal, sont géniaux. Que pas une virgule de l’homme ne mérite l’oubli. C’est tout ce que nous avons. Tout ce qu’on sait dire. Tout ce qui s’est écrit, dit, soupiré, pété, depuis que l’homme est l’homme.

    Il se peut aussi que la seule activité digne de l’Humanit » soit de se foutre sur la gueule.

    V I I

     

    « OUVRIR L’ÉCOLE », QU’ILS DISAIENT…

     

     

     

    NON à l’ouverture de l’école et MERDE au travail d’équipe.

    Enquêtes scolaires, journaux scolaires, théâtre scolaire.

    Même et surtout entre collègues. Allez-on-va-faire-quelque chose-ensemble.

    Automatiquement ça foire. Sinon c’est moi qui fais tout foirer.

    Tous ces braves scouts aux yeux écarquillés, dadais bien appliqués, me soulèvent le cœur.

    « On va faire ça. Toi, tu fais la même chose en même temps.

    Pauvres gosses. Dans tous les pots la même soupe.

    et si je n’ai pas envie, moi, de « faire » Ulysse tous les vendredis à 9h ? ni d’entendre la classe me rehurler le cours du collègue ? …

    LES ÉLÈVES SONT TOUS LÀ À SE DEMANDER SI LEUR CLASSE EN EST À LA MÊME ÉTAPE QUE L’AUTRE ET SURTOUT SI LE PROF A DIT LA MÊME CHOSE QUE LES AUTRES.

    ...Prenez un bouquins, tas de nazes, et récitez-le par cœur !...

     

    Pour les enquêtes : n’attendez rien des sujets proposés : le ppdd (« plus petit dénominateur commun », comme d’habitude) : L’Amitié, Les Champignons, Votre Commune. Surtout pas «les masturbations de ma sœur par semaine ». Il est bien entendu qu’il n’y a que les mecs pour faire des saletés pareilles. « Démontrez la nocivité du Mur d’Israêl », ça, oui, OK. À cet âge-là c’est bébé vous savez, ça répète tout comme des perroquets. Que Voltaire était faux monnayeur ; que Gide était pédé, que Louis Neuf brûlait les juifs – à partir de 11 ans, hélas ! hélas ! l’enfant comprend tout.

    Qu’est-ce que ça pouvait me foutre si mes élèves en sortant se disaient ah oui c’était pas mal non, mais qu’ils foutent la pagaïe, (pas chez moi) mais chez soi, dans la rue – c’est pas du travail d’équipe, ça. Faire un film, une enquête, un livre, un journal tous engsemmbleu – c’est du boulot de vioques, du singeage de croules, comme s’il n’y avait pas assez de nanards à 50 millions de dollars – vous savez que même l’Inde possède la bombe atomique ? - sans qu’on ait besoin de filer du matos hors de prix à des morveux. Pour « les livres » en particulier, on ferait mieux de leur fourrer dans le crâ que jamais une œuvre digne de Floirac n’est sortie de deux cervelles à la fois. La rage du collectif… Quant à composer un journal… niveau nul, poèmes vomitifs, dessins mauvais, histoires Carambar, et tout à lavement – alors surtout : pas de petites annonces sentimentales, pas de vannes sur le principal ni sur qui que ce soit ; la cantine excellente, les copains copains, pas de cul, pas de tabac, pas de blanche.

    Pas de traces de sperme sur les braguettes.

    Achetez ma guimauve.

    Rassurez-vous : tout retombe de soi-même : pas de matériel, pas de lecteurs, plus de collabos après trois semaines, enquêtes bidon et passe ton bac. Pour le théâtre c’est au prof de tout indiquer, Molière à toutes les sauces, mimiques et hurlements, Scapin, Harpagon, Figarais de Beaumarcho, transpirer sous les aisselles et dans la foi, trouver des pièces à 26 rôles – foules armées vivement recommandées. Parce qu’il y a une chose, ô têtes pensantes, ô prodiges de réflexion pédagogique, à quoi vous n’auriez jamais pensé : les figurants, ceux qui ne jouent pas, enfin pas vraiment, commencent à devinez quoi – vous avez gagné ! commencent à déconner entre eux !

    ...Une seule solution : la-pi-scine - mieux : l’Hen-treu-prise. Ça donnera au moins aux fils de prolos l’idée de devenir riches plus tard, ce qui meuble l’esprit. C’est comme en piscine : nager sans avoir appris, c’est mort – vous en connaissez, vous, des grincheux qui préfère lire (beurk!) à barboter dans le chlore ? Pas de pédés dans la classe ! Promenades. Voyages. Classes de neige. Toujours ça de pris à la pensée. On ira en Grèce grâce aux belles plaplages. Quand vous serez plus grands vous saloperez Venise et la Grosse Polle d’Atheignes.

    Faire la tambouille en plein air, dormir sous la tente ou au-dessus selon qu’on est actif ou passif, c’est tout de même autre chose que d’écouter les bredouillis du prof sur les strates o-olithiques ou de rédiger un carnet de bord – UN élève. Après quoi on se repasse les vidéos, Trudug qui se casse la gueule sur une caillasse, Ginette qui se prend les pieds dans la culotte en se relevant de pisser, ou alors, ou alors ! ...qu’on transforme carrément la scolarité en service militaire. Nouveaux rapports entre élèves et profs : d’accord. À condition qu’en revenant de tous ces exploits, on se remette au travail. Au vrai. En entreprise, pourquoi pas. « On ferait mieux de leur apprendre à remplir une feuille de Sécurité Sociale » - en France, on a des idées. Et même, des idées de con. « De leur apprendre le code de la route ». Visite d’usine. Guide inaudible. Les enfants doivent zapper l’enfance. Ils ne se feront pas assez chier dans vos bureaux, autant commencer tout de suite.

    Je leur ai déjà suggéré

    cruche,cruchoh,Hesse

    de faire des stages en caveaux de famille.

    La messe et les musées c’est pas mal non plus.

    Votre seul avenir, ee sera de regretter tout ce que vous n’aurez pas pu faire.

    C’était notre séquence Le Prof remonte le moral de ses élèves.

    X

    Et pis attends c’est pas tout. Je dis vous à tout le monde même aux petits. Pas question non plus de les appeler par leurs prénoms : ad’mon temps c’était toujours Nathalie, Sandrine, Vincent, Jérôme et Putafranges. C’est pourquoi les noms de famille existent. On ne m’interpelle pas dans les couilloirs. Non plus. Certains se réservent un exitoire : « Le prof que j’aime, c’est celui avec lequel on peut discuter dans un bistrot ». Ça permet en effet de virer sa crise de chef de bande.

    Admirative et compacte. Avec des adultes ce serait moins évident. Attention au bauquet de fin d’année  entre élèves:rôle déprimant. Ne pas boire, ne pas flirter (t’as vu ta gueule?) -et par ennui vous lâchez la vanne grasse bien minable et les vlà tous qui se parlent entre eux.

    Il y a des culs-de-jatte qui raffolent des ballets. Moi non. Quand vous retrouvez un potache hors position, c’est on ne peut plus désagréable pour vous et pour ielle. À la boulangerie à la papeterie on se fait euh euh ou bonjour ça va, mais la cinquième fois ça fait court. Ou alors on ricane. On crache par terre. Ce n’est pas pour vous mais on crache. Vous ne pouvez jauais repérer d’où ça vient vu la quantité de balcons d’où on peut se foutre de votre gueule. Vous entendez votre nom dans votre dos, vous vous retournez vous foncez dans le tas vous êtes grillé, bientôt vous ne pourrez plus mettre un pied dehors et c’est bien fait pour vous c’est votre faute.

    Pas de rapprochement.

    À aucun prix. Exit le « projet d’action éducative » qui ligote. Pas d’ »enquête », pas de « livre », ni de « journal »: l’enfant rapetisse tout ce qu’il touche : médiocrité, faute de matériel, faute de cervelle. Les enfants ne veulent pas de copains : ils le sont « entre eux ». Au bout du copinage le mépris. Les pierres et le crachat. La piscine, la classe de neige ? les moniteurs sont là pour ça. L’enseignant, c’est le dispensateur se science, le prêtre qui donne l’hostie. Lachaleur humaine au compte-goutte, et de derrière le bureau. Le « monde extérieur », l’ « ouverture », l’ « initiative », l’ »HHântreprise » - on en crève tous.

    Pour quelques années encore,  avant qu’ils ne deviennent des abonnés au gaz, laissez-les vivre.

    Il est vrai que, désormais, les élèves ont enfin compris qu’il valait mieux crever tout de suite, et se ruent, et se ruent, justement, sur les stages en entreprise.

    Et puis, c’est si gratifiant d’abandonner l’École, qui ne sert à rien.

     

     

     

     

     

     

    V I I I

     

    A C C A B L E M E N T S

     

     

     

    Cet ouvrage étant ouvertement destiné à la démoralisation du corps enseignant, il doit le pousser au suicide collectif. La huitième dissertation s’appellera donc Accablements.

    Ce sont les cours, bien sûr, qui accablent. Mais tout aussi bien les trajets interminables, et l’attitude inqualifiable de sa famille. Et voilà pourquoi je me sens perpétuellement épuis depuis dix ans (25-35).

     

    « Je voudrais bien que tous ceux qui critiquent les profs soient placés une fois devant une classe, tenez, trois heures. Ils verraient dans quel état ils en ressortiraient. »

    Jean-Louis BORY

     

    Alignons donc les banalités : toute une classe qui s’agite, ça claque. « M’sieur ! j’suis au bout de ma ligne, qu’est-ce que je fais ? » Insoluble, en effet. « C’est pour quand le devoir, déjà ? » « Ça ne sert à rien d’apprendre à lire, puisqu’il y a les bandes dessinées. » Tous ceux qui viennent là sont bien convaincus

     

     

     

     

