Fronfron55

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NOUBROZI


Récit poignant – chef-d'oeuvre à son pépère
Éditions du Tiroir
publié dans le numéro 1 du « Bord de l'Eau »père,martyr,famille

Semper clausus
NOUBROZI 2
Pourtant j'imagine mon père en victime.
Il joue bien son rôle. Ma mère le persécute. Nous formons un triangle où chacun se croit persécuté par les Tu vis seul à présent. Tu n'en sembles pas souffrir, à moins de dissimulation.
NOUBROZI 3
Quatre frères et soeurs à chaque étage. De Maubeuge à Namur en passant par la Suisse.
Le berceau s'appelle la Meuse (Clermont – Stenay – Verdun).
Mon Père et moi n'avons pas besoin de langage.
Trop père en classe, trop instituteur à la maison, est-ce pour m'avoir dans sa « classe unique » qu'il refusa « Ta mère n'avait que son Certificat d'Études mais c'était une bonne ménagère, me répétera Noubrozi.
Dès l'enfance, je dis : « Pauvre papa ! »
Mon père s'agite au rez-de-chaussée. J'écris sur lui, sans documentation. Toute documentation serait une mentir, ni inventer ; ni broder mes constipations sur l'OEdipe (prononcez Édipe, comme ma mère, bande d'ignares) Depuis le temps, je n 'ai plus que moi. Mon père, fruste, repousse l'analyse au cas où se apparaîtraient des voir une psychiatre. Eh bien il n'y a qu'une chose qui l'intéressait : mon lit et ce que je pouvais bien faire de mes problèmes, elle me ramenait toujours à ça : mon lit. Pourquoi avec ta mère on faisait chambre à coucheries. Alors je n'y suis plus retourné. »
Mon père s'appelle Roland, mon grand-père Eugène, le père d'Eugène Louis, Louis fils de Nicolas… La Saint très tardivement au calendrier : le 16 septembre ; Noubrozi ( « mon père » en djungo) tient beaucoup à dois pas rater non plus la Fête des Pères.
Or, la responsabilité se mue en hérédité, la scolastique freudienne se substitue à la Providence : j'ai repris mon père, pour les absoudre, les justifier, les vivre. J'endosse.
Le fils garant du Père. Je dois le justifier lui, avant de me justifier moi, non par chronologie, mais par logique nous nous emboîtons, enceints l'un de l'autre. Comme je n'ai pu être Moi, je serai Lui, mais pour le punir comment pourrait-il en être autrement, sera Moi.
Feuille1
Page 3
NOUBROZI 4
J'évoquerai les deux enfances conjointes (tant de zigzags, tant de reprises en tache d'huile, de retouches, pour parler de soi).
Mon père fut rejeté par sa famille. Sa mère prodiguait du martinet. (« Elle avait toujours un martinet à la et que je te taloche ! ») Roland venait après une soeur morte et regrettée. Il y eut une autre soeur après lui, dû naître fille. Il fut un faux aîné, chargé de tout et accusé si les cadets tournaient mal. Au Cours Complémentaire placé interne. XXX 64 12 11 XXX

Les commentaires sont fermés.