Fronfron55

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la parano qui galope

  • Second degré, pour les débiles...

    Dommage en vérité d'arriver en fin de journée, à 21h. Tant de choses se seront passées, tellement plus significatives. Mais acceptons le sort. Fatum accipiamus . Il n'y a rien de plus à se mettre sous la dent à ces instants de la journée que de longues et obstinées émissions télévisées. En effet, la télévision n'a pas encore touché le fond de son déclin. En l'occurrence, nous avons regardé une émission consacrée au chanteur Balavoine. Il me plaît, il m' plul, mais un faiseur de chansons, quelle que soit son originalité, n'a pas droit à ma considération de morveux. Sa destinée fut différente de la mienne, et n'a aucun point commun avec moi. L'homme du commun rapporte tout à soi-même.

    Toits en contrebas ROMN.JPG

    Il a pris des leçons. Il a connu Patrick Juvet, pédé notoire, et je n'aime pas les homosexuels, parce que j'en suis un, mais refoulé. La voix de Balavoine porte très haut, jusqu'à Polnareff, au moins. Plus haut même que certaine filles, comme en témoignent des chanteuses, toutes suspectes de lesbianisme, car leur panoplie écussonnée d'entre-jambes m'impressionne toujours autant, et j'admire avec aigreur tout ce qu'elles peuvent faire avec tout ça. Heureusement, Balavoine est un dragueur macho particulièrement jaloux, comme en témoigne une de ses maîtresses, soixante ans. Car il aurait 60 ans et plus.

    L'émission glisse sur son fils, Mon fils ma bataille, dont il a dû perdre la garde (et Michard). Sa fille est merveilleuse, solaire et lunaire à la fois. Elle a souffert d'entendre parler d'un père mort avant sa naissance. Elle interprète une de ses œuvres, C'est très sobre, très émouvant. Elle doit désormais s'occuper de sa propre vie, pour laquelle des projets immenses se profilent . Balavoine se considérait comme chanteur de rock, mais fut un phénomène de variété, sans que jamais cela ne sente la « variétoche ». J'ai adoré, avec des millions d'autres, Le chanteur. Moins L'Aziza, car je suis non pas raciste mais ultrasensible à tout ce que l'on a pu faire de moche et de funeste avec la notion d'antiracisme, à présent presque totalement dévoyée.

    Retrouver des airs de cette époque-là, 1976-1986, m'a rappelé de quels enthousiasmes et de quelle joie de vivre ces rythmes et ces gueulantes perçantes nous ont emplis. Mais nous ne dirons pas, avec les commentateurs, dont c'est le rôle, que « la société en fut bouleversée » . Nous ne dirons pas non plus, par incompétence et racisme sous-jacent, que Balavoine fut le précurseur du rap : en effet, il se souciait, lui, de la mélodie ? Orelsan n'est qu'un macho homophobe, comme moi. L'émission suivante portait sur Michel Berger né Hamburger (tu imagines « Et voici Hamburger ! » et tous les spectateurs de s'exclamer la bouche pleine Miam Miam ! Là aussi, gros apitoiement sur la mort prématurée. Tête de pédé bouclé, car celui qui n'est pas ultramoche, pour nous autres connards, relève forcément de la pédérastie. J'espère que ce texte vous indiffère, car vous voyez bien que je m'efforce de faire l'intéressant scandaleux. Avec France Gall (vaut deux), il fabrique deux petites filles, dont l'aînée souffre de mucoviscidose. Il faut faire attention, la nuit, que le masque à oxygène ne glisse pas, sinon, tu meurs, comme un de mes élèves intermittents. Je ne pense pas que ce soit bien fait pour leurs gueules, car la célébrité se paye. Ce sont des gens comme les autres, qui doivent dissimuler leurs chagrins pour ne pas effaroucher ceux qui les achètent et les aiment.

    Ils étaient très liés avec Balavoine et Coluche, tous deux morts très jeunes en 2033. Ils ont vécu à cent à l'heure, prenant maintes décisions. Paix à leurs âmes et aux nôtres. MA FEMME EST CHIMIQUEMENT LOBOTOMISÉE

  • Le grand galop du fou

    2021 02 14

    Histoire du fou, suite

    Enfermé dans une pièce sans fenêtres tendue d'épais voilages. Milliers de livres et de disques sur les murs Voyez toutes mes œuvres. Appelez-moi Maître et Seigneur. Je me passe du monde.