  • TI SENTO

    TI SENTO

    1. Presque toutes les fictions ne consistent à faire croire d'une vieille rêverie qu'elle est de nouveau arrivée.
    • André MALRAUX Préface aux Liaisons dangereuses
    • Collé au mur Boris Sobrov tend l'oreille, ce sont des frôlements, des pas, un robinet qu'on tourne, une porte fermée doucement - parfois, sur la cloison, le long passage d'une main. Le crissement de l'anneau sur le plâtre. Un froissement d'étoffes, presque un souffle - une chaleur ; puis une allure nonchalante qui s'éloigne, vers la cuisine, au fond, très loin, des casseroles. Un bruit de chasse d'eau : une personne vit là seule, poussant les portes, les tiroirs – il glisse plus encore à plat, à la limite du possible, sa joue sur le papier peint gris, mal tendu au-dessus de l'oeil droit : il voit d'en bas mal punaisées une vue gaufrée de Venise, « La Repasseuse » à contre-jour.
    • Boris habite un deux pièces mal dégotté, au fond d'une cour du 9 Rue Briquetterie sans rien de particulier sinon peu de choses, des souvenirs de vacances posés dans l'entrée sous le compteur et soudain comme toujours la cloison qui vibre plein pot sous la musique le tube de l'été OHE OHE CAPITAINES ABANDONNES toute la batterie dans la tronche il est question de capitaines, d'officiers trop tôt devenus vieux abandonnés par leurs équipages et voguant seuls à tout jamais, suivra inévitablement LA ISLA ES BONITA en anglais scandée par Madona - les plages de silence sur le vinyl ne laissent deviner ni pas de danse ni son d'aucune voix parole ou chant.
    • D'autres Succès 86 achève la Face Un, Boris a le temps de se faire un café, d'allumer une Flight ; la tasse à la main, il fait le tour de son deux pièces, jette un œil dans la cour, le jour baisse, ce n'est pas l'ennui, mais la dépossession, comme de ne pas savoir très bien qui on est. Sur la machine à écrire une liste à compléter. Boris s'est installé à Paris depuis quinze ans, il s'y est marié, y a divorcé, n'a jamais donné suite aux propositions des Services. La naturalisation lui a donné une identité : né le 20-10-47, 1,75m - petit pour un Russe - , teint rose, râblé, moustache intermittente.
    • - Les exilés attendent beaucoup de moi.
    • - Tu es Français à présent.
    • Un jour Macha je t'emmènerai en Russie.
    • Mon frère m'écrit d'Ivanovo.
    • - Je ne l'ai jamais vu.
    • - Moi-même je ne le reconnaîtrais pas.
    • Boris tire sur sa cigarette. Le mur de la chambre demeure silencieux. D'ici la fin de la semaine il aura trouvé un logement pour un dissident. Ici ? Impensable. Trois ans écoulés depuis ce divorce. Où est Macha? ...trois ans qui pèsent plus que ces vingt-cinq lourdes années de jeunesse, grise, lente, jusqu'à ce jour de 73 où il a passé la frontière, à Svietogorsk Le voici reclus rue de M., à deux pas de Notre-Dame de Lorette., tendant l'oreille aux manifestations sonores d'une cloison - qui habite l'autre chambre? il n'y a pas de palier ; ce sont deux immeubles mitoyens ou plutôt, car le mur est mince, deux ailes indépendantes qui se joignent, précisément, sur cette paroi.
    • Pas de fenêtre où se pencher.
    • Ce n'est pas un chanteur, ce n'est pas un danseur, ce n'est pas un écrivain, il ne fait pas de politique et ne sait pas taper à la machine.
    • C'est une femme.Un homme roterait, pèterait. C'est une jeune fille, qui fait toujours tourner le même disque. Elles font toutes ça : quand un disque leur plaît, elles le passent toute la journée. Les mêmes rengaines, deux fois, dix fois. Boris n'ose pas frapper du poing sur la cloison : A, un coup, B, deux coups, le fameux alphabet des prisonniers - il ne faut pas imaginer. «Je ne connais pas le sexe de cette personne » répète Boris. « Capitaines abandonnés ». « La Isla es bonita ». Et pour finir, toujours, en italien, « Ti sento ». "Ti sento tisento ti sento" sans reprendre souffle - la Voix, voix de femme, la ferveur, le son monté d'un coup, « ti sento - je t'entends - je te comprends"- ti sento - la clameur des Ménades à travers la montagne, le désespoir - la volupté - l'indépassable indécence - puis tout s'arrête – la paroi.grise - le sang reflue.
    • Déperdition de la substance.
    • Mais cela revient. Cela revient toujours. TI SENTO c'est toi que j'entends toi qu'à travers ta voix je comprends tu es en moi qui es-tu. Il est impossible. Boris frappe au mur, se colle au plâtre lèvre à lèvre, mais on ne répond pas, mais on ne rompt pas le silence, Boris halète doucement, griffe le mur : « C'est la dernière fois. » Il se rajuste plein de honte, se recoiffe, jette un œil en bas dans la cour : c'est l'heure où sur les pavés plats passe en boitant une petite fille exacte aux cheveux noirs, son cabas au creux du bras ; Boris renifle, se lave les mains, se taille un bout de fromage, la fillette frappe et entre.
    • - Bonsoir Morgane dit Boris la bouche pleine.
    • - Tu le fais exprès d'avoir toujours la bouche pleine?
    • Elle pose le cabas sur la table : « C'est des poireaux, des fromages, une tarte aux pommes, un poulet ; des bananes. Ça ira? »
    • C'est une gamine de dix ans, la peau brune, la frange noire et les dents écartées. « Comment va ta mère? - C'est pas ma mère, c'est la concierge. Aide-moi à décharger. Tu te fous l'estomac en l'air à bouffer ce que tu bouffes. » Boris fait semblant de se vexer. Marianne (c'est son nom) passe toujours le cinq-à-sept chez la mère Vachier, à la loge, en attendant que sa mère sorte du travail. La gamine fait les courses en échange d'une heure de maths. Voilà qui est convenu. « Qu'est-ce que tu m'apportes aujourd'hui?
    • - Le quatre page cent.
    • - Vous avancez vite!
    • - La prof a dit "Ça vous fera les pieds".
    • Boris se plonge dans les maths et dans la cuisine, à même la table – à chaque fois le même jeu, la vue de la bouffe lui met les crocs. «  Tu ne peux pas éplucher tes poireaux ailleurs ? ça pique les yeux.
    • Soit un carré A B C D , une sécante x, une circonférence dont le centre... « c'est horrible, tu es sûre que c'est au programme?
    • - Punition collective. Moi j'ai rien fait.
    • - Ca m'étonnerait.
    • Marianne attaque une banane. Boris prépare une vinaigrette, tache le bouquin , jure en russe, écrit d'une main et s'enfonce la fourchette de l'autre.
    • - Tu pourrais fermer la bouche quand tu manges.
    • - Un peu de poireau?
    • - Après ma banane?
    • Boris s'étrangle de rire.
    • - T'es franchement dégueulasse, Boris. T'as fini au moins?
    • - Sauf la troisième question.
    • - Tant mieux, elle croira pas que j'ai pompé.
    • Boris ne comprend toujours pas pourquoi Marianne tient absolument à lui proposer des problèmes de maths.
    • Et tes quatre en français? - Je sais tout de même mieux le français qu'un Russe.
    • Même pas. »
    • Marianne engloutit un yaourt. « Pour une fois » pense Boris « elle ne m'a pas dit T'es pas mon père" pense Boris.
    • Marianne se penche sur l'ordinateur : « Qu'est-ce que c'est que tous ces noms à coucher dehors? - C'est la liste de tous les émigrés russes de Paris. - A quoi ça te sert ? - L'association verse de l'argent aux plus nécessiteux. - Aux plus pauvres?...C'est tous des pauvres? 
    • J'appuie sur le bouton? - elle appuie sur le bouton. Deux heures de travail perdues. Boris l'engueule. Ils se séparent fâchés comme d'habitude. Jules,juge,Israël
    • X
    • Le travail à domicile permet de choisir l'heure de son lever. Boris ne dépasse jamais huit heures - la robe de chambre, les bâillements, la barbe qui tire ; le placard, le bol, la cafetière, le réchaud. Un yaourt pour commencer, surtout pas de radio. Les biscottes, le café bu bruyamment, ramassage de miettes, envie de pisser - un homme très ordinaire, en Russie comme à Paris. A huit heures et demie, de l'autre côté du mur, il, ou elle, s'éveille. Pas de bâillement, pas de chanson, pas de jurons, juste des pieds qui se posent, des pantoufles qui s'agitent, un pas léger vers les toilettes.
    • Comme la porte est fermée, on ne peut pas distinguer si c'est le jet d'un homme ou d'une femme. Les coups de balai, dans les plinthes, ne prouvent rien non plus : il existe des petits nerveux, soigneux comme des femmes, qui font le ménage tous les jours. Sans oublier la toilette du matin, sans exception, même le dimanche : eau chaude, eau froide ; puis le petit-déjeuner : cette personne mange après s'être lavée. Logique. Le bol, la cuillère, le raclement dans le beurrier en fin de semaine, jusqu'à la fermeture caoutchoutée du réfrigérateur : aucune différence d'une cellule à l'autre ! ces bruits-là passent les murs. Pas les voix. Puis le claquement exaspérant des quatre pieds de chaise. Mais il y a des femmes brusques.
    • Et le déclenchement des crachouillis du transistor. Indifféremment des infos, de la pub, de la musique de bastringue, du boniment de speaker. Inutile de coller l'oreille au mur. D'un coup tout s'éteint, la vaisselle dans l'évier d'alu, les chaussures qu'on enfile - pas de hauts talons - pas de clé qui tombe, pas de juron - pas de monologue – pas de sifflotement - la porte claque. Boris peut enfin procéder à ses ablutions. Un soir, Boris perçoit un cliquetis étouffé‚ la clé tourne, le battant s'ouvre, des voix se mêlent dans le vestibule - ce doit être un vestibule – vite un bloc-notes : un homme, une femme.
    • Qui invite l'autre?
    • Chacun ôte son manteau ; que se disent-ils? des choses gaies, des choses quelconques. Boris s'appuie si fort que son coeur doit s'entendre, ou le plâtre se fendre. Les répliques se chevauchent, un homme, une femme, peut-être homosexuels tous les deux, Boris ne désire rien d'autre qu'une conversation banale, mais enfin compréhensible - « Je ne suis pas un espion soviétique » - répète-t-il entre ses dents. Les intonations sont franches. Il existe entre les deux êtres une forte intimité. Mais toujours un bruit parasite (chaise heurtée, glaçon frappant le verre) embrouille les phrases à l'instant précis où les syllabes se détachent.
    • L'homme et la femme se séparent. L'homme répond en mugissant du fond des toilettes; il ssont décidément très intimes - la femme répond de la cuisine. Puis l'homme se lave les mains, la voix de femme plus étoufée répond d'une chambre. Voilà une disposition de pièces facile à déduire : de l'autre côté du mur, ce serait la cuisine, plus au fond donc - les toilettes (bruit de chasse d'eau), la chambre à gauche avec son petit cabinet de toilette (des flacons qui s'entrechoquent). Boris esquisse un plan. Au nombre de pas, le logis mitoyen ne doit pas être beaucoup plus grand que le sien ; quand le couple élève la voix, Boris comprend qu'ils se tutoient ; il se félicite de n'avoir jamais introduit de femme chez lui – à présent ils se sont rejoints dans la chambre. Le reste va de soi. Tout cependant n'est pas si facile. Il y a discussion. L'homme exige des preuves. La femme proteste et veut se laisser convaincre. C'est la première fois qu'ils couchent ensemble. Dans ce cas de figure c'est la femme qui reçoit ; mais elle peut être venue sans préméditation. Quoique. Le ton monte. On se bat. « Suffit! » gueule Boris. On ne l'entend pas. Bon sang ils se foutent dessus. C'est un viol. Par où entre-t-on chez ces gens-là ? Il passe la main sur le combiné - des rires, à présent. « J'aurais passé pour un con ».La lutte s'affaiblit.
    • Ça devient autre chose. Evidemment. Mais le lit a beau lancer du fond de son appartement toute une rafale de grincements, les deux salauds peuvent bien se tartiner des couches de gueulements à travers la gueule, la quique à Boris continue à pendouiller. Quand ils se sont relevés, lavés, rhabillés, quittés, Boris bande d'un coup, se précipite à la vitre et se reprend juste à temps pour ne pas soulever le rideau. De sa fenêtre il n'aperçoit que la cage d'escalier de l'autre aile d'immeuble : d'en bas, les jambes - de face, le buste sans la tête, d'en haut, les crânes. Le soir (la scène se répète le lendemain, mais impossible de savoir qui de l'homme ou de la femme, reste sur place...) il faut compter avec les irrégularités de la minuterie, réglée très serrée ; ce n'est pas facile.
    • D'après la disposition des lieux, l'Occupant Contigu tient donc dans un deux-pièces au troisième, avec un retour peut-être sur la droite ; même en passant la tête et tout le torse par la fenêtre, l'alignement du mur interdit toute vision. Boris imagine un invraisemblable jeu de miroirs, de périscopes, de potences orientables. En tout cas le vingt-quatre avril, dans l'immeuble d'à côté, la loge sera vide ; tout fonctionnera au Digicode - bientôt il faudra réintroduire les concierges dans Paris comme les lynx dans les Vosges. La mère Vachier fait la gueule à tout hasard, garde la petite Marianne et refuse toute collaboration : « A côté? c'est l'interphone. » Démerdez-vous. « Code BC24A. » Boris n'a rien demandé.
    • Il n'a même pas posé de questions sur la petite fille. « C'est une voisine, comme ça. ». La portière a besoin de se confier. De l'autre côté de la cour se trouve une deuxième cage d'escaliers aux vitres encore plus sales encore. Moins animée. Boris n'y regarde jamais. « Tu as peut-être tort » suggère Marianne- Boris aussi a besoin de se confier. Tous les soirs avant la télé- on n'entend plus rien,a-t-il – a-t-elle – déménagé ? - Boris s'assoit devant la fenêtre la tête dans l'ombre et observe le défilé des locataires ou visiteurs. Ça monte, ça descend, avec des arrêts dans le trafic, des reprises, des précipitations,des temps morts ; des crânes sautillent de marche en marche, des mollets s'embrouillent, des jupes, des pantalons, des profils : graves, riants, tendus, le plus souvent sans expression. Il y a des hommes qui se grattent le cul, des femmes qui se sortent la culotte de la raie ; personne ne se raccroche du bras, ni ne s'arrête pour bavarder. Normal. Les clients de la psy du troisième se succèdent exactement dans le même ordre. Notaire au deuxième droite. Une manucure, le détective - au n° 26 donc, juste à droite en sortant – là où précisément l'inconnu ou toute nue fait son nid - il ou elle est revenu(e), les habitudes sont les mêmes, les disques aussi : « "Ti sento", le rock italien, à intervalles réguliers.
    • Peut-être un peu moins souvent. Boris guette. Il note dans le noir sur ses genoux. Le carnet comprend une feuille par nom : "A-X", « Tête à l'Air", "l'Oignon Bleu". Ou bien  François Debracque, Aline Aufret, Gérard Manchy : les symboliques, les sobriquets, les noms communs. Pas un russe. Plus de femmes que d'hommes , aucune vraiment qui plaise. « Tu connais bien des bonnes femmes à ton boulot, dit Marianne. Pourquoi tu ne les dragues pas? » Boris a du mal à expliquer que ces femmes-là, justement, à l'Institut Pouchkine, ne se soucient pas de flirter ; elles suspendent leurs organes génitaux aux patères. Ou c'est tout comme. Maintenant c'est Marianne qui mate ; elle soupèse les femmes : « ...Pas mal..Un peu forte. - Et les hommes ? - Tu deviens pédé ? - Je veux savoir qui habite à côté ; il n'y a plus de concierge. » Marianne redouble d'attention. « Mais tu connais tout le monde, Marianne – non ?
    • - Pas du tout - ce cul ! - eh, mes maths?
    • - Plus tard.
    • - Je reprends le cabas.
    • - Garde un éclair pour toi, n'oublie pas l'huile la prochaine fois.
    • - Ciao.
    • Boris joue le tout pour le tout. Il va se poster, sans se montrer, sur le trottoir, tout près de la porte ; le code est faux ; alors il se glisse derrière un locataire qui lui tient la porte. Il voit tous les noms d'un coup sur les boîtes aux lettres : des Italiens, des Français de Corse, des Bretons. Un certain Dombryvine. Abdelkourch. Lornevon. Le courage lui manque ? non, l'idée même de monter au troisième – "bon sang, c'est trop stupide, j'y vais" - mais dans le couloir, là-haut, les portes sont anonymes ; la minuterie allume sur le bois des lueurs de montants de guillotine. Boris redescend très vite dans le noir en s'insultant ; il aura mal retenu la disposition des lieux. Mais le lendemain, il récidive. La rue grouille. Le même homme lui tient la porte. Cette fois il s'attarde : au troisième – ni médecin donc, ni voyante, rien de ce qui se visite – il distingue vers le fond une fenêtre sale : exactement dans l'angle mort de sa fenêtre à lui. Impossible de voir ; de retour au 24, Boris fait son croquis : appartement 303.
    • Manque l'âge, le nom, le sexe. Le sexe manque. Ne pas lâcher prise. “Qu'est-ce que tu lui veux à Madame Vachier ? - Juste parler avec elle. Tu vas aussi lui demander ce qu'elle pense de moi, d'où je viens, qui c'est ma mère... - Ce ne serait peut-être pas inutile. Tu veux savoir qui habite à côté  ? Tu manques de femme?... - Il y a toi. - Cochon. - Je ne veux pas que tu ailles chez la concierge. - Moi aussi je manque de femme. - Elle est grosse, elle est moche, elle est mariée, dit Boris. Il va voir le mari de la concierge. C'est un Alsacien à gros ventre et bretelles, loucheur, boiteux ; Boris met au point une histoire à dormir debout : « Je suis fonctionnaire à l'immigration ; la locataire - il choisit le sexe - du 237 n'est pas en règle. » Monsieur Grossmann - il ne porte pas le même nom que sa femme - est l'honnêteté même. « Pourriez-vous me prêter dit Boris votre passe ? je suis sûr d'avoir oublié mon portefeuille chez Madame Schermidtau 237...
    • - Vous connaissez son nom?” Le souffle coupé, Boris voit le concierge détacher du clou le grand anneau qui tient les trente clés plates. «.C'est elle gui remplace M. Laurent ?” Boris acquiesce, la boule dans la gorge. « Je vous accompagne. » Grossmann est bavard. Il faisait partie des "Malgré Nous" sous le Troisième Reich. Il en est miraculeusement revenu. Il aime bien raconter. Le portail vitré du 26 s'ouvre sans effort : « J'ai le même passe que le facteur » dit Grossmann.Boris monte les étages avec le boiteux. « Dix ans qu'on attend l'ascenseur...Regardez l'état de la moquette... - Il faut bien que les escaliers servent à quelque chose." Vous dites des conneries, Monsieur Grossmann. Voici la porte ouverte. Boris écarquille les yeux et grave tout dans sa tête : le corridor de biais, très court, très étroit, vers la gauche ; trois portes ouvertes, la salle à vivre claire, avenue Gristet, bruyante; la chambre au fond, sombre, retirée - « salle de bain, cuisine » dit le portier - « je vois bien » dit Boris. Difficile après cela d'imaginer, de l'autre côté, son propre foyer, solitaire – il ne ressent pas son appartement – où est-ce qu'il colle-t-il son oreille? Très exactement ? ...Ça n'a pas du tout la forme d'un L... Boris ne cherche rien. Il ne bouge pas. Grossmann comprend ; il reste en retrait, muet. Trop d'immobilité, trop de respect dans le corps du Russe lorsqu'il s'approche enfin des étagères et lit les titres lentement, le "Zarathoustra" de Nietzsche, "l'Amour et l'Occident", « Deutsches Wörterbuch », « A Rebours" de Huysmans, un Traité de Diététique – une Bible - quelques ouvrages sur le vin.
    • Une collection de "Conférences" des années trente - dis-moi ce que tu lis...? La penderie est restée ouverte ; ils y voient une proportion égale de vêtements féminins et masculins - chacun sa moitié de tringle : des habits soignés, sans originalité excessive. Revenant au salon à pas précautionneux Boris aperçoit contre son mur un tourne-disque. J'aurais dû commencer par-là. Sur la platine "Ti sento", rock-pop italien. Boris coupe le contact; le voyant rouge s'éteint. Qui relèverait mes empreintes ? La pochette, luisante, à l'ancienne, représente une femme fortement décolleté‚ cuisses nues, décoiffée, en justaucorps lamé. «Madame Serschmidt ne vit pas seule, dit le concierge. Boris a inventé ce nom. Il s'informe gauchement (« Reçoit-elle des visites ») - Vous devez le savoir, Monsieur Sobrov.» Boris repère encore la Cinquième de Beethoven, la Celtique d'Alan Stivell, René Aubry et un double album de folklore maori.
    • Plus la Messe en si mineur, BWV 232. Jamais il n'a rien entendu de tout cela. Le concierge propose de manger un morceau. Boris refuse, effrayé. « Mais elle ne revient pas avant six heures ! » Boris se retient si visiblement de poser des questions que l'Alsacien précise malignement : « Je reçois les loyers au nom de Monsieur Brenge". Il prononce à l'allemande, "Brenn-gue". - C'est peut-être son frère qui paie ? ...Serschmitt est son nom d'épouse, elle a divorcé... » Grossmann ne confirme rien. Il se dirige vers le réfrigérateur : « Vous saurez toujours ce qui se manche ici ! » - des oeufs, des pots de crème de langouste, un rôti froid en tranches et trois yaourts. « A la myrtille », dit le concierge ; il se sert, rompt du pain, choisit du vin. “Tant pis pour la langouste”, dit Boris - ils s'empiffrent - Boris veut faire parler le gros homme. Seulement, il n'y a plus rien à ajouter. Le portier tente d'en faire croire plus qu'il n'en sait. Il prétend que "tout le monde défile » dans ce studio. « N'importe qui tire un coup ici, puis s'en va. » Ils se défient du regard en mâchant. Rien ne correspond aux longues attentes, aux exaltations de Boris dans son antre – à moins qu'il ne s'agisse d'une autre chambre ? « Gros porc » dit Marianne le lendemain ; « Tu y es allé. Je sais que tu y es allé. Je ne voulais pas que tu y ailles. Saligaud. Vulgaire. Je t'ai vu entrer dans l'immeuble avec le mari de la mère Vachier. « Tout le monde y vous a vus monter la cage d'escalier. Même que tu es entré dans l'appartement, et que tu as regardé partout, fouillé partout, dans les livres, dans les disques, même entre les robes. Et vous avez bouffé du saucisson et du pâté de langouste et ça c'est dégueulasse. Au goût j'veux dire.
    • - C'est chez toi ? - Ça ne te regarde pas. Déjà que tu me fais reluquer les grosses qui descendent les escaliers, et quand il y a de la musique tu arrêtes la leçon de maths même si j'ai rien compris et tu colles ton oreille au mur comme un sadique.
    • - C'est ta mère qui habite là ? - Dans ton quartier pourri ? on est riches nous autres, on a une BMW, on va aux sports d'hiver et c'est pas toi qui pourrais te les payer pouffiard. - Tu veux une baffe ? - .Je le dis à maman et tu ne me revois plus et tu seras bien emmerdé parce que tu es amoureux de moi mais tu peux courir et si tu me touches j'appelle les flics.
    • - Tu t'es regardée? - C'est dégoûtant d'espionner les gens t'as qu'à te remarier ou aller aux putes. - Ça suffit Marianne merde, c'est chez toi oui ou non ?” Marianne prend son souffle et lâche tout d'une traite «Avant c'était chez moi maintenant on a déménagé mais c'est pas une raison t'as pas le droit d'entrer fouiller partout avec tes pattes de porc pour piller dans le frigo et si on avait su que tu devais habiter là on se serait tiré encore plus vite - C'est le concierge qui... - Parfaitement que c'est le concierge - Et pourquoi tu ne vas pas l'engueuler lui ? - Parce qu'il est pas tout le temps à me chercher.Tu ne m'as pas encore tripotée mais c'est dans tes yeux. » Boris Sobrov demande pourquoi le concierge éprouve le besoin de raconter tout ce qu'il fait;
    • Marianne répond que sans ça il ne serait pas concierge, elle ajoute encore qu'elle préfère s'amuser avec Grossmann que de rester à faire des maths avec un vieux grognon - "chez toi il n'arrive jamais rien ». Puis ça s'arrête, la petite fille aux cheveux noirs revient le lendemain avec les provisions. Boris s'est arrogé le droit de contrôle sur tous les résultats scolaires de Marianne ; il consulte le carnet de notes, il joue au père, l'exaspération croît de part et d'autre. Boris lui dit qu'elle a les mêmes yeux noirs que sa fille à lui, qu'il n'a pas revue depuis longtemps. « Elle faisait les mêmes fautes que toi. - Elle est dans ma classe.” Boris est bouleversé. Il demande doucement, comme on tâte l'eau, la manière dont elle se coiffe, si elle travaille bien. Si elle parle de lui...Marianne se rebiffe. « Elle est dans une autre section, ta fille, on se voit aux récrés, ce n'est pas ma meilleure copine, ma copine c'est...
    • - Je m'en fous - attends, attends ! - comment elle s'appelle ta meilleure amie ? - Ah tout de même! Carole.” Boris demande si Carole travaille bien, si Marianne et elle ne se sont pas disputées, si elles ne pourraient pas venir travailler ensemble... « Je ne l'amènerai jamais ici ; tu nous forcerais à faire des choses.” Boris pousse un soupir d'exaspération.
    • Il la laisse en plan, passe à la cuisine pour bouffer du fromage blanc, à même les doigts. Il est bien question de leçon de maths. Quand il revient Marianne de l'air de se payer une tête. Boris fouille dans une pile de dossiers, les dossiers s'effondrent, il les reclasse. Récapitulons. « Tu n'es pas mon père". Elle ne me l'a pas encore faite celle-là. « Tu n'es pas ma mère ». « Tu ne sais rien de moi" - ne pas raisonner. "Intuiter". J'ai divorcé depuis six mois. Cette fillette est déposée chez les concierges par une femme qui n'est pas sa mère. Marianne ressemble à sa fille qu'il n'a pas vue depuis six mois – putain de juge – une femme. Marianne connaît Carole Sobrov. Non seulement c'est sa meilleure amie, mais elles sont devenus demi-sœurs par remariage – sa femme s'est remariée avec le père de cette petite guenon de Marianne.
    • Il se cache le front dans la main. “J'ai très mal à la tête. - Je m'en vais, ciao”.
    • X
    • A peine Marianne et sa tignasse ont-elles tourné le coin du palier que Boris dévisse la minuterie. Panne. « Merde » dit l'enfant. Boris se faufile en chaussons derrière elle dans l'escalier. Juste la lumière du puits de cour. Il dérape sur les marches. La rampe est encaustiquée. Devant lui, Marianne s'arrête dans le noir, relève la tête. Au premier, elle réussit à renclencher la minuterie. Boris la suit toujours. Au rez-de-chaussée, la loge forme l'angle dans la cour. Les vitres laissent tout voir. Boris, dans la cour profonde, se colle contre un mur entre deux poubelles. Comme dans un film. Dans les couples, ce que Boris déteste, c'est le mari : il n'a rien d'intéressant entre les jambes. Tant de femmes raffinées collées à des butors. Le père de Marianne, c'est pareil. Trop grand, trop fort, la voix désagréablement masculine. Ses gestes sont brusques. Il ressemble à une bite. Tous les hommes ressemblent à des bit es.
    • La petite fille pleure, à présent. Même si c'est une teigne Boris se sent bouleversé. Tout le monde s'engueule, le père et le concierge se menacent mais c'est Marianne qui se prend une claque. Boris bondit, arrache presque la porte et se mêle au tas. Le beau-père le prend à partie : « Vous laissez traîner vos pattes sur la petite. Vous faites espionner un appartement privé par l'intermédiaire de cet individu. Vous êtes un fouille merde. Je vous en foutrai des cours de maths. » Tout le monde se quitte pleurant, gueulant, Boris s'en remonte chez lui, brouillé avec Grossmann et sans espoir de fillette à venir.
    • A ce moment "Ti sento" se déclenche dans la pièce voisine, et cette fois, on danse.
    • X
    • "Chère, Lioubaïa Tcherkhessova !
    • "Je souffre à crever parce que le voisin ou la voisine fait gueuler un tube infect en italien, "Ti sento". C'est pire qu'une rage de dents et je ne peux pas m'en passer. Je ne sais toujours pas si c'est un homme ou une femme qui passe le disque, et qui danse. Ce qui chante, c'est féminin, ça crie toujours les mêmes voyelles avec chambre d'écho, mes cours d'arménien vont bien, je m'embrouille encore dans le tatar. "Ti sento" est le meilleur morceau, les autres braillent le rock à la sauce Eighties', je suis sûr qu'on le fait exprès pour m'emmerder, si tu n'habitais pas à l'autre bout de Paris ce serait toi.
    • "D'ailleurs j'y suis allé l'autre jour avec le concierge et son passe-partout. Je n'ai rien fouillé, rien dérangé du tout. D'après le père Grossmann ce serait une sorte de chambre de passe, une fois j'ai surpris des baiseurs à travers le mur mais ce n'était pas toi. Le concierge ment. Il y a là quelqu'un. Qui paye son loyer. Qui n'emmerde que moi. Un jour je le coincerai. Le ou la. Si c'est une femme, ça va chier. Terminé les petites astuces : Marianne c'est ta fille, enfin, celle de ton homme, un vrai, un gros porc - pour l'insolence, la morveuse, impeccable. Elle a craché le morceau.
    • C'est vous qui me l'envoyez depuis trois mois pour espionner. Il n'y a rien à espionner. Il n'y a pas de femme ici. Pas d'homme. Pas d'argent. Comme un moine. Et je suis en règle avec les services d'immigraiton si tu tiens à le savoir. Et je suis sûr qu'elle cache autre chose, ta Marianne. Elle me cache ma fille. La vraie. Elle sait quelque chose sur l'appartement d'à côté. Elle a pleuré quand elle a su ma visite avec Grossmann. Elle est allée se répandre comme une poubelle à la loge devant ton mari de mes couilles, qui a failli me taper dessus.Elle raconte que je la tripote.
    • "Toi, ça fait un temps que je ne t'ai pas vue. La dernière fois c'était au grand bureau. Soixante-dix ordinateurs. A devenir fou. Je ne sais plus comment ça a commencé. Tu as toujours une engueulade de réserve. Moi aussi. Ce n'était pas la même. Petit à petit les soixante-neuf têtes se sont levées, les ordinateurs se sont tus, nos paroles se perdaient dans l'épaisseur de l'air, tu t'es fait virer puis aussitôt réintégrer pour "bons antécédents", pour moi c'était définitif, je travaille pour la misère, tu crois que ‡a m'intéresses de vérifier des listes, de faire le compte des morts, vérifier les adresses , les patronymes : «Ivanovitch » ou « Pavlovitch? »
    • ...Sagortchine a-t-il reçu sa pension ? Que devient Berbérova? A-t-elle trouvé un
    • emploi en rapport avec sa formation ? A quels cours sont inscrits les frères Oblokhine ? Pourquoi Sironovitch a-t-il divorcé ? de quoi est morte la Bibliskaia ? Quel nom portait-elle en Espagne ? Le KGB a-t-il relâché Dobletkine ? Pourquoi tous ces gens-là n'adoptent-ils pas définitivement un nom bien français ? toi au moins tu ne t'es pas remariée avec un Russe. Mais ton Léon Nicolas, dont je viens de faire la connaissance, c'est just un gros tas de vulgarité - le Russe, c'est un prince, ou un moujik. Je sais comment ça va finir : toujours la faute de l'homme ! Je ne suis tout de même pas le seul éjaculateur précoce de France et de Russie Blanche réunies !
    • "Avant l'informatisation nous travaillions ensemble. Avec de vraies fiches, dans les vraies mains. Tu dictais, j'écrivais. Maintenant je travaille seul. J'ai une carte de Paris et de l'Ile-de-France où je peux lire qui, et à quelle heure, dort dans quel lit, et en quelle compagnie. Je te promets de t'aider à la cuisine, j'essuierai mes pieds, je ne te tromperai plus sans en avoir vraiment envie, je ne ramasserai plus de chiens dans la rue, en ce moment je n'en ai pas. Nous écouterons autre chose que de la musique classique, tu pourras aller seule au ciné, tu ne peux pas savoir à quel point ces vingt-cinq semaines m'ont transformé‚ reviens." Le surlendemain Boris reçoit un télégramme ainsi conçu :
    • "VA CHIER. "
    • "Ti sento" se déclenche, Boris prend le métro jusqu'à La Râpée, pour visiter la rue Brissac : il la remont‚ il la redescend, la rue est à lui, il en est à la lettre B. Il hume le parfum du métro, il trace dans les couloirs carrelés, bifurque sans ralentir sous les plaques bleues, suit des épaules, un cul, des talons, s'accroche aux barres, marque ses doigts sur le chrome, invente les coucheries des femmes, note les rides de fatigue, évite les haleines, joue avec son reflet sur la vitre noire et le tunnel qui court, tâte son portefeuille, ne cède jamais sa place. Dans Paris, Boris prend la première à gauche puis à droite et ainsi de suite, ça le mène parfois très loin, il voit des maisons, des trottoirs, des voitures ; des crottes, des gouttières avec les petites annonces collées dessus, la pierre des immeubles, des vitrines de coiffeurs, de bouchers, d'ordinateurs ; des prismes Kodak, des servantes en carton "Menu à 60 F" "Menu à 120 F" – et des gens.
    • Des gens comme s'il en pleuvait, comme s'il en chiait, mal fringués, super-chic, soucieux, d'âge moyen, noirs, enfants, groupés, par couples qui s'engueulent, qui s'aiment, en débris, "alors j'ui ai dit", "pis elle a répondu", "forcément » - les oreilles qui traînent, les narines à l'essence, et le grondement continu de marée montante qui fait Paris.
    • Comme au débouché de sponts, ou sur les places circulaires, il est difficile de trouver "la première à gauche", "la première à droite", Boris s'immobilise, tend les bras dans la foule indifférente, se décide pour un cap. Derrière la Bastille, en un quartier cent fois parcouru, voici qu'il découvre un quartier - "...j'aurais pourtant juré..." - où jamais ni lui, ni personne, n'a mis le pied. Il s'avance en flairant , deux murailles, un trottoir déjeté, une vitre fêlée, « CREPERIE », plus bas en biais « en faillite » et des pavés. Un petit vent. Un caniveau qui pue. Peut-être un vieux qui crochète une poubelle avec application. Peut-être un chien.
    • Et là-haut, dans les étages, "Ti sento ti sento ti sento » - Boris immobilisé - sur le tuyau de gouttière un papier périmé "La Compagnie de l'Oreille » joue "La Cerisaie"- le soleil ne perce pas, un pigeon pique du bec, le chien nez au sol, le pigeon s'envole, fin du disque, le portail s'ouvre, le heurtoir retombe, une femme jeune, vive, sur le trottoir en cape orange ; peut-être que là-haut chez elle les fenêtres donnent sur (le bassin de l'Arsenal ?) Boris lui laisse une bonne distance d'vance, la suit (la cape orange !) place Mazas, à la Morgue au Pont d'Austerlitz. Il baptise la femme "Ysolde", au-dessus de la Seine l'odeur de l'eau emplit les narines ou le devrait, un jeune homme dépasse Boris en rejetant son foulard sur son dos.
    • Place Valhubert, face au jardin des Plantes, il la suit de très près, de feu rouge en feu rouge, la cape orange court et court dans le déferlement des roues, un grondement continu remonte par le Quai d'Austerlitz, les voici côte à côte.
    • Elle a très exactement le nez de Paris, les cheveux bouclés, le sac à main est vert – il la perd – bouche de métro – figure obligée - couloirs d'Austerlitz. Chacun sa voiture. Station, station - près de la porte – montant de chrome - pivote, s'efface - pivote, redescend, remonte – bienfaisante affluence - le nez dans les cheveux d'autres femmes ou sur les calvities, les pellicules - « Place d'Italie » - facile - la cape orange force - Boris lourd et vif contourne les épaules, les hanches, passe de biais, trébuche devant le dos des vieilles.
    • Une autre rame et même jeu. C'est elle, la rockeuse latine – mais à la station vide, enfin, où elle descend, la femme fait volte-face, l'insulte, le frappe avec son sac à main - « Attendez! Attendez ! » - Boris court, trébuche. Ils débouchent tous deux à l'air libre [Nuit, Pluie] :
    • « Qu'est-ce que tu me veux ?
    • - Vous parler.
    • - Me parler, me voir, me toucher, me sauter, dégage!
    • - "Ti sento, ti sento , ti sento"!
    • Ils crient, ils courent [pluie renforcée] - Votre nom? Votre prénom?
    • Un portail lui claque au nez. 26 rue de M. Le même disque aux deux adresses. Boris s'essuie la joue, tourne le dos, s'engouffre dans son propre escalier, tourne la clef de son enclos – aussitôt le disque se déclenche, très fort – alors Boris danse, comme un ours, comme un boeuf sous électrochoc ; le lendemain il se demande pourquoi le père de Marianne amène sa fille à la loge. Soit pour le narguer. Hypothèse exclue : le divorce fut aux torts exclusifs de Boris. Soit pour se débarrasser de Marianne - haine réciproque. Possibilité de récupérer l'affection de sa femme = ? Boris lutte cinq minutes contre la nostalgie. « A moins que » poursuit-il « le nouveau mari ne dépose Marianne chez le concierge que pour se rendre chez une maîtresse - Mauricette » - il l'appelle Tcherkessova - me reviendrait - ah non ! »
    • Le concierge est suspect : parfaitement, Grossmann. Impossible à filer. « Il s'introduit là-dedans comme il veut ; il se sert en saucisson , il prétend que l'appartement sert de chambre de passe ; il déclencherait lui-même « Ti sento" sans parler - quand le disque se déclenche Boris ferait mieux de lorgner par-dessus la loge depuis là-haut plutôt que de courir s'écraser l'oreille au mur, Grossmann lit dans sa chaise longue, bientôt dans son fauteuil roulant – ce n'est pas lui. A moins qu'il ne tienne une télécommande sous le journal ? "Acheter des jumelles".
    • Boris se plaque au mur, haletant, les lèvres sur la peinture sale, soudain le disque ralentit, la voix vire au grave en pleurant, c'est la panne, c'est grotesque. Silence. La cour est noire. Grossmann est rentré. Dans le ciel la rougeur de Paris, les meubles se découpent peu à peu, Boris se déplace avec des précautions de poisson-chat. Les autres cours résonnent, lointaines, aquatiques. Un faisceau mobile sous la verrière de la loge. Et voici les fenêtres partout qui s'éclairent. Fin de la panne. « Sauf chez moi ». Le disque ne reprend pas. XXX 64 06 30 XXX
    • Boris frappe à la cloison. C'est la première fois. Dans l'épaisseur du mur en dessous une tuyauterie transmet un message , la minuterie des cages d'escaliers se rallume. A côté, personne. Pénombre. Inquiétude. Boris téléphone : « Concierge ! Concierge !
    • - Vous êtes obstiné, M. Sobrov.
    • On a trouvé en Chine centrale une touffe de poils n'appartenant ni à l'espèce animale, ni à l'espèce humaine.

    ILS Y RETOURNENT.

    • Le concierge souffle au deuxième palier ; il resserre ses bretelles . -...Vous n'avez jamais vu de petite femme blonde, frisée?...Nez en trompette, cape orange ?
    • - Les femmes changent souvent de vêtements. Je ne sais pas ce que vous trouvez à cet appartement. Il est loué. Personne n'y habite. Vous feriez mieux de consulter les petites annonces.
    • - Je ne veux pas déménager.
    • - Les annonces matrimoniales.
    • Vous me prenez pour un cinglé.

    ILS ATTEIGNENT LE TROISIEME ETAGE

    • - Le r'v'là votre appartement...C'est ouvert. Il y a de la lumière. »
    • En bleu de travail à même le sol, un coffret d'électricien entre les jambes, les yeux levés la bouche ouverte, le père de Marianne. Il dit : «J'installe. - J'installe quoi ? » Il se redresse. Un mètre quatre-vingt dix. Des cheveux gris blanc. Boris ne lui serre pas la main. L'Alsacien est de la même taille. « Vous ne m'avez pas dit que vous étiez électricien, dit Grossmann.
    • - A l'occasion.
    • Le concierge sort trois bières du frigo. « C'est petit ici dit-il. Je me suis trompé dans les branchements l'année dernière. Moi aussi je bidouille de temps en temps." Il prononce « pitouille ». Boris demande lâchement au père de Marianne ce qu'il tient dans la main. L'autre appuie sur les touches d'une espèce de boitier blanc ; chacune d'elles correspond à un bruit particulier. Il fait entendre successivement : l'ouverture d'une porte, le déclenchement de la radio, la chasse d'eau, une baise. Tout cela sort d'une bonne dizaine de haut-parleurs habilement dissimulés dans tous les angles des plafonds.
    • - Je peux aussi allumer ou éteindre les lumières, lever ou baisser les stores.
    • Ses doigts pianotent avec désinvolture, c'est un vrai tonnerre de stores.
    • « Vous pouvez mettre un disque en route ?
    • - Je n'y ai pas encore pensé.
    • "Ti sento" trône sur le tourne-disque, noir, insolent .
    • X
    • Les trois hommes se retrouve au « Rétro" pour de bons instants de gueule. On a les amis qu'on peut. Les garçons portent des tabliers blancs, des moustaches en crocs et des rouflaquettes. Décor ordinaire, prix modérés. L'Alsacien picore des moules en faisant des grâces, , Boris ne quitte pas des yeux le grand Auguste, père de Marianne, second mari de sa femme, qui décortique l'os de son petit salé. « Tu comprends Boris dit Auguste en mastiquant – ce tutoiement me souille l'estomac - nous sommes quatre à louer cet appartement ; Heinrich - il montre l'Alsacien qui empile ses valves au bord de son assiette - nous a signalé une belle occase.
    • "En revanche il ne paie rien et peut baiser à deux pas de chez lui - tu ne manges pas ? » Boris enfourne précipitamment sa fourchette de nouilles : « Je ne crois pas ce que vous dites, fait-il la bouche pleine.Grossmann avale d'un trait un verre de Traminer. « T'entends ça Heinrich, v'là l' Russkoff qui se la joue fleur bleue. Mais y a personne là-dedans, mon vieux, rien que des couples de passage, comme toi et moi! » L'Alsaco rit très fort. Boris : « Connaissez-vous une femme blonde avec une cape orange ? avec un sac à main. » J'aurais bien revu ma femme ; Auguste me protégerait contre les rechutes.
    • A haute voix : « Je peux venir avec vous ? » Auguste devient dur. Il dit que c'est trop tôt. L'Alsacien bien rempli devine tout. Il se rejette en arrière, repousse les moules : « Ma femme ébluche des patates à la loge - tranquille! La sienne vient souvent au 126 faire des passes. » Et Boris ne bondit pas. « Vous êtes tous montés sur ma femme ? ...On ne peut pas satisfaire une femme en la faisant pute !... Est-ce qu'elle va bien ? - Comme une pute dit Auguste. - Vous mentez. » Le ton monte. Boris dit qu'on lui vole un amour immortel, juste au-delà du mur ; que c'est une jeune femme isolée qui vit là, chaste, mystérieuse, attirante, d'origine italienne, et silencieuse. « Quant à la connasse qui partage ton lit maintenant, elle ne mérite pas tant de recherches. »
    • De retour chez lui Boris, calmé, examine la situation. Il avait failli
    • nouer des liens : ces hommes indignes ne
    • l'impressionnaient plus.
    • X
    • Ce que se disent les petites filles
    • - Je vois ton père tous les jours dit Marianne.
    • - Plus maintenant dit Sandra.
    • - Tu t'appelles Sandra dit Marianne c'est naze.

