Fronfron55

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La merde, les homos

51 09 27. Et nous revivons une rentrée scolaire. Je sais que mes rapports avec les collègues ne sont que de pure surface, ils ne manquent pas une occasion de me le faire sentir. La réunion de prérentrée se déroule, présidée par la proviseuse, arménienne de Roubaix : Mme Peltérian. Et juste avant voyez l'amabilité, elle est venue me relancer jusqu'à mon domicile, où je me tenais toute souffreteux, sans aucune envie de participer à cette cérémonie sans grande utilité. Chez moi, ce n'est pas très brillant : sur le plancher incliné, les chaises ne tiennent pas, je manque en tomber malgé mes contorsions : je ne pourrais jamais m'habituer à un tel galetas. Le lendemain, en classe, les élèves sont là !

Il faut bien leur faire cours... In petto, combien je déplore qu'ils ne savent ni vraiment lire, ni expliquer. Alors, je me transforme en élève, pour mieux comprendre de l'intérieur : en effet, mon enseignante, pourtant bien agréable, ne me permet pas d'articuler un mot sans trébucher. Je me sens fondre. Elle me fascine, ma bite et ma voix se racornissent. Pas l'ombre d'un commentaire. Rien. Kloum, nada.

51 10 02

Pourquoi mon Dieu faut-il que je me retrouve toujours au centre de mes préoccupations, de mes évènements. Combien cela n'entraîne-t-il pas chez mon lecteur une puissante défécation ? Que peut-ce lui faire que je chie, et qu'il se trouve en moi quelqu'un qui m'y entraîne aussi ? D'aucuns croiront à une afféterie – en vérité, une afféterie sur la merde... Ils m'enfermaient dans les toilettes, ils me faisaient hurler devant témoins, ce gros fils Lanton aux lunettes de débile, et l'on traversait mon cul, mon asile, mon pré carré de chiottes comme un moulin, mais bon sang, respectez-moi, ou bien, si je suis sur mon trône, comme le Roi allant "à ses affaires", saluez-moi et traitez avec moi des affaires du royaume.

Vous me voyez de la rue, à travers la fenêtre. Qu'avez-vous besoin de me passer sous le nez, de passer votre nez sous moi ? Finalement, ce qui me dérange et me couvre de honte, c'est que vous ne vous rendez pas compte de ce que je suis en train de faire. Vous ne voyez donc pas que j'agis, comme un roi, et que votre attention me réconforterai, me donnerait de ma valeur ? Je me torche donc, un peu soulevé, avec de larges feuilles d'offset, malaisée à plier, de grande qualité, de grande valeur esthétique : levers de soleil, temples birmans, chouettes surprises au point du jour. Tout cela, sous ma merde ! Mais on se tartine, et la merde est triste. Qu'ils sont loin, les Aristophane, les Alcofribas...

Croiriez-vous qu'ils se scandalisent ? Je reste seul en plein vent, mes splendides tirages à la main, à peine froissés... Il me faut donc partir. Sortir de ces accomplissements avortés. Pour être admiré, glorifié – disons : considéré – il me faut quitter cette famille ingrate qui veut, e moi, que je grandisse. Installons-nous dans une vaste chambre de cité universitaire : bâtiment A, rez-de-chaussée, chambre 1. Elle est très éclairée, mais close, et j'en ai seul la clé, à l'exception du personnel de nettoyage, qui a le privilège du passe-partout. Le plafond est haut, je le touche en sautant du bout de ma main. Signe d'une grande nudité, d'une grande propreté. Les bouts de cierges ROMN.JPG

Je serai seul propriétaire de mes souvenirs, quand tout témoin aura disparu. Ni savonnette, ni brosse à dent, ni matériel de toilette. En aurais-je besoin ? Tout est si pur, si nu. Comme un carré de capitaine. Où la progressive instabilité de l'eau signalerait seule un départ, où le fossé sans que je m'en aperçoive autrement s'élargirait entre la rive et moi, où ne retentiraient que dans ma tête les signaux réglementaires du départ. Et si je sors de mon enclos, c'est un pont de navire, de yacht blanc sous les mouettes, dont la propriétaire est une jeune femme en blanc d'officier.

Revoici donc un monde extérieur, enfin libre, enfin décevant comme il faut, décemment, où les avanies s'essuient galamment : Arielle, qui me suit partout mais ne m'essuie pas, se met en frais pour l'officière, et l'entraînerait bien avec elle en cabine, sans que l'autre s'en fît trop prier.

Peut-être faudrait-il que moi aussi je découvrisse un homme, un être de mon sexe et de mon rang ? Il existe aussi, à bord, un autre homme que moi. Et je suis censé le draguer. Qui m'aura chargé de cette mission stupide ? Je prends d'abord l'avis de ma femme Arielle, car elle m'a déjà confié de semblables missions. Cela ne m'excite guère, et je devrais une bonne fois la dissuader d'exiger de moi, même en riant, de telles tâches. Elles sont au-dessus de mes forces, dans la mesure exacte où je pourrais y succomber. Pour elle, aucune difficulté : elle flirte avec des femmes, et cela ne lui coûte rien, parce qu'elles savent, toutes les deux, s'arrêter à temps. Cela se voit tant, que j'ai envie de me faire tringler ?

Enfin, pour cette fois, et à force d'insistance, elle me relève de cette tâche.

Les commentaires sont fermés.