    Grouik ROMN.JPGMahler, Nerval, Rembrandt.

    Compose aussi en son propre nom. Tous les jours un nouveau pseudonyme. Recopie de pleins passages et les signe. Sur ses disques, hurle et chante avec l'orchestre. Aucune amélioration n'est possible. Tion n'est possible. Tion n'est possible. Heureux. Ecarte sa femme et sa fille. Tous les soirs entre en agitation juste avant ses calmants. Il deviendra fou quand il le voudra. Aussi peut-il jouer le prophète. La négation de la métaphysique porte un coup mortel à la psychanalyse.

     

    2021 09 12

    Pouvoir dans un état présent être à la fois tous les états passés. Puis seulement pourvoir à l'avenir. L'instituteur du monde. J'ai tout en tête. L'enfant a raison. L'enfant nie ce qui domine, parents, puissances supérieures. Je nie l'économie. Le ligotage. Dupe assurément, se vantant d'être dupe. Se glorifiant. Reflétant le temps en un seul foyer. Souhaiter l'avenir identique au passé. Renouer la corde. Plusieurs personnages superposés obligatoires. Le Dictateur protègera l'Errant, ladoubera dans son unicité. Douleurs et palpations.

     

     

    2021 09 19

    Lire et s'exprimer chez Nathan. Un grand disparu : Chateaubriand. Cézanne en couverture : bouffée d'enthousiasme. Etouffement par excès d'oxygène. Hernandez Patrice. Né le 10 mars 1961. Arveyres. Six textes pour trois heures. La classe voisine chante les réponses à travers la porte.

     

    2021 9 27

    J'ai peur. Pensées comme les cendres sur la pelle. Père flânait souvent parmi ses livres, parcourant deux ou trois pages, aigri, songeur, j'aurais aimé nier l'hérédité. Ou confirmer tous les déterminismes (et dans le premier cas les autres vous tuaient, dans le second je me couche et je meurs) – leçons passées, leçons à venir, intéresser, gagner tant d'humains ? Je m'apitoie. Formation insuffisante. Juste un humain. Parmi eux. À divertir. Texte de Jean-Christophe insuffisamment préparé. Première fois sur le piano. Relire. Noter. Pourquoi faire des exposés ? Parce que, Mademoiselle, nous devons employer le temps, notre temps, sans bien savoir, tel est le fond de sa pensée – mais s'il se trompait – sans ce regard droit – sans ces décisions qu'ils prennent - bandeau sur les paupières – les enfants galopaient sourdement sur les paliers – la Bête allait revivre.

    Les cours seront donnés, je me serai appuyé sur les murs, j'aurai frotté mes doigts pour les défourmiller, je l'aurai dit à tous pour que tous m'aiment, au jour même de l'Extrême-Onction. Deux pages de Schneider – lequel ? faisons-leur faire connaissance – avec leurs têtes de cons sur le beau livre – que voulez-vous, j'étais subversif. Après l'éternelle dictée, chacun se relisait, livrant son

    $corps en silence et son attitude – pénétrer sous ces fronts, sous ces chevelures – les regards brûlants de ma Polonaise – mouvements du poignet de celui-là – les doigts en cône au-dessus du stylo, main vivement redressée vers l'extérieur. Arcs de cercle tracés vif et court, modelé de pensée; Oui c'est bien ainsi qu'il faut le dire, et leurs lèvres serrées. Dubrocas me fixe au-delà de moi, semble me prier à voix basse, exhibe l'intensité de sa réflexion. Si je la fixe à mon tour c'est elle qui baisse les yeux.

    Futurs hommes ayant un jour prise sur le monde, femmes agissant peu, travaillées de pensées, de scrupules, qui me ressemblent. Elles ne me quitteront jamais. Les garçons un jour deviendront angulaires et mathématiques : "Problème – Solution". Nous ne pourrons plus nous comprendre. L'ébauche attache plus que le tableau. Des garçons j'excepte C. : timide et myope, délicatesse de chat, sous sa casquette de poil brun. Que d'écueils le guettent. Pourrait toujours donner un Serge, sans plus pouvoir se tirer de sa trajectoire – comme ces personnages qui parvenus au bord d'une falaise courent encore dans le vide, avant de baisser les yeux et de s'écraser. Un enfant passe dans le couloir : "Papa !