     

     

    • Sandra souffre de son prénom : une idée qu'elle a. Sa mère la couve ou l'engueule, c'est selon : « Tu ne verras plus ton père. - C'est pas juste. - Il me tirait par les cheveux. - Pourquoi Marianne elle peut le voir, papa ? » C'est Marianne qui répond, un soir, sous les draps : « Un jour il me tripotera, et comme ça il aura des emmerdes ; les étrangers, c'est tous des anormaux. - Pourquoi tu fais ce qu'il te demande alors ? - Ça m'intéresse de me faire tripoter. - Il le fait ? - De toutes façons je ne peux plus y aller. - Tu lis que des cochonneries. - Toi aussi. - C'est pas les mêmes livres.
    • X
    • Lettre d' Irène (“Tcherkhessova”) à son ancien mari
    • Cher Boris,
    • Auguste nous laisse de plus en plus tomber. Il s'absente, et ne boit pas. Son humeur est de pire en pire. Tu m'as parfois claquée mais après on s'embrassait, lui, c'est ni l'un ni l'autre. Je m'ennuie tellement que je me mets à lire. Marianne, c'était pour avoir de tes nouvelles, mais elle ne dit que des méchancetés, Auguste ne veut plus qu'elle te revoie, il a peur que je te rencontre, il nous boucle toutes les trois, il revient à deux heures du matin, il ne sent même pas la femme, on peut dire que je n'ai pas de chance.
    • L'après-midi va sur sa fin, il y a encore du soleil. Sandra lit beaucoup. Je t'embrasse.
    • Irène.
    • X
    • Suite
    • Une femme blonde en cape orange, très à la mode en ce temps-là, Sandra, et Marianne, en jupe vert crado, se faufilent dans l'appartement mystérieux ; les pièces ne conservent aucune trace d'occupation : murs propres, meubles d'hôtels, fringues bon marché sur les cintres, autant d'hommes que de femmes ; Sandra déchiffre les titres sur l'étagère : « Ainsi parlait Zarathoustra », "Vieux crus de Bourgogne", les "Fables" de La Fontaine, qu'elle ouvre sur un canapé bleu, les genoux bien droits. « Qu'est-ce qu'on est venues foutre ici ? » dit Marianne. La tête plate d'Irène (une idée qu'elle a) pivote à la recherche des judas décrits par Auguste. Marianne se dirige à pieds joints vers le tourne-disque. "Ti sento", qu'est-ce que ça veut dire ? - "Je t'entends", "je te sens", dit Clotilde.
    • Elle applique son oeil au viseur : juste aux dimensions de son orbite. Sandra, qui lève les yeux, ne voit de sa mère que la tresse blonde remontée en crête, à l'indienne - "Ti sento ti sento ti
    • sento..." - Marianne ! Qu'est-ce que tu fais dans mon dos ? » La rhytmique passe d'un baffle à l'autre (échos stéréo, effets de vagues, caisse claire – "ti sento ti sento") - « Les Italiennes crie Marianne faut que ça gueule ! »
    • Irène voit tout par l'œilleton : Boris qui danse avec des grâces d'ours, qui se balance,qui tourne sur soi-même, puis d'un seul coup fonce droit sur le judas. La perspective déformée fait voir une grosse tête de tétard avec un petit corps et des petites pattes derrière. Si Irène se retire, il verra la lumière, il se saura observé – deux yeux de part et d'autre se fixent de trop près pour se voir, c'est Boris qui recule, qui montre le poing, qui prend un gros cendrier puis qui le repose, pour finir il se tourne et se dégrafe la ceinture, sa femme s'enlève du trou, le disque continue à gueuler.
    • Quand le silence est revenu, les trois espionnes se sont regroupées sur le canapé, elles se parlent tout bas, un verre se brise de l'autre côté de la cloison – "et s'il s'ouvre les veines ?" dit Sandra, "Tu connais mal ton père" répond sa mère. « Ce qu'il faudrait dit Marianne ce serait de faire venir ici une femme très jeune et très blonde. Moi j'aimerais devenir une jeune femme blonde. - Ça m'étonnerait ricane Irène. Marianne dit d'une voix bizarre qu'elle en connaît une qui lui plairait bien, qui serait prête à emménager ici ; elle n'a qu'un seul défaut : « Elle a voulu me tripoter. - Tu ne penses qu'à ça dit Sandra. - Où as-tu connu cette femme ? Dit sa mère.
    • De l'autre côté une porte claque, une clef tourne dans la serrure, Marianne n'a pas répondu, « Il s'en va » dit Clotilde. Elles quittent précipitamment toutes les trois le 127 et descendent quatre à quatre les escaliers. « C'est papa ! C'est papa ! » crie Sandra . Elle saute contre le carreau sale ; en face dans la cage vitrée symétrique Boris tête basse - « vite ! » - Sandra fait le tour, pousse le vantail du rez-de-chaussée, reçoit son père dans ses bras, Boris chancelle, Marianne et sa femme se sont rejetées à l'intérieur, Auguste rapplique sur le trottoir les deux hommes se gueulent dessus en même temps Qu'est-ce que vous foutez là ? - Sandra s'enfuit en pleurant, on l'entend courir dans la rue de l'autre côté du vantail.
    • « Elle remonte vers le métro dit la mère, pour une fois elle se prend Marianne dans les bras - « tu trembles ? » A voix contenue les deux hommes continuent à se quereller, ils ne veulent pas se battre, ils n'ont rien à se reprocher, rien de bien précis - « Le judas ! » crie Boris – puis tous s'enfuient, Marianne et Irène repassent la porte cochère en retenant leur souffle, Sandra est sur le quai, elle n'a pas osé prendre le métro toute seule.
    • X
    • Boris viole des domiciles
    • Boris tient à la main une lampe sourde. Il a juré qu'il finirait bien par savoir « ce qui se passe ailleurs ». Au moins savoir « ce qu'il y a » : des objets, des profils de vases dans la lumière,
    • des coins de meubles, des coudes de fauteuils. Et puis la peur, l'envie d'être surpris, d'être abattu : les intestins, le coeur. L'intérieur. Il a eu l'idée d'envelopper ses souliers. Il voit des.piles de livres, un bureau, un miroir où il se reconnaît avec sang-froid - pourquoi ces portes intérieures ouvertes ? qui est-ce qui bouge dans l'armoire ? - autant de sourdes palpitations. Déjà Boris aimait de jour longer les murs où les fenêtres au rez-de-chaussée se défendent sous leurs jalousies de bois ; il regardait furtivement, par-dessus, la préparation du repas et les lèvres qui remuent dans le vacarme des voitures, la blême électricité du jour qui tombe ; plus au premier étage, parfois, des têtes coupées par des larmiers, des bras levés dans des armoires, qui ferment des volets.
    • Ce qui instruit aussi c'est de se porter en avant des passants, pour capter leurs propos tronqués, insensés, « alors je lui dis... » - « et elle a répondu... » - Boris choisit les appartements momentanément vides, c'est toute une enquête, toute une filature, il épie les femmes seules mais toutes se méfient, instinctivement, se retournent à l'improviste, il se rabat sur la loge du concierge, un soir qu'ils sont au cinéma – rien d'exceptionnel : des tiroirs, des ficelles, des cartons, des rideaux champêtres et la Bible en allemand. Il flotte une odeur de loge. Non, le bon plan, ce serait d'entrer juste sur les pas d'une femme mariée, sans viol, avec des enfants bruyants, un mari dans un fauteuil qui demanderait "Qu'est-ce qu'il y a au programme à la tévé ?" - les gens auraient laissé la porte ouverte.
    • ...Il s'est introduit par la cuisine, s'est glissé dans le vestibule‚ aplati dans l'allée du lit, la peur au ventre et la retraite coupée, s'est dévoilé. « J'aimerais qu'on viole mes intimités », c'est ce qu'il a dit, le mari a gueulé «Appelle la police ou les dingues », il s'est enfui d'un bond. L'étape suivante est de surprendre un couple pendant son sommeil. Il dort deux heures à l'avance. Plusieurs fois il s'enfuit sous les signaux d'alarme. Il acquiert une grande dextérité dans le maniement des clés plates. La marche à l'aveuglette : silence absolu, retraite assurée. Les doigts sur la lampe, translucides et rosâtres, l'ombre des os – des sens d'aveugle – aucun heurt. et ne heurte rien.
    • Les enfants n'entendent rien. Eviter les chiens, à tout prix éviter les chiens. Mais parvenu sur place : jamais - les gens ne ferment leurs portes intérieures. Boris hésite, sent s'épancher l'onde mixte d'un couple, devine formes, souffles, parfois le néon de la rue - la veilleuse - ou la lune – qui surlignent un profil ou modèlent un visage entier – sur les lits de doux mouvements de dessous l'eau. Les couples aux yeux fermés se regardent ou se tendent le dos, jamais ne font l'amour, ni ne s'éveillent. Boris ensuite redescend à pied la rampe du parking souterrain, sans arme, sous le plafond trop bas la lumière et la forte musique où se fondraient les cris de victimes, sur fond de vrombissement d'extracteurs d'air.
    • Le sol est noir semé de paillettes, les voitures de longs corbillards aux chromes troubles, Boris ne sent pas le danger. Il ouvre les portes, ne trouve qu'un parapluie télescopable qu'il jette sous de grosses roues, plus loin. Il couche dans le duvet vert qu'il tenait sur son dos et s'allonge place 27 ou 30, à 7 h une équipe de réanimation le tire à demi asphyxi », il doit se présenter chez un psychiatre commis d'office, il maigrit, ne parle plus, reste en liberté, ressort plus fréquemment - ti sento ti sento ti sento" – chaque soir de plus en plus fort, la cloison tremble il n'en parle pas pour éviter de passer pour fou - ses déplacements ne sont pas encore sous contrôle, une nuit, mouvant paisiblement ses doigts en coquille rose, il se sent soudain saisi au- dessus du coude : « Qui t'a mis sur le coup ? »
    • - Personne, personne, dit Boris.
    • Le cambrioleur fait main basse sur tout ce qu'il trouve avec une banalité de toute beaut‚ le Couple sur sa Couche sommeille dans la présence, Boris suit le voleur sur le palier, le frappe et le laisse évanoui, il a le coeur qui bat à se rompre, c'est à présent une nécessité : repérer l'immeuble et les allées et venues, s'introduire de jour dans l'escalier, chercher refuge dans des coins très exposés, les concierges n'existent plus, les siens sont les derniers ; il reconnaît volontiers qu'il lui serait totalement impossible de travailler en banlieue.
    • Cela devient de plus en plus monotone, de plus en plus excitant. Un homme seul soudain sortit de son sommeil, ouvrit les yeux, se dressa, le fixa sans frayeur. Boris sortit à reculons, heurtant une chaise, ce n'est rien murmura l'homme à sa femme qu'il n'avait point vue. Aussi les jours suivants Boris se livra à une frénésie d'effractions, perdit toute maîtrise, mangeant peu, ne buvant plus une goutte de vin. Il s'engagea dans une interminable suite de pièces de plus en plus profond devant une file de - fauteuils, tables, dressoirs, houssés de blanc, et comme une lueur l'attirait il se trouva auprès d'une veilleuse comme on en voit souvent au chevet des enfants.

    Le mort est sur le dos, nez découpé, bras le long du corps, femme à son côté les yeux grand ouverts, boucles noires détachées sur le blanc cassé de l'oreiller. Un souffle passe ses lèvres entrouvertes et la femme sourit, découvre sa poitrine et son bras jaune, Boris éclate en sanglots et se retire au pas de charge à travers tous les meubles, dévale les étages et sur le trottoir lâche une clameur de victoire. Il se barricade chez lui jusqu'à midi. Il a dormi sans rêve, sa bouche n'est pas sèche, vérifiant son haleine au creux de la main il la trouve très pure, le soleil donne à travers un trou du rideau.

    • Tirant du lit son bras gauche il observe à présent l'étrange phénomène de la terreur, un frisson dressant chaque poil au sommet d'une minuscule pyramide, quoiqu'il éprouve une intense irradiation de paix. Il respire profondément, rejette le drap des deux jambes et se prépare un café‚ des chansons plein la tête, il se fait des grimaces en se rasant. Il sait qu'il ne retournera plus dans les appartements obscurs où s'endorment les spectres. Il change tous ses habits de la veille. En promenade il s'achète des chocolats et des pralines pour vingt francs‚ et, l'estomac délicieusement barbouillé, passe rue Broca, traverse Port- Royal, son pas est vif, l'atmosphère encore matinale, je suis heureux de vivre seul..
    • Il se tient droit, respire le trottoir fraîchement arrosé, se perd place Censier, remonte vers la Mosquée, repère une affichette contre l'invasion du Tibet, voit sortir de Jussieu une marée d'étudiants. Puis Boulevard Saint-Germain, le pont, rue Chanoinesse le cœur neutre, indolore à présent, rue Massillon, puis le métro. Il se récite des vers, personne ne fait attention aux fous dans le métro. Demain – trois mois depuis le divorce – finies les scènes de soixante-douze heures – nuits comprises - bénie soit la solitude, la solitude, la solitude. Il revient chez lui, chez son disque, chez une femme imaginée dont il est fier de se passer.
    • Il jette sa veste sur le lit, court se coller à la cloison et frappe au mur, c'est la première fois qu'il ose, que ça lui vient à l'esprit, les solutions les plus simplistes vous surprennent comme ça, d'un coup, de taper comme les prisonniers de partout - un coup pour A , deux coups pour B, c'est l'illumination, c'est l'évidence, il tape 17, 21, 9 ; 5, 20, 5,19 ; 22, 15, 21, 19 « QUI-ETES-VOUS ? » ça répond "M-O-N-I-C-A" puis le mur dit « 21, 5, 14, 5, 26 » - « Venez me voir » - cest un appartement de passe pas vrai dit une voix ce n'est pas vrai TI SENTO TI SENTO TI SENTO chant de cristal tout en écho tout en feed-back « estatua spaventosa, io son la tua schiava, ti sento ti sento ti sento" - « statue effrayante je suis ton esclave car je t'aime perchè ti amo et Boris danse, danse, depuis Monteverdi, Gesualdo, Lulli, toujours, toujours dans l'opéra italien la modulation en finale "perchè ti amoooo" - Boris danse, danse, "this is a long-playing record" - l'amour est d'être l'écho de l'Autre l'infinie répétition de miroirs face à face à l'infini qui se recourbent il est sûr qu'elle aussi danse de l'autre côté du mur il sait qu'ils s'effondreront haletants sur les divans exactement symétriques il sait que ce moment ne devra pas cesser.
    • Viens dit le mur vien me voir - et la voix,la voix du disque interminable crie, vivante, en boucle, fend le plâtre et bat dans l'aorte, dans l'occipitale – ils sont bien habillés tous deux, pâles, très pâles, calmes. Elle a souri la première, il a ouvert les bras, il ne la connaît pas mais c'est comme
    • si l'on se revoyait, se remerciait – vous avez tous connu cela - dans les deux sens du mot reconnaissance : le vrai désir vient des traits du visage « j'ai pensé à vous Ne me regarde pas comme tu as tardé » peu importe qui parle, ils s'assoient loin l'un de l'autre.
    • X
    • A quatre rues de là une famille unie regarde la télé un captivant programme : ce sont deux captifs en effet, l'homme, la femme, tournant dans un petit appartement, frappant les portes et fenêtres, sondant les murs, balançant leurs gros plans de gueule sur les caméras repérées hors d'atteinte et les insultent, cherchant sous l'évier des pots de peinture et de n'importe quoi, s'étreignent désespérément ; juste à l'instant où ils s'exclament "s'ils veulent du spectacle ils en auront", Auguste tourne la tête vers son épouse en larmes qui éloigne les enfants, deux filles sans expression, qui se tiennent par les épaules : « Vous avez assez regardé. Sandra, Marianne, on part en promenade » et les filles cherchent le plus longtemps possible leurs vêtements de pluie.
    • Auguste dit alors qu'il faut en finir, sort de sa poche un téléphone, Sandra pose la main sur le poignet de son beau-père, atteint la télévision avec de grandes difficultés respiratoires.
    • Boris et Monica, nouvelles connaissances, se trouvent déjà rendus aux dernières extrémités de leurs adieux : allongés sur le petit lit de reps rouge, ils se sont pris aux épaules, par la taille, la bouche et les larmes, et se sont placés côte à côte, sans se toucher. Le pli de leur bouche s'est effacé, puis ils se sont souri, se sont pris la main, se sont relevés pour vérifier posément la fermeture des portes, ont adopté le comportement le plus ordinaire.
    • Ils ont attendu. Monica s'est levée pour passer le disque, ils ont dansé en se serrant, la harpe électronique dans les oreilles comme une armée en marche ; à quatre rues de là Sandra et Marianne réconciliées dévalent l'escalier : « Je ne peux pas supporter dit l'une d'elle qu'on tue, qu'on torture, il y a trop longtemps que l'école est finie, que les seuls événements sont ceux des parents et des beaux-parents. » C'est à peu près ce qu'elles se disent. «  Nous allons vivre ensemble ajoute Sandra, et Marianne sous ses cheveux raides se moque d'elle : « Il faudra chercher des hommes, comme les grandes ! »
    • Les deux filles donnent l'adresse au Commissaire le plus proche. Elles parlent de « torture ». « Séquestration » rectifie le Commissaire. Pendant ce temps, Auguste le Nouveau Mari et Irène la Nouvelle Femme décident pour Boris (et Monica, qu'ils ont recrutée dans la rue) un châtiment pire que la mort, la Perpète :
    • Marions-les. As-tu vu comme ils s'aiment ?
    • Tu as laissé sortir les filles ?
    • Monica sera comme un taureau qui survit à la corrida : irrécupérable ; tomber amoureuse de sa cible ! Je n'aime pas la banalité.

     

    • - Tu te rends compte de ce qui peut leur arriver seules dans la rue ?
    • - Elles sont déjà au Commissariat.
    • - On va leur rire au nez. Je ne veux pas que mon ancien mari – que Boris soit tué.
    • - Ne t'en fais pas. Tout le monde comprend tout au moment de mourir.
    • X
    • Dans l'appartement 127, Boris prend une résolution : armé d'une paire de ciseaux, il tranche tous les fils qui se présentent. Le disque s'interrompt, le silence tombe comme une masse, Boris parle dans un micro qu'il a découvert sous un pot ; peut-être sa voix débouche-t-elle dans un gros mégaphone au milieu d'une pièce vide : plus la peine de l'écouter. (il crie à s'en péter les veines). Derrière une armoire qu'il fait pivoter s'enfonce un escalier, où s'entassent des journaux, des cageots, de la poussière ; descendant plusieurs étages, il parvient au niveau des caves – quatre étages exactement - "Ti sento" se déclenche « Qu'ils y viennent, qu'ils y viennent » dit-il ; Auguste et Irène font alors irruption au 127 abandonné, baissent le son. Ils sont accompagnés d'une demi-douzaine de gabardines grises mettant à sac tout ce qu'ils trouvent dans les deux appartements, dans les deux immeubles.
    • « Regarde, crie Auguste en brandissant des disquettes : rien n'est plus à jour ! Il ne foutait plus rien, du tout ! »
    • Les filles sont ravies.
    • Il règne un tumulte hors de toute mesure ; tous se bousculent dans le boyau qui mène aux caves, on s'interpelle en français, en itlaien, en russe, pas un coup de feu n'est tiré, cependant, Boris s'est faufilé dans un dédale. Partout règnent des portes à claire-voie, des planches verticales, des dos d'armoires en biais. La sciure, et la pénombre qui descend des soupiraux. Les couloirs se retournent sur eux-mêmes. Le tapage des poursuivants permet d'abord très bien de fuir sans discrétion, puis le silence s'établit. On n'entend plus, là-haut près des trottoirs, que les passages espacés des voitures. Boris est cerné, dans un labyrinthe de bois. Sa main serre une solive hérissée d'échardes, il est assis sur une cuisse, s'il dégage son pied le couvercle d'un seau (par exemple) s'écroulera. Sa respiration courte soulève sous son nez la poussière d'un abat-jour et les sbires se rapprochent. Ils écartent les obstacles avec la précision
    • des joueurs de jonchets  Mikado. Les deux filles arrondissent les yeux et mettent le doigt sur la bouche, Boris se minimise - « Il nous le faut vivant » - et lorsqu'il s'aperçoit que sans l'avoir senti sa manche imperceptiblement glisse contre un vieil étui de violon, Marianne pointe exactement sur lui son doigt et souffle à mi-voix : « Ti sento ti sento ti sento ».
    • COLLIGNON HARDT VANDEKEENL'entaille b.JPG
  • LE TERRIBLE SECRET DE DOMINIQUE PAZIOLS

    À Saint-Rupt vit un fou. Carabine en main. Dominique PAZIOLS tue sa mère, son frère et ses sœurs.Coffré à vie, il étudie Kant et Marivaux. Évadé, il gagne une ville comme B*** , port de mer où chacun combat pour sa vie, où les maisons tombent sous les tirs d’obus, où l’on se tue de rue à rue. Dans cette ville de MOTCHÉ (Moyen Orient) – Georges ou Sayidi Jourji, fils de prince-président, cherche tout seul dans son palais six ou sept hommes chargés de négocier la paix. À ce moment des coups retentissent contre sa porte, une voix crie Ne laisse plus tuer ton peuple, on détale au coin d’une rue, le coin de rue s’écroule.

    Ainsi commence l’histoire, Jourji heurte à son tour chez son père (porte en face) Kréüz ! Kréüz ! ouvre-moi ! et le vieux père claque son vole sur le mur en criant « Je descends ! prends garde à toi ! » Les obus tombent « Où veux-tu donc aller mon fils ? - Droit devant – Il est interdit de vourir en ligne droite ! » Ils courent. Lorsque Troie fut incendiée, le Prince Énée chargea sur son épaule non sa femme mais son père, Anchise ; son épouse Créuse périt dans les flammes – erepta Creusa /Substitit. Georges saisit son père sur son dos ; bravant la peur il le transporta d’entre les murs flambants de sa maison.

    Ce fut ainsi l’un portant l’autre qu’ils entrèrent à l’Hôpital. « Mon père » dit le fils « reprenons le combat politique. Sous le napalm, ressuscitons les gens de bien. Il est temps qu’à la fin tu voies de quoi je suis capable ». Hélas pensait-il voici que j‘abandonne mon Palais, ses lambris, ses plafonds antisismiques, l’impluvium antique avec ses poissons. Plus mes trois cousines que je doigtais à l’improviste. Les soldats de l’An Mil se sont emparés du palais ou ne tarderont plus à le faire et ceux du Feu nous ont encerclés même les dépendances ne sont pas à l’abri puis il se dit si mon père est sous ma dépendance IL montrera sa naïveté de vieillard -

     

    X

     

    Georges avait aussi son propre fils.Coincé entre deux générations.

    Le fils de Georges sème le trouble au quartier de la Jabékaa. Il s’obstine à manier le bazooka. « Va retrouver ton fils ! - Mon père, je ne l’ai jamais vu ! ...J’ai abandonné sa mère, une ouvrière, indigne du Palais – cueilleuse d’olives – Père, est-ce toi qui a déclenché cette guerre ?… s’il est vrai que mon propre fils massacre les civils, je le tuerai de mes mains. À l’arme blanche. »

    X

    Les bombes ne tombent pas à toute heure. Certains quartiers demeurent tranquilles pendant des mois. Leurs habitants peuvent s’enfuir ; la frontière nord, en particulier, reste miraculeusement calme. Gagner le pays de Bastir ! ...Le port de Tâf, cerné de roses ! ...pas plus de trente kilomètres… Georges quitte son vieux père. Voici ce qu’il pense :  « Au pays de Motché, je ne peux plus haranguer la foule : tous ne pensent qu’à se battre. En temps voulu, je dirai au peuple : voici mon fils unique, je l’ai désarmé ; je vous le livre. » Il pense que son père, Kréüz, sur son lit, présente une tête de dogue : avec de gros yeux larmoyants. Puis, à mi-voix : « Si mon père était valide, je glisserais comme une anguille entre les chefs de factions; je déjouerais tous les pièges. « Avant même de sortir du Palais, Kréüz s’essuyait les pieds, pour ne rien emporter au dehors ». Le Palais s’étend tout en longueur. Des pièces en enfilade, chacune possédant trois portes : deux pour les chambres contiguës, la troisième sur le long couloir qui les dessert toutes. Chacune a deux fenêtres, deux yeus étroits juste sous le plafond. Georges évite les femmes : il prend le corridor, coupé lui aussi de portes à intervalles réguliers, afin de rompre la perspective. Au bout de cette galerie s’ouvre une salle d’accueil, très claire, puis tout reprend vers le nord-ouest, à angle droit : le Palais affecte la forme d’un grand L. Le saillant ainsi formé défend la construction contre les fantassins – grâce à Dieu, nulle faction n’est assez riche pour se procurer des avions ; cependant chaque terrasse comporte une coupole pivotante. « Dans les tribus sableuses d’alentour, nous sommes considérés avec méfiance : attaquer le Palais, s’y réfugier ? ...nous n’avons rien à piller - personne ne découvrira les cryptes – et mon père, Kréüz, a fait évacuer presque toutes les femmes…

    3Je reviendrai, ajoute Georges, quand l’eau courante sera purgée de tout son sable... » - ou bien : « ...quand les brèches seront colmatées. »

     

    X

     

    À Motché, attaques et contre-attaques se succèdent sans répit. Il faudrait réimprimer un plan de ville par jour. Georges peine à retrouver son propre fils : « Ma mission prend une tournure confuse ; Kréüz m’a dit tu n’as rien à perdre – je ne suis pas de cet avis. » Georges consulte les Tables de Symboles : cheval, chien, croix ; la Baleine, le quatre, le cinq ; le Chandelier, le cercle et le serpent. Il me faut un cheval, pense Georges, pour porter les nouvelles et proclamer les victoires. Pour fuir. Pour libérer. Fuir et libérer". Georges lance les dés : "Voici les parties de mon corps qu'il me faut sacrifier : la Tête, Moulay Slimane, Gouverneur du pays, assiégé dans son palais ("Ksar es Soukh" dont le nôtre est la fidèle réplique ; pourtant cet homme ne règne que sur quatre (4) rues) ; le Bras : Kaleb Yahcine, qui tient l'Est (le désarmer, ou l'utiliser à son insu) ; la Main, qui désigne ou donne : El Ahrid.

