Fronfron55

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conclusion, sur les règles

 

 

Le chat Teaudun.JPG

« Les romans bien construits sont souvent admirables à la première lecture : on applaudit le tour de force. A la deuxième, on se dit qu'on préfère la danse à l'horlogerie. » Oui mais, c'est à la troisième lecture que je me suis aperçu de l'architecture du Père Goriot. Quant à la danse, si tu enlèves l'horlogerie, eh bien tu te casses la gueule. Même Patrick Jambon sait ça.

 

Pardon, Patrick Dupont. « Les règles, c'est la mode. Pendant cent ans, elle veut que les tragédies aient trois acte (avec toutes les solutions pour) ; ensuite, qu'elles en aient cinq (avec autant de raisons) ; depuis, qu'il n'y en ait plus (idem).

 

« Les formes et les mots qui conviennent avec la poésie », dit Valéry dans les « Fragments des mémoires d'un poème » (Variété V) : mais il n'y a rien qui convienne préalablement à la poésie. »

 

Vous le voyez, chers zauditeurs, le Dictionnaire égoïste de la littérature française n'est pas parfait, ne prétend pas l'être, mais il est documenté, voire érudit, sincère, et, l'auteur l'espère, éminemment discutable. Beaucoup l'ont acheté, dit le léopard, et d'autres le feront. Soyez du nombre, c'est de Dantzig, comme la ville, Charles, en livre de poche, sépacher. Ave !

 

Les commentaires sont fermés.