    - Gibert, on vous appelle, dis-je à haute voix. Gros rires forcés. Il ne restait plus que lui à charrier. Je n'aime pas les garçons. Vulgaires, ternes, semblables.

    XXX 64 03 13 XXX

  • Un aspect de mes Thhrrravaux

    EMPLOI DU TEMPS - Les dates correspondent au jour fixé 03-03 / 03 04

    même en cas de retard 11) Mouvements ou sortie

    CANON (1 à 13 sans interruption) 12) Blog (ARCHIVES, HAUTETFORT dgA, d g A, LECTURE 25 romnestras, AJPB, AJGB, BB) ÉCRITURE FB 20, courriel, SV 35

    1) Nouveaux commentaires 60 13) Tirelire - Budget 20 maxi, Entretien M/m/E 50

     

    2) Lectures en volumes 100 fin du canon    Recoin der grüne Affe renvoyant sur Romnestras, 64 03 04.JPG

    3) Grandeurs et avanies... 60

     

    4) L'intrusif 65 DIFFUSION

    40 RE - + Blog littéraire 30

    5) Réfection 65 («Fleurs et couronnes») http://stalker.hautetfort.com

     

    6) Nox perpetua 65 04 03 40 FEC-+ In libro veritas (publier)(ou autre site)

    (« Du péché de chair »!)

    7) Divers 35 40 TION + Ancien Singe Vert 45

    Ma vie qui n'intéresse personne

    - carte postale

    - livre 64 01 20

    - presse SERIE II B la file)

    - (mes) photos 06 02 17 TABLEAUX A 25 - réels - nouveaux

    - (objet) devant moi - anciens 01 03

    - informatiques (« Corse », et la suite) -

    c) textes libres -

    d) nos locutions - MUSIQUE 20

    Toujours noter radio FM

    toutes les dates RCL

    ci-dessus Radio Télé internet

    8) SIDOINE bande à écouter 30 à f.

    1. Documents 25 : disque

    a) Internet site 3 n 49 Télé

    b) Histoire Auguste LL enregistré sur internet

    c) Gibbons France Culture

    d)  « Mémoires » 21 01 On n'est pas couché

  • La merde, les homos

    51 09 27. Et nous revivons une rentrée scolaire. Je sais que mes rapports avec les collègues ne sont que de pure surface, ils ne manquent pas une occasion de me le faire sentir. La réunion de prérentrée se déroule, présidée par la proviseuse, arménienne de Roubaix : Mme Peltérian. Et juste avant voyez l'amabilité, elle est venue me relancer jusqu'à mon domicile, où je me tenais toute souffreteux, sans aucune envie de participer à cette cérémonie sans grande utilité. Chez moi, ce n'est pas très brillant : sur le plancher incliné, les chaises ne tiennent pas, je manque en tomber malgé mes contorsions : je ne pourrais jamais m'habituer à un tel galetas. Le lendemain, en classe, les élèves sont là !

    Il faut bien leur faire cours... In petto, combien je déplore qu'ils ne savent ni vraiment lire, ni expliquer. Alors, je me transforme en élève, pour mieux comprendre de l'intérieur : en effet, mon enseignante, pourtant bien agréable, ne me permet pas d'articuler un mot sans trébucher. Je me sens fondre. Elle me fascine, ma bite et ma voix se racornissent. Pas l'ombre d'un commentaire. Rien. Kloum, nada.

    51 10 02

    Pourquoi mon Dieu faut-il que je me retrouve toujours au centre de mes préoccupations, de mes évènements. Combien cela n'entraîne-t-il pas chez mon lecteur une puissante défécation ? Que peut-ce lui faire que je chie, et qu'il se trouve en moi quelqu'un qui m'y entraîne aussi ? D'aucuns croiront à une afféterie – en vérité, une afféterie sur la merde... Ils m'enfermaient dans les toilettes, ils me faisaient hurler devant témoins, ce gros fils Lanton aux lunettes de débile, et l'on traversait mon cul, mon asile, mon pré carré de chiottes comme un moulin, mais bon sang, respectez-moi, ou bien, si je suis sur mon trône, comme le Roi allant "à ses affaires", saluez-moi et traitez avec moi des affaires du royaume.