    "Le Sexe ou Jeanne la Chrétienne, enclavée de Baroud à Julieh ; elle ne rendra pas les armes si je ne la séduis. Le Coeur battra pour Hécirah, forte de son peuple opprimé : chacun de ses héros se coud un coeur sur ses guenilles. Tous portent le treillis, et souffrent de la faim (position : le Sud) ; l'Oeil est celui d'Ishmoun, c'est à lui qu'il en faut référer ; quand à ma Langue enfin, puisse-t-elle peler de tant d'éloquence".

     

    ***

     

    Je suis ressorti du Palais déserté.J'ai rencontré une femme qui montait de la ville, trois hommes dans son dos lui coupant la retraite. Elle s'appelle Abinaya, belle et rebelle, sous son voile rouge. "Quelles sont tes intentions ?" me dit-elle. "Ne libère pas ces chiens". Je garde le silence. Croit-elle que j'agisse de mon propre chef ? "Pour descendre en ville sans risquer ta vie - fais le détour par Achrati, au large du Moullin d'Haut - ettu parviendras au dos du cimetière ; là est le centre, Allah te garde". Je n'ai rien à foutre d'Allah, je ne reverrai plus cette femme, Abinaya est la clef ; quand je l'aurai rournée, je ne m'en souviendrai plus.

    Elle examine mon plan de ville : "Trop vieux. Ce sentier a été goudronné. Ce bâtiment : démoli, telle avenue percée. Ce sens unique inversé, ce nom de rue modifié. Les Intègres occupent le Centre, en étoile. Ici le dépôt de munition ; contre le fleuve une base Chirès et trois sous-marins. Prends garde couvre-feu des Anglais. Sous les arcades ici chaque jour distribution de vivres et de cartouches. Evite les ponts. Repère les points tant et tant - depuis combien de temps n'es-tu plus sorti du Palais ?" J'ai mis mon père en sûreté. Je ne sais plus par où commencer.

    Elle effleure ma joue de ses lèvres - je sais ce qu'il en est des femmes - je ne bouge pas - l'un de ses hommes (de ses gardiens ?) n'a rien perdu de nos paroles - de son treillis il tire un jeu de trots. Il me propose une partie - "je n'accorde pas de revanche" dit-il. La partie s'engage en plein air, sur une pierre. Abinaya fait trois plis. Les autres gardes s'amusent, sans lâcher leurs armes. Fou, Papesse et Mort. "La papesse" dit l'homme "détient tous les secrets ; ton père renaîtra. Qui peut entrer vivant dans la ville, ajoute-t-il, et en ressortir inchangé ?" La partie est terminée. Nous nous levons, descendant ou redescendant le sentier rocailleux vers Motché.

    Mon partenaire au jeu déroule son voile de tête : il semble détraqué, agite sa Kalachnikov et rejette les pans de son hadouk. Je le reconnais : nous étions ensemble à Damas, à la section psychiatrique de Sri Hamri, "le Rouge" ; ce dernier avait em^prunté aux Occidentaux (qui le tenaient d'Égypte) le concept de "soignés-soignants". Qui était fou ? qui ne l’était pas ? c’était indiscernable.

    Moi, je l’étais. Qui peut dire au jour de sa mort « Mes mains sont pures » ? « Dans les Trois Pavillons de Damas » me ditil « on mélange tous les hommes, fous et sains d’esprit, comme autrefois. » Il rit en agitant son arme : les fous entendaient des voix, chantaient des litanies, expulsaient le Chéïtann (SATAN !) qui rejaillissait, inoffensif, sur toute l’assistance. J’ai dit : « Zoubeïd, je n’étais pas un infirmier sérieux. La famille de mon père m’avait placé d’office, parce que je tirais sur les chèvres. Et jamais je n’ai cru au Chéïtan, même quand je bêlais comme les bêtes. Chacun de nous est fou, et n’est pas fou. Sage... » - Abinaya, qui descend le sentier devant nous, se retourne. La voie devient une ravine aux cailloux instables. Les premières maisons nous dominent comme une muraille, dont les fenêtres sont autant de meurtrières. L’odeur des égouts sort du sol. Un garde voilé, plus bas que nous sur la pente, porte à son oreille un récepteur noir dont il déploie l’antenne :

    « À Vauxrupt dans les Vosges, sans motif politique, un Français, Dominique Paziols, a tué au fusil de chasse quatorze personnes du même village. Il a commencé par son père, le blessant deux fois au cou, sans pouvoir l’abattre... » - Le salaud ! » Je crie le salaud par réflexe. Le garde voilé se retourne en riant, d’abord, parce que sans y prendre garde il a branché le haut-parleur, ce qui aurait pu provoquer une catastrophe, ensuite parce qu’il ne comprend pas comment une telle information a pu s’égarer sur son canal. « Les Vosges », « Vauxrupt », ces noms ne représentent rien « ...puis il a descendu sa sœur, des vieux, des femmes et des enfants. Cet homme est un chien ».

    Message privé. Jamais un présentateur ne s’exprime ainsi.

    Un homme d’ici a reçu d’autre part un message, capté par radio,  et nous l’aura retransmis, à sa sauce. Pour montrer qu’ailleurs aussi, très loin, on tue, « sans motif politique ». Pour justifier tous les assassinats d’ici, au nom de sa propre milice. Le haut-parleur grésille et s’éteint, nous descendons vers la ville entre deux rangées continues de bâtisses bistres, de plus en plus hautes sur les berges. Ceux qui m’escortent n’ont plus de réaction ; pour moi, fils de Kréüz, ce fait-divers d’au-delà des mers est un signe.

     

    MOTCHÉ

    Passé le ravin nous sommes entrés dans MOTCHÉ, hérissée de chevaux de frise, barrée de dérisoires chicanes en tôle ondulée. Mais pour celui qui traverse la rue, les balles sont de vraies balles. Notre file reste sur le côté droit, puis le radio soulève d’une main dans un recoin de mur le rideau de perles d’un vieux café à pavements bleus. La radio diffuse ici une interminable complainte de Fawz-al-Mourâqi. Nous nous asseyons autour d’un cube de pierre blanche. Des tasses en forme de dés à jouer sont posées devant nous. Le café brûle. Zoubeïd, le fou de Damas, mâchent une chique d’aram avec des bruits de bouche qui claquent. D’autres clients sont dissimulés dans des renfoncements, derrière des rideaux d’alcôves.

    Le Fou s’affirme pleinement satisfait de mes révélations. Ils sont montés à ma rencontre, dit-il, le jour où ils savaient me trouver. Je réponds que j’ai découvert les micros planqués dans le Palais. Il fait un geste « sans grand intérêt », avale son café. Depuis que nous sommes à l’abri, son agitation a cessé. Abinaya soudain s’adresse à moi : Ton fils te cherche, pour te tuer. Je lui réponds qu’il ne me connaît pas. « Ni toi non plus » dit-elle. « Tu es enjeu del utte, malgré toi. Et lui, ton fils, trouvera fatalement des indices ; il sait déjà que tu as quitté le Palais – à sa recherche. Aussi prends garde ». Des têtes passent par les rideaux, se renfoncent. Zoubeïd m’affirme qu’il m’aurait tué lui-même, lui le Fou, si je n’étais pas descendu en ville : « Les balles dans les rues ne te cherchent pas. La rue est plus sûre que moi ». ...Qu’il m’atteigne donc, ce fils… Zoubeïd raconte qu’après mon départ, ils ont tué un infirmier, à Damas : « On a serré la cordelette - sarir ! » - couic - « ...les Yahoud ont bombardé l’hôpitazl de Sri Hamri – piqué ! largué ! - où seras-tu en sûreté ? » Je connais mon fou. Il tourne autour d’une mauvaise nouvelle. Ce café maure baigne dans le calme. Les rideaux des alcôves se balancent. « Ton fils te cherche, Ben Jourji. Il sait que tu es descendu. Il te descendra pour se faire un prénom. Il ne se cache jamais deux fois au même endroit. Moi Zoubeï je connais ses cachettes, l’une après l’autre. Une bête laisse toujours sa trace. Il n’est pas véritablement de ton sang : tu ne l’as ni reconnu, ni élevé ».

    Abinaya manifeste son impatience. Elle demande à ses gardes de se revoiler, de ressortir, de laisser seul « Sidi Georges, Neveu du Président ». Je renouvelle ma consommation. Zoubeïd me quitte à son tour. Il laisse sur la table le Pape, Quatrième Arcane : Allez, et enseignez toutes les nations. Toutes les nations se battent dans ma ville – pourquoi cet imbécile de Paziols s’est-il borné à ceux de sa nation ? La sœur et le beau-frère, le jour de leurs noces, assassinés à St-Rupt en France. Il a raté le père. C’était un petit village, au pied des Vosges.

    Pourquoi ce fait divers a-t-il marqué notre correspondant en France au point de lui consacrer, ici à l’autre bout de la Méditerranée, toute la deuxième page ? ...un triangle d’herbe formait la place, ornée d’un petit cèdre… qui n’a pas son fusil en Xaintrailles ? Le père passait, il l’a visé au cou, l’homme blessé a couru chez les Geoffroy, et Dominque le Chrétien riait en rechargeant son arme. Tout le village l’a vu. Je lis l’article in extenso. Évasion, filière moyen-orientale, chiqueur de libanais ? Le voici revenu parmi nous. Quelque part. Bonne planque. Je passe la nuit au-dessus du café, dans une chambre blanche. La guerre frappe à l’autre extrémité de la ville.

    Je m’endors bercé par les fusillades lointaines. Le lendemain, je fais sortir mon père de son refuge, Hôpital Rafik. Devant nous, vers l’ouest et vers la mer, descend la ville en cercles concentriques. Nous suivons la pente, degré par degré. À notre passage les portes se ferment, à même les murs. Des femmes voilées rappellent leur enfant. Des pierres bondissent entre nos pieds. « Ils m’ont reconnu » dit Kréüz. Nous parvenons sur une place triangulaire, formant palier, dominant la ville où fument au loin les détonations ; plutôt un terrain vague, où grouille une foule en haillons ; c’est un rassemblement du peuple, harangué par quelque agitateur perché sur une pierre.

    Les guenilleux l’écoutent avec passion, les têtes approuvent, les bras se raidissent. Des vociférations, des discours annexes et forcenés parvenus des angles de la place, approuvent et renforcentl’orateur qui poursuit, poings serrés, en langue achrafieh. La foule gronde avec volupté. Cinquante mètres nous séparent de cet infernal attroupement. Près de nous, vêtu de bleu, Zoubeïd est venu s’accroupir : « Je savais où te trouver ». La foule s’agite et se tourne vers nous : « Ils ont reconnu ton père en toi. Je ne donne pas cher de ta peau ». Tous ramassent des pierres. « Fuyez ». Il nous pousse vers des rues à couvert, où les haillonneux, versatiles, renoncent à nous poursuivre. « Qui était-ce ? » Zoubeïd nous donne un nom. « Que veut-il ? - Soulever le peuple.N’importe quel peuple.N’oublie pas la couleur de ta peau, ton éducation d’Occident. La coupe de ta veste ». Il nous demande de ralentir près du marchand de dattes. « Achetez-en quelques brins. Restez calmes ». Je demande à Zoubeïd , qui revêt soudain une grande importance, d’où viendra l’attaque de mon fils.

    A-t-il des armes ? Des partisans ? « N’en doute pas » répond-il. J’ignore qui me concilier, les rivalités, les alliances et leurs renversemernts. « Marchez à présent. Descendez toujours. Tu apprendras seul. Frappez ici ». La porte indique le n° 80. Une main brune et sèche nous tire dans une cour. Nous rinçons à la fontaine nos doigts poisseux de dattes. « C’est le début des Temps » dit Zoubeïd. « Je te donnerai ce qui convient;et à ton père, Kréüz, aussi ». À mi-voix : « Pourquoi traînes-tu ce vieux sac du passé ? » Plus haut : « Dans quinze ans si tu survis inch’Allah – tu seras le premier d’une longue descendance, qui cueillera les dattes fraîches. Tu apprendras à ton peuple ses trois langues maternelles. De toi naîtront des livres et des chansons ».

     

    X

     

    ...J’ai engendré un fanatique. J’ai observé de mon abri par la fenêtre (une meurtrière matelassée de sacs de sable) ces jeunes gens, de son âge, dont les opinions simples se défendent à coups de fusils. Se résumant souvent à leur utilisation. La Caserne Jaune leur sert de cible. Le second jour encore, ils se battent (je les observe) et incendient la Bibliothèque Aleth ben Adli. Les livres ont brûlé trois jours mais j’ignorais encore que mon fils en fût l’instigateur. Dans la cour qui m’abrite, logé, nourri, j’ai tout le temps de lire. Un magazine périmé relate sous mes yeux ce fait divers de St-Rupt dans les Vosges, si loin d’ici : Dominique Paziols dans sa folie disent-ils a massacré quinze personnes : sa mère et sa sœur, son beau-frère le jour de leurs noces – plus – inexorable rumination – douze personnes – une goutte de sang – comparé à ce qui se tue ici chaque jour.

    Je me demande combien de meurtres civils bénéficient du statut militaire. Paziols a 31 ans, et cet homme, cet évadé, je l’ai recruté pour mon compte. Je dois à mon père, tout impotent, d’avoir lancé les coups de téléphone décisifs. Il sait ce qui s’est passé, là-bas, en France. Mon père est toujours quelqu’un. Ses services fonctionnent encore admirablement. Je lui baise la main sosu sa perfusion. Il me dit : « Tu devras te méfierr de cet homme. De tous ceux de son âge et en deçà. Ton fils lui-même, Mechdi Abdesselam, pose des bombes et te recherche personnellement ». Mon père s’assoupit. L’infirmière engagée pour lui seul, dans un domicile que je tiens secret – remonte dans son dos les oreillers, me fait signe de partir : « Il dort». Mon abri n’est plus sûr. On m’aura suivi, à l’aller comme au retour. Zoubeïd a transporté séparément mon sac de voyage à l’Hôtel de Touled : un quartier calme, un portail à deux battants fermés par trois rangs de chaînes, un pa-ti-o garni de plantes vertes, un balcon intérieur en véranca – une vasque s’écoule derrière les fauteuils en rotin, quelques tirs murmurent vers le nord-ouest. À ce que dit l’hôtelier, Mechdi Abdesselem (ben Jourji ben Kréüz) prend pour cibles tous les signes de Culture et d’Autorité. Mon fils est devenu fou. Je ne m’en sens pas amoindri. La roquette heurte la vasque et pète.

    Un certain Halis, client de l’hôtel, dit «L’Espagnol »,retient soudain à la main sa mâchoire, et partout comme de juste retentissent les cris, s’épaissit la poussière, Zoubeïd est indemne, le standardiste a éclaté, les poutres de la véranda se sont tordues, les pots de fleurs pulvérisés. Les vitres au pied du mezzanino forment une pyramide, entourée par des corps saupoudrés d’éclats de verre. La rampe en faux bois s’est éclatée, ses veines de ciment grosses comme comme des poignets, les marches toutes sautées. La vasque enfin forme entonnoir jusqu’au fond de la cave où saigne à gros bouillons la conduite d’eau. On m’évacue. Tout le tour de mes paupières me cuit d’incrustations de particules.

    Lhôpital n’est pas un lieu sûr. Votre œil n’est pas atteint. - Mon fils va m’achever. - N’ôtez pas le bandeau. Écoutez sa lettre… - ...adressée à qui ? - L’enveloppe en blanc : « Article Premier « Mort aux pères », au pluriel ». À sa voix, l’infirmier sourit. « ...et le reste à l’avenant ? - Oui. - Ne lisez pas. - D’habitude il porte autour de la tête un foulard gris enroulé trois fois – ce son d’autres qui me l’ont dit, s’empresse-t-il d’ajouter. Un obus éclate dans la cour, les sirènes se déclenchent, il fait beau, panne des sirènes, silence - rien à craindre, tout au plus d’être achevé sur le lit à trois heures si la ronde est dans le coup. Pourquoi ces imbéciles m’ont-ils allongé. Mes larmes coulent difficilement.

    Je passe sans bouger toute la nuit, tressaillant au moindre bruit intérieur. Je m’endors au matin bercé par un bombardement lointain : de vagues flammes parcourent les rideaux tirés. Un frôlement de blouse m’éveille en sursaut : « Passez couloir B. Vous débouchez Impasse Bou Naliel. - OK, je fonce » - mes jambes sont intactes j’arrive pile où il faut puis Boulevard Descroges – désert. L’hôpital dans mon dos est touché de plein-fouet, les blocs s’enflamment, un avion s’éloigne en un soupir Viens avec nous ! - hommes, femmes,enfants au galop vaguement couverts par quatre ou cinq saadis parfaitement paniqués qui tirent au jugé par derrière. Un enfant tombe. Passé l’angle droit nous nous aplatissons, juste au-dessus de Check Point Chiram : vus de haut, dans des chicanes face à face, deux factions se canardent en rampant. Les femmes autour de moi leur crient Défendez nos enfants ! Un soldat se redresse, me montre du doigt Qui est cet homme ? Je montre mes bandages, il se tait.

    Je soupçonne que les chicanes, de part et d’autre, sont faites de pierres tombales redressées : le Check Point se trouve en plein cimetière Abdesrafieh. L’homme quitte son poste sans être vu. Par un sentier bouffé de gravats il remonte vers nous Venez chez moi – pas toi dit-il à mon adresse. Abandonné soudain de tous il ne me reste plus qu’à dévorer des yeux les deux partis en contrebas qui continuent à se flinguer, accroupis, redressés, replaqués au sol. D’en haut j’aperçois de l’œil gauche un grand jeune qui vient par derrière en agitant un tissu blanc, son uniforme est beige inconnu, ne se dissimule pas, les armes se taisent. Il porte sur le front un bandeau gris. Les deux partis se relèvent à la fois, fusils rabaissés, dans une totale exténuation.

    À ce moment un coup de feu perdu l’abat en plein cou. Tous s’enfuient en tous sens, je m’aplatis et contemple d’en haut ce corps à quatre mètres sous moi. Puis je me dresse, je marche au hasard. Je me répète la phrase Tel est le sort des espions. Je me répète cette phrase de plus en plus vite, en trébuchant droit devant – tel est le sort – des espions . Savoir si Kréüz a péri dans l’hôpital ou bien – s’ils l’ont évacué dans la cour, juste après l’explosion – un timbe d’ambulance à l’est, je ne reconnais plus les rues

    ICI S’ÉLEVAIT LE WAZOUF ASARGAH

    SIX ÉTAGES D’HÔTEL CIVIL

    PASSANT RECUEILLE-TOI

    je ne peux pas me recueillir – l’année dernière ou l’année précédente les gros balcons gris se sont effondrés l’un sur l’autre en pâte feuilletée – nous voici au quatrième jour, une fumée s’élève au nord, j’espère, j’espère encore que ce n’est pas mon fils qui incendie la Bibliothèque, et que de n’est pas lui qui trouva la mort au cimetière d’Abdesrafieh.

    Pas de sauveteur au voisinage de l’hôtel, une couche de gris, une couche de blanc, marbre et gravat « ...le cimetière musulman d’Abdesrafieh, dit un journal qu’un coup de vent me plaque sur le pied - « constitue le seul point de passage entre l’Est et l’Ouest » - j’ai passé la nuit sur le sol, dans des chicanes de camions.

    Tout change d’une nuit sur l’autre. Faut-il souhaiter -stratégiquement ? humainement ? - le rétablissement d’un front stable ? Je pousse le journal du pied – comment s’appelait cet homme abattu ? Avec un bandeau gris au front – revenir sur les lieux du crime- je peux cette fois, redressé, descendre la Rampe aux Boules.Je me suis avancé dans l’allée déserte – tous ont déguerpi (le passage est à qui le prend : le mort ou moi) – les yeux des fuyards ne sont pas loin, ils n’ont jamais vu un homme s’incliner, seules les femmes et les mouches prient sur les corps. L’arme dressée, ils m’observent en s’abritant, de biais – le cimetière s’étend sur ma droite, j’ai devant moi le ressaut de terrain où je m’étais plaqué, je ne fouille pas le corps, je repars en serrant sur moi les pans de mon vêtement occidental, ressors par la porte d’Antalyah – des rues, des rues aux stores éternellement baissés, ruines, ruines, odeur de soufre ; je me souviens bien que PAZIOLS, très loin en France, devait lui aussi tuer pour s’évader. Motché assiégée du dedans – que nul ne parle de folie ; on pouvait, on peut très bien refaire ces meurtres en plus simple. En plus ordonné. Selon leur rite. Exemple : à l’école de Safrajieh, quarante enfants morts empilés méthodiquement, avant d’y mettre le feu – après cela nul ne tuait de trois jours entiers – on vidait son chargeur sur les murs. Je ne pouvais trouver pourtant PAZIOLS si absurde, je le voyais (justement) comme une grande muraille sans fissure. Ici, quand le canon tonne du sud, les gens s’assemblent, stores fermés, sur le trottoir, discutent paisiblement, je me suis couché près des ruines, laissé aller, soucieux de préserver mon corps, qui battait battait follement contre le sol.

    Je m’abandonne à contempler la terre, bras le long du tronc, devenant poussière, en vérité j’ai rampé dans le sable, imaginant des tirs rasants contre ma nuque, puis je dépouille un cadavre de son arme : il faut passer inaperçu. On trouve de tout. J’ai rejoint l’Hôtel Touled qui n’a plus qu’une chambre, j’ai faim, j’ai soif, et dans la cour le rebord de la vasque, brisé, s’est fiché vertical dans le sol. Un chien sort d’un trou de terre, fin visage de chien, comme un bijou, immensément choyé – tandis qu’un garçon, une pierre à la main crie sur la bête (l’accent de la Békaa) « Reviens ! Reviens ! » - puis s’adressant à moi : « Tu peux le promener Monsieur ». J’appelle le chien « Robott ».

    Je tâte dans ma poche : trois dirhams. Ça fait trois merguez au kiosque pour le chien et moi. Une race précieuse, des oreilles en houpettes,les yeux dorés – mon arme et mon chien. Qui promène son chien dans Motché ? ...Paisible journée de tension. Les Trois Présidents précédents ont tenu trois semaines. À l’hôpital, ou dans ses ruines ? mon père va mieux. Je le retrouve au sous-sol, conscient, confiant : « J’ai un peu honte de ne pas souffrir ; juste hypoglycémie. » Il me demande où j’en suis de ma mission. Franchement !… « Mon fils n’est pas mon fils », je lui dis ça comme ça, le chien aboie en fourrant son museau dans le soupirail.

    Mon père dit que les cimetières sont devenus enjeux stratégiques : d’une part, chaque section s’imagine avoir converti les morts ; de l’autre, ces grands espaces vides permettent de relier deux quartiers jointifs. Kréüz s’intéresse aux luttes, je dirais tombe après tombe, aux positions de tir entre les stèles, je mime leurs reptations. « Interdire l’accès aux cimetières, c’est déjà quelque chose, à supposer qu’on ne puisse y pénétrer soi-même. Prends ton chien et longe les murs, demandent les chefs. » Quand je ressors, des cons sur les trottoirs tirent sur tout ce qui ressemble à une croix ou un croissant rouge ; je pense que le devoir d’un négociateur, d’un pacificateur digne de ce nom – est de préserver sa propre existence.

    Je suis sans compagnon de lutte. Le seul mot « compagnon » me hérisse. Je ne franchirai pas les grilles d’une ambassade. Puis tout se calme, comme un enfant, comme une mer. Il me vient à l‘esprit – de qui est-ce ? - des embruns de plomb. Où vais-je dormir ? ...celui qui change d’adresse sans cesse, un jour il tombe ; celui qui reste sur place, un jour il tombe…

    Le chien Robert : un garde du corps ? toujours dans les ruines, toujours se faufilant.

    PAZIOLS a tué ses ennemis privés. Rien de plus. Son père, sa sœur – les siens, son village. Il se faisait aimer des bêtes. Son chien Hamster léchait le sang des hommes. Je suppose. Jamais il n’aurait tiré sur son chien ; le seul témoin des meurtres est celui que les juges n’auraient pu entendre. Derrière des sacs de sable, des soldats jouent aux cartes. De temps en temps l’un monte au créneau, tire un coup et revient ou se fait descendre. Je me suis guidé sur les barricades pour faire le tour du quartier. Impossible de sortir de l’enclave. Qui osera l’assaut ? truffe,champignon,porc

    J’offre des cigarettes, voici mes soldats ; s’ils me reconnaissent, ils ne le montrent pas. J’achète des fruits près du cimetière. Peut-être mon fils se tient-il hors de la ville, cherchant des renforts – des munitions – si j’accomplissais à mon tour un Grand massacre privé, je ne serais jamais poursuivi. À Damas, chez Sri Hamri « Le Rouge », il ne reste plus qu’un seul parti : les Annexionnistes. Tous pour annexer Motché. Une patrouille de miliciens me croise, au pas, sans me regarder – quel camp ? pourquoi ne tirez-vous pas ? J’ai renoncé à toute ’unification du Pays. À l’Hôtel de Touled om je me réfugie, un inconnu, très jeune, m’apprend les connaissances indispensables à ma survie : « Il n’y a plus qu’un seul chemin d’ici à ton Palais ».

    Le jeune homme s’appelle Saïz Essalah. Il remplace le chien qui s’est fait dégoter. Je ne savais qu’en faire. Mon ami humain s’assoit sur le lit de fer, un genou plié. Ce qu’il me dit me plaît . Au nom de quoi dit-il certains possèdent toute la terre ? Ce sont les idées de mon père, propriétaire de toute la Berkaya d’un seul tenant. Je demande à Saïz : « Qu’en ferais tu ? » Partout où je me terrerais, sera l’Œil du cyclone. Il:me demande : « Qui gagne et qui perd ? Je veux l’humanité entière en équilibre en haut de la Roue de fortune. » De même les rabbins, certains rabbins, vont disant : « Le Messie est le Monde tout entier ». Je dis « Tu parles comme un Juif ». Je pense que le monde retient son souffle en attendant que je meure.

    Une bombe tombe. D’instinct nous plongeons sous un couvre-pied. Saïz me souffle tes phalanges attaquent – les Chrétiens – la peur nous a souillés, je me dégage vers le lavabo ; un projectile me pète le tuyau, l’eau me crache un jet de limaille. Essalah rejette le couvre-pied. Une lumière sans éclat s’est mise à trembler au-dessus de la glace : le générateur s’est déclenché. « Pourquoi nos chefs confisquent-ils les biens, pourquoi restent-ils chefs, notre parti secrète ses tyrans, et nous périssons sous les bombes, c’est toi qui avais le plus peur, Sidi Jourji. Si j’étais chef, il n’y en aurait plus ; je dirais aux hommes de veiller sur nous, et sur eux. Sans nous donner d’ordre ».

