Fronfron55

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les sauveurs et le taureau

 

Car ils s'engueulaient l'un l'autre devant nous sans la moindre vergogne comme une marquise se déloque devant son valet sans songer que c'est un homme – et nos disputes à nous passaient pour des enfantillages ; cet homme et cette femme étaient si profondément faits l'un pour l'autre, brûlant dans leur empyrée, que nous les admirions passionnément ; la moindre de leur condamnation, la plus petite ombre de réprobation, nous étaient parole d'Evangile, et nous les recevions, régulièrement, ou nous étions reçus, dans notre plus délirante dévotion. Vingt ans plus tard, S. s'étranglait d'indignation : « Comment ? Tu ne t'es donc jamais rendu compte que je te draguais ? » Jamais, Te-Anaa, jamais : comment le ver de terre peut-il s'imaginer un seul instant aimé d'une étoile ?

Deux simples exemples, datant peut-être de la même soirée : lisant mon carnet de citations, l'Autre homme s'était exclamé : « Regarde ! Regarde ! Il ne note que ce qui le rassure ! »Bien vu. Mais : la chose était parfaitement inconsciente. Au même titre que les mouvements péristaltiques - suis-je coupable, moi, de cette merde ? - il paraît que oui. ...Je me mets au piano ; « Ce n'est pas mal » dit Te-Anaa ; et l'Autre, soudain : « Mais c'est du Claude François ! C'est du Claude François ! » - donc, forcément, de toute nécessité, ringard (bourgeois, fasciste) - indigne) (de nous, d'eux-mêmes) – Dalila, La Callas. C'est pourtant bien mélodieux, bien magnifique, bien poignant, l'air de « Quand / un bateau passe,/ Quand un train part / Quand un avion / s'envole dans le soir / Moi j'imagine » - je ne sais plus ce que j'imaginais, de tierce en tierce en baissant ma pédale – et puis je ne notais pas, Monsieur, « ce qui me rassurait » : je me constituais ma sagesse interne, à usage exclusif.

Et cette sagesse passait par une étape indispensable : clore le bec de tous ceux qui voulaient l'entraver, au profit de la leur ; j'entassais donc mes munitions, mes arguments, pour fermer la gueule à tous ceux que je laissais pénétrer chez moi, dans mon cœur et dans mon cerveau, pour lire mes carnets de citations, et jusqu'à mes carnets personnels. Je fais ici ce qu'il ne faut pas faire : NE PAS SE JUSTIFIER – never explain, never complain.

 

Le pont fleuri ROMN.JPGTOUGOUDOUP, TOUGOUDOUP : explication de texte.

A quinze ans, les ado abusent des scies et refrains en tous genres ; à trente, la mienne était cette onomatopée : tougoudoup, tougoudoup. Elle figurait la charge furibonde d'un taureau dans le dos d'un innocent, d'un ahuri, qui découvrait d'un coup, dans un sursaut de terreur hilarant, l'imminence de son encornage.

 

R.XIX

A tout propos, en pleine phrase, entre trois de ch'val et deux Sieg Heil, je lâche aussi tougoudoup, tougoudoup. Et l'Homme, le Vrai, de retour chez lui, d'écarter m'a-t-on dit les bras au ciel en me traitant de con : « Tout ce que ce type trouve à dire, c'est” (déclamant) tougoudoupe, tougoudoupe”. Et Te-Anaa me défendait. Or ce n'est que d'aujourd'hui que je découvre enfin le sens de ce message, de cette onomatopée qui pourrait figurer en exergue à ma biographie : “Tougoudoup, Tougoudoup” - attention ; ne te vante pas, vis dans la méfiance ; toujours en effet se tient dans ton dos prêt à foncer le taureau invisible, dont tu n'entendras que trop tard le galop furibond : tougoudoup, tougoudoup, prends garde au ridicule, prends garde à la mort, TOUGOUDOUP, TOUGOUDOUP - et garde-toi de vivre.

Écrire un commentaire

Optionnel