    Vous me voyez de la rue, à travers la fenêtre. Qu'avez-vous besoin de me passer sous le nez, de passer votre nez sous moi ? Finalement, ce qui me dérange et me couvre de honte, c'est que vous ne vous rendez pas compte de ce que je suis en train de faire. Vous ne voyez donc pas que j'agis, comme un roi, et que votre attention me réconforterai, me donnerait de ma valeur ? Je me torche donc, un peu soulevé, avec de larges feuilles d'offset, malaisée à plier, de grande qualité, de grande valeur esthétique : levers de soleil, temples birmans, chouettes surprises au point du jour. Tout cela, sous ma merde ! Mais on se tartine, et la merde est triste. Qu'ils sont loin, les Aristophane, les Alcofribas...

    Croiriez-vous qu'ils se scandalisent ? Je reste seul en plein vent, mes splendides tirages à la main, à peine froissés... Il me faut donc partir. Sortir de ces accomplissements avortés. Pour être admiré, glorifié – disons : considéré – il me faut quitter cette famille ingrate qui veut, e moi, que je grandisse. Installons-nous dans une vaste chambre de cité universitaire : bâtiment A, rez-de-chaussée, chambre 1. Elle est très éclairée, mais close, et j'en ai seul la clé, à l'exception du personnel de nettoyage, qui a le privilège du passe-partout. Le plafond est haut, je le touche en sautant du bout de ma main. Signe d'une grande nudité, d'une grande propreté. Les bouts de cierges ROMN.JPG

    Je serai seul propriétaire de mes souvenirs, quand tout témoin aura disparu. Ni savonnette, ni brosse à dent, ni matériel de toilette. En aurais-je besoin ? Tout est si pur, si nu. Comme un carré de capitaine. Où la progressive instabilité de l'eau signalerait seule un départ, où le fossé sans que je m'en aperçoive autrement s'élargirait entre la rive et moi, où ne retentiraient que dans ma tête les signaux réglementaires du départ. Et si je sors de mon enclos, c'est un pont de navire, de yacht blanc sous les mouettes, dont la propriétaire est une jeune femme en blanc d'officier.

    Revoici donc un monde extérieur, enfin libre, enfin décevant comme il faut, décemment, où les avanies s'essuient galamment : Arielle, qui me suit partout mais ne m'essuie pas, se met en frais pour l'officière, et l'entraînerait bien avec elle en cabine, sans que l'autre s'en fît trop prier.

    Peut-être faudrait-il que moi aussi je découvrisse un homme, un être de mon sexe et de mon rang ? Il existe aussi, à bord, un autre homme que moi. Et je suis censé le draguer. Qui m'aura chargé de cette mission stupide ? Je prends d'abord l'avis de ma femme Arielle, car elle m'a déjà confié de semblables missions. Cela ne m'excite guère, et je devrais une bonne fois la dissuader d'exiger de moi, même en riant, de telles tâches. Elles sont au-dessus de mes forces, dans la mesure exacte où je pourrais y succomber. Pour elle, aucune difficulté : elle flirte avec des femmes, et cela ne lui coûte rien, parce qu'elles savent, toutes les deux, s'arrêter à temps. Cela se voit tant, que j'ai envie de me faire tringler ?

    Enfin, pour cette fois, et à force d'insistance, elle me relève de cette tâche.

  • Les sauveurs et le taureau

     

    Car ils s'engueulaient l'un l'autre devant nous sans la moindre vergogne comme une marquise se déloque devant son valet sans songer que c'est un homme – et nos disputes à nous passaient pour des enfantillages ; cet homme et cette femme étaient si profondément faits l'un pour l'autre, brûlant dans leur empyrée, que nous les admirions passionnément ; la moindre de leur condamnation, la plus petite ombre de réprobation, nous étaient parole d'Evangile, et nous les recevions, régulièrement, ou nous étions reçus, dans notre plus délirante dévotion. Vingt ans plus tard, S. s'étranglait d'indignation : « Comment ? Tu ne t'es donc jamais rendu compte que je te draguais ? » Jamais, Te-Anaa, jamais : comment le ver de terre peut-il s'imaginer un seul instant aimé d'une étoile ?