    Je le regarde avec attention. Il reste sans ciller, bras ouverts, assis sur le bord du lit. La conviction dans les yeux. Dix-sept ans. Avant guerre, ma vie était tout autre. Neveu du Président. Je ne jouais pas au pacha. Mes études interrompues par l’assassinat de l’oncle ; sous toutes ces bombes : je suis devenu inactif. Pourquoi donc, à présent, pourquoi pas, mourir pour des idées ? « Essalah, pourquoi choisis-tu ton camp ? Celui-ci, plutôt que celui-là ? - Je livrais, me dit-il, des bouteilles de lait, à bicyclette.Mon frère s’est fait arracher les mains dans l’explosion d’une bouteille de gaz. Et crever les yeux. J’ai tiré dans le tas. Quel âge as-tu ? » Je le lui dis. Il se met les coudes aux genoux, me dit que nous autres, les chrétiens, ne sommes pas de véritables croyants. Il ajoute aussitôt que chez lui, la vraie foi s’est enfuie, qu’elle ne reviendra jamais. « Allah, donne-nous de bonnes mitraillettes ! » Il éclate de rire. Je prie à part moi : « Seigneur, donne-lui la force qui dure ». Saïz Essalah, 17 ans, m’apprend que DOMINIQUE PAZIOLS est descendu en ville ; c’est donc que Saïz lit dans les journaux les mêmes choses que moi.

    Il ajoute : « Ici, en ville, PAZIOLS voit des hommes, des vrais, se battre pour de vrai. Il a rattrapé la Foi – pour lui, tout avantage. » Au début de la guerre en effet, tout se succédait comme autant de miracles : manifs, discours, grosses grèves. Bris de vitres. Chants de grillons, scansions de bottes sous les miradors. Un jour les Yahouds ont bombardé l’Asile de Damas. Saïz Essalah, mon nouvel ami, m’apprend que DOMINIQUE PAZIOLS lui aussi a goûté aux délices de l’internement, chez Sri Hamri, « le Rouge ». À Damas, parfaitement. En résumé Sidi Jourdji, les Yahouds luttaient pour s’agrandir. De Golan, tu tirais sur tout ce que tu voulais sur le lac Tibériade. Ils sont d’abord montés sur le Golan, ils ont bombardé Damas. Faux, Saïz, rien de plus faux.

    Ce qui intéresse le jeune homme, ce sont principalement les blessure, leur nombre, leurs emplacements. « PAZIOLS est resté quelque temps à Louqsoum, l’Asile. Quand tu pars de Louqsoum, il y a deux chemins, la Syrie au nord, à l’est l’Iraq. À chaque route son cheval de frise, et son homme. - Je ne connais pas, lui dis-je, tous les villages du nord. - Tu dois rejoindre Sri Hamri, qui vous a internés tous les deux, Sidi Jourdji. Tu le reconnaîtras. Ton fils, tu ne pourrais pas le reconnaître ». Je dois rameuter les secours, au-delà du port, toujours sous les tirs – quel chrétien, ayant vu de ses yeux la Vierge, retournerait sans regret à sa vie ordinaire ? Mon souvenir personnel est celui d’un fou, grand et fort, DOMINIQUE PAZIOLS, tirant sur ses propres parents et ses amis de toujours – combien cet homme me serait précieux…

    On ne condamne plus les droits communs en temps de guerre ouverte. Ils surgissent tout armés, pour la justice de votre choix. Pour votre fils ou vous-même, selon le vent de la révolte. Quinze morts d’un côté, au pied des Vosges françaises ; quinze conférences d’autre part, pour la paix à Genève. « Que puis-je espérer de Sri Hamri « le Rouge » ? - Celui qui vous a soignés ? - Enfermés, Saïz, enfermés ». Je reconnais cependant, sans le dire, que c’est lui qui m’a le mieux soigné. « Il n’exerce plus, Sidi Jourdj. Il a ôté son turban, rasé son crâne. Il tient ici le quartier des Barzaki, c’est lui le chef des plus riches. Que peux-tu attendre des plus riches ? » Ma stupéfaction est visible. « Il se fait appeler Bou Akbar. Tout le monde connaît Bou Akbar » - chef de clinique, chef de guerre…

    JE me souviens bien de ma dernière lettre : Docteur, je vous serais reconnaissant de bien vouloir mettre fin au traitement, lequel provoque à l’intérieur même de ma boîte crânienne une sensation de goutte à goutte parfaitement insupportable » - il faudrait donc cette fois produire un message de paix ou d’alliance, dont je ne saurais jamais assez peser les termes. Une déflagration ébranle le quartier. Nos vitres se fêlent. Un gros carré tombe du plafond. Plaintes, hurlements, sirènes et surexcitation, panique. Ni l’un ni l’autre ne nous sommes levés. Saïz Essalah s’époussette à même le carrelage. Le tintamarre des ambulances, de l’autre côté du mur, est devenu assourdissant. Penché par la fenêtre de la cour intérieure, je vois trois serpillières suspendues à la corde à linge. Dans le pati-haut résonnent les indications vociférées des sauveteurs invisibles, précises et contradictoires. « Ils sont trop », dit Essalah, qui se relève ; « ils se gênent. Êtes-vous médecin ? ajoute-t-il ; c’est un grand métier. Un beau et bon métier par les temps qui courent ».

    À l’étage inférieur une porte claque de toutes ses forces contre le mur. Des cris -une rafale – Essalah pâlit. Des pas retentissants grimpent l’escalier. L’hôtelier hurle il n’y a personne ! - Ta gueule. - Personne n’a tiré ! c’est une voiture piégée ! (« pourquoi l’aurais-je fait sauter à cinquante mètres de mon hôtel », etc. - il heurte le mur de son corps et se tait. Encore un coup de feu chambre voisine. « N° 28 » murmure Essalah blanc comme l’acier. D’autres pas remontent au deuxième. Une civière tinte contre un angle comme un récipient vide. Les médecins secouent notre porte. Mon cœur s’est soulevé. Pour éviter le moindre bruit, j’ai ravalé une gorgée de vomissure. « Ton haleine est intolérable » chuchote Essalah.

    Lorsque tout s’est apaisé, je me suis levé pour boire à même le robinet d’eau chaude intact. Essalah boit à son tour. Il tremble de tous ses membres, puis cela cesse et d’un coup il se met à rire. « Sors te battre » ai-je dit. Et je lui promets de payer son arriéré de chambre : « Pour tes héritiers » Je n’ai pas d’héritiers répond-il. Je ne reçois pas d’ordres. Il me suffit que je reste dans ta chambre. Mes chefs sauront me trouver.

    - ...Vous êtes vraiment discipliné. - Tous les partisans observent leur discipline. C’est pourquoi MOTCHÉ sombre dans le chaos. »

    Nous descendons tous deux au rez-de-chausée ; Mon accompagnateur m’indique la porte d’arrière, et le nom de trois rues à suivre dans l’ordre, « coudées, mal gardées ; souviens-toi bien de l’ordre où je les ai dites. Il ajoute que si j’en réchappe je tomberai sur le fief de Sri Hamri dit Bou Akbar. Essalah ne m’a pas retenu en otage : nous savons estimer les personnes de peu de poids. Vexé, passé les rues coudées, je n’ai pu redresser la tête que Boulevard Galba :intact. Sur le trottoir on crie Poudre blanche ! Poudre blanche ! Seul endroit au monde où l’on vende l’héroïne à la criée. « Tu ne me reconnais pas ? » C’est un garde du corps d’Aninaya. Un camarade de Zoubeï : « De quel camp es-tu ? » «Pas de camp pour ma poudre. Abinaya est morte. Je circule.

    - Tu as de l’humour. - Si tu me quittes, dit-il, tu risques ta vie. Ton père est abandonné au Khéryab. Hôpital Khéryab. Tu sors à l’instant d’un hôtel de passe pour hommes. Tu veux de a poudre ? Ce n’est pas de l’héro. Jamais je ne dealerais cette saloperie. C’est de la poudre de palme.

    - Tu trouves des connards pour t’acheter ça ? ...même avec une carte de presse … - Surtout avec une carte de presse… - ...je me fais descendre… je dois rencontrer… consulter pas mal de monde… - Comment il dit ça sans rire le Roumi ! ..gratuit pour commencer… - M’emmerde pas. Tu m’accompagne chez Sri Hamri.Bou Akbar. - Je te rapproche, Sidi Jourji, juste te rapproche/ » Boulevard Galba désert. À cette heure-ci. Tout blanc, tout droit, tout poussiéreux. Avec le dealer fou je me plaque sous les encorbellements : deux rongeurs en quête de fente. Sous un projecteur, qui est le soleil. Ça cuit. « Là-bas » me dit Hadji en tendant le bras « on mange les chiens.Ici, chez Bou Akbar, tout le monde est riche ; les Arabes – les Européens s’entendent bien. Main dans la main ! moi je suis pour la poudre – plus aventurier qu’Essalah, plus riche aussi ». Au lieu de me présenter à Sri Hamri (dit « Bou Akbar ») j’entre avec Hadji dans un café frais, aux murs couverts d’azulejos.

    Même dans les avenues les plus balayées de mitrailles, le café reste l’endroit le plus respecté. Nous avons bu lentement. Nous nous sommes cachés derrière le pilier central, plaqué lui aussi de carreaux de faïence. « Zoubeï m’a parlé de toi : Damas, ton asile d’aliénés, ta libération.

    - Ce n’était pas une évasion, mais un exercice : nous apprenions « La Liberté ».

    - Les fous font ce qu’il veulent ?

    - Pas « fous » : déprimés. Les portes restaient ouvertes. Pas un n’osait sortir. Mais Zoubeï, et moi – nous n’étions plus des fous. 

    - « Déprimés », Sidi Jourji.

    - Sri Hamri nous a dit :  « Neutralisez les deux gardes.

    - Vous n’étiez donc pas libres.

    - Écoute, c’étaient des infirmiers. Des faux infirmiers. Peut-être faux. Hamri s’est enfermé dans son bureau pour ne rien entendre.

    - Et ils sont morts, les deux gardes ?

    - Oui. » J’ai regagné mon Palais à travers la frontière. J’ai volé une jeep et un uniforme. Interrogé pour savoir si j’avais tué le conducteur, j’ai répondu « Non ». Pfff, fait Hadji. Dérision, ou admiration ?

    Il nous reste un fond de thé. De l’autre côté du rideau de perles, sur le boulevard, passent trois automitrailleuses. Je dis : « Nous sommes bien, ici ». Trois gros soldats couverts de sueur et de peur font irruption au bar et commandent trois Cola d’une voix de dingue. « Les Chrétiens ont pris la raclée du siècle » dit le premier. Il se tourne vers moi d’un air soupçonneux. « On a foutu le feu au cimetière, avec de l’essence » dit le deuxième. Les autres haussent les épaules. Tous boivent. Je remarque leur extrême jeunesse. On charrie l’incendiaire sur « les morts qui cuisent ». Le troisième me fixe avec hargne : « On a tiré près du Palais de Bou Akbar ; vous êtes journalistes ? » Je me retiens de répondre, Hadji baisse le nez dans son verre. Le premier soldat éclate de rire : « Je suis journaliste, dit-il. Mon nom est Hildesheimer. Je travaille pour la Suisse. Je parle arabe sans accent. » Il vient s’assoir à notre table et jette des photos devant moi. Les deux autres, de véritables militaires, jeunes et ventrus, restent debout au bar. Hadji les rejoint, rajustant son éventaire à poudre. Sur les photographies, les tombes flambent comme des bananes. « C’est toi qui a foutu le feu ? ...exprès ? » Je lui trouve une grosse bouille pâle ; de grosses narines, une amorce de double menton.

    Il me propose de rendre visite à toutes les factions. « Je risque ma vie » ajoute-t-il. Et vous ? - Je suis venu rétablir la paix, et mon père. - Le président, c’était votre oncle. » Je réponds que mon père valait mieux que lui ; qu’il est dans le coma, au Khéryab. Je demande s’il me croit.

    - Je m’en fous dit-il. Suivez-moi. » J’hésite, mais il m’affirme que Motché est bien moins dangereuse que Beyrouth. Au bar, la discussion se poursuit à mi-vois ; les vrais militaires et Hadji finissent par s’entendre : le pourvoyeur de munitions me fourre un papier dans la poche et se tire avec ses clients.

    Resté seul avec le Suisse j’oriente la conversation vers la politique. Il me trace un plan sur la marge dentelée d’un vieux journal : ici les Combattants de l’An Mil, mouvement messianique ; là, des « Soldats-Sud » ou « Boutefeu » parce qu’ils ont cerné la Békayah - « qu’est-ce qui les a pris ? » - le Suisse balaye la table de la main avec impatience : « Tous les bars sont à double issue. Tu en as moins appris dans ton palais que nous autres à Zurich ». Il veut m’entraîner vers Aux Ambassades, mais cet hôtel a servi de cible à des 305 de mortiers, pas plus tard qu’hier – se lève, paye au passage et me jette dans un side-car à l’arrière du bar.

    Les pneus, à ras de sol, sont énormes.

    Le pied d’embrayage se lève et s’abaisse.

    Nous communiquons par phonie. Hildesheimer m’apprend que nous gagnons l’Itinéraire de Ceinture ; ce sont des ruines noires où l’on ne se bat plus. Au croisement d’Aw-oûq-Bahrad, les marchands de pastèques levaient leurs stores de tôles. La chaleur a diminué. Les petits-enfants se sont suspendus au rideaux de fer pour les débloquer. Ils n’ont pas accordé le moindre coup d’œil au side-car. Dans mon écouteur enfoncé jusqu’au tympan, Hildesheimer donne sur mon fils quelques indications : un faux baroudeur, surnommé « L’Iconoclaste ». Nous sommes arrivés, moto sur béquille, le motard poursuit : « Il hait toute espèce d’image. Non pas seulement les photos de cul (un visage sans voile est un cul, proverbe inventé par les femmes), mais tout ce qui peut témoigner. « 

    Il ôte son casque, étale sur le tan-sad un éventail de photos : rien que des kéfiehs. « C’est tout ce que nous avons. Impossible de voir son visage. Tout homme derrière un mouchoir à carreaux - est ton fils. - Mais il me cherche ! - Je crains que non. «  Il me fixe, comme s’il cherchait à reconstituer mes traits derrière un voile. « j’ai quelqu’un à te présenter. » Nous prenons l’ascenseur de l’Hôtel, le dernier en bois d’acajou. « Notre source la plus fiable » me dit Hild (« abrège-moi »). C’est autre chose que le Touled : du tapis de haute laine, des portes en bois précieux, le lit de la 325 où nous entrons présente des panneaux d’anacardier.

    Sur ce lit se tient assise, dans un amoncellement de châles et de couvertures légères, une femme obèse dont la chevelure en bandeaux se reflète, derrière elle, dans un miroir. Le Suisse laisse la porte retomber dans notre dos. Il me présente comme « le neveu du Président », « qui doit bien avoir ses intentions tout de même ». On sent dans son discours une certaine affectation, un désir de ne pas sembler intimidé. La femme nous jete un regard hautain, n’éprouve pas un grand attrait pour mes éventuelles aspirations. Elle n’a pas trente-cinq ans mais ne peut plus se soulever à partir de la taille, sous laquelle s’arrondissent des masses de graisse : le tissu noir et moiré accentue ce qu’il est censé dissimuler.

    Sur ce gros cul se pique un bustier rouge comme l’intérieur d’un bec ; la poitrine est fière, les bras demi-nus, le visage bien dessiné, sans bajoues, les petits yeux perçants et noirs, la bouche minuscule et rouge vif. Ses mains de ménine reposent sur le rebord des hanches. Elle porte à présent le regard sur moi dans la plus parfaite insolence. Attar, c’est son nom, est juive, atteinte d’un cancer du médiastin qui contient le cœur, les grosses veines et artères, l’ésophage et le thymus. Les seins ne présentent aucune difformité. « Cette femme n’est pas vierge » me souffle Hildesheimer.

    - Approchez » dit-elle enfin, « cessez de vous parler l’un contre l’autre. » Le Suisse jette alors sur le couvre-lit tropis boitiers de films tirés précédemment des fontes du side-car. Elle tend ses bras courts, garde près d’elle ses deux préférés, repousse le troisième en nos couvrant d’imprécations comme si nous étions depuis longtemps ses serviteurs, nous souhaite de perdre bras et jambes au nom de « nulle patrie », nous traite de nazicules et sonne sa bonne pour pisser. « Attar déteste les Syriens » me souffle Hildesheimer en se retirant à reculons. Il ajoute dans le vestibule qu’elle collectionne les pistolets, les décorations, les appliques en plomb et les photographies des dignitaires nationaux-socialistes. Je n’ai rien vu. « Ce n’est qu’une chambre d’hôtel ». Nous reprenons notre engin, lui dessus, moi dedans. Toujours ee micro sous la gueule dans mon petit cockpit. « Suis-je ridicule de rétablir la paix ? - « Quel rétablissement ? la guerre a redoublé depuis ton arrivée. » Je m’indigne. « Fils velléitaire de Kréüz ! » hurle-t-il dans l’écouteur. Tu te crois en promenade ? »  J’exide qu’il s’arrête immédiatement.

    Je m’extirpe de ma boîte au ras du sol, reprends l’équilibre au ras du trottoir, tandis qu’il s’éloigne le dos rond sous les tirs d’une batterie de roquettes qui finit par l’atteindre, et l’envoie bouler mort ou vivant sous un porche, fin de la rencontre. Un tir éclate à cinquante mètres sur ma droite ; je m’enfonce au pas de course rue Bab-el-Gouni. J’ai perdu le goût du rire : pas question de risquer ma vie pour un cadavre. Le seul risque est le tir direct, ensevelissant cinq ruelles sous les pierres. Encore hôtel. Adieu tourisme. Un bouge comme je les aime, bleu sombre, sentant la serpillière. « On paye d’avance ». Comment faire élire mon père ? À moins de me présenter moi-même ? ...Kréüz m’avait couvert de femmes. J’ai toujours comploté depuis mes seize ans. Les eunuques étaient mes complices. Ils ont disparu - un trou de plus entre les yeux. Ils ne me voyaient pas si « inconsistant », mais fin, retors, humoriste, obstiné, généreux… Avant de perdre ses moyens, Oncle Kréüz empêchait toute publication de mes portraits dans ses journaux. Ou caviardé par ses retoucheurs. Ou la tête d’un autre. Ou ces damiers gris. Encore aujourd’hui je suis méconnaissable. Sans allié. Au bureau d’accueil je me suis fait présenter une quantité de lunettes noires. Dans ma chambre je me suis allongé en fermant les yeux sous les verres fumés que j’ai choisis. Me voici redevenu simple particulier. Mon père n’a pas repris connaissance. Je hais la démocratie, qui me force à renoncer à mon père.

    Si je me nommais, en pleine rue, ou au Check Point Achanti, les miens se lèveraient. Je m’y rends dès le lendemain, au QG de Sri Hamri. Incognito. Parmil es trous d’obus les différentes Factions installèrent des baraquements aussi proches que possible sans être contigus ; la convention tacite est de ne pas se mitrailler. Tous les contrôles déroulent leurs minuties dans un rayon de cent vingt mètres.Ici se négocient les certificats de traîtrise à coups de tampons. Il y a un restaurant qui fait son beurre. Pour s’emplir, avant le pas décisif. Quant aux Fugitifs, leurs remords creusent dans l’estomac un pli profond : la honte de laisser derrière soi sa ville mère en proie aux douleurs : trahir, ou porter secours ?

    Ceux qui s’introduisent à MOTCHÉ ne ressortent pas. Une serveuse à cigarette m’apporte sur sa soucoupe une part de tarte chaude. Tous ceux que je croise depuis ma fuite passent sous mes yeux comme autant de barques sous le faisceau d’un phare. Il ne me reste plus que le trottoir de la tarte, ce que les enfants ne mangent pas. Le restaurant est cerné. Violation du statut de neutralité. Comme je suis seul consommateur – c’est donc moi que l’on recherche. Tout le monde se bat, tout le monde se fout de moi ? Peut-être plus. Irruptions d’hommes en armes. Sans frapper, déployés dos au mur autour de ma table.

    Je n’entends que le bruit des corps et des tissus qui les couvrent. La serveuse, avec un flegme de bandes dessines, essuie au bar. Le grand homme au turban fantaisie, qui se détache et s’avance, n’est autre que Sri Hamri le Rouge, que je reconnais parfaitement. Il ne vient pas m’arrêter. Il me fait l’honneur de venir à ma rencontre. Il me présente : « Le seul recours du pays de Motché », « Fils deKréüz, homme de sens politique ». Si tous les partis posent les armes, il me reconnaîtra, lui, Bou Akbar, comme autorité légitime. J’acquiesce en niant de la tête : c’est un mouvement que l’on fait en Orient, un oui qui ressemble à non.

    Ils repartent sans m’avoir enlevé. Je commande : «Un autre café ». Hamri m’a remis au monde. L’univers n’a pas d’au-delà. Si j’avais franchi les murs de Motché, ils m’auraient abattu comme un chien. La reconnaissance de Hamri, ancien médecin-chef de l’asile psychiatre de Damas, ne prend valeur qu’ici, à l’intérieur du chancre. Je me lève pour examiner sur le mur une carte : à vingt kilomètres infranchissables, le port de Hatifah. Qui le tient ? Dehors, je suis repris à l’épaule par Zoubeï, qui fut fou avec moi. Il multiplie les protestations de fidélité, jure qu’il me fera revoir mon fils avant qu’il me descende.

    Tous autour de moi s’agitent en mes lieu et place. De quoi remercier Dieu. Soubeï m’accompagne d’une main ferme, serrée au-dessus du coude. Il me présente un guerrier de plus, aux cheveux raides et sales,  qui m’adresse la parole avec un fort accent français – tout le monde ici prend un pseudo-accent arabe… Il a le front haut, un rictus, je reconnais la première page du journal du 15 : Dominique Paziols en personne. « Bon tireur ! quinze morts dont trois enfants ! Ton premier homme sûr ! » Le jeu consiste à ne pas le reconnaître. Zoubeï est vraiment fou. Si j’avais seulement quelque but infiniment noble à poursuivre -

    - nous parvenons à une caserne. Les murs sont jaunes, l’immeuble déserté, cible parfaite pour canonniers désœuvrés. À peine installé sur une couverture militaire, à même le sol, j’apprends qu’un corps d’armée se mettrait à ma disposition, sans connaître ma cause, ni sa justesse. Voici Hadjan, le pourvoyeur de poudre. Il me salue militairement dans l’encadrement de la porte ; je me rassois sur ma couverture. « Tu peux vaincre » me dit Paziols. Je me dresse,car tous me dominent de leurs vastes statures. Je croyais pouvoir me reposer. Fasciné, je demande à Paziols s’il revoit « les fantômes de [s]es victimes ». « Je dors paisiblement » dit-il.

    De son treillis il sort un petit tube vert qu’il baise en murmurant des formules chrétiennes. Ma première décision sera donc de libérer tous les droits communs, et de leur distribuer des armes. Bienheureux les doux, car ils seront méprisés. Et les violents ? « Ils n’obtiendront même pas la Grâce » - bienheureux les morts, car ils le resteront. Je tiens à présent mon Dixième de Ville. Mon père est dans le coma. Le cessez-le-feu devient interminable. Hadjan me remet un chien, me demande si je le reconnais. L’ancien s’est fait descendre. Pourquoi ne pas reconnaître celui-là. « Tu devrais le promener souvent ». Tout le monde promènerait son chien. Une ville en paix où les chiens se promènent. Tirant les dieux comme un drap sur leur tête. Je pisserai sous le regard de Dieu. Je me penche pour caresser le chien.

    Une balle me manque. Comble de monotonie. Coups de feu de toute part, comme un aboiement isolé, de nuit, déclenche tous les chiens du quartier. Je fais tirer – le rideau. Le Forcené de Longrupt démêle pour moi le sens et la philosophie de cette guerre. Il me dit avoir laisse derrière lui en France tout un paquet de journaux. Dans sa chambre. Il suppose que les gendarmes les épluchent, ligne à ligne, ils se rendent utiles, dit Paziols avec un large sourire. Puis avec une méticulosité crispante, il démonte, graisse, remonte son percuteur. Je crève de honte. Il faut que j’oublie l’épaisseur de sa chair.

    Qu’on ne démonte pas. L’épaisseur de ses joues. L’ombre, sous ses pommettes. Où avons-nous la tête, de ne pas dormir. Six jours plus tard, nous prenone le café, toujours dans la caserne. Des petits soldats bruns s’affairent de tous côtés. La cour en grouille, aucun tir ne parvient des montagnes qui nous dominent. Sri Hamri, jadis psychiatre-chef, nous rend visite. Il me promet le renfort de « tous les fous de Damas » » - « Excellent » dit Paziols. Je pense qu’on ne se battra jamais. J’envoie deux hommes chercher du pain et de la viande. L’homme au pain ne revient pas. C’est couru. « Ils sont insaisissables » dit Sri Hamri. La viande est gâchée par les plombs - « ils tirent avec n’importe quoi ! » Plus tard Paziols se couehe en travers de ma porte. Je rêve de mon fils qui me pourchasse.

    De cette femme encore jeune,impotente, qui m’exhorte à prendre les armes : « Rien ne m’échappe » répète-t-elle.

     

    X

     

    Huitième journée. Le soleil tache mon lit de camp. Je me lève, je ne prie pas. Si je retrouvais la juive, tétraplégique sur son couvre-pied, Hôtel… Hôtel… J’appelle :

    « Paziols !... »

    Deux yeux terribles ensommeillés clignent à l’’entrebâillement de la porte. Il retourne s’assoir sur le lit, nous parlons de lui. « Je n’ai tué que pour me défendre ».

    - Et les enfants, Dominique ?

    - Je visais Dieu.

    Facile. « Tu compliques tout, جورج - Sidi Jourji.

    Je voudrais resserrer autour de moi comme un châle tous ceux qui se sont éloignés. Se sont effilochés. Depuis cette fameuse Caserne, mes partisans me semblent manquer de résolution. Est-il aisé, facile, de vivre, après avoir choisi son camp ? « Prends ton couteau et vient » dit Paziols.

