Fronfron55

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans la tête (et la vie) de Petrovna

 

Le Parc en plein soleil.JPGLa retraite, moi j'aime bien. Toute une carrière d'enseignement juste après la chute de l'Empire : premier poste en 68... Petrovna évoque sa suppléance chez les durs à cuire de banlieue : « Ils me disaient « m'dame, on aime bien ce que vous dites, parce que vous nous balancez pas de conneries - l'autre là, celle d'avant, elle arrêtait pas de nous répéter qu'on avait de la chance d'être ici, qu'on s'occupait de nous, excursions, formations, ateliers, tout le bordel, mais c'est vous qui dites la vérité : « Non, vous n'avez pas de pot d'être ici ; parce que vous avez fait les cons, et vous restez en semi-liberté ; à la première gaffe c'est la taule ferme. Alors tenez-vous à carreau et faites-vous oublier. M'dame, on aime bien ce que vous dites. » Lorsque j'ai proposé à Vassilievna de lire une petite revue d'extrême droite, que j'avais apportée en vacances, elle a refusé : “J'ai trop peur de me laisser convaincre”.

A quoi ça tient tout de même. Les opinions de gauche.(«Pas de clandestin chez moi, ça va pas, non ? Tu verrais comme c'est petit ! ») « Ce ne sont plus des cours de danse”, disait-elle encore (ancien premier sujet chez Roland), “plus de la chorégraphie, juste une juxtapo de numéros. “Toi, Mohammed, tu sais faire telle chose” (et uniquement telle chose) – oh ce que c'est bien ! tu fais ton petit truc dans le coin ; et toi Latifa, ton petit machin dans l'autre” - pourquoi pas, Petrovna, pourquoi pas... Salauds d'envahisseurs... Plus tard j'ai eu droit au discours antiaméricain (« c'est eux qui polluent toute la planète »), au discours palestinien : « Salauds d'Israéliens avec leur génocide » - génocide ?! (à développer, airs connus)

Les commentaires sont fermés.