Fronfron55

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

téhéran;voile;bhl

  • Ah mais c'est qu'il ne faut surtout pas aimer BHL, hein !

     

    Je me fais plaisir. Du BHL... Ce grand cadavre à la renverse. On ne le lit pas. Max retourne l'article dans ses mains et le repose. Des fois qu'il serait convaincu. « Ce grand cadavre », c'est la gauche, devenue vide, avec pour seul contenu l'antisionisme. Ce que je crois. Mariage de musulmans rompu pour non-virginité. Procès reporté pour cause de ramadan. Ça devient grave. Fait chier. Chier. Chier. BHL : “Pourquoi le concept de fondamentalisme est-il un faux concept ?” Tu vas nous l'apprendre, dandy. Toute religion est fondamenaliste, “est par essence totalitaire”, dixit Nietzsche. Il n'y a pas de bonne religion, sauf celle qu'on s'applique à soi-même. “Seigneur protégez-moi” : je dis toujours cela.

    ...Protégez-moi de quoi ? “Parce qu'il donne à penser que les crimes de l'islamisme radical sont le fait d'une interprétation fondamentale, littéraliste, du Coran.” Ici un argument d'Onfray : tout est dans les livres sacrés, tout, et absolument son contraire. Oui, je suis moi. Oui, j'ai chaud aux pieds, chaud de partout, la pluie tombe et je passe à l'antenne dans trois bons quarts d'heure. Oui j'éliminerai dans quelques mois les notations réalistes, jérémiades, parenthèses ; digressions, mots absurdes enfilés. Mais la fiction, c'est fini. Mon ouvrage sur les religions, à refondre ?

    A présent, BHL citerait du Coran ? Je refuse d'en lire tant que je n'ai pas achevé la Bible, voire le Talmud. “Or cela n'est pas vrai dans l'affaire, par exemple, du port du voile, qui n'a jamais été une obligation absolue pour les musulmanes.” Tu nous emmerdes, BHL.

    Parce que cela est battu et rebattu. Tout dépend du degré de digestion, de chaleur, de confort. Pauvre cerveau si fragile. Moindre effort. J'entends de loin des notes de chansons, sincères, bien révolutionnaires. Ah que je m'en fous de la douleur d'autrui. Dans ma tête tournent des bribes du Singe Vert sur l'éducation ; pour moi l'éducation est sinistrée, et l'a toujours été. Le grand tort a été de vouloir la répandre de façon obligatoire. L'écriture me lasse. Les femmes voilées sont bien belles, bien mystérieuses, bien propres à susciter l'émoi. On ne dit pas suce-moi, on dit lèche-moi. “...avant le coup de force de la révolution iranienne de 1979.” Tu te souviens mon con ? Tu jubilais, tu rugissais de contentement dans la bagnole qui te ramenait de Nice à Vienne, via La Spezia. Pas de bordel dans cette ville-là. Un vieux cabaret aux murs peints de silhouettes marines et putes, des pentes raides comme des bites de moine.

    Les manifestants gueulaient à Téhéran : “Tirez-nous dessus nous sommes déjà morts”. Des haut-parleurs rediffusaient des bruits de manifs. Et déjà le mot d'ordre couvre-toi ma sœur. Tout ce cortège de femmes qui manifestaient en fumant. A présent voilées. Ça va chier. “La tradition ordonne juste aux femmes de ramener sur elles de grandes étoffes”...