    Mon guide est un tueur d’enfants. Je me place en retrait de lui, derrière un long mur bas (6,50mx 0,80). Paziols provoque l’escarmouche. Qui s’étoffe, par échanges croissants. Nous sommes à l’abri de part et d’autre. Nous ne nous voyons pas. Je m’aperçois que nos adversaires , dans les moments de silence, imitent des cris de blessés. Paziols réplique au soleil par un hurlement atroce. Recharge, tire. Esquive au jugé : « À ton tour’. Mon cœur se hérisse contre les crimes de cet homme. Il me dit que, sans trop y croire, je devrais viser tel angle de fenêtre.

    Le plein air ne me vaut rien. Raté. Je crois. Bientôt mon père sortira de clinique. De ma gauche un bombardement se rapproche. Au bout de la rue trois brancardiers traînent des morts en direction des caves. Face à nous c’est le repli. Toujours vivant ; je ne dois tout de même pas être le seul. Au-dessus de la fenêtre ouverte une ménagère secoue la salade. Le bombardement s’éloigne vers l’est. Je dois dominer ces nuées. Celle-ci crève sur l’Hôpital. j’espère que Kréüz est à l’abri. Ou ailleurs. A-t-il au moins œuvré pour le bonheur du peuple.

    Paziols m’interrompt : « Attention, سيدي جورج Sayidi Jurj : tu as descendu plus d’Arabes que d’Européens ». Je réponds queje n’ai pas choisi. Bientôt je marcherai abasourdi dans les couloirs de ma caserne, dans ces réduits pisseux meublés de lits de camp. Paziols à côté de moi refusera de me confier une arme. Ce matin le magasinier s’est fait tuer en allant chercher le lait. Voici le neuvième jour. La guerre emprisonne. La promenoir est sur le front. Je cherche en vain partout un livre.

    Paziols exagère. Il me traite pourtant avec humanité : je ne suis pas comme un otage enfermé sous la tente au milieu d’une pièce close. Comment peut-on se résigner. Comment peut-on ne pas se résigner. Les troubles qui suivent la libération proviennent-ils de cet écœurement d’eux-mêmes après tant de capitulations. D’aucuns se jetteraient sur les armes en hurlant. On ne les garderait pas vivants -ou bien ?

     

    X

    Soudain mon fils est devant moi. « Je suis ton fils » comme un plat dialogue. Et j’ai répondu « Prouve-le ». Puis juste après «Qui te l’a dit ? »

    Son cou sans trace de balle mais mangé de barbe. Il montre en souriant ses dents très jaunes. Il me révèle avoir sauvé deux femmes du viol. « J’ai tiré en l’air ils se sont enfuis tout de suite. » Elles ont rajusté leur voile et m’ont permis de les raccompagner. Avant de passer leur porte l’une d’elles a écarté les pans de sa robe ; si je l’avais violée la ceinture aurait sauté.

     

  • SINGE VERT N° 7 - 8 - 9 - 10

    COLLIGNON LE SINGE VERT – MON GROS RAT 7 - 38

     

     

     

     

    "Der Grüne Affe" présente aujourd'hui à ses lecteurs le texte d'une nouvelle de Bernard Collignon. Il ne parle pas du tout de la situation au Kosovo.

     

    MON GROS RAT

     

     

    Le récit commence dans la plus pure abjection ; le personnage est un rat, avec sa casquette en arrière. Il possède un museau long, épais, comme un radis noir ; avec des moustaches dégoulinantes de débris de mouches. Face à lui, une poubelle new style, façon bouche de métro Guimard. Verte. Le couvercle bâille et répand des odeurs. Elle contient des déchets radioactifs de type foudroyant. Le rat fait le tour de la poubelle, qui suinte vachement sur le ciment. Il agite son gros museau de radis noir. La salive s'accumule entre ses dents. Ses petits yeux verts (et non rouges) s'agitent, le mouvement de ses pattes devient turbulent, son poil exprime le désespoir et l'envie. Il sent toutes sortes de bons parfums : la tomate velue de moisissure, le yaourt pourri (mêlé de Solexine), la banane fermentée, ce qui est banal.

    Mais aussi : le ragoût de dentiste (avez-vous remarqué l'odeur de clou de girofle dont regorge l'amalgame ?), le missel poivré (à la vulve de bigote), divers anathèmes, et : la carotte, seule odeur fraîche. Il monte sur ses pattes arrière, gratte les cannelures de ses griffes sales, non préhensiles toutefois. Il sautille en couinant, opère un mouvement de recul, refonce pour percer la muraille de plastique (la matière dont sont faites les poubelles devient de plus en plus légère et dure). Le couvercle en équilibre bascule, tournant sur son umbo (bosse creuse du petit bouclier romain, sous laquelle se resserre le poing résolu du légionnaire). Dans le fond renversé du couvercle, Notre Rat découvre un débris de tissu qu'il avale goulûment.

    Et c'est là que la dimension S.F. de l'écrit se révèle, car il s'agit d'un tissu hallucinogène, fade. Notre Rat médite. Il n'est absolument pas indispensable qu'il porte les traits de tel homme politique. Il veut changer sinon la France, ou quelque pays qui plaira, mais son propre lui. C'est sa première méditation : "Mon poil est trop rêche". Deuxième méditation : "Je suis seul. Personne ne s'intéresse à moi ni à mon gros museau velu ("G.M.V.") Je n'ai à offrir que mes couinements, qui ne valent pas un bon hurlement de thriller. Même en sautant le long des cannelures, je ne pourrais atteindre la grosse hotte débordante et, paraît-il, radioactive, donc susceptible de développer des mutations." Va-t-il céder à la tentation de la prière ?

    Suspens insoute(...). Déjà qu'il se plaint, ce rat - de quoi de quoi ? n'est-il pas l'animal le plus répugnant de la cré - mais A quoi pense-t-il encore, le rat ? Rien de sérieux, Monsieur Barthes : il compte dans sa tête des pommes de terre. Pendant sa dernière séance de psychanalyse, il lui a été LE SINGE VERT – MON GROS RAT 7 - 39

     

     

     

     

    rigoureusement impossible de parler d'autre chose que de table de multiplication. Et les unités, c'étaient des pommes de terre. Il se mord la queue. Lui trouve un goût de sel. Remâche son tissu fade et irradié. Pense au voyage. Interplanétaire ? Une poubelle dans l'espace ! Que de grands titres à travers le monde ! Ses glandes salivaires sécrètent avec attendrissement. Il serait un héros. On le récupérerait au bout d'un parachute, balançant sous la toile sa grosse queue annelée. Il s'injecte alors son propre venin, par morsure caudale. Sa pensée devient incohérente, bourrée de moment présent, tout à fait semblable à celle d'un rat qui ne doit avoir pour projet que de survivre et de se nourrir, Alzheimer.

    Il ne faut pas devenir un rat intellectuel, HEIN, pas du tout un rat intellectuel. ...Que va trouver Notre Rat dans la poubelle ? Sous les déchets radioactifs, des tas imprécis, des rangées de boutons qu'il poussera de son gros nez avide, insulte à tout cerveau normalement constitué. Comment est-il parvenu à escalader les parois de dur plastique ? (c'est un flash-back) : il a poussé très fort sur ses petites pattes (celles du rat sont véritablement disproportionnées par rapport à la masse de son abdomen) le couvercle de la poubelle, en a introduit le rebord sous la vaste cuve, et il a fait basculer celle-ci. Pendant ce temps, sous le kiosque de St-Affrique, la chorale de Millau s'époumone. trou,troupeau,femme

    C'est la nuit. Les choristes ne se doutent pas qu'à dix pas d'eux (redoutable cacophonie !) un rat soulève par effet de levier, principe de toute technique, le monde ambulant d'une poubelle ronde. Le rat ne s'est pas livré pas à ces réflexions métaphysiques d'un autre âge - rien qui se dépasse comme la métaphysique. Son but : exploration du monde immense des débris, afin d'y repérer tels ou telles substances hallucinogènes, carburants, mécanismes ; il pressent en effet dans sa science infuse de rat, dans sa confusion, que ce cylindre ouvert pourrait fonctionner comme une mécanique céleste. Qui cela peut-il bien intéresser ? assurément pas l'amateur sérieux. Mais le rat ne pense qu'à soi.

    Il veut échapper aux couloirs souterrains. Non seulement il en rêve dans sa nuit de rat, mais à peine éveillé, il lui faut ramper dans les décombres pour subvenir à ses besoins. Une poubelle se présentait, vaste, abondamment pourvue en vivres, et il eût dû chipoter ? Branchant un navet sur une carotte, il déclencha la mise à feu. C'était bien là une façon méprisablement agricole de se mettre sur orbite. Bien démodée aussi étaient les procédures ultra-semblables aux mécanismes de l'aviation supersonique. A hurler de rire se fussent présentées telles formules, tels mantras, (le fameux Biloquèicheune ! de Dune, qui le hantait). ...Mantra ou pas, Notre Rat se débrouille avec sa capsule, dont le couvercle, miracle ! s'est réassujetti de la façon suivante : supposons que le couvercle soit relié au corps cylindrique par une ficelle, et que les turbulences du décollage aient instauré un mouvement circulaire désordonné permettant au couvercle... - eh bien ! Notre Rat n'en subit pas moins le mal de mer, son habitacle encombré de trognons tournant sur lui-même à des

    LE SINGE VERT – MON GROS RAT 7 - 40

     

     

     

    altitudes insoupçonnables. Jamais tel vent n'avait soufflé sur St-Affrique. En bas, la civilisation campagnarde augustéenne poursuit son inlassable déroulement. Le rat ne pense qu'à sa nausée, quelque agaçant que doive être ce vide pour tout lecteur soucieux de lutter contre le fascisme. Les fascistes sont des rats. De ses dents acérées, il perce un trou dans le plastique. Ca tangue, ça roule (deux mouvements que l'on confond) puis tout file droit, puis, les trous d'air provoquent tels effondrements qui projettent les passagers au plafond dans les meilleurs charters Paris-Athènes, le rat ne veut plus que dormir : le sommeil est le meilleur moyen d'engranger les informations de la journée afin de les répartir dans les casiers à fantasmes.

    Moins on en écrit, mieux cela vaut : Notre Rat parvient donc à proximité de la lune. Cela se reconnaît au drapeau américain dûment immobile malgré la vitesse de rotation de notre satellite. Nous vous épargnons les comparaisons enfantines de la lune avec un gigantesque fromage de Hollande, qui eût fait saliver Notre Rat. Que voir sur la lune ? des caillasses... un volcan en activité comme chez Jules Verne, depuis longtemps voué aux gémonies. Une civilisation de petits hommes verts, avec la mer, une atmosphère que des courants magnétiques auraient concentré sur la face invisible. Notre Rat pourrait, muni d'une lunette d'approche, scruter "la surface de notre satellite" (je cite) et consigner ses notes sur la peau de la banane.

    Il ressemblerait alors exactement à l'homme, à l'odeur près, quoique mon ignorance crasseuse me fasse soupçonner (à tort, je n'en doute pas) quelque forte odeur de négligé chez les astronautes au long cours. Autour de la lune il aperçoit, le rat, ce que chacun apercevrait s'il examinait sa surface à travers des trous qu'il aurait rongés par curiosité (les rats sont des animaux extrêmement curieux). J'ignore si la S. F. en est encore à se préoccuper de quelque vraisemblance technique que ce soit. Si j'en croisTénèbres il semblerait qu'elle ait désormais recours à des forces occultes. Aussi le rat vit des courants magnétiques, une mystérieuse lumière mettons pourpre, une formule mathématique longtemps cherchée tracée dans le sable, une aurore boréale sélénite, et la petite culotte de Dracula : pourquoi vouloir chercher l'originalité à tout prix ?

    Il existe des diamants dont la force de réfraction, ou de réfringence, ou prismatique, ou ax + b, permet de nourrir le corps, de transmigrer, d'opérer des greffes de cerveau, de devenir invisible, d'atteindre Dieu, de se torcher de la main gauche même droitier, ou d'être reçu dans les dix premiers à Polytechnique. Pourquoi ne pas faire trouver à Notre Rat un spécimen de cette précieuse production minérale ? Qui plus est, nous le lui ferions découvrir dans la poubelle, après transmutation due à la dépressurisation (le rat résisterait à toute transformation, voire à la mort, en raison de la radioactivité du contenu de la poubelle). Ce qui prouverait d'une part que l'on ne trouve de diamant qu'à proximité de chez soi sans qu'il soit besoin de voyager, d'autre part que tout de même, il faut se transformer l'âme afin de récolter les précieuses concrétions étincelantes... qui a dit que les romans de Science-Fiction n'étaient qu'un bric-à-brac simpliste ? parce que voyez-vous,

    LE SINGE VERT – MON GROS RAT 7 - 41

     

     

     

     

    j'avais comme première idée de faire traverser à notre poubellonaute une queue de diamants intersidérale issue de quelque lointaine explosion, qui serait en forme de queue de rat (mais je gâche le métier), d'où s'ensuivrait maint riche développement symbolique. Et je vous en épargne. Le rat rongerait des diamants, s'appellerait Jeanmaire, se casserait une dent sur le devant, conclurait que rien ne peut le nourrir, finirait par rédiger une étude sur les reflets, les eaux, les reliefs intérieurs de ces concrétions carboniques, il deviendrait un rival de Caillois sur le plan littéraire, de van Cleef et Arpels sur le plan de la taille : rien de plus dur que ces dents de rongeur...

    Mais nous devons annoncer l'Apocalypse. La S. F. en effet se caractérise par son aspect prophétique et menaçant. On dit « comminatoire ». Souvent l'action se déroule à une époque abstraite. L'aventure du Rat ne peut se terminer bien, à moins d'annoncer à l'humanité en extase une immortalité relative et des pouvoirs génétiques à la Houellebecque. Il effectua donc une fausse manœuvre : débranchant Dieu sait quelle connexion de légumes, ou reliant telles racines incompatibles, en relation sans doute avec la production de méthane dégagé par les végétaux en décomposition. Il peut aussi avoir tourné sa casquette vers l'avant, ou toute autre invention. Et ne pensez pas qu'il suffise de dénoncer sa propre puérilité pour s'en tirer.

    Il se rendit compte de sa bévue à une sécrétion nouvelle qui lui encombra soudain le cerveau droit. Mais au sein de ce gras liquide épandu subsistait la Pensée : « Quelle fausse manœuvre ai-je bien commise ? en quoi diffère-t-elle de la procédure d'enclenchement satellisateur ? et n'en vais-je pas moins à vau-l'eau ? la première fausse manœuvre ne fut-elle pas de naître?" Oui, je vous le demande ? Le dénouement approchait, quand il est si agréable de ne rien faire en contemplant le paysage interplanétaire à travers les trous déchiquetés d'une poubelle. Cette dernière accélérait, adoptant une trajectoire non plus orbitale, mais tangentielle.

    L'absorption du yaourt. - Le yaourt est cette matière visqueuse qui sort du gland des hommes et qui dégouline sur les visages extatiques dans les truquages porno. Procédé très facile. Mais ici, le rat s'était trouvé à l'intérieur, tout soudain, d'une marée de yaourt. Il n'avait pas atteint la Voie Lactée, mais une contrée chimérique, bourrée à mort de maléfices : n'entendait-il pas dans son délire asphyxié les ricanements de la Princesse Bavmerda ? « Tu écris des conneries, disait la Voix. Tu penses des conneries. Tu n'as rien de drôle, rien de métaphysique, ni fasciste ni antifasciste, tu n'es rien. Qu'un rat. Qui n'encombre même pas l'atmosphère. Or je suis, moi, la Princesse de la création et de la destruction" ("Kali" ?). "Ma mission est de détruire tout ce qui ne signifie rien, tout ce qui ne signifie pas. De quoi es-tu le signe, ô rat ?"

    Et yaourt de couler, de s'infiltrer, de s'immiscer. Il en mangeait, mais c'était inépuisable. Il éternuait dans le yaourt, incapable de mettre en batterie une riche défense reposant pourtant sur l'inextinguible symbolique du rat à travers les cultures : petit animal industrieux, très proche de l'humain, omnivore, logeant partout, destructeur des charognes, symbole de la Mort et sachant peut-LE SINGE VERT – MON GROS RAT 7 - 42

     

     

     

     

    être qu'il va mourir. Il avalait bien, son aorte donnait des signes de faiblesse. "Je suis signe de faiblesse", pensa-t-il. Mais comment se faire entendre, lui tout noir, à travers tout ce blanc ? A la vanille, soit, mais blanc. Bavmerda poursuivait dans le yaourt soyeux, dans le bourdonnement interne provoqué par l'épanchement du fluide cérébral de sa victime : « Tu n'as pas d'argent. Tu ne représentes rien. Tu ne penses qu'à toi. Tu ne tiens pas compte des Aûûûûtres" - sa voix prenait à travers les espaces un vibrato exaspérant. Le rat pensait. Il soulèverait bien à la fin cette chape blanche de produit agricole (le lait).

    Il finit par se dégager, pointa le museau, et tint le discours suivant : "O Bavmerda, "ou de quelque nom qu'il te plaise être appelée", je vais délivrer un message. " La Princesse se boucha les oreilles avec ses pattes d'insecte agricole. Le rat poursuivit donc : « Les Autres, dont tu te targues, ne sont pas tes amis ; tu prétends qu'il faut les aimer sans doute, et tenir compte d'eux. Mais s'ils sont emmerdants, tu les rejettes et tu les tues. Où est, toute puissante de mon cul, ta générosité ? » Le rat dérapait. Considérablement. Comment les insultes constitueraient-elles une base de négociations ? ce n'était pas ainsi, assurément, qu'on pouvait s'adresser à la Princesse Bavmerda. Il attaqua la reine. Il sentit sous ses dents acérées craquer la carapace de chitine de la reine insectuaire, mais par-dessous, ut fit saepe, "comme il arrive souvent", le goût était dégueulasse.

    Il recracha, et forma la constellation de la Bave Mort d'Asthme, par moins 25 de déclinaison à 47°28, à 1h 22. « Comment puis-je » pensa-t-il, « me faire accepter par le monde des spirites néofascistes dénonçant le fascisme ? » Il prononça la formule "abraxas tsé-tsé", mais les mouches ne tombaient pas, il se sentait environné de tout un essaim piquetant de mouchettes blanches extrêmement insinuantes. Plus il se grattait, plus elles pénétraient les narines ramifiées de son museau sensible. De la visière de sa casquette, dont il avait oublié l'usage jusque-là, il les écarta, et mourut, donc ne mourut pas, et repartit pour de nouvelles aventures : il fut une fois donc un rat, engraissé de poussières astrales, qui, luminescent et les poils du museau aimantés, tomba en arrêt érectif devant une poubelle fendue du haut en bas par un rayonnement jaune very mysterious....

    Chute : le rat tomba.

     

    BERNARD COLLIGNON

    LE SINGE VERT NUMERO HUIT « DE L'ARIEGE ET DE L'AUDE » 8 - 43

     

     

    J'ai pris la route.

    Je n'ai pas claqué la porte.

    Je n'ai pas brûlé mes vaisseaux.

    Je suis resté fonctionnaire.

    ... La rentrée : telle date, telle heure. Ceux qui se révoltent ? ...aucun mérite... La révolte leur est tombé dessus. Comme ça. Juste les rails à suivre. Tu parles d'un mérite. Pas de quoi rouler des mécaniques. Pour moi pas de pistes, pas de gros cube. Pas d'Atlantique Nord et Sud-Ouest sur je ne sais quel rafiot qui porte le nom d'un sauciflard. J'ai mes petits pieds tout seuls, mon petit 43 cm3 , pantoufle au cœur, et en avant ! On a notre fierté, nous autres, les cloportes. Pas de raison. Tu ne peux plus faire un pas à c't'heure sans qu'une armada de chpétsialistes vienne t'accabler le nœud de leur catalogue de semelles, de sac-z-àdos, de raquettes à neige et de 6 cylindres en V, et que je te prépare pendant six mois et que je m'équipe au quart de poil - merde ! Je pars en vacances sur ma petite pétoire, je ne suis pas en train de monter un entreprise industrielle ! ...chier ! bientôt un spécialiste de la jambe gauche, je te jure, ou de l'index tordu, qui nous interdiront de lever la cuisse ou le doigt sans avoir lu leurs brochures de spécialistes...

    Pour toucher ta bille en quoi que ce soit maintenant, bourse, chanson, poésie, peinture ou ce qu'il en reste, il te faut carrément la mentalité « chevalier d'industrie » avec conseiller technique, conseiller fiscal, conseiller en communication... Après ça, t'iras vachement croire en tous ces petits merdeux style Pagny qui viennent gueuler leur solitude et leur mal de vivre, arrête ! y a ton imprésario qui te compte les millions, pleurons, pleurez ! Sans oublier les ceusses qui s'en sont sortis par la force de la volonté - ah ! "Ma Volonté" ! - ignorant, mais alors ignorant papalement, absolument, que la volonté est une grâce – pour l'athée, un hasard. Une brusque décharge de je ne sais quelle sécrétion dans je ne sais quelle hypophyse, ou je suis tombé dedans quand j'étais tout petit, est-ce que je sais...

    Tel infirme moteur, tel sidéen, qui viennent vous clamer dans les badigoinces : "Moi je m'en suis sorti ! pourquoi pas vous ! " Alors moi, le pauvre con qui ne s'en est pas sorti, je suis quoi là-dedans ? le gros minable ? la dernière des lavettes ? faut que je me flingue ? Moi je n'ai jamais supporté les champions du 400 mètres qui se paient la tête des culs-de-jatte. Même quand ils sont culs-de-jatte eux-mêmes champions de course en fauteuil ; ce serait plutôt eux, oui, qui donnent envie de se flinguer aux autres, à tous ceux qui n'ont pas eu la chance d'avoir dans la tête le bon déclic au bon moment pour s'en sortir.

    Y a qu'à vouloir !

    Y a qu'à tendre sa volonté !

    Quelle honte...

    BERNARD COLLIGNON

    LE SINGE VERT « DE L'ARIEGE ET DE L'AUDE » 8 - 44

     

     

     

    Ça me rappelle cette interview de Bernard Tapie, du temps de sa splendeur, qui gueulait devant le public : "Moi mon argent je l'ai gagné ! j'ai travaillé pour l'avoir, moi, ce pognon !" Je ne vous raconte pas la gueule tirée par l'infirmière assise juste à côté, et qui travaillait bien autant ma foi que Môssieur Tapie soi-même, pour 7000 balles par mois maxi à l'époque. La tronche. Moi je n'aime pas ceux qui ont réussi, tous ces vivants reproches, allez, pas de fausse honte, Cousteau, Tazieff, Béjart, Clinton ; Ieltsine, Brassens, Brel, parfaitement, tous ces braves mecs, tous ces grands noms. Il faut qu'ils s'en souviennent tous les matins dans leurs prières du matin, dans le fin fond de leur honte, que c'est une force supérieure à leur petite personne qui les a propulsés là où ils sont, qu'ils appellent "leur volonté", mes couilles, et qui n'était que la force de leur destin.

    Alors tous les matins, ils font petit cul, ils se rendent compte bien à fond de leur petite connerie, et puis pour la journée ils repartent bien droits dans leurs bottes, hop hop, pour dérouler le petit ressort que Dieu ou les hormones leur ont bien bandé d'avance dans leurs petits mollets. C'est sur nos corps qu'ils sont passés, sur notre fumier qu'ils ont poussé ; et tous ces obstacles que nous avons été incapables de surmonter, eh bien ce sont eux. Ils sont les obstacles. « Personne ne vous empêche de devenir Yourcenar...- Si ! Si ! les Grands, là, dans la cour, qui ne veulent pas que je joue ! » ...tout ça pour dire que je n'ai pas dépassé l'Ariège et l'Aude, et que ma petite vie vous emmerde (deuxième degré ? troisième ? - définition : « le premier qui veut se faire passer pour le deuxième » - ça doit être ça..) - je vous indiffère ? eh bien jetez, mon ami, jetez...

    Vous croyez que j'y vois clair, moi-même? ...cette honnêteté dont vous me rebattez les oreilles et que neuf fois sur dix - je suis bon - vous n'êtes même pas capables de respecter pour vous-mêmes – c'est bien ça que vous revendiquez ? que je sois confortable ? Braves gens, sensibles, écorchés vifs, alors que vous êtes tous, oui, vous m'entendez bien, tous, des chevaliers d'industrie, capables à la fois de vous déchirer et d'arracher des larmes, certes, mais dès que vous raccrochez vos oripeaux, alors pardon ! durs à cuire sur les droits d'auteur et la diffusion ! pas passer un centime ! un quart de demi-droit ! le Code Pénal sur le bout des doigts ! et combatifs ! et la hargne, et le fiel, et les canines, hagne donc ! tellement artistes... pauvres petites choses si fragiles prêtes à mordre pour one cent...

    On en chialerait, tiens... Tous vos boniments me font irrésistiblement penser à ce dessin humoristique du Canard Enchaîné où l'on voit Chirac mettant le bras sur l'épaule d'un ouvrier : "...Vous avez vraiment envie de devenir riche ? ...avec tous les soucis que ça vous procurerait ?" Le BERNARD COLLIGNON

    LE SINGE VERT « DE L'ARIEGE ET DE L'AUDE » 8 - 45

     

     

     

    coup du "Savetier et du Financier" ! Mais si, que l'argent fait le bonheur... Donnez, donnez la gloire ! les paparazzi, je m'en charge. Quand un acteur se flingue, quand une chanteuse de Monoprix s'avale son tube de merde, quand un pilote se viande à Monza, je dis bien fait pour leur gueule, ce sont les risques du métier. LA REUSSITE, ÇA SE PAIE. Mais si, la gloire fait le bonheur. Les regards sur soi, c'est le bonheur. On me dit : "Mais Marylin... Mais Brigitte... - je m'en fous ! elles auront vécu, au moins, ce qui s'appelle vécu. Moi je croupis, et si je me flingue, personne ne le saura.

    Croyez-en mon inexpérience: il est plus valorisant de porter des lunettes noires et de faire le coup de poing contre les photographes que de lutter comme un malade dans la désolation de la merde obscure ; et la mort qui guette avec sa grosse gueule dans l'ombre. Définitive. Après ça, si je vous dis que j'aime la bicyclette, vous n'allez pas me croire - c'est qu'il serait drôle, ce petit vieux, de temps en temps. Ou plus exactement : qu'est-ce qu'on en a à foutre. C'est vrai, vous n'en avez pas à foutre de grand-chose, vous les Aûûûûtres. Hypocrites pourris fumiers. "Il faut s'intégrer, il y a des règles à respecter. » Tous ceux qui les piétinent, et qui trônent, ils vous ressortent le coup des « règles à respecter ». Assassins. Assassins. Il est à moi, ce titre-là. L'autre, là, le Djian, qui ne réagit même pas quand on prononce mon auguste nom, il me l'a chipé ce titre-là. C'est très exactement le titre de ma Haine Universelle. Comme on parle du titre d'une bague.