    Deux simples exemples, datant peut-être de la même soirée : lisant mon carnet de citations, l'Autre homme s'était exclamé : « Regarde ! Regarde ! Il ne note que ce qui le rassure ! »Bien vu. Mais : la chose était parfaitement inconsciente. Au même titre que les mouvements péristaltiques - suis-je coupable, moi, de cette merde ? - il paraît que oui. ...Je me mets au piano ; « Ce n'est pas mal » dit Te-Anaa ; et l'Autre, soudain : « Mais c'est du Claude François ! C'est du Claude François ! » - donc, forcément, de toute nécessité, ringard (bourgeois, fasciste) - indigne) (de nous, d'eux-mêmes) – Dalila, La Callas. C'est pourtant bien mélodieux, bien magnifique, bien poignant, l'air de « Quand / un bateau passe,/ Quand un train part / Quand un avion / s'envole dans le soir / Moi j'imagine » - je ne sais plus ce que j'imaginais, de tierce en tierce en baissant ma pédale – et puis je ne notais pas, Monsieur, « ce qui me rassurait » : je me constituais ma sagesse interne, à usage exclusif.

    Et cette sagesse passait par une étape indispensable : clore le bec de tous ceux qui voulaient l'entraver, au profit de la leur ; j'entassais donc mes munitions, mes arguments, pour fermer la gueule à tous ceux que je laissais pénétrer chez moi, dans mon cœur et dans mon cerveau, pour lire mes carnets de citations, et jusqu'à mes carnets personnels. Je fais ici ce qu'il ne faut pas faire : NE PAS SE JUSTIFIER – never explain, never complain.

     

    Le pont fleuri ROMN.JPGTOUGOUDOUP, TOUGOUDOUP : explication de texte.

    A quinze ans, les ado abusent des scies et refrains en tous genres ; à trente, la mienne était cette onomatopée : tougoudoup, tougoudoup. Elle figurait la charge furibonde d'un taureau dans le dos d'un innocent, d'un ahuri, qui découvrait d'un coup, dans un sursaut de terreur hilarant, l'imminence de son encornage.

     

    R.XIX

    A tout propos, en pleine phrase, entre trois de ch'val et deux Sieg Heil, je lâche aussi tougoudoup, tougoudoup. Et l'Homme, le Vrai, de retour chez lui, d'écarter m'a-t-on dit les bras au ciel en me traitant de con : « Tout ce que ce type trouve à dire, c'est” (déclamant) tougoudoupe, tougoudoupe”. Et Te-Anaa me défendait. Or ce n'est que d'aujourd'hui que je découvre enfin le sens de ce message, de cette onomatopée qui pourrait figurer en exergue à ma biographie : “Tougoudoup, Tougoudoup” - attention ; ne te vante pas, vis dans la méfiance ; toujours en effet se tient dans ton dos prêt à foncer le taureau invisible, dont tu n'entendras que trop tard le galop furibond : tougoudoup, tougoudoup, prends garde au ridicule, prends garde à la mort, TOUGOUDOUP, TOUGOUDOUP - et garde-toi de vivre.

  • Tiens ça marche

    Le chien flou ROMN.JPGMes facultés cognitives s'amoindrissent. Poil aux cuisses. Je devrais penser à autre chose. Poil aux choses. La mère Graba m'avait écrit pour m'engueuler : Monsieur, Je comprend très bien qu'on trouve les voeux de Nouvel An ridicules et dignes d'être moqués. Cependant, on ne souhaite pas "une mauvaise année" avec des voeux de fracture des membres, de santé exécrable et d'humeur détestable. Ou on respecte les traditions, ou on s'en abstient", et tout dans le style. Son fils m'avait laissé insulter et coincer dans un fossé par un automobiliste qu'il avait insulté lui-même. Je hais les gens. Je hais les gens. Je hais les gens. Et l'avenir ? Déjà à 18 ans je l'avais parfaitement compris : c'était "non, tu ne feras pas ça", "non, tu ne feras pas ça", "non tu ne feras pas ça non plus". Poil au cul. Salut tout le monde, salut Erdogan, salut Mélenchon, salut tous les schnoques, salut ma connerie.