    Autrefois je faisais de la bicyclette. Et tout seul. Je ne faisais pas partie des Joyeux Dérailleurs du Périgord Noir, ni du Club Cyclo-Pédalique des Comptes Chèques Postaux. Je ne suivais pas l'entraînement collectif intensif d'équipe, le nez au cul du précédent, soufflant comme un malade en me forgeant des mollets d'acier. Pas question de discipline de groupe. Pas question de faire place nette à la vedette pour la victoire d'étape. Pas de casquette à visière, pas de godasses à 3000 F la paire ni de culotte qui rentre dans le cul à pisser accroupi sur le bas-côté. Moi je roulais tranquillement à 15 km/h, pied à terre dès la première pente, et je freinais dans les descentes. Je regardais autour de moi, je pique-niquais dans l'herbe et je m'allongeais, ou je me promenais, hérétiquement, à pied, je chantonnais en pédalant sans trop ouvrir la bouche à cause des mouches à bouses, amis Vendéens, bonsoir.

    Et à la nuit tombante, je me trouvais un bon petit hôtel à 10 F avec eau froide et pipi dans le lavabo, je m'étirais sur le lit en attendant le dîner, mes mollets tressaillaient tout seuls comme une machine qui se refroidit, et je me sentais bien fatigué, Messieurs les Champions. Après ça, un bon BERNARD COLLIGNON

    LE SINGE VERT « DE L'ARIEGE ET DE L'AUDE » 8 - 46

     

     

     

    steak-haricots verts et la cuite de rigueur, il ne fallait pas me bercer. Je repartais à l'aube. Enfin si l'hôtelier était levé. Longtemps, j'ai fait du vélo de bonne heure. Plus tard j'ai trahi pour l'auto. J''ai ressenti les mêmes étonnements proustiens devant le raccourcissement des distances. Mais : une heure de route, une heure de marche à pied. Je ne me suis jamais tapé Narbonne-Anvers en onze heures. Simplement des petits chemins d'herbe : l'Indre, la Vienne (chef-lieu Poitiers), les environs d'Angoulême, à proportion de mon budget de fonctionnaire voleur des entreprises. J'emportais un magnétophone ou un appareil photo (c'était le bon temps où les appareils marchaient tout seuls) et je notais sur bande mes impressions poétiques ou je prenais des clichés de prairies avec une haie au premier plan, comme on m'avait appris.

    La plupart du temps, vu que je ne vois pas de l'œil gauche ou si peu, les photographies se trouvaient décalées vers la droite, ce qui ne manque pas de charme - une coquetterie dans l'objectif... Une fois j'ai fait écouter mes bandes d'harmonium à des vaches ; elles avançaient vers les barbelés en remuant les oreilles, et accroissaient leur production de lait ; il paraît que c'est vrai (au fait, pour la traversée à pied du Makhatch-Kala, voir Lanzmann : un homme, un vrai.) (je me rappelle ces pignoufs qui se plaignaient : "On n'a pas pu trouver de places dans le vol pour la Réunion ; alors on a dû se rabattre sur la Côte d'Ivoire.Se rabattre ! Moi je leur ai dit que j'avais été visiter la forêt d'Orléans dans le Loiret, et que ce n'était pas mal non plus.

    Il paraît qu'ils ont dit "C'est qui ce taré ? complètement j'té ! " - bon vent connards ; dans ma petite vie donc, j'ai connu une brève période, septembre 70 - juillet 72, où moi-même et ma femme, pas encore enceinte, nous avons pratiqué la Mobylette - le nom est devenu commun. Des 43 cm3 exactement. Laure montait la Mobylette orange, et moi la blanche. Il y avait une petite tête ronde devant moi, qui roulait, roulait, toute noire au sommet d'un grand triangle de tissu vert - Laure tassée de dos sur la selle - une petite tête noire posée au sommet - cette petite tête "fin de race" où naquit et mourut tout un monde. Je la faisais rouler devant moi, pour mieux la surveiller, la contempler – fragile – aurais-je pu la laisser tomber derrière moi, sous les roues d'un autre que moi? Et quand nous nous lancions l'un après l'autre, le bruit mêlé de nos moteurs était un bruit d'haleines, et c'était comme si nous croisions nos souffles, comme si nous faisions l'amour ; j'en chialerais ; puis elle prenait sa distance, et nous roulions, au bout d'un fil. Nous avions établi un code : un coup d'avertisseur, "accélère" ; deux coups : "je double" ; plusieurs petits coups successifs : "arrête-toi". Et son bras tendu sur son corps vacillant me montrait haut sur un mont BERNARD COLLIGNON

    LE SINGE VERT « DE L'ARIEGE ET DE L'AUDE » 8 - 47

     

     

     

    quelque château, un cheval, que je voyais aussi bien qu'elle. Et devant moi la frêle mécanique tremblait. Il y eut l'Ariège et l'Aude, au long du fil tracé par son bras vacillant. Foix, Roquefixade, Montségur, Puivert. Peyrepertuse et Quéribus, et j'oubliais Lagarde, et puis Paziols, Embres-et-Castelmaure, la Franqui-Port-la-Nouvelle, Narbonne et La Canourgue, sous nos roues incessantes...

    Roquefixade . Claquant dans le vent, roche fixée sur roche. La route qui feint de fuir. Et soudain dépassé, dans le dos, le long pédoncule blanc d'un chemin de village qui n'en finit pas de revenir se fondre à l'asphalte... "Le village mène", dit le guide, "une existence raréfiée". Vivent les existences raréfiées, autour d'une place "trop vaste", si défoncée, si déserte ! Les villages se dépeuplent, dit-on : tant mieux. Ils ne seront jamais assez dépeuplés pour moi ; puisse Roquefixade mettre cent ans à mourir, plutôt que d'y voir jamais pousser une station-service, et des marchands sur la pente du mont. Plutôt que d'y découvrir, comme à Peyrepertuse, d'outrecuidants troupeaux qui saucissonnent dans les pas de saint Louis.

    Qu'il ne reste donc plus à Roquefixade qu'un de ces vieux hautains, vautours du pied des monts, immobiles, friables et durant comme les ruines - tel celui qui se tenait au milieu de la place, diaphane, inébranlable, inséré. Qui s'avançait vers nous tremblant sur sa canne tripode. "J'ai fondé le Musée", disait-il. Ces mots prenaient l'éternité d'une épitaphe. Anxieux, fier, il prenait sur nous la mesure de sa grandeur, de son néant. « Est-ce tant, ou si peu, que ce que j'ai fait là ?" Il nous expliqua longuement, tendant le bras, le départ du "Chemin des Parfaits", entre une étable et un fumier. Il reprenait ses explications, rituellement les reprenait, comme voulant nous faire éprouver, imprimé sous la plante de ses pieds, le poids, scellé en lui, du temps où lui-même, berger, montait là-haut.

    Il demeura jusqu'au bout, nous regardant partir : d'abord une draille à moutons, caillouteuse, crottinée ; une odeur de suint, des bêlements niais, humains ; sur le mur, une plaque citron à lettres bleues, Gambetta ? ou bien Thiers ? - un champ couleur paille lépré de pierres plates, rochers à mi-pente. Soleil bête. Puis dans un raz-de-marée de broussailles le véritable roc se porte au-devant de nous, étrangle le sentier. Une voûte sous la pierre. Puis l'éperon qui reflue sur la droite, et s'élevant jusqu'au ciel deux versants symétriques et sombres : nous voici deux grains d'encens offerts par la terre au ciel, sur une gigantesque pale. Les brumes courent sur le vallon, vivantes,obscures, et tout en haut le regard bute sur une sorte de buffet d'orgues crevassé, échancré par-dessous une faille ; et par-dessus cette faille, un mur bâti de main d'homme, arqué comme un œil éventré, vomissant BERNARD COLLIGNON

    LE SINGE VERT « DE L'ARIEGE ET DE L'AUDE » 8 - 48

     

     

     

    jusqu'à nous mille blocs de pierre tombés de son orbite : cette traîne, cet éboulis de calculs géants constitue à proprement parler l'accès direct au château. Si nous tentons cette voie - si nous plaçons nos corps sous cet engrenage - sous ces dents ébranlées qui se mettraient en marche - nous serions concassés, rebondissant sans fin parmi cette mortelle avalanche. Reste le sol. La voie sans gloire. Où nous nous engageons, sur une sente mal tracée parmi les herbes, louvoyant, perdue dans les creux d'eau qu'on ne voit pas, comme le fil d'un procès ou d'une vie : à dix pas, tout est neutre. Sur les pistes entrecroisées, sur les losanges gris de l'herbe toujours dépeignés par le vent, l'ombre des nuages projetant un second filet mouvant.

    Mon pied pour seul repère ; pilant la boue sous l'herbe il s'exhausse pourtant, pierre à pierre à demi enfouie – molaires dans l'argile - nous nous sommes retournés, sur ces deux versants enfin franchis, sous les brouillards mouvants. Le vent jette alors sur nos jambes ses chiens de brume. L'eau se met sur nos poitrines,foularde nos torses. "Je suis dit-elle dans l'air que tu respires, à tes pieds qui me foulent, dans ces nuées que tu vas guéant" - le rythme de nos pas semble ébranler un vaste récipient – tandis qu'autour de nos épaules cependant l'air désormais tressaille à mesure que nous nous élevons. Des nuages à présent se creusent de part et d'autre en vastes conques, par bancs, par lourds surplombs.

    La pente se tend. Parfois nous appuyons nos mains sur le sol. Et les nues s'entrouvrent : des ombres passent sur la terre, des ailes, j'entends parmi le vent des chœurs errants de Walkyries. Des harpes. Des chorales d'enfants, de guerriers, qui s'éloignent, reviennent, que nous distinguons à présent, le voile rompu, dans une enfilade ainsi suspendue tout un flot de corps de gloire allant chantant processionnant, les "noces de Péreille, sire de Monségur, avec Dame Corba de Lanta, qui devait mourir dans les flammes au Prat des Crematz" (1) Par devant sont les mandoliers, les harpistes. Le lent cortège blanc et or s'élève entre les nuages, longs bliauts, visages guimpés, le bas du corps perdu dans une gloire, et des petites filles très droites sous leurs brocarts.

    Parfois le vent secouait cette foule, dans une extraordinaire luminosité, au-dessus de laquelle scintillait l'éclat pâli des diadèmes : les voix, alors, les arpèges des harpes sous les voûtes mouvantes, venaient nous frapper avec intensité – où vont les blancs choreutes ? Puis d'autres accents, plus sombres, plus haut sur main droite, au pied du fort, péans, plains-chants puissants et monocordes, un trou dans le ciel, un second sortège, de trois cents hommes d'armes, casqués sur 1) Henri-Paul Eydoux, "les Châteaux Fantastiques"

    BERNARD COLLIGNON

    LE SINGE VERT « DE L'ARIEGE ET DE L'AUDE » 8 - 49

     

     

     

    leurs hauberts, trois cents armures cliquetant sur le soleil gris ; sur les manteaux reluisent les croix brodées rouges, très haut, leurs voix torrentueuses roulent l'épithalame et le submergent, puis le courant céleste reflue, de nouveau s'égrènent les notes dorées des citharèdes, limpides alléluiahs. Un cortège se montre, puis l'autre, et tous, princesses, moines, enfants, guerriers, renvoyés par l'écho, l'un montant vers nous, l'autre s'en éloignant peut-être, leurs hymnes se mêlant et se répondant, austère et surprenante harmonie trouée de cris d'orgues, de vastes coups de trompes sous les voûtes, la vague et l'émeute, ce sont les combats sur leur aire éternelle. Soudain ce furent des cris perçants. Des trilles d'une joie d'Apocalypse - pour la troisième fois les nuées s'entrouvrirent, chevauchées par les filles même de Wotan (voiles furieux brisés sur les croupes des montures, un galop les emporta, un éperon scintillales comme un astre, les nattes cinglèrent les armures entre les omoplates, et j'entendis un dernier cri dans un roulement de sabots d'airain) – puis le vide. Le sentier parvenu sur la crête forme un brusque angle droit. Les cortèges s'évanouissent, s'effondrent l'un sur l'autre loin par-dessous nous. Juste à main droite les premiers murs dressés de Roquefixade : chicane en pente raide, par où le vent nous claque aux oreilles.

    Quelques pans de pierre. Forteresse béante, lacérée, sur une plate-forme, avec des traces d'incendie. Nous nous penchâmes, fascinés : l'éboulis filait sous la voûte comme un entonnoir de concasseur – avions-nous été si bas, si misérables ? « Viens » dit-elle. Je fus entraîné sur un ressaut. Nous nous sommes allongés. Vers nous voguaient des esquifs déquillés, dévoilés, massifs ; nous revîmes les chœurs, muets, bâillonnés par les vents. Les personnages, bouches bées, roulèrent sous la bourrasque. De nos poitrines à plat sur le roc monta un choc sourd, le chant régulier de nos cœurs sur le roc, pulsation même du granit.

    Un nuage nous coupa du sol. Nous fîmes l'amour. Ce fut midi. Un aigle passa sur nos têtes.

    -BERNARD COLLIGNON 9 - 50

    LE SINGE VERT

     

     

     

     

    Tu me demandes, estimée collègue, si je n'ai jamais appris quelque chose, finalement,de mes élèves ; le paradoxe court, depuis Montaigne, affirmant que son propre livre l'a « fait » autant qu'il ne l'a fait lui-même – jusqu'à cette brave petite fille chinoise de la Révolution Culturelle, consultée comme un oracle lorsqu'il s'est agi d'envoyer au bagne nombre d'enseignants à commencer par les siens propres. Le choix de ce dernier exemple t'indique déjà, chère collègue, en quel sens penchera mon cœur, et le fiel dont il déborde. Bienheureux les optimistes, car il leur sera beaucoup accordé ; bienheureux ceux qui sourient, car leurs disciples leur souriront. Mon expérience à moi est bien différente, quoique j'aie beaucoup ri moi aussi avec mes élèves.

    J'ai tenu ma joie surtout du bon usage du sarcasme libérateur, et je vois volontiers ma glorieuse carrière sous forme d'une gigantesque gorge d'enfant secouée par le rire. Et en ce sens, mes élèves m'ont beaucoup je ne dis pas « appris », mais apporté – nuance. Tout est susceptible en effet de m' « apporter » quelque chose: volcan, tableau, épisode de ma vie, de mes livres. Mais « apprendre » ressortit au champ lexical, comme dit, de la pédagogie, allant du maître vers le disciple ; jamais, à moins de paradoxe, du disciple vers le maître. Je trouve profondément néfaste ces inversions des rôles au nom du jeu de mots ; c'est bel et bien le professeur qui apprend à l'élève.

    Assurément, les élèves m'ont apporté bien des satisfactions, en particulier celle de voir une petite fille toute timide se transformer en émouvante jeune fille en parfait état de marche, la marche solitaire bien entendu, sans que j'y aie été pour rien... Mais quant à ce qu'ils m'ont « appris », je serai bien plus acerbe. Le Singe Vert n'est pas la revue de la tendresse... De notre carrière d'enseignant nous aurons en effet retenu, appris, si vous y tenez, douze principes. Premier principe : les élèves étant des enfants, et vivant en groupe comme les rats, sont, par conséquent, des lâches. C'est quand vous tournez le dos qu'ils vous insultent, dans la cour. Et par groupes de trois, au moins.

    Ne cherchez en aucun cas à découvrir qui, par derrière, vous a traité d'enculé. C'est du haut de leur fenêtre, au sixième étage, qu'ils déversent sur vous leurs quolibets, qu'ils se moquent de votre démarche fatiguée. Remède : le port du badge, par tous les élèves ; ce serait la fin immédiate de toutes les insultes. Deuxième principe : les élèves sont dissimulés. Ce sont les petites filles bien sages, bien blondes, avec le petit nœunœud dans les cheveux, qui vont BERNARD COLLIGNON 9 - 51

    LE SINGE VERT

     

     

     

    répandre partout que vous racontez des choses pas très nettes, qui vous feraient bientôt passer pour un pédophile (bien des exemples sont venus confirmer que ces demoiselles (les garçons s'ysont mis) n'hésitent pas à souiller à tout jamais la réputation d'enseignants parfaitement honorables pour se venger d'un regard de travers), alors qu'elles s'astiquent elles-mêmes plus que copieusement - mais surtout, surtout, elles le nient. De vraies petites bonnes femmes déjà, de vraies futures Amerloques, prêtes à vous faire jeter en taule, si vous les regardez plus de trois secondes, pour harcèlement sexuel ; je donne dix ans à la France, comme d'habitude, pour tomber aussi bas que les Etats-Unis sur ce point.

    Remède : brutalité, cynisme. Ne jamais adopter le profil bas face aux puritains. Ne jamais baisser pavillon comme ce couilles molles de Timsit, dont je répète la salubre vanne : chez les débiles, c'est comme dans les crevettes : à part la tête, tout est bon. C'est tout de même malheureux qu'il faille céder aux cons qui se choquent. En polonais : Konkisschok. Troisième principe : les élèves sont impudents. C'est un mec, cette fois, qui m'a reproché de « ne pas avoir fait mon boulot », pour je ne sais quel retard d'ordre administratif, alors qu'il avait passé toute l'année, je dis bien toutes les minutes de toutes les heures de tous les cours de l'année, à bavarder ostensiblement avec son voisin en se foutant éperdument, avec le plus parfait mépris, du cours que je dispensais.

    Il a eu sa baffe, magistrale justement, et je ne regretterai jamais cette baffe-là. C'est aussi un garçon qui s'est indigné que je le fasse redoubler, d'accord avec la totalité du conseil de classe, avec 4 de moyenne toutes matières confondues, et qui ne m'a jamais rendu un livre de 250 F (40 €) que je lui avais prêté. « Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ? “Pilote de chasse » - avec quatre en maths, quatre en techno ? Il paraît qu'on les brime, les pauvres, qu'on les sélectionne ! L'élève au centre... Je t'en foutrais... Le savoir au centre, bande d'analphabètes ; on présente toujours l'élève comme la pauvre victime brimée qiu voudrait tant travailler... Cinq minutes, trois cents secondes, pour faire sortir son crayon – même pas un stylo – à l'un d'eux... « Tu interromps le cours et tu fais cours là-dessus » - ça ne t'est jamais venu à l'esprit, réformacul de mon theur, que la prochaine fois mon zozo va y mettre dix minutes d'horloge, et que toute la classe va dépendre des caprices du connard ?

    L'élève désormais sait parfaitement que s'il tire sa flemme, ce sera la faute du prof. Que c'est à ce dernier d'intéresser l'élève. “C'est à vous de leur donner envie !” - BERNARD COLLIGNON 9 - 52

    LE SINGE VERT

     

     

     

    envie de l'effort, certainement. Mais il faut cet effort. Curieux pas vrai que cette chose parfaitement admise pour le football – faire des efforts – soit restée si longtemps une notion sacrilège pour tous nos pédagogues de ministères. Les élèves, c'est comme pour les ouvriers, ou les sportifs : il faut toujours être derrière, comme un con, tremaître; ou comme un nan, traîneur ; parce que si vous livrez un adolescent à lui-même, savez-vous ce qu'il va faire ? - suspense insoutenable - : rien. Histoire drôle : j'applique un jour la directive inspectoriale de faire chercher à mes élèves des textes de poésie, pour les découvrir tous en classe : ils ont repris toutes leurs poésies de fonds de tiroirs, toutes celles des classes précédentes, maternelle comprise, pour avoir la bonne note... quel amour de la poésie ! quelle merveilleuse ouverture d'esprit !

    Alors, je suis devenu de plus en plus directif. Les élèves m'ont appris en effet à ne plus avoir honte de mon rôle. Quatrième : les élèves sont des flics. Ils m'ont appris la peur, avant tout celle de mon propre corps : des yeux, qui ne doivent pas rouler ; de la bouche, qui ne doit pas s'incurver vers le bas ; et la tête (alouette) qui doit rester droite, sans jamais rentrer dans les épaules. Bien maîtriser sa rétention urinaire, pour ne pas se faire surnommer à très haute voix, et dans le dos – évidemment - : “Lapisse ! Lapisse !” ; et ses pieds, à ne pas lever trop haut quand on marche. Surveiller sa tenue vestimentaire. Sa coiffure. Son naturel. Je parle ici des plus jeunes, tranche onze-quinze ans, ceux qui m'ont tué à petit feu.

    En fin de carrière, j'ai enfin décroché les grandes classes, après 17 ans – dix-sept ! - de sixièmes, de cinquièmes, les plus lâches, les plus féroces.

    •  

    Cinquième principe : les élèves sont des bourreaux. Je me souviens d'avoir assisté auditivement à la mise à mort d'une pionne, à travers la cloison. J'ai surgi dans la salle en gueulant pour les traiter les morveux de sadiques. Je leur ai dit qu'une pionne ce n'était pas un paillasson, mais aussi, et avant tout, un être humain. En partant, je lui ai dit : “Excuse-moi”, elle m'a remercié. Voilà une des choses encore que j'ai apprises des élèves.

    Sixièmement (voir principe 1) – l'élève n'est que l'élément d'un groupe. En admettant que le maître puisse apprendre de ses élèves, ce ne peut être que par pur hasard, au cours d'un de ces rarissimes contacts humains qui peuvent s'établir ; et il ne s'établit qu'entre un individu, le professeur, et une collectivité, une classe. Les réaction d'une classe n'ont plus rien, mais alors strictement plus rien à voir avec des réaction individualisées – voire civilisées... Dynamique de groupe ! ...d'où mon

    COLLIGNON 9 - 53

    LE SINGE VERT

     

     

     

    attitude fuyante, en définitive décevante, si je revois un ancien élève, même l'année d'après : quel embarras ! ce n'est plus qu'un humain comme un autre, comme moi ! “Comment, vous ne vous souvenez pas de moi ? - Eh non.”

    Septième principe : l'élève n'est que le prolongement amibien de ses parents. Les élèves, horribles cafteurs ! ne peuvent que répéter “ce qui se passe en classe”, comme on me le répétait de façon mortifiante, sous-entendant qu'il s'en passait, des choses, qu'on n'oserait même pas préciser, n'est-ce pas, voyez le sous-entendu... Or : nul n'est MOINS apte à comprendre ce qui se passe dans une classe que des PARENTS. Se faire traiter de con dans une ambiance de rigolade, ce n'est pas du tout la même chose que dans une ambiance d'affrontement. Ça peut même être affectueux, dans le premier cas...

    Les parents d'élèves sont par principe toujours prêts à vous soupçonner d'incompétence, voire pire. Ils savent toujours mieux que le prof ce qu'il aurait fallu faire, ce qu'ils auraient fait, eux ; car ils ont réussi à élever deux ou trois enfants, donc, pour une classe, ce ne doit pas être beaucoup plus difficile. Toujours disposés à croire la version de leur progéniture en cas de conflit. Toujours avec une excuse toute faite. “Madame, vous me dites que ce n'est pas votre fils, qu'il est incapable de faire un truc comme ça ; ce n'est jamais lui, mais il est toujours avec le même groupe de déconneurs... Vous ne croyez pas qu'il serait utile de surveiller ses fréquentations ? “ Toujours prêts à envisager une persécution contre leur cher rejeton, alors que franchement, on a autre chose à foutre. Toujours considérer l'élève comme susceptible de causer du tort à son professeur, avec l'appui de ses parents, neuf fois sur dix complaisants.

    Huitième principe : les élèves sont la matière première de la presse populacière. Les journalistes, pourtant issus de la classe bourgeoise, témoignent à cet égard d'une populacerie véritablement gerbative. Une presse naguère encore hurlante et déchaînée contre toute forme d'esclavagisme, car c'est ainsi qu'elle appelle la liberté que nous offrons – bref tonitruant contre tout ce qui rappelle d'une façon ou d'une autre la fonction d'enseigner. C'est ainsi qu'on trouve à présent jusque dans les copies de bac – cette lamentable comédie – des assertions aussi banales que haineuses, reposant sur la notion de “ce qui sert” et “ce qui ne sert pas”, les maths par exemple (bravo l'exemple...) et de “bourrage de crâne”. Mieux vaut bien entendu se faire bourrer le crâne par les sectes et le cul par les patrons.

    Neuvièmement : les élèves ont l'amour de l'esclavage, pourvu qu'ils l'aient choisi. “Travailler ! BERNARD COLLIGNON 9 - 54

    LE SINGE VERT

     

     

     

    gagner du Hârgent !” - allez-y donc, jeunes cons, allez vous faire exploiter... Les chefs et sous-chefs n'attendent que ça... Ils se gardent bien d'ouvrir des écoles privées où l'on apprendrait ce fameux “métier qu'on a envie de faire” : “Qu'est-ce que j'en ai à foutre de votre passé simple, moi ce que je veux c'est conduire des camions.”, voilà ce qu'on m'a sorti. Or les entreprises préfèrent rejeter la responsabilité de la mauvaise formation sur l'Education Nationale, “qui ne fait pas son boulot”.

    Dixième principe : le peuple, les Français comme dit l'autre (“L'Ecole que veulent les Français”, ah elle serait belle, l'école, si on laissait faire “les gens”) - se contrefoutent de la culture. Il faut avoir vu une classe entière fermement décider à ne rien branler persécuter le pauvre élève qui veut s'en sortir, lui cachant son cartable aux chiottes, lui chiffonnant son cahier, lui souillant ses livres, pour apprécier à sa juste valeur ce que peuvent en effet enseigner les élèves à leurs professeurs... C'est dans l'exercice de ce métier, justement, que je me suis rendu compte que “le peuple” quoi qu'il faille penser de ce mot, ne veut pas de culture, qu'il n'en a, à la lettre, strictement rien à secouer ; surtout que des braves cons de plumitifs ne se privent pas, du haut de leurs monceaux de diplômes qu'ils se sont fatigués, eux les fils de bourges, à décrocher, de proclamer à grand fracas qu'il existe une “culture bourgeoise” et une “culture du peuple” - quelle “culture du peuple ? Mireille Mathieu ? Lagaf ? Pincez-moi : Mozart contre Lagaf ? qui est-ce qui méprise le peuple, là ?

    Je connais une troupe théâtrale implantée dans un quartier dit ouvrier, à côté d'un bistrot bien sympa, bien d'cheux nous. Dans un premier temps les comédiens ont distribué des invitations. Vous avez bien lu : des places de théâtre gratuites. Devinez un peu pour voir le nombre d'ouvriers qui se sont pressés aux séances : zé-ro. Je me souviens d'un recueil, sans prétention, que j'avais distribué à mes camarades de radiodiffusion en région parisienne : le texte de mes émissions “littéraires” ; ils étaient tous à se le refiler comme une patate chaude : “Tu veux lire ça, toi ? - Non, et toi ? - Non non, pas moi.” etc. Navrant. Ridicule. Pathétique. Ça a fini par atterrir entre les mains du prêtre-ouvrier, qui l'a conservé, par pitié – pitié pour qui ?... - le peuple, besoin de culture ? à d'autres. Ignares, et fiers de l'être. Alors, leurs rejetons...

    • Numéro onze : de même qu'il est lâche (voir plus haut) l'élève est tricheur. C'est cela aussi que j'ai appris au contact des élèves. A ne jamais faire confiance. Jamais vous ne ferez reconnaître à un élève qu'il a pompé. Le travail collectif pour lui est quelque chose “qui va de soi”. J'ai même vu un parent d'élève venir me soutenir - il y a des gens qui ont du temps à perdre - que sa fille

    •  

    • BERNARD COLLIGNON 9 – 55

    • LE SINGE VERT

     

     

     

    n'avait pas triché, alors que j'avais découvert dans son cartable l'ensemble des futures dictées de l'année – elle avait découvert le nom de mon manuel – recopiées sur ledit manuel, avec les dates, à l'avance... J'ai appris en effet ce jour-là que je devais changer de manuel. Mais si j'ai bien compris votre question, votre ricanement, c'est qu'on n'apprend que dans la douleur – pour le prof, la douleur, pour le prof. Plus il en bave plus il en apprend, n'est-ce pas, ce vieux croûton. L'élève tricheur, c'est celui qui innove, l'espoir de la Nation ; le transgresseur, c'est celui qui apporte. Les démolisseurs de cabines téléphoniques ont engendré le portatif (“portable”, c'est de l'anglais : por- tè-beul). Et celui qui me tuera m'ouvrira les portes d'un monde meilleur.

    On commence à en avoir marre des mythologies à la graisse de kangourou. Avant de conclure, je tiens absolument à ôter aux lecteurs, s'il en reste, un argument facile et navrant : non, je ne suis mandaté par aucun parti politique d'extrême droite, qui me flanque la nausée ; j'en ai simplement assez que l'on brade ainsi les fonction sacrées de l'Enseignement, qui remonte à la plus haute antiquité comme dit l'autre.

    • Ce n'est pas en se mettant au niveau des abrutis qu'on fera progresser la conscience humaine ; je refuse d'enseigner Pascal ou Spinoza au moyen de bandes dessinées. Je n'ai plus qu'une chose à dire : sans vouloir rétablir les châtiments corporels, je considère que les pauvres petits nélèves qui ne réussissent pas à cause des vilains professeurs qui ne savent pas leur métier, et qui “ne peuvent pas les sentir”, sont essentiellement justiciables de la proctopodothérapie, ce qui signifie en bon attique “le coup de pied au cul”. C'est comme ça en effet qu'on avance dans la vie, moi compris : à coups de pied dans le cul, à coups de vérités, pas en pleurnichant sur le pauvre petit persécuté qui se trouvera un jour devant un patron bien féroce, lui, et peu disposé à faire des cadeaux.

    • Que si l'on m'objecte l'impossibilité de faire de l'enseignement aujourd'hui comme autrefois, vu la masse d'élèves qui se présentent aux portes des établissements, je répondrai qu'en effet une bonne partie de ces élèves n'ont rien à faire dans ces établissements. Ceux qui ne peuvent pas suivre doivent être aidés, mais ceux qui ne veulent pas suivre et qui empêchent les autres de suivre – et il y en a ! des quantités ! - sont tout simplement indignes de savoir, et doivent être dirigés vers des tâches d'exécutants, qui n'ont rien de déshonorant, car “l'humanité a besoin de tous ses fils”, s'il faut être grandiloquent. Quant à nous, les profs, nous ne sommes pas des psychiatres, chargés de savoir pourquoi ces messieurs (à 85 % ce sont des garçons) n'ont pas BERNARD COLLIGNON 9 - 56

    LE SINGE VERT

     

     

     

    envie de suivre – est-ce qu'on a toujours “envie” de faire notre boulot, nous autres ? nous ne sommes que des représentants, parfois cons mais pas toujours, de l'Intelligence, que nous voulons faire partager à ceux qui le veulent. Les autres, à dégager.

    Avertissement

    Ce numéro contient des affirmations parfaitement démentes, des cris de haine ignobles et pitoyables, et ne doit être considéré que comme un documentaire sur ce que le délire peut produire chez un détraqué. Comme le dit Molière en marge de son "Tartuffe", "C'est un scélérat qui parle". Il n'y a là nul appel au meurtre ni au viol, moi je suis un père de famille bien pépère et je ne veux pas d'emmerdes. A bon entendeur, salut.

     

     

     

     

     

    LE SINGE VERT N° 10 10 - 57

    PRENDS LE FEMINISME ET TORDS-LUI LE COU

     

     

     

    Entendons-nous bien : je suis féministe.

    Entendons-nous mieux : je suis misogyne, résolument, définitivement misogyne.

    Féministe, car vigoureux partisan de la liberté de conception et d'anticonception, de l'avortement libre et gratuit, du droit absolu à toutes les formes de sexualité entre adultes consentants ; de la rigoureuse égalité des salaires, de la parité hommes/femmes dans les affaires publiques. Les femmes sont aussi capables de tout ce qu'on voudra que les hommes, bien plus souples en tout cas dans toutes les conversations où elles font preuve d'une bien plus grande ouverture d'esprit que les hommes. Rien de plus agréable en particulier pour un homme que de travailler avec des femmes, voire sous l'autorité d'une femme: car là où cette dernière use de diplomatie, vous faisant doucement comprendre ce qu'il faudrait ou aurait fallu faire, l'homme se croira tenu de mettre ses couilles sur la table et de gueuler que bordel de merde c'est lui le chef ; archi-pour l'accession des femmes aux plus hautes fonctions directoriales, politiques et religieuses - à quand une femme présidente de la république? à quand une papesse ? - ennemi farouche enfin de tout fanatisme visant à réduire la femme aux fonctions de sac à foutre qui ferme sa gueule ( ça, c'est le ton "Singe Vert" ; juste pour ferche).

    Mais là n'est pas la question. Moi ce qui m'intéresse, c'est l'amour. C'est en cela que la femme - sans sectarisme.. - me concerne au premier chef (ce chef-ci est plus bandant que l'autre) ;

    But - aber - je suis tout aussi inévitablement misogyne quand je lis et relis les mêmes éternels et sempiternels mensonges rabâchés par les journalistes "en mal de copie" convertis en sociologues d'un coup de braguette magique. Le credo de ces nouveaux bêlants est en effet désormais d'aller partout clamant que "la femme, ça y est, est libérée, choisit les hommes, drague, revendique son autonomie, son indépendance, et baise à tire la Rigault" (grosse cloche de Rouen : pour la mouvoir, il fallait que les sonneurs s'enivrassent bien à fond) (fausse étymologie...) " tandis que l'homme" (je poursuis), "le pauvre, complètement largué, ne parvient plus à assumer, se recroqueville, crie "maman" dès qu'on le touche et prétexte le mal de tête pour se dispenser de passer à la casserole."

    Et nos sociologues d'occase de remarquer finement que la Fâme est en tête de la pointe de la flèche du progrès, alors que l'homme, ce pauvre couillon rétrograde, se "cramponne à ses privilèges" et ne sait plus à qui se vouer, partagé entre la démission, l'effémination (les putes n'ont-elles pas en effet paraît-il besoin de plus en plus de bougies dans le cul de ces Messieurs pour les faire bander, c'est le dernier scoop, très peu pour moi merci) - bref, les mâles déchus voient enfin battre en brèche leur puante suprématie. "Les étudiantes américaines", écrivait je ne sais plus quel journaleux des années 60 - des années 60 ! - "revendiquent désormais

    LE SINGE VERT N° 10 10 - 58

    PRENDS LE FEMINISME ET TORDS-LUI LE COU

     

     

     

    ouvertement une activité sexuelle auprès de leurs compagnons, qui ne semblent plus en mesure de les satisfaire" - des étudiantes américaines ? dans les années soixante ? Mais où t'as vu ça, mec? Quand je pense qu'elles en sont encore dans les années 90 à te foutre un procès dans les pattes dès que tu les regardes en face plus de trois secondes ! ...Telles sont les conneries qu'on lit depuis plus de trente ans dans les magazines... Eh bien je vais vous dire, moi, ce que j'ai remarqué ; non pas la vérité vraie, mais ma vérité à moi qui Nom de Dieu en vaut bien une autre. Lorsque le Phphéminisme a commencé à se manifester, dans les Dix Glorieuses 68-78, j'ai eu très, très, très exactement l'impression d'entendre en boucle les jérémiades de ma mère et de ma grand-mère. Les Fâmes ne manqueront pas de me faire observer que c'est bien la preuve de la pérennité de ce sentiment d'oppression, et que "de tout temps, en tout lieu", la femme s'est sentie brimée par l'homme.

    Exact. Mais voyez-vous, entendre rabâcher ces récriminations sitôt qu'on ouvre la bouche pour engager une conversation d'amour ou disons "de charme", c'est proprement refroidissant. Pour l'érotisme, c'était râpé. Ma mère et ma grand-mère considéraient l'acte sexuel comme barbare, inutile et dangereux. Je me souviendrai toujours de cette suave initiation pratiquée par ma grand-mère - qui me l'avait racontée avec fierté, comme preuve de son modernisme et de son ouverture d'esprit, à l'égard de je ne sais plus quelle petite fille :

    - Et tu as déjà vu un zizi ?

    - Bien sûr, celui de mon petit frère !

    - Et tu sais que ça peut être dangereux le zizi, qu'il faut y faire attention, que ça peut donner des enfants ?" - quelle horreur en effet ! ça viole, ça défonce et ça féconde ! Autrefois, une femme sur trois mourait en couches à son premier enfantement. Ca ne les a pas quittées.

    Dans un film de Blier, Gérard Blanc craint de se faire mettre par Gérard Depardieu. Sa femme lui dit :

    - Il me le fait bien à moi !

    - Oui, mais moi je suis un homme !

    - Et alors ? mais c'est la même chose, mon vieux ! on se fait pénétrer ! il faut y passer, ça vient vous buter dans le fond !

    Beurk. Pouah.

    Autre propos fleuri, de ma grand-mère :

    - Yavait les poules à rentrer, les lapins et le cochon à nourrir, le repas à préparer, et des fois à onze heures du soir la journée n'était encore pas finie !

    Merci grand-mère. Et tout à l'avenant.

    - Mais il n'y a pas que ta grand-mère dans la vie ! - Non, il y avait aussi ma mère, et toutes les

    LE SINGE VERT N° 10 10 - 59

    PRENDS LE FEMINISME ET TORDS-LUI LE COU

     

     

     

    bonnes femmes qui fréquentaient ma mère, qui se ressemble s'assemble. « Et ça ne t'est jamais venu à l'idée de sortir du milieu de ta mère ? (elle est fine, celle-là)

    - C'est indélébile coco, les premières impressions. Oui, j'ai entendu cela partout, partout, quelle que soit la femme, quelle que soit la fille : les hommes sont de gros dégueulasses, point. Il y en a même qui vous proposent de coucher avec vous, chère Marie-Claire, « je suis très embarrassée : je croyais pourtant que cet homme m'aimait, or, voyez ce qu'il me demande... »

    Vous croyez que c'est marrant de lire des choses de ce genre dans le "courrier des lectrices" quand on a seize, dix-sept ans ?

    Vous croyez que c'est remontant d'entendre à la télévision tout récemment une jeune femme déclarer, lors d'une émission littéraire s'il vous plaît, et se tournant de droite et de gauche pour quêter un acquiescement général qui ne semblait faire aucun doute : "Qu'y a-t-il de plus laid qu'un sexe masculin ? à part bien sûr celui de l'homme qu'on aime..." Là j'ai cru quand même que Sollers allait s'étouffer de rire - mais c'est grave ! c'est très grave !

    Pourquoi ne pas dire alors pendant qu'on y est "Tous les juifs sont des - ceci cela - mis à part Untel qui est mon meilleur ami ? » De toute façon j'ai toujours eu l'impression que les femmes finissaient par épouser un homme parce qu'il fallait bien le faire, et pour se protéger une bonne fois pour toute de tous les autres qui sont des salauds et des violeurs sans intérêt...

    Bref, le mari, c'est "le bon juif". De toute façon pour parvenir à obtenir les faveurs d'une "fille", c'est un tel parcours du combattant - elles attendent, sur la défensive, toutes griffes dehors, et elles te font évoluer, à droite, à gauche, comme un chien savant, pour voir, et attention, c'est le sans faute ou rien ! bref quelque chose de si harassant que le mec se retrouve pieds et poings liés, complètement ridiculisé avec sa tumeur au bas du ventre et à bout de souffle sous la férule de la gonzesse, qui, ben non, finalement, a changé d'avis, n'a plus envie, et préfère aller se branler. D'ailleurs vu la façon que les mecs ont encore et toujours de baiser, je la comprends.

    Alors évidemment j'entends d'ici les hommes qui me disent : "Tout de même, dans les années soixante-dix, ne viens pas me dire que tu ne t'envoyais pas qui tu voulais !"

    Ça va pas ? Non mais ça va pas mon vieux ? Tu ne t'en envoyais pas plus qu'avant ou après - qu'est-ce que c'est que cette légende à la graisse de couilles d'ours ? Tu avais droit à la morale, mon vieux ! à toute la satanée leçon de morale ! On n'était pas des objets ! Ça ne se passait pas du tout comme ça! On était des femmes libres, libérées, on choisissait ! - et voilà le grand mot lâché : choisir. Les femmes veulent faire l'amour, plus la fidélité, plus la sécurité, plus la bonne paye, plus le trois pièces-cuisine, plus... Alors forcément : là où les hommes quémandent un croûton de pain,

    LE SINGE VERT N° 10 10 - 60

    PRENDS LE FEMINISME ET TORDS-LUI LE COU

     

     

     

    les femmes exigent toute la pâtisserie fine : un type qui reste avec elles, qui l'entretienne, puis qui devienne son toutou, et qu'elle puisse ronger toute sa vie en l'emmerdant jusqu'à finir par lui baiser la gueule de dix ans de longévité. On interrogeait là-dessus une centenaire: "Est-ce que ça ne vous fait rien que les hommes vivent en moyenne dix ans de moins que vous ?" Réponse :

    - Moi si je me suis mariée et si j'ai pris un homme, c'est pour avoir des enfants. Le reste, ça m'est bien égal comment ils vivent, les hommes. " Et comment ils meurent, donc...

    Interrogé au sujet de ses vieilles dames et de leur vitalité, le dessinateur Jacques Faizant répondit un jour en public que l'homme était en effet complètement usé, vidé, fini à soixante-dix ans (ça me rappelle une réflexion entendue dans un magasin, par une vieille femme justement : "Oh ça ne vit pas vieux un homme, allez !" - d'un ton de mépris absolument inimaginable - mais on ne gifle pas les vieilles dames) - eh bien donc ! que répondit Jacques Faizant ?

    "Les femmes, voyez-vous - prenant bien son temps, tirant sur sa pipe - ont leurs soucis, n'est-ce pas..." (sous-entendez : "...que les hommes ne peuvent comprendre." (murmures d'approbation féminine dans l'assistance). Un temps : "...les hommes ont leurs soucis - plus ceux de leur femme." (hurlements de joie masculins, battements de mains).

    Soyons brutaux : les bonnes femmes n'ont strictement aucun besoin de mec, je parle d'un point de vue sexuel. Je me souviendrai toujours de ce que Simone de Beauvoir a découvert très tôt lorsqu'elle était jeune fille ; elle l'a écrit dans le Deuxième sexe : que les hommes avaient besoin des femmes, mais que les femmes n'avaient pas besoin des hommes. Ça ne s'invente pas. Et s'il y a une chose et une seule que la prétendue "révolution sexuelle" a bien valorisée auprès des femmes, c'est bien la légitimisation, que j'approuve d'ailleurs sans restriction, de leur branlette ; la devise de l'Angleterre est "Dieu et mon droit", celle des femmes "Moi et mon doigt". Et les femmes se sont vite rendues compte - et comme elles ont raison ! parce que ce n'est pas avec la façon de faire des mâles, je rentre et pschitt je sors (80% des hommes de trente ans sont éjaculateurs précoces) ou bien je bourre je bourre et ratatam, que les femmes sont près de se mettre à jouir - qu'on ne prenait jamais aussi bien son pied que seule ou entre copines ("des orgasmes de plus d'une minute", c'est dans Gazon maudit).

    Mais ce faisant, dit la pintade, elles ne font tout simplement, et je vous renvoie au début de ces lignes, que renouer avec tout ce qu'on peut trouver de plus conformiste chez la femme : le refus systématique de la baise. Delphine Seyrig déclarait à qui voulait l'entendre que l'homme était près à subir toutes les épreuves, toutes les humiliations du monde, voire de traverser un lac de merde, pourvu que sur l'autre rive il y ait un coup à tirer. Je lui répondrais que la femme est prête à faire très exactement la même chose, pourvu qu'elle puisse ne pas baiser ; depuis l'aube des temps, la femme n'aime pas baiser. Du moins avec un homme. Comme dit Brassens, "Quatre-vingt quinze fois sur cent / La femme s'emmerde en baisant ». Je t'ai engueulé une fois comme du poisson pourri une certaine T.C. parce qu'elle me racontait benoîtement que plusieurs jeunes filles dont elle faisait partie, devant faire les vendanges sur une île grecque, s'étaient mutuellement mises en garde : "Il faudra faire attention, avec tous ces Grecs !"

    Réflexion présentée comme toute naturelle, tout innocente ! Vous croyez peut-être qu'il n'y en aurait eu ne fût-ce qu'une, pour avoir une aventure de vacances ? pas du tout ! La grande préoccupation de ces demoiselles était surtout de ne pas baiser ! Surtout, bien préserver la petite tranquillité pantouflarde de leurs petites branlettes, seules ou entre elles !

    Oui, elles sont libres, toutes les femmes sont libres et nous sommes en république ; mais dans ce cas, je suis moi aussi parfaitement libre de commenter ce comportement répugnant de racisme antimasculin. Voyez-vous mesdames, quand un homme éprouve une attirance sexuelle pour une femme, il cherche au moins à se rapprocher d'elle, à entrer en contact, à se montrer tendre, je ne sais pas, chacun son petit jeu ; si par extraordinaire, j'ai bien dit par extraordinaire, une femme éprouve un désir sexuel pour un homme, elle se gardera bien de faire les premiers pas.

    Elle commencera par s'enfermer soigneusement dans sa chambre, bien à l'abri, elle s'astiquera deux ou trois fois, et ça lui passera. C'est ainsi que les femmes peuvent se vanter - singulière vantardise... - de "tenir sans hommes" des mois et des années - et de nous faire la morale, la morale, la morale... Angélisme et chasteté... Tu parles ! moi aussi je peux tenir dix ans sans femmes, à trois branlettes par jour, pas de problème...

    C'est la femme au contraire qui reste en arrière. Elle redécouvre le vieux fond féminin de fausse abstinence. C'est d'un archaïsme navrant et à y bien regarder redoutable : la fameuse libération sexuelle de la femme ne consiste en fait qu'à s'abstenir, et à choisir, c'est-à-dire à se choisir soi-même, nul n'étant considéré comme digne d'accéder aux inégalables faveurs de son Précieux Cul.

    L'homme, pendant ce temps-là, peut toujours s'astiquer - il n'a pas le choix, lui. Parfois il est vrai, il accède, de façon infinitésimale, aux joies de l'amour ; mais le plus souvent, c'est tout pour les mêmes, qui par-dessus le marché se plaignent que les femmes sont "trop faciles", n'est-ce pas Monsieur Sollers (toujours lui) et font les dégoûtés, dont évidemment je ne fais pas partie, haha, vous croyez que je ne vous ai pas repérés avec vos gros rires papiers-gras...

    Parce que je vous entends d'ici depuis longtemps, les mecs, toujours le même chœur des mâles depuis que j'ai quinze ans ce qui ne me rajeunit pas. Votre discours n'a pas varié je ne dis pas depuis les années cinquante mais carrément depuis l'Antiquité sumérienne. Vous battez les femmes en connerie, et franchement il faut le faire. Avec vous ce n'est peut-être pas la bite de bois, mais en tout cas c'est la langue de bois : "Mais mon vieux ! je ne sais pas moi ! mais c'est é-vi-dent ! Y a qu'à ! c'est toi qui ne sais pas t'y prendre !"

    Hahaha (re).

    ...Donc à vous entendre il vous suffit d'ouvrir votre braguette pour que les femmes tombent comme des mouches. Les mouches peut-être, les femmes – non... Il est hallucinant que mes congénères se permettent de me tenir des conneries pareilles sans le moindre recul, sans la moindre variante, et quel que soit l'homme. Alors comme ça, en dépit de toutes les lois les plus mathématiques du calcul des probabilités, je suis le seul homme de France et de Navarre et de toute éternité à "ne pas savoir m'y prendre" ? Le seul ?

    Vous vous foutez de ma gueule ?

    Dans un premier temps je réplique, avec la plus éclatante mauvaise foi, qu'à les vois "s'y prendre", justement, c'est-à-dire s'y engluer, j'ai bien envie en effet de ne pas suivre leurs traces baveuses et de ne pas "m'y prendre". J'ajoute même qu'à considérer leurs pitoyables courbettes, pitreries et gonflettes de couilles, j'ai honte. Pour eux, et pour les femmes - car le plus écœurant, c'est que ça marche.

    Vous passez pour des cons, les mecs, je vous le dis.

    - Oui, mais on tire un coup.

    - C'est trop cher.

    "Je veux moi ET baiser ET ne pas passer pour un con.

    Nietzsche disait à peu près qu'il souhaiterait que la rencontre entre l'homme et la femme se situât au plus haut niveau de l'esprit, alors qu'elle n'est hélas le plus souvent qu'une rencontre de deux bêtes qui se flairent... Donc : mes compliments Mesdames ; les hommes sont des cons, mais vous n'êtes pas en reste. C'est vraiment bien la peine de jouer les angéliques. De toute façon l'amour avec une femme se résout toujours plus ou moins à l'un de ces trois cas de figure : ou l'insensibilité de la femme, ou sa feinte, ou sa jouissance, mais dans ce cas-là comme dans les deux autres, vous êtes nécessairement, vous le mâle, en dehors du coup, puisque la femme se fait reluire en dehors de vous, et de façon tellement supérieure à la vôtre, qu'il ne vous reste plus qu'à serrer les dents en pensant à votre percepteur pour éviter de tout lâcher.

    Car les hommes ont peut-être appris à ne rien reprocher aux femmes insatisfaites, les pauvres victimes (et en plus, c'est votre faute, ben voyons), mais pour ce qui est d'une défaillance de votre part, vous vous la reprendrez toujours illico, bien à chaud et sans délai sur le coin de la gueule : que voulez-vous, ce n'est tout de même pas aux femmes qu'on a appris à se montrer chevaleresques... Ce n'est pas le sens de l'humour qui m'étouffe, je sais - quoique - mais ce qui m'ôte l'envie de rire, ce qui ôte par-là même de la force à mon argumentation délirante, ce qui risque même de me faire attaquer pour incitation à la haine sexuelle pour peu qu'il y ait une femme suffisamment stupide pour ne pas distinguer tant de souffrance indissolublement liée à tant de ridicule - mais rassurez-vous, je donne dix ans à la France pour rejoindre comme d'habitude le prêt-à-penser américain, et décréter que de tels écrits tomberont désormais sous le coup de la Loi - quand je pense que les Américains préfèrent laisser une femme seule dans un ascenseur pour ne pas risquer de poursuite en harcèlement sexuel ! quand je pense que les Américaines, pis encore, se permettent d'accepter, de trouver flatteur un tel comportement comme un hommage qui leur est dû sans crever de honte !

    Et elles ne crèvent pas de honte !

    Quand je pense qu'il est interdit - c'est dans la Loi ! - de les regarder plus de cinq secondes de suite sans être poursuivi !

    Quand je pense enfin que dans les entreprises israéliennes - encore plus fort, encore plus con qu'aux Etats-Unis - il est désormais interdit d'inviter une collègue au restaurant ou au cinéma, en raison de la connotation de drague et de sexualité que cela implique ! Et les femmes acceptent tout cela, et elles ne crèvent pas de honte !

    Quand tu croises une femme, et que tu la regardes, tu vois se former sur ses lèvres le mot "ta gueule" ; ou encore, elle te regarde d'un air, d'un air ! méprisant au dernier degré, du style "Je te fais bander, connard ?"

    Mais qu'on nous les coupe une bonne fois pour toutes, et qu'on n'en parle plus ! Voilà justement où je voulais en venir : j'espère, j'espère sincèrement, j'espère de tout coeur, qu'un jour les manipulations génétiques, permettant déjà la parthénogénèse, le clonage entre femelles et autres techniques merveilleuses dont j'espère bien voir avant de mourir les applications techniques étendues à l'humanité entière, permettront un androgynat généralisé, voire une suppression radicale et définitive de tout ce qui de près ou de loin pourrait rappeler un quelconque individu de sexe masculin, qui ne sait que tuer, violer, faire des guerres, massacrer des Indiens, des Arméniens ou des taureaux, parce que toutes ces ignominies, ce sont bien les hommes, et pas les femmes, qui les perpètrent, comme le dit si justement Renaud dans sa chanson sur Mme Thatcher.

    Ainsi les femmes pourront-elles enfin s'envoyer en l'air toutes seules ou entre elles, comme elles le pratiquent massivement. Très éventuellement, on pourra envisager de parquer quelques mâles dans des réserves, comme les bisons, pour les quelques femelles dépravées qui apprécient les gros coups de piston barbares - encore cette mesure conservatoire même ne présenterait-elle aucun caractère de nécessité absolue, puisque les femmes pourront toujours se harnacher d'un gode, qui au moins ne débande pas en trois va-et-vient. Bien sûr, c'est l'homme qui a créé tout le progrès du monde, en matière scientifique et médicale particulièrement, et comme le disait Gramsci, "Si l'on avait attendu les femmes pour faire la révolution, on en serait encore à l'âge de pierre", mais "nous avons changé tout cela", les femmes sont parfaitement capables (voir plus haut) de mener à bien toutes les recherches possibles - mieux vaudrait de toute façon étendre le progrès tel qu'il est à toute la terre au lieu de laisser en rade les 7/8 de la population mondiale - et faites-moi confiance elles ne détourneront pas les objectifs de la recherche scientifique pour fabriquer des bombes H à destination des Etats islamistes...

    En bref, je suis pour l'extinction systématique et progressive PAR VOIE NATURELLE de toute créature de sexe masculin. COMME ÇA LES FEMMES ARRETERONT DE NOUS FAIRE CHIER.